Version classiqueVersion mobile

Politiques sécuritaires et surveillance numérique

 | 
Pierre-Antoine Chardel

(Contre)surveillance distribuée dans les « Journées de Juin » au Brésil

Fernanda Bruno et Bruno Cardoso

Note de l’éditeur

Inédit

Texte intégral

1Le paysage numérique, en juin 2013 au Brésil, a exposé de manière expressive les différends quant au potentiel d’Internet, que ce soit en tant qu’espace pour la liberté d’expression et la production de contre-information ou que territoire de contrôle et de surveillance de données sur les individus et les populations. En même temps que la fuite des documents de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) – révélés par Edward Snowden – indiquait des alliances entre les appareils de surveillance d’état nord-américains et les plateformes Internet qui détiennent d’immenses volumes de données sur les utilisateurs de différentes parties du monde, une série de manifestations politiques occupaient les rues du Brésil et utilisaient certaines de ces plateformes pour l’organisation et la mobilisation de ces manifestations.

2Alors que le gouvernement de Dilma Rousseff figurait comme une des cibles des programmes d’espionnage de la NSA, des secteurs de l’État brésilien mettaient en œuvre des mécanismes de surveillance des participants aux manifestations politiques, sur et hors Internet. Tandis que les pages et profils sur Facebook et Twitter étaient contrôlés par la police et les instances de sécurité et de renseignement national, ces mêmes pages et profils divulguaient des informations et des images qui dénonçaient la violence policière dans les manifestations.

  • 1 La compétition de football, organisée par la Fédération internationale de football association, s’ (...)

3Pour rendre plus complexes les tensions, ce même mois eut lieu la Coupe des Confédérations de la FIFA au Brésil1, considérée comme un « événement-test » pour la Coupe du Monde de 2014. Le point culminant des manifestations dans le pays a coïncidé avec la compétition. Ce moment a aussi été marqué par des confrontations entre policiers et manifestants, avec des épisodes de violence et de mesures arbitraires de la part des premiers, et des scènes de destructions matérielles de la part des seconds. Une telle situation a conduit à l’adoption de mesures répressives, prévoyant un plus grand contrôle des individus dans la rue et des informations sur Internet. Parallèlement, un grand volume d’images et de tactiques circulait sur le Web pour contourner et combattre ces mesures.

4D’un côté, la vulnérabilité de nos données et de nos traces est devenue évidente sur le Web, assujetties à de multiples niveaux de surveillance aussi bien globaux que locaux. D’un autre côté, le Web s’est affirmé en tant qu’espace privilégié pour la diffusion des informations et des images qui ont mis en cause les agents de répression et de contrôle. Dans la présente contribution, nous allons explorer ce conflit entre liberté et contrôle de l’internet brésilien pendant cette période, en nous focalisant sur un cas particulier où l’action de multiples acteurs distribués (cf. Latour, 2007) a produit des images et des informations qui ont réalisé une contre-surveillance face à la tentative de la police d’incriminer un étudiant. Nous allons présenter une partie du réseau sociotechnique qui compose ce cas, ainsi que le champ des conflits et des ambiguïtés dans lequel il s’insère.

Le soulèvement des images

  • 2 Une estimation est que dans cette journée, environ 1,4 million de personnes sont descendues dans l (...)

5Les manifestations politiques connues comme les « Journées de Juin » au Brésil en 2013 ont commencé avec des protestations contre l’augmentation du prix des tickets d’autobus, convoquées par le Mouvement Billet Gratuit. Elles se sont rapidement étendues dans le pays, en amplifiant non seulement le nombre de participants et les lieux d’insurrection mais aussi les revendications politiques en jeu. Le 20 juin se déroulèrent les manifestations les plus importantes2, se poursuivant avec intensité jusqu’à la fin de ce mois, et, à une échelle moindre mais expressive, jusqu’à la fin 2013.

  • 3 Les médias au Brésil (la radio, la presse et la télévision) sont gérés par environ onze groupes fa (...)

