Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

III. Anthropologie du politique

Chapitre 12. « Nous », Européens : images et sentiments

Pablo Jáuregui

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le philosophe espagnol José Ortega y Gasset (1941, p. 165 ; Bidney, 1947, p. 396) écrivit un jour : « L’homme n’a pas de “nature”, il a une histoire. » Elias, qui s’est toujours efforcé de saisir à la fois l’unicité biologique de l’espèce humaine et l’évolution de l’humanité dans son ensemble au cours d’un long processus sociohistorique (1987a, 1991b), Elias donc aurait certainement répliqué que si les êtres humains ont une histoire c’est parce qu’ils ont une nature absolument unique ! La nature humaine et l’histoire – la biologie humaine et la culture – doivent en effet être conçues comme des processus interdépendants : « Un aspect unique de l’humanité est que les êtres humains sont dans une certaine mesure changeables par nature » (1978b). Les hommes seraient naturellement adaptés au changement et constitutionnellement équipés d’organes qui les rendent capables d’apprendre constamment, d’accumuler de nouvelles expériences tout le temps, d’ajuster leurs comportements en conséquence...

Auteur

Pablo JAUREGUI vient de finir son doctorat au département de sciences sociales et politiques de l’Institut européen de Florence.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search