Version classiqueVersion mobile

Politiques sécuritaires et surveillance numérique

 | 
Pierre-Antoine Chardel

De la surveillance à la « sousveillance »

Jean-Gabriel Ganascia

Note de l’éditeur

Inédit

Texte intégral

1Le spectre de 1984, le roman de George Orwell (1949), hante toujours le monde contemporain. Avec la miniaturisation des microphones, les caméras de surveillance qui fleurissent ça et là dans les rues et les transports publics, les cartes à puce, les webcams, les antennes RFID (Identification par Radio-Fréquence), les téléphones portables, les lunettes Google*, les satellites de télédétection et tous les autres dispositifs électroniques, nous sommes tous suivis à la trace, que nous y consentions ou non (Bailey and Kerr, 2007). La géolocalisation par les services en ligne (Joore, 2008), qui a été vue, par beaucoup, comme un progrès décisif pour l’autonomisation de la personne, autorise un suivi permanent. Grâce à la télédétection spatiale, il deviendra bientôt possible de pister les déplacements des individus, même s’ils se retirent de la vie publique pour cultiver leur jardin. Dans beaucoup de pays développés, les données personnelles concernant la santé, l’emploi, les revenus, les voyages et les communications, sont officiellement enregistrées. Et, des révélations récentes, en particulier celles d’Edward Snowden, ont montré que même si l’État central ne s’en charge pas, d’autres espionnent…

2Bref, chacune de nos paroles est susceptible d’être enregistrée à notre insu ; chacun de nos échanges téléphoniques est consigné dans des registres numériques ; chacun de nos gestes peut être retransmis au monde entier ; chacune de nos visites chez le médecin, chacun de nos déplacements en avion ou dans le métro et la plupart de nos achats sont pistés et tracés. Et toutes ces traces peuvent être utilisées sans notre accord explicite. Qui plus est, elles subsistent par devers nous dans le réseau sans que l’on sache si un jour quelqu’un les exhumera et, éventuellement, les fera parler contre nous. Cette intrusion dans l’intimité individuelle effraie, sans que personne ne sache comment s’y opposer. De ce point de vue, nous entrons dans un monde qui pourrait paraître analogue à celui décrit par Orwell, dans son fameux roman. Et, cette perspective ne sourit à personne. Mais, quelle est la portée actuelle de l’analogie avec 1984 ? C’est cette question que nous allons étudier dans la suite de cet article, en montrant que les technologies de captation et de diffusion d’information ne peuvent uniquement s’interpréter comme une extension de la surveillance, mais qu’elles promeuvent aussi une sousveillance* généralisée dans laquelle chacun, quel que soit son rang dans la hiérarchie sociale, est en mesure de prendre et de diffuser de l’information.

Totalitarisme et autoritarisme

3En 1948, lorsque George Orwell écrivit 1984, nous sortions tout juste de la Seconde Guerre mondiale. Les régimes fasciste et nazi venaient de s’effondrer. L’Union Soviétique stalinienne renforçait ses positions. La Grande Marche tirait à sa fin et Mao Tsé-Toung s’apprêtait à régner sans partage sur presque toute la Chine. Franco conservait le pouvoir en Espagne et Salazar au Portugal. Des dictatures se préparaient en Amérique latine. Enfin, la guerre froide venait de commencer ; c’est d’ailleurs Orwell lui-même qui forgea le terme « cold war » pour désigner l’état de guerre latente – ou de paix belliqueuse – dans lequel on entrait. Bref, le totalitarisme et l’autoritarisme évoquaient des réalités politiques douloureuses et présentes.

4Sans entrer dans le détail des concepts de philosophie politique, nous entendrons ici par « totalitarisme » un régime politique centralisé qui détruit totalement la diversité du tissu social au nom d’un idéal d’organisation collective et homogène, tandis que par « autoritarisme » nous nous référerons à une domination sans partage et sans contrôle d’une personne ou d’un groupe de personnes sur l’ensemble de la société. Le concept de totalitarisme est pris ici dans un sens proche de celui qu’Hannah Arendt lui donne dans son essai sur les origines du totalitarisme (Arendt, 1951). Celui d’autoritarisme fait plus référence à un régime dictatorial classique, à la fois corrompu, sans lois ni contre-pouvoirs.

5Ce faisant, nous ne rentrerons ni dans les polémiques qu’ont suscitées ces concepts ni dans leurs diverses acceptions. Nous partons simplement d’un constat : les régimes autoritaires et totalitaires employèrent abondamment les techniques de traçage et de fichage pour imposer leur contrainte sur les individus. Il s’agit, pour les régimes totalitaires, de s’assurer que les individus pensent de façon conforme à ce que l’on souhaite, et pour les régimes autoritaires, de s’assurer qu’ils ne mettent pas en cause l’autorité par leurs agissements ou leurs propos. Ayant en tête l’usage terrifiant que firent les régimes totalitaires et autoritaires des techniques de surveillance au cours du vingtième siècle, on conçoit aisément que le développement de ces techniques évoque de mauvais souvenirs. Pour autant, il n’y a ni consécution nécessaire ni certitude apodictique : les technologies de surveillance ne conduisent pas nécessairement à l’autoritarisme ou au totalitarisme.