6Tout au long des Journées de Juin, il est devenu évident qu’une partie des conflits relatifs à la signification et aux effets des manifestations se menait sur le plan de l’image. Jusqu’au 13 juin, de manière très claire, l’oligopole médiatique3 caractérisait les manifestations comme des mouvements de « pagaille » et de « vandalisme » (cf. Brant, à paraître). Les images qui circulaient alors dans ce domaine étaient presque entièrement orientées pour dénoncer ce qui a été désigné par ces médias comme « manifestation-pagaille » : images de vitrines de banques cassées et murs tagués.

7Néanmoins, ces images montraient seulement une partie de ce qui se passait dans les rues. La police agissait avec une grande force de répression, blessant physiquement et arrêtant arbitrairement de nombreux manifestants. Les images de violence policière ne figuraient toutefois pas dans l’iconographie de la « manifestation-pagaille » dénoncée dans les médias. De telles images ont gagné en visibilité grâce à l’action de beaucoup de personnes qui photographiaient et filmaient depuis la rue et les publiaient sur les réseaux sociaux numériques.

  • 4 Le programme Brasil Urgente transmis par la chaîne Band.
  • 5 Le résultat final a été de 2 531 « oui » contre 998 « non ».

8Un petit exemple illustre clairement le décalage entre ce qui se passait dans les rues et sur les réseaux sociaux d’un côté, et ce qui était transmis par l’oligopole médiatique de l’autre. Le 13 juin eut lieu à São Paulo la quatrième action contre l’augmentation du prix des tickets de bus. La répression y fut très intense, avec de nombreuses confrontations entre les manifestants et la police. Cependant, les médias qui couvraient la manifestation accusaient toujours les manifestants d’être des « casseurs » et des « vandales ». Le présentateur d’un programme de télévision4, certain que son discours trouverait un écho chez les téléspectateurs, a diffusé un sondage avec la question : « Êtes-vous en faveur de ce type de manifestation ? » Le résultat du sondage, affiché en temps réel sur l’écran, a trahi les attentes du présentateur : la majorité des téléspectateurs a répondu « oui ». Incrédule, le présentateur a supposé qu’il y avait eu une erreur de formulation dans la question. Il a donc refait un sondage avec une tournure supposée plus adéquate : « Êtes-vous en faveur d’une manifestation avec de la casse ? » La bonne réponse à laquelle il aspirait s’est obstinée à ne pas apparaître et le sondage a montré un nombre qui montait en flèche en faveur du « oui5 ».

9L’erreur était dans le dispositif même qui formulait la question : le sondage télévisé et les éléments qui le composent. Constitué selon un modèle créé pendant la dictature brésilienne, l’oligopole médiatique dans le pays n’est pas habitué à voir son discours remis en question par d’autres moyens de communication. Le présentateur n’a donc pas pris en compte les images et les informations qui circulaient massivement sur les réseaux sociaux numériques. Habitué à ne pas trouver de bruits parasites dans ces instruments de mesure de l’opinion publique – le résultat des sondages dans la plupart des cas étant le reflet de la position prise par le programme télévisé –, il a été surpris lorsque son instrument ne s’est pas comporté comme un intermédiaire obéissant qui transporte les messages sans les transformer (Latour, 2007). Ce que les médias, les gouvernements locaux, et aussi la police, n’attendaient pas, c’était qu’une série d’autres médiateurs humains et non-humains associés (appareils photo et caméras vidéo, Smartphones, réseaux 3G et WIFI, ordinateurs, logiciels de diffusion de messages et d’images, chaînes en streaming, etc.) traversent le sondage, faisant que cet instrument trahisse enfin son émetteur.

10Ce réseau de médiateurs hétérogènes par lequel agissaient les nombreuses images et informations produites par les manifestants et les activistes n’a pas seulement provoqué un bruit dans le discours des médias traditionnels, il a aussi imposé un changement de ton, au moins temporairement. Un tel réseau a rencontré son espace d’action et de dissémination dans le croisement sociotechnique des rues avec Internet. Les manifestations des « Journées de Juin » ont été fondamentalement organisées et diffusées à partir de la création des « événements » dans Facebook. Simultanément, Twitter, YouTube et des chaînes en streaming ont été amplement utilisés pour la circulation des informations et des images sur les manifestations.

