Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville, architecture et communication

 | 
Thierry Paquot

La grande ville et les photographes au xixe siècle : la chronique des événements et l’inventaire du patrimoine

Gérard Monnier

Note de l’éditeur

Inédit

Texte intégral

1L’implantation rapide des activités des photographes dans la grande ville, dès 1840, a une portée sur les programmes des prises de vues. Nous nous proposons de faire le point sur les photographes qui s’emparent spontanément des événements urbains – chantiers des travaux, accidents historiques – rapidement relayés par des commandes, et sur les premières démarches en direction du patrimoine historique. Ces deux aspects seront progressivement gérés par les photographes et leurs commanditaires sur le modèle d’une activité de service.

2Les expériences initiales des précurseurs et des pionniers de la photographie au cours du xixe siècle sont situées en dehors des métropoles : William Henry Fox Talbot (1800– 1877) à Lacock Abbey, sa résidence dans le Wiltshire ; Joseph Nicéphore Niépce (1765-1833) à Chalons-sur-Saône, sa ville natale, où il conduit ses travaux avec son frère Claude depuis le début du siècle. La poursuite et la consécration de l’invention de la photographie dépendent du potentiel des centres urbains importants, d’une part pour des raisons pratiques (la disponibilité des produits chimiques nécessaires, la proximité des ateliers d’optique) et, d’autre part pour des raisons sociales et stratégiques (le marché naissant de la photographie de portrait, les lieux d’exposition, la création des premières associations de photographes, entre autres).

  • 1 La daguerréotypie est un procédé positif direct d’obtention d’une image photographique sur une pla (...)
  • 2 Daguerre met en place à Paris en 1822, avec son associé Charles-Marie Bouton, le premier diorama q (...)
  • 3 Ce procédé consiste à produire sur papier une image négative (inversant les noirs et les blancs). (...)

3La localisation de la reconnaissance sociale dans les capitales par les plus hautes autorités des États est symptomatique : en 1839, c’est à Paris que François Arago annonce officiellement la découverte de Niépce et Daguerre – le daguerréotype1 – par une communication à l’Académie des sciences. Le relais de l’invention de Niépce par Daguerre, personnalité connue à Paris2, sous la forme d’une association qui débute en 1829, est bien mis en valeur par François Brunet (2012). En 1842, c’est à Londres que Talbot, inventeur du négatif calotype3, reçoit la médaille Rumford de la Royal Society et qu’en avril 1844, il est peut-être le premier à représenter un grand monument en construction, la colonne Nelson, à Trafalgar Square. Nombreux sont les photographes qui s’intéresseront aux vues des ouvrages d’art en construction : le programme d’une nouvelle chronique urbaine est né, spécifique au médium photographique. Rapidement les pouvoirs publics reconnaîtront et consacreront par des commandes cette utilité de la chronique photographique.

  • 4 Allusion est faite ici à l’ouvrage édité par le baron Taylor et Charles Nodier, Voyages pittoresqu (...)

4Ce phénomène territorial a des effets complexes : l’implantation dans les grands centres urbains de la photographie à ses débuts ne relève pas du seul point de vue de l’information documentaire, mais également de l’analyse historique et critique. Le photographe, opérateur dynamique, procède à un échange fécond : installé en ville, il privilégie dans ses travaux, après le portrait, des vues des chantiers en cours, des monuments, des sites urbains, des panoramas. Dans le domaine du patrimoine, manifestement, le nouveau médium s’attache à prendre la suite des albums illustrés de lithographies, procédé qui a montré la voie4. Ces initiatives sont très rapidement relayées par des commandes.

  • 5 Seule exception, New York, tête de pont aux États-Unis du succès substantiel du daguerréotype et d (...)

5Nous étudierons la question à Paris, à Lyon, à Marseille, et en ce qui concerne le patrimoine, à Bruxelles ; Pour ce dernier, les mêmes données se retrouveraient en Italie, à Florence, à Rome et à Venise, où se polarisent les initiatives5 dès les années 1840.

La photographie de l’événement

À Lyon

6Les origines de la photographie à Lyon, étudiées depuis une trentaine d’années, ont été le thème de plusieurs expositions et publications (Borgé et Borgé, 2013). Une vingtaine de studios s’installent en quelques années entre Rhône et Saône. Parmi eux, on trouve le studio photographique ouvert en 1840, passage de l’Argue, par le graveur en médailles Philippe-Fortuné Durand (1798-1876), « la plus ancienne maison photographique française ».

