Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

IV. Elias à l’épreuve des sociétés contemporaines

Chapitre 18. La « vraie » politesse doit venir du cœur

Elisabeth Timm

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La théorie de N. Elias sur le « processus de civilisation » a fait l’objet de très nombreux débats, on le sait. On s’accorde pourtant à reconnaître à Elias le mérite de s’être intéressé très tôt aux sources historiques des mœurs quotidiennes et à leurs modèles sociologiques. Il l’a fait dans un temps où sociologues et historiens, spécialistes des études culturelles et anthropologues, avaient encore à découvrir ce thème d’étude et à le juger digne d’une attention approfondie. Mis à part E. Goffman en effet (Arditi, 1996, p. 418), Elias est le premier à avoir établi, par exemple, la pertinence de l’étude de l’étiquette pour l’analyse sociale.

Depuis le milieu des années 90, des séminaires sur l’étiquette ont fleuri dans l’enseignement public allemand, en particulier dans les écoles supérieures publiques (Volkshochschulen) ou commerciales. Certaines normes de courtoisie y sont définies, enseignées, voire inculquées comme « correctes ». L’analyse des profils sociaux des enseignants en ch...

Auteur

Elisabeth TIMM est docteur en sociologie de l’université de Tübingen (Institut für Empirische Kulturwissenschaft).

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search