11Dans la nuit du 13 juin, les images et les informations de plus grande répercussion sur Internet étaient celles qui dénonçaient l’extrême violence avec laquelle la police réprimait les manifestants et les journalistes. Un sondage sur le flux des tweets (dans Twitter) contenant le mot « tarif » le 13 juin, a rendu visible l’augmentation de la participation dans ce réseau social après l’action violente de la police contre les manifestants et les journalistes (Malini, 2013). Comme on peut le voir sur les graphes ci-dessous, le flux de tweets a augmenté de manière significative après cette action de la police.

Fig. 01 : Visualisation du flux des tweets contenant le mot « tarif », dans la nuit du 13 juin 2013, avant la confrontation avec la police.

  • 6 Cf. <http://www1.folha.uol.com.br/fsp/cp13062013.shtml>

12L’attitude des grands journaux et des chaînes de télévision a rapidement changé. Une des images les plus diffusées sur Internet cette nuit du 13 juin fut celle d’une journaliste de la Folha de São Paulo, blessée à l’œil gauche par un tir de flashball. Le matin du même jour, le gros titre de ce journal était : « Le gouvernement annonce qu’il sera plus dur contre le vandalisme ». L’image à la une était celle d’un policier blessé, une arme au poing et agrippant un manifestant. La légende de la photographie présentait le policier comme une victime en légitime défense6. L’article décrit sur un ton critique « les traces de destruction dans la ville », attribuées aux manifestants.

Fig. 02 : Visualisation du flux des tweets contenant le mot « tarif », dans la nuit du 13 juin 2013 après le début de la confrontation avec la police.

  • 7 Cf. <http://www1.folha.uol.com.br/fsp/cp14062013.shtml>

13Le lendemain, après la circulation des images sur Internet montrant la brutalité policière, un autre ton, et d’autres victimes occupaient le gros titre de ce journal : « La police réagit avec violence à la manifestation et São Paulo vit une nuit de chaos7 ». Les images coïncidèrent maintenant avec celles qui circulaient amplement sur les réseaux sociaux. Ce jour-là, les bourreaux n’étaient pas les manifestants vandales mais la police. Les victimes n’étaient plus les policiers, les autobus et les vitrines des banques mais une partie des manifestants et en particulier les journalistes.

14De tels exemples, bien qu’ils ne soient pas exhaustifs, indiquent combien l’insécurité et la violence physique ressenties dans les rues ont trouvé sur Internet un espace de visibilité et d’expression, créant des brèches dans le discours médiatique et amplifiant la mobilisation dans les manifestations. Ironiquement, l’espace qui s’était révélé d’une grande insécurité est utilisé comme territoire de résistance en même temps qu’il va laisser des traces pour l’action de futures forces répressives, comme nous le verrons plus loin.

15Un des traits que nous souhaitons souligner à partir d’un tel contexte est la dynamique de production et de circulation d’images entre la rue et le Web. Comme en écho avec d’autres situations dans différentes parties du monde, telles que les manifestations en Iran en 2009, le printemps arabe en 2010-2011, le # 15M espagnol, ou encore lors du mouvement Occupy en 2011 et en Turquie en 2013, la circulation des images sur Internet a eu un rôle décisif dans la répercussion des événements à un niveau local et global (Castells, 2012 ; McLagan et McKee, 2012 ; Zuckerman, 2014).

16Dans le cas du Brésil, c’était la première fois qu’un grand volume d’images sur un événement politique a été massivement produit et diffusé par de multiples acteurs « mineurs », et selon une dynamique distribuée. La plus grande partie des images qui a circulé sur les réseaux sociaux au cours de cette période a été produite et diffusée par des individus, des activistes et des groupes de médias indépendants qui participaient aux manifestations, soit directement dans les rues, soit à travers les réseaux sociaux.

17Il s’est constitué de cette manière une vigilance distribuée des images dont la dimension performative était explicite à chaque manifestation, à chaque conflit, ainsi que leurs ambiguïtés, comme nous le verrons. Des chocs semblables à celui du 13 juin, où les images produites et disséminées par un réseau d’acteurs hétérogènes se disputaient le sens des événements, ont été récurrents tout au long de la seconde moitié de 2013.