7Philippe-Fortuné Durand, est confronté aux chantiers importants en cours dans la ville, et choisit de les interpréter comme des événements : il photographie la reconstruction du clocher de Notre-Dame de Fourvière (vers 1850) et la pose de la statue de Notre-Dame de Fourvière (vers 1852) ; il applique le procédé du daguerréotype, au format 160 x 210 mm, aux prises de vues des ouvrages d’art en construction. Le programme d’une nouvelle chronique urbaine est né, spécifique au médium photographique.

8Installé rue Mercière, Louis Froissard (1815-1860) est le photographe du Service de la Voirie. Instruite par la production de Durand, la municipalité commande à Froissard, en 1854, des photographies des travaux de la rue Impériale (ill. 1) et en 1856, celles d’un événement majeur, les inondations, qui donneront lieu à l’édition de deux albums : Inondations de la Saône, mai 1856 (ill. 2), et Inondations du Rhône, mai 1856, conservés aux Archives municipales de Lyon.

Ill. 1 Ouverture de la rue Impériale (actuellement rue de la République), à Lyon, et construction du Palais du Commerce (R. Dardel architecte ; 1855-1862) : place des Cordeliers pendant les travaux ; immeubles de la rue Impériale en construction : vue en direction de l’ouest, 15 mai 1856, contretype d’une épreuve d’après un cliché (cassé) de Louis Froissart. Photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm. Crédit photographique (reproduction) Gilles Bernasconi, Archives municipales de Lyon, 15 PH 1 454.

Ill. 2 Inondations de la Saône à Lyon, montée des eaux quai Saint-Antoine, vue prise depuis l’immeuble situé à l’angle de la rue du colonel Chambonnet et du quai Tilsitt, en direction du nord ; échafaudage autour de la toiture du second clocher de l’église Saint-Nizier, 20 mai 1856/cliché Louis Froissart. Photogr. nég. sur verre ; 26,9 x 36 cm. Crédit photographique (reproduction) : Gilles Bernasconi, Archives municipales de Lyon, 3 PH 617.

9Il faut accorder ici une place à une prouesse technique, étroitement induite par la topographie du site urbain. Jean-François Armbruster (1835-1912), qui a suivi les cours de l’École des beaux-arts de 1850 à 1855, s’installe comme photographe place Croix-Paquet ; il produit en 1869 une spectaculaire Photographie panoramique de Lyon vu des pentes de la colline de la Croix-Rousse, composée de treize photographies couvrant un champ d’environ trois cent cinquante degrés d’Est en Ouest. La prise de vue a été faite depuis le belvédère d’un immeuble au numéro onze de la place Croix-Paquet, en été, entre dix et seize heures, à raison d’un cliché toutes les trente minutes. Le photographe disposait d’une chambre grand format, munie d’un objectif d’environ 800 mm de focale donnant un grossissement de deux fois. Les négatifs sont constitués par des plaques en verre de 27 x 33 cm. Il existe trois exemplaires du tirage, dont l’un est conservé aux Archives municipales de Lyon ; il mesure près de quatre mètres de long.

10Pour en revenir à la chronique des chantiers, Charles Popineau (1871-1948) prend la relève, avec la vue du chantier du pont de la Boucle en 1902. Il appartiendra au photographe lyonnais Jules Sylvestre (1859-1936), qui reçoit ses premières commandes importantes – palais et stands – lors de l’Exposition universelle qui se tient dans le parc de la Tête-d’Or en 1894, d’acheter la collection du photographe Benjamin Escudié et de recueillir sur plaques de verre les daguerréotypes ou calotypes pris par ses devanciers (Durand, Froissard et Popineau) ; il adresse en 1906 une demande officielle à la Ville de Lyon pour obtenir « l’autorisation de reproduire, en cartes postales, la série des clichés photographiques en dépôt au service de la voirie » ; ces clichés seront conservés plus tard aux Archives municipales.

  • 6 Sur le modèle de la Ville de Paris, la « Commission du Vieux Lyon » est créée par arrêté du 3 mai (...)
  • 7 Sylvestre poursuivra son activité dans ce programme : reportages commandés par la municipalité, pa (...)

11Les photographies du Fonds Sylvestre (Bibliothèque municipale de Lyon) portent d’une part sur le patrimoine bâti de la ville depuis 1840, sur les inondations de 1856, sur le percement de la rue Impériale – actuelle rue de la République – et d’autre part sur les travaux réalisés sous le Second Empire (des photographies exécutées par Sylvestre vers 1900 à la demande de la Commission municipale du Vieux-Lyon6, dans les quartiers Saint-Jean et Saint-Paul7).