6D’ailleurs, aujourd’hui, en dépit du développement sans précédent des techniques de surveillance, on constate, dans les démocraties occidentales, que de forts mécontentements de la population s’expriment au grand jour dans les journaux et dans les urnes, sans être aucunement réprimés. Personne ne se cache du pouvoir pour parler. Bien au contraire, beaucoup de nos contemporains aspirent à montrer et à se montrer. Certains alimentent des pages personnelles qu’ils diffusent sur le Web, d’autres tiennent des blogs, s’inscrivent dans des réseaux sociaux, partagent des images plus ou moins intimes, échangent des tweets, etc. Des études de sociologues (voir par exemple Boyd et Marwick, 2011), montrent, à l’évidence, que les attitudes varient considérablement d’un individu à un autre et que la plupart des gens, y compris des adolescents – mais pas tous, loin s’en faut – font preuve d’une certaine retenue. Mais cette retenue ne tient pas à la crainte des représailles d’un gouvernement trop autoritaire pour tolérer la controverse. Et, s’il arrive que des voix s’élèvent, ça et là, pour mettre en garde contre les dangers d’une expression sans contraintes, c’est plus pour lutter contre une forme nouvelle d’exhibitionnisme susceptible de se retourner contre l’individu, que pour éviter une répression politique.

Surveillance et sécurité

7En somme, le développement des techniques de captation, de stockage et d’analyse de l’information ne conduit pas aujourd’hui à des dérives totalitaires. On peut néanmoins craindre que cela induise un régime de surveillance dans lequel les individus auraient de moins en moins d’autonomie. Pour examiner ce point, rappelons d’abord qu’avant d’être l’apanage de régimes autoritaires et totalitaires, la surveillance s’institue progressivement en même temps que l’État de droit, à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle. Elle n’est donc pas toujours synonyme d’arbitraire, loin de là, puisque c’est pour lutter contre le caprice et la tyrannie des monarques qu’elle fait son apparition dans l’espace social.

8À cet égard, précisons que le verbe surveiller fût introduit assez tardivement dans la langue française, à la fin du xvie siècle, et que son usage se répandit surtout à partir du xixe siècle. Forgé à partir du verbe « veiller » qui veut dire rester vigilant et du préfixe « sur », il signifie suivre attentivement, contrôler un individu ou un processus. Quant au substantif « surveillance », il n’est introduit qu’au milieu du xixe siècle. Or, comme Michel Foucault l’indique très clairement dans Surveiller et punir (1975), ce n’est pas un hasard si l’apparition du mot « surveillance » et la généralisation de l’usage du verbe « surveiller » correspondent, à peu près, à la mise en place d’un État de droit. En effet, celui-ci donne un champ plus large à la surveillance : il faut à la fois enseigner les lois et s’assurer qu’on les respecte, toutes choses qui requièrent un regard extérieur.

9Imaginé par le philosophe utilitariste anglais Jeremy Bentham (1787), le panopticon* s’annonce comme une architecture générique censée faciliter la surveillance. Emblématique du monde nouveau, il se veut un modèle pour toutes les institutions du monde moderne, à savoir pour les prisons, les usines, les ateliers de fabrication, les asiles, les hôpitaux et les écoles. Plus précisément, Jeremy Bentham évoque l’idée de maisons d’inspection qui permettent, à moindre frais, de s’assurer de l’obéissance des prisonniers ou des travailleurs, d’enseigner de façon plus efficace, en regardant le comportement des élèves, et de tirer parti d’observations pour procéder à des études scientifiques, par exemple, à des études sur les malades à l’hôpital.

10À l’origine, il y a donc, derrière l’idée de surveillance, une volonté protectrice et bienveillante qui cherche à éduquer, à corriger et à étudier scientifiquement. De nos jours, les motivations de ceux qui développent les technologies de surveillance évoquées plus haut, obéissent souvent au même souci : soigner, par exemple en suivant l’activité quotidienne des patients, corriger, éduquer, étudier, etc. On pourrait ranger cet ensemble de préoccupations sous l’idée générique de protection : en effet, la surveillance met à l’abri du danger. En cela, elle assure la sécurité des citoyens, ce qui correspond à une aspiration jugée légitime des hommes de nos sociétés. Il arrive, bien évidemment, que, dans des régimes autoritaires, même récents comme l’étaient la Tunisie de Ben Ali et la Lybie de Kadhafi, ou comme l’est toujours la Syrie de Bachar el-Assad, il n’en aille pas ainsi et que les technologies de surveillance servent plus à maintenir par la force et la violence un pouvoir qu’à protéger les citoyens.