18Nous allons maintenant nous concentrer sur un cas dans lequel les images des individus dans les manifestations ont été reconstruites de manière à produire un effet de (contre)surveillance face à la tentative de la police d’incriminer un manifestant.

(Contre)surveillance distribuée

19Après la fin de la Coupe des Confédérations en juin 2013, les manifestations ont continué de manière intensive à Rio de Janeiro, ville qui, le mois suivant, a reçu la Journée Mondiale de la Jeunesse, importante rencontre catholique en présence du Pape François.

20Il avait été prévu, le jour de l’arrivée du Pape, une cérémonie officielle pour le recevoir au siège du gouvernement régional actuel, en présence du gouverneur, du maire et aussi de la présidente, Dilma Rousseff. Une grande manifestation a été appelée via les réseaux sociaux, en ajoutant aux forces antigouverneur, anti-maire et anti-présidente les revendications liées à la diversité sexuelle. Pour cela, un énorme appareil de sécurité a été mobilisé. Comme cela était devenu fréquent dans les semaines précédentes, l’animosité caractérisait le contact entre policiers et manifestants, mais pendant tout le temps où le Pape fut présent à la cérémonie, il n’y eut aucune confrontation. Les versions sur ce qu’il s’est produit après son départ sont néanmoins assez divergentes.

  • 8 Au Brésil co-existent la police fédérale, la police civile et la police militaire. Le rôle de cett (...)
  • 9 <http://globotv.globo.com/rede-globo/rjtv-1a-edicao/v/confronto-entre-manifestantes-e-policia-marca-protesto-nopalacio-guanabara/2709934/>
  • 10 <http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/noticia/2013/07/aposato-pacifico-mascarados-e-pms-entraram-em-confronto-no-rio.html>

21Selon la police militaire8, quelques manifestants – avec le visage dissimulé par des chemises ou des masques – auraient lancé des cocktails Molotov en direction des policiers, atteignant l’un d’entre eux et le photographe Chiba de l’Agence France Presse, blessé à la tête. À cette première attaque, la police a réagi avec des Tasers, du gaz lacrymogène, du gaz poivré et des balles en caoutchouc, provoquant quelques blessés. Peu de temps après le début du conflit, des policiers ont réussi à capturer un des « masqués », qui aurait lancé le « premier Molotov », et ils auraient trouvé avec lui un sac à dos contenant une vingtaine de ces armes artisanales. Le « masqué », identifié ensuite comme Bruno Teles, a été arrêté en flagrant délit et conduit au commissariat le plus proche en compagnie d’autres personnes arrêtées cette nuit-là. Peu de temps après l’incarcération de Teles, cette version était diffusée par les principaux moyens de communication9. Le matin suivant, le juge Eduardo Neto affirmait à la presse qu’il inculperait Teles pour « tentative d’homicide », parce qu’il aurait assumé le risque « de tuer quelqu’un10 ».

22Toutefois, au cours de cette même nuit, la version de la police militaire a commencé à être contestée. Parmi les autres détenus conduits au commissariat, se trouvait un « mediactiviste » arrêté alors qu’il transmettait en direct la manifestation depuis son Smartphone via streaming, permettant que la nouvelle se dissémine rapidement. La médiation d’un vaste réseau socio-technique a réuni en peu de temps une centaine de personnes devant la porte du commissariat, réclamant la libération des détenus, ce qui eut lieu à peine une heure plus tard. À l’exception de Bruno Teles…

23Lors de sa sortie, le médiactiviste a déclaré qu’un des détenus n’avait pas été libéré parce qu’il transportait un sac à dos avec des Molotov, insistant sur le fait que c’était un mensonge. Encore devant la porte du commissariat, des avocats volontaires ont demandé à tous ceux qui avaient des images de ce jour-là de chercher celles qui pourraient innocenter l’étudiant, ce qui a été relayé sur toutes les chaînes en streaming qui transmettaient à ce moment-là, puis rapidement sur les réseaux sociaux. Non seulement des images ont été trouvées mais elles ont permis une déconstruction radicale du récit présenté par la police et repris par la presse.