À Marseille

12La situation à Marseille est comparable à celle de Lyon. Le libraire-éditeur Adolphe Terris (1820-1900) loue en 1856 une partie de ses locaux à Fred Vittigliano, qui photographie le chantier de l’église des Réformés en 1860 ; ils deviennent associés. Membre fondateur de la Société Marseillaise de photographie, adepte du nouveau procédé au collodion humide comme négatif pour réaliser la plupart de ses commandes, Terris, en 1862, reçoit de la Ville de Marseille une commande sur les grands travaux en cours (percement de la rue Impériale ; ill. 3) ; soixante exemplaires de l’album, publié en 1863, sont prévus.

13L’architecte François Reybaud, en charge de la construction de l’église Saint-Vincent de Paul (les Réformés) (1852-1862) lui passe commande des vues du chantier (cinq séries de dix vues) ; c’est la première commande privée de ce type. Suit en 1863 une commande sur les édifices récents, achevés ou en chantier : la rue Noailles (vers 1863), le parc Borély (vers 1863), photographies publiées en album en 1864, puis une sur le percement de la rue Colbert, en 1875. Il obtient aussi une commande du ministère des Travaux publics, par l’intermédiaire de la Préfecture, sur les travaux sur le port de Marseille (port de la Joliette), effectués de 1875 à 1878, qui donne lieu à la publication d’un album en 1878. Travaux publics, par l’intermédiaire de la Préfecture, sur les travaux sur le port de Marseille (port de la Joliette), effectués de 1875 à 1878, qui donne lieu à la publication d’un album en 1878.

Ill. 3 Adolphe Terris, Ouverture et construction de la rue Impériale à Marseille, 1863. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 12 Fi 10.

À Paris et ailleurs…

  • 8 La National Gallery à Washington lui consacre une exposition, Charles Marville : Photographer of P (...)

14À Paris, le cas de Charles Marville (1813-1879) est bien connu8. À l’origine lithographe et illustrateur, il collabore, de 1851 à 1855, en réalisant des photos d’architecture, à plusieurs albums de Blanquart-Evrard. À partir de 1854, en tant que photographe du Musée impérial du Louvre, il est présent sur plusieurs chantiers de restauration d’édifices du Moyen Âge, et enregistre, pour le compte d’architectes comme Viollet-le-Duc et Abadie, les travaux en cours sur les monuments historiques, à Notre-Dame de Paris, à la Sainte Chapelle, à la cathédrale de Moulin.

15En 1862, devenu « Photographe de la Ville de Paris », il représente les aménagements du Bois de Boulogne, et, lors de la création de la Commission municipale des Travaux historiques de la Ville de Paris en 1862, il reçoit la commande des photos de l’Album du vieux Paris, publié une première fois en 1865, qui représentent les édifices et les rues, ces vestiges d’un Paris d’autrefois, que font disparaître les chantiers du baron Haussmann. Marville entame, vers 1864-1865, son œuvre maîtresse, un « catalogue » des rues du vieux Paris vouées à la démolition. Effectué en plusieurs étapes, ce travail de commande se poursuit jusqu’en 1877, puis il photographie les grandes artères du Paris. Dans les années 1870, il poursuit ses prises de vues des démolitions, dont la plus spectaculaire est le percement de l’avenue de l’Opéra.

16À Paris, la photographie des ouvrages d’art en construction fait l’objet en 1857 d’une commande du ministère des Travaux publics à Hippolyte Auguste Collard (1812-1895), qui photographie entre 1857 et 1870 tous les ponts en chantier ; en collaboration avec Edouard-Denis Baldus, il immortalise les ouvrages d’art du réseau ferroviaire en construction en France. En 1866, il devient photographe de l’Administration des Ponts et Chaussées.

17La chronique photographique comme activité de service s’impose avec l’activité de l’agence Delmaet & Durandelle, deux associés depuis 1854. En 1865, l’agence est chargée de photographier le chantier de l’Opéra, en 1868 celui du nouvel Hôtel-Dieu ; en 1871, ce sont les effets du siège et de la Commune (destructions et barricades), en 1874-1875 le chantier de restauration du Mont Saint-Michel, en 1876-1880 la Bibliothèque Nationale (on note les vues du magasin central). En 1877, elle reçoit la commande du suivi du chantier du Sacré-Cœur, puis en 1882-1884, celui des fouilles archéologiques du Louvre, et de 1887 à 1889 celui de la Tour Eiffel (ill. 4). Par ailleurs, l’agence photographie le théâtre de Monte-Carlo (1879), le Comptoir d’escompte à Paris (1880-1882) et le chantier de la gare Saint-Lazare (1885-1887), les ouvrages d’art de la ligne de chemin de fer de Montauban à Brive (1884) et le chantier du barrage de la Mulatière à Lyon (1890).

