Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

IV. Elias à l’épreuve des sociétés contemporaines

Chapitre 17. La socialisation scolaire : Elias contradicteur de Foucault

Eirick Prairat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’école, écrit H. Arendt, n’est en aucune façon le monde et ne doit pas se donner pour tel, c’est plutôt l’institution qui s’intercale entre le monde et le monde privé que constitue le foyer, pour permettre la transition entre la famille et le monde » (Arendt, 1995, p. 242). C’est précisément parce que l’école est un espace intermédiaire et transitionnel que la socialisation scolaire est une forme spécifique que nous ne saurions réduire ni au mode familial de socialisation, ni aux modes professionnels d’affiliation. Dans la première partie de ce texte, nous présentons les grandes caractéristiques de ce que l’on peut appeler avec G. Vincent la « forme scolaire » (Vincent, 1980) ; forme qui a prévalu dans ses grandes lignes jusqu’au milieu des années 50 et qui aujourd’hui, reconnaissons-le, est un modèle très largement en crise. Dans un second moment, nous comparons les pensées de Foucault et d’Elias sur cette question. Nous montrons comment, avec Foucault, nous pouvons faire une le...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search