24Un matériel audiovisuel important, ayant enregistré depuis divers angles de vue et se référant à différents moments et espaces, a été recensé et interprété collectivement, spécialement sur le Web. Au travers du vaste réseau formé par des personnes, des ordinateurs, Internet, des smartphones, des plateformes, s’est dessiné un puzzle dont les pièces allaient raconter une histoire bien différente.

  • 11 <http://www.youtube.com/watch?v=3np et de la peqy9_lZn8>
  • 12 <https://www.youtube.com/watch?v=W5d1QHewj14 et https://www.youtube.com/watch?v=OC_rns9bSG0>

25La version de la police et de la presse s’est écroulée à cause d’une série de facteurs conjugués. Le premier a été une déclaration corroborée par des images, attestant que le photographe Chiba11 n’avait pas été blessé par un cocktail Molotov, mais par un coup de matraque donné par un policier. En outre, les internautes ont mis en circulation des photos et des vidéos de Teles sans aucun sac à dos, à différents moments de la manifestation et lors de la confrontation avec la police. Des vidéos ont également montré que, au moment où les premiers engins incendiaires sont lancés, Teles était sans masque, loin du lieu où ont été lancés les Molotov et sans sac à dos12.

  • 13 Le « service de renseignement » de la Police militaire (P2) comprend des policiers qui agissent en (...)
  • 14 <http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/noticia/2013/07/inquerito-diz-que-manifestante-preso-no-rio-nao-portavacoquetel-molotov.html>

26Néanmoins, le plus compromettant pour la police est venu ensuite. L’enquête collective menée à partir des images partagées sur le Web a révélé que la police elle-même – à travers des agents déguisés et mêlés aux manifestants – apparaissait comme responsable du lancement des cocktails Molotov. Plusieurs policiers du « service spécial13 » ont été filmés et identifiés. Les vidéos diffusées par les manifestants indiquaient que deux de ces policiers allumèrent les premiers cocktails Molotov. Au lendemain, devant les premières évidences que la version policière ne tiendrait pas, les avocats de Teles ont réussi à obtenir sa mise en liberté provisoire. La presse recula, remplaçant la version qui avait été présentée la veille par celle reconstruite collectivement sur Internet à l’aide de la (contre) surveillance distribuée14.

27Ce cas est aussi significatif pour avoir révélé une pratique récurrente de la police de Rio de Janeiro : la « fabrique de preuves » pour justifier une détention suite à un flagrant délit, ou une exécution. La reconstruction distribuée et collective des images, en plus d’innocenter le manifestant emprisonné, a exposé publiquement la construction par des agents de l’État d’une version dangereuse, violente et illégale.

28Il est intéressant de noter, pour comprendre l’effectivité de la (contre) surveillance mise en jeu, que la preuve attestée par les images a démonté la preuve matérielle forgée de toute pièce. Le discours constitué par une multiplicité d’individus sans autorité a déconstruit la version des autorités policières et de la presse. Comment le monde souvent peu crédible des images peut fournir des « preuves » décisives dans le champ de la (contre)surveillance ? Il s’est apparemment produit ici une forme d’indicialité, qui semble être garantie par la multiplicité des points d’observation et par ses conditions réticulaires de production. Les nombreuses images de Teles sans le sac à dos qui l’incriminait, provenant de multiples yeux et appareils distribués selon des angles différents, viennent donner à l’image une espèce d’« empreinte du réel », lui conférant un pouvoir d’« évidence ».

29Nous savons, néanmoins, qu’aucune supposée indicialité ne suffit à garantir l’effet de contre-surveillance d’une image. Le cas de l’enregistrement en vidéo du passage à tabac du chauffeur noir Rodney King par des policiers blancs de Californie en 1992 est exemplaire. Les mêmes images, qui ont servi de base pour l’accusation et qui devaient être utilisées pour l’inculpation des policiers, ont été finalement présentées par leurs avocats pour les acquitter lors d’un premier jugement (Fiske, 1998 ; Nacify, 2001 ; Derrida et Stiegler, 1996).

30Mais la (contre)surveillance mise en jeu dans le cas Teles est aussi parcourue par des ambiguïtés qui lui sont propres.