Ill. 4 Louis-Emile Durandelle, La Tour Eiffel en construction, le 23 novembre 1888.

  • 9 Exposition « La commune photographiée », Musée d’Orsay, Paris, mars-juin 2000.

18À Paris, les événements historiques provoquent les photographes, en quelque sorte mis au pied du mur par l’engagement forcé dans la chronique photographique. Il faut faire une place ici à la photographie des ruines au lendemain de la Commune. L’événement est spectaculaire : le photographe François-Joseph Delintraz, un portraitiste du Faubourg Saint-Honoré, saisit le 24 mai 1871 les effets des incendies rue Royale ; abondent les photographies de l’Hôtel de ville et du Palais des Tuileries en ruine ; parmi d’autres, Pierre-Ambroise Richebourg photographie en juin 1871 le Palais de justice dévasté9 (ill. 5). L’accident du train de Granville (ill. 6), dont la locomotive défonce le 22 octobre 1895 le mur de la gare de l’Ouest (aujourd’hui la gare Montparnasse), et défie les lois de la gravité en étant suspendue au dessus de la rue de Rennes, est de nature à stimuler la prise de vue ; le photographe Mercier, un amateur vraisemblablement, l’immortalise.

19Partout dans le monde, les photographes fixent les prises de vues des incendies et des séismes : l’Américain James Wallace Black (1825-1896) en 1872, effectue celles du grand incendie de Boston. À San Francisco, à l’issue du tremblement de terre du 18 avril 1906 (qui détruit son studio et une partie de ses archives), Arnold Genthe (1869-1942) prend séance tenante des vues des effets du séisme et des incendies. Henry Ely (1861-1921), à Aix-en-Provence, se précipite pour photographier les effets du séisme de Lambesc, le 11 juin 1909. Installé à Mexico, Isaac Moreno produit les photographies de l’incendie du Palacio de Hierro en avril 1914.

Ill. 5 Pierre-Ambroise Richebourg, La Salle des Pas-perdus du Palais de Justice après les incendies de la Commune, 1871.

20La chronique photographique restera une contribution majeure des pouvoirs du photographe ; elle deviendra une tradition professionnelle forte. L’Alsacien Robert Laeuffer (1904-1980), et combien d’autres, illustre la conviction que le photographe-auteur doit traiter la photographie comme instrument obligé de la chronique : en décembre 1944, lors des combats à Sigolsheim, il produit des prises de vues des ruines de la cité dévastée.

Ill. 6 Mercier L., Accident gare de l'Ouest (aujourd'hui gare Montparnasse) le 22 octobre 1895.

21Chantiers de construction ou de démolition, inondations, incendies et séismes, ruines de la guerre : les initiatives des photographes produisent des formes nouvelles de la chronique urbaine. Ajoutons les performances des pionniers de la photographie aérienne : Nadar (1820-1910) qui grâce aux frères Louis et Jules Godard, aéronautes aguerris, réalise la première photographie aérienne de Paris – un évènement – en 1858, grâce à un « vol en ballon captif » à 80 mètres au-dessus du Petit-Bicêtre (actuel Petit-Clamart) ; et l’Américain James Wallace Black (1825-1896) qui, deux ans après Nadar, photographie Boston vue du ciel, le 13 octobre 1860, à une hauteur de 1 200 pieds, grâce au pilote Samuel Archer King et à son ballon, la Queen of the Air. Plusieurs générations plus tard, les programmes de la photographie aérienne s’intégreront aux activités de service.

La photographie du patrimoine monumental

22On le sait, pour les photographes voyageurs, les prises de vues des monuments expliquent leurs voyages en Orient : Frédéric Goupil-Fresquet (1817-1878), équipé de l’appareil de Daguerre, accompagne son oncle le peintre Horace Vernet en octobre 1839 en Égypte ; Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892), en Égypte en 1843 ; Alexis de Lagrange (1825-1 917) en Inde, en 1849-1850, où il photographie les temples et les palais du nord du pays.

  • 10 Exposition « Modernisme ou modernité. Les photographes du cercle de Gustave Le Gray », Petit Palai (...)

23En France, dès la fin des années 1840, les travaux d’Edouard Baldus (1813-1889), de Gustave Le Gray (1820-1884) et de son cercle font une place remarquable à la prise de vue des édifices et des sites urbains10.

  • 11 Une exposition récente a consacré cette démarche : « À l’aube de la Photographie en Belgique : Gui (...)
  • 12 Une exposition l’a consacré avant celle de Claine : « Edmond Fierlants (1819-1869). Photographies (...)

