Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

III. Anthropologie du politique

Chapitre 13. Elias ethnologue de l’Allemagne contemporaine

Freddy Raphaël et Geneviève Herberich-Marx

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le destin personnel de N. Elias, mais aussi l’infléchissement de son œuvre de l’histoire vers la sociologie, constitue une illustration parfaite de l’interaction entre l’itinéraire chaotique d’un exilé et l’élaboration d’une réflexion scientifique. Il témoigne ainsi du drame de nombre d’intellectuels juifs, qui, ayant appris à penser l’homme et l’univers à partir des catégories et des valeurs de la culture allemande, se résignent mal au fait qu’une telle civilisation ait pu sombrer dans la barbarie absolue.

On a reproché à Elias de ne pas s’être suffisamment interrogé sur l’Allemagne du Troisième Reich, alors qu’il est le théoricien de l’État absolutiste et du monopole étatique de l’usage de la force. M. Wieviorka (1995, p. 233), par exemple, se demande si la relative discrétion dont Elias fait preuve à l’égard du nazisme, son « incapacité à le penser », ne résulte pas d’un aveuglement qui a pour origine une violence symbolique s’exerçant sur lui, à son insu. A. Burguière (1995, p. 2...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search