Ambiguïtés de la (contre)surveillance en temps d’(in)sécurité électronique

31Le cas de l’étudiant Teles est exemplaire en ce qui concerne les potentiels d’un réseau distribué et hétérogène d’acteurs qui produisent une effective (contre)surveillance face à la répression policière. Ceci n’a pas été un cas isolé dans le champ d’action des manifestations au Brésil en 2013. Chaque semaine, un conflit surgissait autour des images en réseau avec des possibilités d’interférer sur le cours des événements politiques, des sens qui leur étaient attribués et, quelquefois, sur le destin des personnes et des vies en jeu.

32L’effectivité de cette forme de (contre)surveillance doit beaucoup à l’échelle et à l’architecture du réseau sociotechnique dans lequel elle s’insère. La possibilité que de multiples individus puissent produire et diffuser des images en temps réel et à une échelle globale constitue un régime d’observation distribuée selon des proportions inédites. Dans le cas analysé ici, ce régime contribue fortement à une réduction des asymétries du pouvoir en jeu. La présence de l’appareil photo du manifestant ou de l’activiste, connecté à Internet, crée une scène publique dont l’échelle est beaucoup plus vaste que celle des personnes physiquement présentes au moment de la confrontation. Cela déplace l’action immédiate de la force policière, qui se contient relativement devant la virtualité d’un témoignage amplifié, et ses propres effets, qui peuvent être contestés par cet observateur distribué, refaisant l’histoire selon d’autres angles. Le Smartphone se traduit ici autant comme un bouclier que comme une arme de combat. Dans ce sens et dans ce cas spécifique, un tel régime d’observation distribuée a produit un effet de (contre)surveillance qui a déplacé le cours des forces et des acteurs directement impliqués.

33La particularité de cette forme de (contre)surveillance – et de son effectivité – mérite d’être soulignée, puisqu’il n’y a pas un principe général garantissant le potentiel de résistance des activités de (contre)surveillance, spécialement lorsque celles-ci impliquent l’utilisation d’Internet et des images, ce qui amplifie les ambiguïtés en jeu (cf. Morozov, 2011 ; Monahan, 2010).

34Selon la définition proposée par Monahan (2006), la contre-surveillance se caractérise par des interruptions ou des utilisations intentionnelles et tactiques des technologies de surveillance qui visent à défier les asymétries du pouvoir institutionnel. La (contre)surveillance analysée ici ressemble à la tactique du Cop Watch* et s’insère dans le spectre des préoccupations relatives aux moyens de surveiller le surveillant. Toutefois, ceci n’implique pas nécessairement une remise en cause des structures du pouvoir en cours. Il suffit de se rappeler, comme l’ont bien montré Mattelart et Vitalis (2014), que Bentham n’a pas méprisé cette fonction dans la machine panoptique* qui prévoit que n’importe quel membre de la société puisse contrôler le surveillant (Foucault, 1975). Dans ce cas, la transparence panoptique cherche à contenir le risque de dégénérescence du pouvoir en tyrannie, en l’exposant au « tribunal du monde » (ibid., p. 209). Très clairement, surveiller le surveillant vise ici à assurer une architecture spécifique du pouvoir. Ce ne fut pas le cas de la (contre)surveillance exercée par les manifestants et les activistes dans les manifestations de 2013 au Brésil où, comme nous l’avons vu, il s’est produit un déplacement effectif dans les asymétries du pouvoir.

  • 15 <http://www.legisweb.com.br/legislacao/?id=256720>

35Néanmoins, en même temps qu’Internet s’est montré un acteur décisif dans la réalisation de tactiques de (contre)surveillance, il est devenu un allié important d’une nouvelle strate de surveillance, qui s’est formée sur les traces de la résistance. Peu de temps après le début des manifestations de juin, une série d’initiatives des gouvernements régionaux et fédéraux, ainsi que des instances policières, ont suivi les traces que les manifestants et les activistes avaient laissées sur le Web. Le gouvernement de l’État de Rio de Janeiro a ainsi créé la Commission spéciale d’investigation des actes de vandalisme dans les manifestations publiques15 (CEIV), qui cherchait à « optimiser les travaux d’investigation », et à laquelle incombaient de vastes prérogatives. Toutefois, le point qui a généré la plus grande réaction de la part des activistes et des juristes a été le paragraphe stipulant que les opérateurs de téléphonie et les fournisseurs d’accès à Internet auraient un délai maximum de vingt-quatre heures pour répondre à la demande d’informations de la CEIV.