24Le programme de la photographie du patrimoine monumental implique très tôt des commandes publiques de la part de l’administration ; on connaît, en France, en 1851 celle de l’administration des Beaux-Arts, désignées par les historiens des années 1970 sous le terme de Mission héliographique ; ce que l’on sait moins, c’est qu’elle a été précédée à Bruxelles en mars 1850 par la première commande du ministère de l’Intérieur au photographe Guillaume Claine (1811-1869), qui consiste à photographier les monuments historiques de la Belgique (ill. 7) ; les prises de vue, qui s’étendent sur deux ans, aboutissent à la publication – partielle – d’un album, Bruxelles photographique, édité par Blanquart-Evrard en 185411. En 1855, Claine abandonne la pratique de la photographie, et c’est Edmond Fierlants (1819-1869) qui prend le relais ; avec l’aide de l’État, il effectue un inventaire photographique de l’architecture à Bruges (1858), à Anvers (1860), à Bruxelles (1862-1864) et à Louvain (1865)12.

Ill. 7 Guillaume Claine, Maisons des corporations sur la Grande place, Bruxelles. Planche extraite de « Bruxelles photographique », éditée par Blanquart-Evrard en 1854. Bibliothèque municipale de Lille, album S2-8, planche 398.

  • 13 « La Mission héliographique. Cinq photographes parcourent la France de 1851. Baldus, Bayard, Le Se (...)

25Revenons à la Mission héliographique, première commande d’État à des photographes en 1851, passée en France par l’administration des Beaux-Arts à la demande de la commission des Monuments historiques. Elle a pour objet de documenter un ensemble d’édifices avant les travaux de restauration ; elle concerne les photographes les plus réputés du moment : Baldus, Bayard, Le Secq, Le Gray et Mestral. Baldus parcourt la Bourgogne et la Provence ; Bayard séjourne en Normandie, mais ne livre pas de photographies à la Commission. L’itinéraire de Le Secq le conduit dans le Nord et l’Est. Le Gray et Mestral voyagent ensemble, dans la France du Centre et de l’Ouest et produisent six cents prises de vues. L’administration du temps ne publie pas ces photographies, et il faut attendre 1980 pour leur redécouverte par Philippe Neagu ; suivent les travaux d’Anne de Mondenard, et enfin l’exposition en 2002 des épreuves originales, dispersées dans plusieurs fonds des collections publiques13.

26À Paris, la création le 18 décembre 1897 de la Commission municipale du Vieux Paris franchit une nouvelle étape dans la reconnaissance de la fonction documentaire de la photographie ; dès la première séance de la Commission, le 28 janvier 1898, la mention de cette fonction est attestée, et le procès-verbal est illustré de photographies. Dans le procès-verbal de la réunion suivante, le 3 mars 1898, M. le Vayer revient sur la démolition de l’hôtel d’Anglade, signalée lors de la précédente réunion en l’absence de tout document photographique ; il mentionne les photographies qu’il dit avoir commandées avant la démolition, et dit les avoir déposées au musée Carnavalet. Les photographies de l’état des lieux deviennent un enjeu du contrôle de la vigilance des responsables. La fonction documentaire de la photographie est mentionnée à de multiples reprises à chaque réunion de la Commission municipale du Vieux Paris.

27C’est dans ce contexte qu’opère Eugène Atget (1857-1927) ; à côté d’une activité de comédien, qu’il arrête en 1896, Atget, initié à la photographie depuis 1888, pratique le négatif au gélatino-bromure sur verre, et se consacre, à partir de 1898, à produire et à réunir une documentation photographique sur Paris, qu’il destine à l’origine aux artistes, en relation avec la création de la Commission du Vieux Paris. La recherche du « Paris pittoresque » le conduit à enregistrer les formes architecturales savantes et mineures, ainsi que les éléments décoratifs. Son intérêt s’étend aux friches urbaines et aux chantiers de démolition. Il vend ses photographies aux institutions publiques : musée Carnavalet, Bibliothèque historique de la ville de Paris, Commission municipale du Vieux Paris. Entre 1906 et 1915, il traite systématiquement toutes les rues de Paris, arrondissement par arrondissement. À partir de 1910, il réunit ces photographies en albums thématiques. Dans une lettre au directeur des Beaux-Arts, Paul Léon, écrite en 1920, Atget se définit à travers l’image de l’archéologue-flâneur et collectionneur : « J’ai recueilli pendant plus de vingt ans, par mon travail et mon initiative personnelle, dans toutes les vieilles rues de Paris, des clichés photographiques, format 18/24, documents artistiques sur la belle architecture civile du xvie siècle au 19e Scle [sic] […]. Cette énorme collection, artistique et documentaire est aujourd’hui terminée. Je puis dire que je possède tout le vieux Paris. »