11Ce qui importe ici, c’est qu’implicitement, derrière l’idée de surveillance, qu’elle soit bienveillante ou malveillante, il y a toujours une stratification implicite : celui qui surveille se trouve situé en aplomb dans la hiérarchie sociale ; il est au-dessus. Et l’architecture du panopticon traduit, dans la pierre, cette dissymétrie de principe entre ceux qui surveillent, et qui sont situés au-dessus, et ceux sur lesquels porte le regard des surveillants : les uns regardent, à l’ombre, sans être vus ; les autres se soumettent au regard, sans voir d’où il vient.

12Autrement dit, lorsque s’impose l’État de droit, on doit distinguer trois composantes : le contrôle, c’est-à-dire la surveillance à proprement parler, les règles qui font l’objet de la surveillance, à savoir les lois, et la bienveillance, autrement dit le souci du bien. Or, il arrive que la surveillance subsiste, sans les autres composantes de l’État de droit, ce qui conduit à différentes formes de dégénérescence de l’État de droit. Ainsi, on peut conserver la surveillance et les lois sans la bienveillance, ce qui donne un régime autoritaire, ou la surveillance avec la bienveillance, mais sans les lois, ce qui donne un régime charismatique voire totalitaire, ou enfin la surveillance sans bienveillance ni lois…

Sousveillance

13Nous l’avons vu, aujourd’hui, avec les cartes de santé, les cartes de crédit, les cartes de transport et les téléphones portables, tous nos mouvements, comme aller chez le médecin, acheter, se déplacer, téléphoner, sont enregistrés et tracés. À cela, il faudrait ajouter nos actions dans le cyberespace qui sont, elles aussi, tracées et enregistrées. Nous sommes donc surveillés, sans que l’on sache qui surveille au juste. Mais, en parallèle à cette amplification de la surveillance, le prix des dispositifs de captation d’information s’est considérablement réduit. Ainsi, là où les caméras requéraient une infrastructure lourde et coûteuse, n’importe quel téléphone portable enregistre désormais tout ce que l’on souhaite. Les lunettes Google permettent aussi d’enregistrer en continu toutes les scènes de la vie quotidienne de chaque individu, constituant des archives individuelles que l’on appelle les « lifelog* ». Les microphones se dissimulent aisément n’importe où et transmettent à distance les sons. Bref, tandis que les régimes de surveillance réduisaient les individus à un état de pure passivité, où ils étaient uniquement soumis au regard de l’autorité dominante, aujourd’hui, il en va tout autrement : n’importe qui peut, lorsqu’il le souhaite, enregistrer images et sons d’un événement.

14Qui plus est, il devient possible de diffuser quasi-gratuitement cette information sur le Web et de la mettre à la disposition de tous. Là encore, les logiques de communication changent : alors qu’auparavant, seuls des États ou des institutions puissantes étaient en mesure de distribuer l’information, car il fallait disposer d’infrastructures considérables pour imprimer des journaux et pour les mettre à disposition de tous, pour créer une radio ou une chaîne de télévision, aujourd’hui, n’importe qui peut le faire de chez lui.

15Pour caractériser l’état résultant de la multiplication des capteurs et de la gratuité de la diffusion, nous avons fait appel à la notion de « sousveillance » (Ganascia, 2009a ; 2009b). Ce néologisme a été forgé à partir du mot français « surveillance » par le technologue américain Steve Mann (Mann, 1998 ; Mann et al., 2003), spécialiste d’informatique vestimentaire, et inventeur du principe des lunettes Google évoquées précédemment. Là où, dans la sur-veillance, celui qui veille se trouve situé au-dessus (« sur ») à la fois parce que, pour surveiller, il faut être dans une position hiérarchiquement supérieure et parce que l’information acquise par celui qui surveille lui donne un avantage, dans la sous-veillance, ceux qui sont soumis à l’autorité prennent et diffusent l’information pour contrôler ceux qui possèdent une situation d’autorité. Dans son principe, la sousveillance vise à réguler l’espace social pour éviter les abus. Contrairement à la surveillance qui procède au nom d’une certaine forme de bienveillance afin d’assurer la sécurité, d’éduquer et de soigner, la sousveillance relève d’une forme de « malveillance » : il s’agit de relever les malversations et les abus de toutes sortes afin de les faire connaître à tous.

  • 1 La notion de gouvernement 2.0 qui a été promue par le Président Obama aux États-Unis atteste de ce (...)

16Grâce à la sousveillance, c’est-à-dire à la possibilité offerte, à tous, d’enregistrer toutes les dérives autoritaires, par exemple le comportement des policiers sur un quai de métro, le pouvoir devient de plus en plus transparent, ce qui répond à une aspiration largement partagée. Les actes de l’administration se font au vu et au su de tous1 ; et, il en va identiquement des agissements de ceux que l’on a investis des plus hautes fonctions.