  • 16 <http://www.estadao.com.br/noticias/cidades,integrantesdo-black-bloc-no-rio-sao-presos-e-indiciados-por-formacao-dequadrilha-armada,1071238,0.htm>
  • 17 <http://www.estadao.com.br/noticias/cidades,abin-montarede-para-monitorar-internet,1044500,0.htm>

36Face aux réactions négatives, le décret de la CEIV a été abrogé et republié avec la suppression du paragraphe critiqué. Il était néanmoins indiqué que la cible serait Internet, et que l’aide des opérateurs et des fournisseurs d’accès était fondamentale dans l’investigation que l’on avait l’intention de réaliser. En septembre 2013, la surveillance d’Internet a abouti, par exemple, à l’incarcération des supposés administrateurs de la page « Black Bloc RJ » sur Facebook, inculpés pour incitation à la violence et formation de groupe armé16. De plus, une série d’intimations aux participants à des manifestations ont été fondées sur des « indices » présents dans les traces laissées par des individus sur Facebook ou sur Twitter. Sous l’effet encore de la fuite du programme PRISM de la NSA, la presse brésilienne a également informé de l’existence du programme Mosaïque, élaboré par l’Agence brésilienne d’Intelligence17 et consacré à la collecte de données publiques des usagers de Facebook, Twitter, Instagram et de WhatsApp.

37On voit bien, avec ces quelques exemples, que si Internet constitue un réseau de résistances contre l’insécurité vécue par les manifestants dans les rues, il s’est aussi constitué comme un appareil de capture de cette même résistance. Le paradoxe d’Internet comme territoire où des couches de surveillance et de résistance s’alimentent aussi bien qu’elles se confrontent, signale l’importance d’intensifier les forums de débat et la construction de moyens politiques, techniques et sociaux pour garantir la liberté et l’autonomie des sujets sur les réseaux numériques.

Bibliographie

Références Bibliographiques

Brant, João, Politics and Communication in the June Journeys, New York, Ford Foundation, à paraître en 2014.

Capparelli, Sérgio et Lima, Venício A., Comunicação e televisão : desafios da pós-globalização, São Paulo, Hacker, 2004.

Castells, Manuel, Networks of Outrage and Hope : Social Movements in the Internet Age, Cambridge, Polity Press, 2012.

Derrida, Jacques et Stiegler, Bernard, Echographies de la télévision, Paris, Éditions Galilée, 1996.

Fiske, John, « Surveilling the City : Whiteness, the Black Man and Democratic Totalitarianism », Theory, Culture & Society, volume 15, no 2, 1998, p. 67-88.

Foucault, Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

Latour, Bruno, Changer de société, refaire la sociologie, Paris, La Découverte, 2007.

Malini, Fabio, « A Batalha do Vinagre : por que o # protestoSP não teve uma, mas muitas hashtags », en ligne, 2013.
Disponible sur : <http://www.labic.net/cartografia-das-controversias/a-batalha-do-vinagre-por-que-o-protestosp-nao-teve-uma-masmuitas-hashtags/>. Consulté le 22/04/14.

Mattelart, Armand et Vitalis, André, Le profilage des populations. Du livret ouvrier au cybercontrôle, Paris, La Découverte, 2014.

McLagan, Meg et McKee, Yates, Sensible Politics : The Visual Culture of Nongovernmental Activism, New York, Zone Books, 2012.

Monahan, Torin, Surveillance in the Time of Insecurity, New Brunswick, NJ : Rutgers University Press, 2010.

Monahan, Torin, « Counter-surveillance as Political Intervention ? », Social Semiotics, volume 16, no 4, 2006, p. 515-534. Disponible sur : <http://www.fraw.org.uk/files/hacktivism/monahan_2006.pdf>

Morozov, Evgeny, The Net Delusion : The Dark Side of Internet Freedom, New York, PublicAffairs, 2011.