28Il faut interpréter ces pratiques, en s’efforçant de restituer leur contexte. D’abord le critère d’utilité nécessaire, qui correspond aux diverses reconnaissances et commandes des organismes publics ; il faut tenir compte du fait que, avant d’être en mesure d’être imprimée et d’être intégrée à une publication ce qui surviendra à la fin du siècle, la photographie apparaît avec ses tirages dans des albums au nombre d’exemplaires limité (au plus soixante exemplaires). Il n’est pas question donc que ces commandes conduisent à un projet de communication étendue, au sens actuel. Une période de quarante ans s’écoule pour concentrer la valeur attribuée aux photographies produites par la commande sur la fonction documentaire, nuancée du critère esthétique que toute représentation matérielle suggère, un phénomène d’osmose au contact des représentations par les techniques graphiques et picturales. Le verrou du nombre limité des tirages disparait à la fin du siècle, les procès-verbaux de la Commission municipale du Vieux Paris illustrés de photographies le vérifient en 1898.

29Ensuite vient, devant l’efficacité du nouveau médium, la prise de conscience de la responsabilité qui se joue dans les instances de l’administration, quelle soit au niveau de l’État ou au niveau des villes. Au terme de quarante ans, les procès-verbaux de la Commission municipale du Vieux-Paris l’attestent, la responsabilité des agents se focalisent sur la question d’avoir ou non fait le nécessaire en termes de commandes photographiques.

30Mentionnons pour terminer une démarche photographique issue de la rapide métamorphose du site urbain : la re-photographie (ou reconduction) est née au xixe siècle au Brésil avec l’ouvrage de Militão de Azevedo (1837-1905), Álbum Comparativo da Cidade de São Paulo : 1862-1887 [Album Comparatif de la Ville de São Paulo : 1862-1887] composé des vues des mêmes lieux – 60 photos dont 18 comparatives – prises sous les mêmes angles, avec vingt-cinq ans d’écart. En 1976, l’ouvrage New York then and now, d’Edward Watson et d’Edmund V. Gillon Jr., ouvre à nouveau le chemin. Plusieurs photographes contemporains sont des spécialistes de le re-photographie : en Grande-Bretagne, Henry Dixon, aux États-Unis, John Davies et Edmund V. Gillon Jr. En 2009, la British Library organise à Londres une exposition de re-photographies à partir des clichés de Henry Dixon.

31Dans les années 1990, le photographe français Daniel Quesney (né en 1951), met au point sa propre démarche de re-photographe. Après avoir pratiqué dans les années 1980 la photographie d’architecture au sein d’ateliers de préfiguration (Centre Georges Pompidou, Cité des Sciences), il préside aux activités de l’Observatoire photographique du paysage (1993-1998), chargé d’évaluer les transformations du paysage en France. Dans cette mission, il met au point la méthodologie de la re-photographie, ou état des lieux photographique, qui est la confrontation dans la durée de deux points de vue sur un même lieu, en reproduisant les conditions des prises de vues d’origine : point de vue, optique, cadrage, saison, lumière et heure.

La photographie urbaine, activité de service

32Les conséquences de la chronique photographique et de la photographie du patrimoine monumental convergent : les deux pratiques alimentent l’organisation des structures d’une même activité de service. Leur association en une même activité de service se vérifie, comme on l’a vu plus haut, avec l’agence Delmaet & Durandelle. Paul-Joseph-Albert Chevojon (1865-1925), entré comme tireur dans leur atelier, rachète l’entreprise à Durandelle en 1886 ; il la renomme « Studio Chevojon », et celui-ci confirme les capacités de la photographie industrielle à remplir les fonctions documentaires nécessaires aux entrepreneurs, aux architectes et aux élus. Albert Chevojon situe la production de l’entreprise dans cinq secteurs d’activité : architecture et travaux publics, usines et leurs ateliers, infrastructures de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), châteaux, demeures, parcs et jardins, et enfin, petites industries (joaillerie, dentelle, etc.). Contribution notable à la chronique photographique, les prises de vues de Chevojon des artères parisiennes pendant la crue de la Seine de 1910 font date, ainsi que, à la demande de la Compagnie Générale Transatlantique, celles des paquebots – le Paris en 1921, le Normandie en 1932.

