Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

III. Anthropologie du politique

Chapitre 14. Sport et anthropologie du politique

Jean-Paul Callède

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les travaux d’Elias constituent une contribution fondamentale pour l’analyse de la genèse du sport, de son développement et de sa diffusion. Pour Elias, il importe en fait d’examiner « l’évolution parallèle des passe-temps sportifs et de la structure du pouvoir en Angleterre au xviiie siècle » et dans les décennies suivantes. Le code de conduite politique et le code de conduite sportif évolueraient donc parallèlement, donnant à ce changement, selon ses propres termes, « les caractéristiques d’une avancée de civilisation » (Elias et Dunning, 1994).

LE SPORT : CRÉATION OU RÉAPPROPRIATION CRÉATRICE ?

Les sports modernes sont apparus en Angleterre, comme on sait. En effet, pour que le sport moderne puisse être culturellement inventé et codifié en tant que tel, deux « propriétés » se trouvèrent réunies, très tôt, dans ce pays. On admet en effet que celui-ci se caractérise – et ce, probablement depuis la Révolution de 1688 – par un État moins centralisé, moins dirigiste et moins interventio...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search