Naficy, Hamid, « The Rodney King Video and Textual Analysis », in Lewis, Jon (dir.), The End of Cinema as we know It, New York, New York University Press, 2001.

Zuckerman, Ethan, « Cute Cats to the Rescue ? Participatory Media and Political Expression », [En ligne].
Disponible sur : <http://hdl.handle.net/1721.1/78899>

Notes

1 La compétition de football, organisée par la Fédération internationale de football association, s’est déroulée dans six villes brésiliennes du 14 au 30 juin 2013.

2 Une estimation est que dans cette journée, environ 1,4 million de personnes sont descendues dans la rue, dans plus de 140 villes. Voir <http://g1.globo.com/brasil/protestos-2013/infografico/platb/>

3 Les médias au Brésil (la radio, la presse et la télévision) sont gérés par environ onze groupes familiaux (cf. Capparelli et Lima, 2004).

4 Le programme Brasil Urgente transmis par la chaîne Band.

5 Le résultat final a été de 2 531 « oui » contre 998 « non ».

6 Cf. <http://www1.folha.uol.com.br/fsp/cp13062013.shtml>

7 Cf. <http://www1.folha.uol.com.br/fsp/cp14062013.shtml>

8 Au Brésil co-existent la police fédérale, la police civile et la police militaire. Le rôle de cette dernière garde d’importantes ressemblances avec celui des CRS en France, ayant la responsabilité de s’occuper des manifestations qui ont lieu dans l’espace public.

9 <http://globotv.globo.com/rede-globo/rjtv-1a-edicao/v/confronto-entre-manifestantes-e-policia-marca-protesto-nopalacio-guanabara/2709934/>

10 <http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/noticia/2013/07/aposato-pacifico-mascarados-e-pms-entraram-em-confronto-no-rio.html>

11 <http://www.youtube.com/watch?v=3np et de la peqy9_lZn8>

12 <https://www.youtube.com/watch?v=W5d1QHewj14 et https://www.youtube.com/watch?v=OC_rns9bSG0>

13 Le « service de renseignement » de la Police militaire (P2) comprend des policiers qui agissent en civil à des fins d’enquête.

14 <http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/noticia/2013/07/inquerito-diz-que-manifestante-preso-no-rio-nao-portavacoquetel-molotov.html>

15 <http://www.legisweb.com.br/legislacao/?id=256720>

16 <http://www.estadao.com.br/noticias/cidades,integrantesdo-black-bloc-no-rio-sao-presos-e-indiciados-por-formacao-dequadrilha-armada,1071238,0.htm>

17 <http://www.estadao.com.br/noticias/cidades,abin-montarede-para-monitorar-internet,1044500,0.htm>

Table des illustrations

Légende Fig. 01 : Visualisation du flux des tweets contenant le mot « tarif », dans la nuit du 13 juin 2013, avant la confrontation avec la police.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 02 : Visualisation du flux des tweets contenant le mot « tarif », dans la nuit du 13 juin 2013 après le début de la confrontation avec la police.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteurs

Professeure de psychologie et de sociologie de la communication à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), est chercheure au Conseil national de développement scientifique et technologique (CNPq) et directrice du MediaLab à l’UFRJ. Elle est également membre fondateur du Réseau latino-Américain d’études en surveillance, technologie et société (LATVITS). Ses recherches portent sur les dispositifs de surveillance dans la société contemporaine, les processus de subjectivation en relation avec les technologies et les réseaux numériques et les rapports entre cognition, matérialité et culture technique. Sa dernière publication est Máquinas de ver, modos de ser : vigilância, technologia e subjetividade (Sulina, 2013).

Professeur au département de sociologie de l’Université Féderale de Rio de Janeiro (UFRJ), est directeur de recherche au Centre d’études sur la citoyenneté, les conflits et la violence urbaine (NECVU/UFRJ) et chercheur au Réseau latino-américain d’études sur surveillance, technologie et société (LAVITS). Ses recherches portent sur les technologies de sécurité, la surveillance policière, les méga-événements et les images à l’ère numérique.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search