33Autre intervenant majeur dans l’activité de service, la Société « Neurdein frères », créée le 18 mars 1887 par les frères Neurdein, Étienne (1832-1 917) et Louis-Antonin (1846-après 1915). Dès l’Exposition universelle de Paris en 1878, leur maîtrise technique de la prise de vue des édifices est remarquée ; en 1886 et 1888, les frères Neurdein obtiennent une médaille d’or à l’Exposition internationale de la Société des Sciences et des Arts industriels. Cette médaille d’or les récompense encore à l’Exposition universelle de 1889 pour les vues spectaculaires obtenues avec l’appareil panoramique de Moëssard. À l’Exposition universelle de 1900, ils obtiennent à nouveau un Grand Prix. En raison de leur compétence dans la photographie de l’architecture monumentale, le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, en 1898, leur attribue l’exploitation de la collection du service des Monuments historiques. Les frères Neurdein ont l’exclusivité du tirage et de la vente des épreuves obtenues à partir des clichés appartenant à l’État ; ils ont la charge de l’entretien de la collection des Monuments historiques, ainsi que de la mise à jour et de l’impression du catalogue des collections. Ils complètent éventuellement les fonds, effectuant les prises de vues des édifices classés. En 1909, l’entreprise emploie 150 personnes, et conserve plus de 300 000 clichés en 1917.

34Daguerre s’était trompé : annonçant pour la première fois dans un prospectus une exposition en 1839 du procédé de la photographie, il écrivait : « Chacun, à l’aide du Daguerréotype, fera la vue de son château ou de sa maison de campagne […] on pourra même faire le portrait » (Brunet, 2012, p. 51).

35En s’adressant à une élite sociale, cible de sa démarche, il passait à côté de la prise de conscience, par les agents du service public, de leur responsabilité à l’égard du plus efficace instrument de la fonction documentaire, la photographie. Opérateurs influents et convaincants, les photographes, par la valeur évidente de leurs initiatives et de leurs résultats, ont imposé leurs programmes de photographie urbaine.

Bibliographie

Références bibliographiques

Borgé Guy et Borgé, Marjorie, Charles Popineau, Histoire d’un poète lyonnais de la photographie, EMCE, Lyon, 2013.

Brunet, François, La naissance de l’idée de photographie, PUF, Paris, 2012.

Monnier, Gérard, Dictionnaire historique des photographes d’architecture (à paraître).

Monnier, Gérard, Le photographe d’architecture et son histoire (à paraître).

Notes

1 La daguerréotypie est un procédé positif direct d’obtention d’une image photographique sur une plaque de cuivre recouverte d’une pellicule d’argent. Créée sans l’aide d’un négatif, elle est unique, non reproductible. Le daguerréotype, issu de la collaboration entre Niépce et Louis Daguerre (1787-1851), résulte des perfectionnements apportés par ce dernier aux divers procédés étudiés par les deux hommes, après la mort de Niépce. Niépce reste cependant l’inventeur des procédés photographiques, en réalité déjà mis au point avant sa rencontre avec Daguerre.

2 Daguerre met en place à Paris en 1822, avec son associé Charles-Marie Bouton, le premier diorama qui rencontre un vif succès.

3 Ce procédé consiste à produire sur papier une image négative (inversant les noirs et les blancs). Une image positive, aisément multipliable, est obtenue par contact de ce négatif papier rendu transparent avec un papier sensible.

4 Allusion est faite ici à l’ouvrage édité par le baron Taylor et Charles Nodier, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, dont la publication des 23 volumes, commencée en 1820, s’est achevée en 1878.

5 Seule exception, New York, tête de pont aux États-Unis du succès substantiel du daguerréotype et de ses perfectionnements, où les photographes, très nombreux, font une place quasi exclusive au portrait ; cf. le chapitre « Le daguerréotype aux États-Unis. Photographie et démocratie » dans Brunet 2012, p. 157-209. L’auteur cite les commentaires du critique d’art Francis Wey (1812-1882), qui compare de façon critique, en 1853, les thèmes favoris des photographes américains et des photographes européens : « Médiocrement intéressés par les sites pittoresques de la nature, trop peu épris des monuments pour en construire, [les Américains] ne pouvaient être séduits [en matière photographique] que par le portrait. » (p. 178)

6 Sur le modèle de la Ville de Paris, la « Commission du Vieux Lyon » est créée par arrêté du 3 mai 1898.

7 Sylvestre poursuivra son activité dans ce programme : reportages commandés par la municipalité, par les entreprises de la région ou par des particuliers dont une série de clichés sur les grands travaux d’urbanisme de l’entre-deux-guerres exécutés par l’architecte Tony Garnier, une encore sur les industries locales. En 1929, il cède son affaire – et son nom – à Blanche Savoye, puis à Mlle Jeanne Fontanel qui en continuent l’exploitation jusqu’en 1960. Se détachent des ensembles documentaires majeurs, comme celui qui est commandé par la mairie de Villeurbanne (1934, reportage sur le nouvel ensemble architectural des « Gratte-Ciel », environ 200 plaques). Les photographies sont publiées en mai de la même année dans le prestigieux Livre d’Or de Villeurbanne, ouvrage vendu par souscription et célébrant les dix ans d’administration du maire socialiste Lazare Goujon. En 1944, la maison Sylvestre, à la demande du Service immobilier de la Ville, effectue des reportages sur les quartiers de Lyon sinistrés à la suite des bombardements alliés de mai 1944, puis sur la destruction des ponts par l’armée allemande en déroute et leur reconstruction dans l’immédiat après-guerre. L’agence Sylvestre est typique de l’agence fondée sur une activité de service.

8 La National Gallery à Washington lui consacre une exposition, Charles Marville : Photographer of Paris, septembre 2013-janvier 2014.

9 Exposition « La commune photographiée », Musée d’Orsay, Paris, mars-juin 2000.

10 Exposition « Modernisme ou modernité. Les photographes du cercle de Gustave Le Gray », Petit Palais, Paris, octobre 2012 – janvier 2013. La répartition des thèmes dans les travaux réunis dans cette exposition est la suivante : 55 % portent sur l’architecture, les sites urbains et la sculpture monumentale, 21 % sur les paysages, 16,5 % sur des figures ou des portraits, 7,5 % sur des thèmes divers. La plupart des travaux associent maîtrise technique et recherche formelle dans la représentation, et accusent la distance entre l’image photographique et la tradition du relevé graphique de l’architecture.

11 Une exposition récente a consacré cette démarche : « À l’aube de la Photographie en Belgique : Guillaume Claine (1811-1869) et son cercle », Musée de la photographie, Centre d’art contemporain de la Communauté française de Belgique, Mont-sur-Marchienne, juin-septembre 1991.

12 Une exposition l’a consacré avant celle de Claine : « Edmond Fierlants (1819-1869). Photographies d’art et d’architecture », musée de la Photographie, Mont-sur-Marchienne (Charleroi), 1988.

13 « La Mission héliographique. Cinq photographes parcourent la France de 1851. Baldus, Bayard, Le Secq, Le Gray et Mestral », Maison européenne de la photographie, Paris, janvier-mars 2002.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 Ouverture de la rue Impériale (actuellement rue de la République), à Lyon, et construction du Palais du Commerce (R. Dardel architecte ; 1855-1862) : place des Cordeliers pendant les travaux ; immeubles de la rue Impériale en construction : vue en direction de l’ouest, 15 mai 1856, contretype d’une épreuve d’après un cliché (cassé) de Louis Froissart. Photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm. Crédit photographique (reproduction) Gilles Bernasconi, Archives municipales de Lyon, 15 PH 1 454.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Ill. 2 Inondations de la Saône à Lyon, montée des eaux quai Saint-Antoine, vue prise depuis l’immeuble situé à l’angle de la rue du colonel Chambonnet et du quai Tilsitt, en direction du nord ; échafaudage autour de la toiture du second clocher de l’église Saint-Nizier, 20 mai 1856/cliché Louis Froissart. Photogr. nég. sur verre ; 26,9 x 36 cm. Crédit photographique (reproduction) : Gilles Bernasconi, Archives municipales de Lyon, 3 PH 617.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Ill. 3 Adolphe Terris, Ouverture et construction de la rue Impériale à Marseille, 1863. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 12 Fi 10.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Ill. 4 Louis-Emile Durandelle, La Tour Eiffel en construction, le 23 novembre 1888.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Ill. 5 Pierre-Ambroise Richebourg, La Salle des Pas-perdus du Palais de Justice après les incendies de la Commune, 1871.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Ill. 6 Mercier L., Accident gare de l'Ouest (aujourd'hui gare Montparnasse) le 22 octobre 1895.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20313/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Ill. 7 Guillaume Claine, Maisons des corporations sur la Grande place, Bruxelles. Planche extraite de « Bruxelles photographique », éditée par Blanquart-Evrard en 1854. Bibliothèque municipale de Lille, album S2-8, planche 398.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20313/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteur

Gérard Monnier a enseigné l’histoire de l’art contemporain à l’Université d’Aix-en-Provence et est professeur émérite de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. Auteur d’ouvrages de référence dans le domaine de l’histoire de l’architecture du xxe siècle (et plus particulièrement du Mouvement moderne), il pratique la photographie d’architecture depuis 1964. Depuis 1990, il publie plusieurs études historiques et critiques sur la photographie d’architecture et donne de nombreuses conférences sur le sujet. Son site personnel : http://gerard.monnier.over-blog.com/

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
PDF du chapitre

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site