17En conséquence, même au sommet de l’État, une femme ou un homme qui croit s’exprimer dans l’intimité peut voir ses propos repris et portés à la connaissance de tous à son insu. Songeons à l’ancienne garde des Sceaux, Rachida Dati, qui téléphonait à une amie depuis le Parlement européen de Strasbourg en oubliant son micro-cravate, ou au Premier ministre britannique, Gordon Brown, qui rentrant dans sa voiture, et oubliant lui aussi qu’il était enregistré, qualifia de « bigote » l’interlocutrice avec laquelle il venait d’échanger courtoisement devant les caméras. Souvenons-nous aussi de la vidéo prise au cours de l’université d’été de l’UMP, où l’on voyait le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, galéjer avec un militant d’origine nord-africaine sur un ton qui en a choqué beaucoup. Tous ces épisodes récents montrent la vulnérabilité des puissants soumis aux regards de tous. Bref, tandis que dans les totalitarismes du xxe siècle que stigmatisait George Orwell les puissants tiraient un avantage exclusif de l’information qu’ils diffusaient selon leur bon vouloir, aujourd’hui ils subissent, eux aussi, les effets de la captation et de la diffusion incessante d’images et de sons.

18Il en résulte une nouvelle configuration sociale qui inverse le régime de surveillance institué à partir de la fin du xviiie siècle et dans lequel un petit nombre observait la majorité. Dans ce nouveau régime de « sousveillance », c’est le grand nombre qui porte ses regards sur une minorité d’élus. En d’autres termes, alors que dans la logique de surveillance celui qui regardait avait le pouvoir et se trouvait donc socialement au-dessus, c’est-à-dire « sur », par le seul fait qu’il regardait, maintenant, c’est celui qui est vu qui prend l’ascendant sur les autres, du fait même qu’il se trouve au centre des regards. Bref, on se trouve dans une situation paradoxale où le regard rend vulnérable tout en renforçant du même coup le pouvoir de ceux qui y sont soumis. Et, ceux-là qui veillent se trouvent en dessous, car rejeté dans l’anonymat, ce qu’exprime clairement le néologisme de « sousveillance ».

19Plus précisément, dans la logique de surveillance, celui qui disposait du pouvoir avait la possibilité de voir parce qu’il avait le pouvoir. En retour, la connaissance qu’il accumulait grâce à l’information qu’il acquérait lui procurait un avantage sur les autres. Aujourd’hui, dans la logique de sousveillance, tout le monde voit tout, sans qu’aucune censure ne s’impose, et tout le monde peut être soumis au regard de l’autre. Cependant, du fait de la limitation de nos capacités cognitives, chacun ne porte son regard qu’à quelques personnes qui seules bénéficient de son attention. De ce fait, les individus et les groupes déploient des stratégies pour séduire, et par là se distinguer en subtilisant l’attention à leur profit. Ces stratégies prennent une part d’autant plus considérable aujourd’hui que, comme nous l’avons vu, désormais, il convient d’être vu pour conquérir le pouvoir.

20Les logiques économiques actuelles confirment ce renversement : tandis que, pendant longtemps, la richesse tenait aux biens que l’on vendait, et l’autorité, à la connaissance que l’on accumulait, aujourd’hui, cela change. Dans l’économie contemporaine, que l’on qualifie souvent d’économie de l’attention, la réputation et le nombre des visites justifient à eux seuls les ressources de la publicité ; la renommée suffit donc à rendre riche et le service rendu n’est plus qu’un prétexte à cette renommée et à l’argent, d’où la part prépondérante prise par la gratuité qui, très paradoxalement, devient de plus en plus rentable.

Dégénérescence de la sousveillance

21De prime abord, la sousveillance apparaît salutaire pour la démocratie car elle révèle les abus de pouvoir et les malversations, de quelque ordre qu’elles soient. Sans doute, arrive-t-il qu’elle viole, sans vergogne, des secrets d’État, car elle ne reconnaît pas l’existence de domaines réservés. En cela, elle ne respecte pas les institutions républicaines, ce qui correspond à une conception très actuelle de la légitimité démocratique dont Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, s’est fait le chantre. Pour lui, il existe une dissymétrie fondamentale de l’information dans la société : les pouvoirs institués surveillent et tirent avantage de l’information qu’ils acquièrent en faisant intrusion dans la vie privée, tandis que les citoyens soumis à la surveillance des pouvoirs institués ne font que subir.

22Pour rétablir une forme d’équité, il conviendrait, toujours selon Julian Assange, de réduire cette dissymétrie. Cela revient, d’une part, à protéger le citoyen des intrusions de l’État, en lui permettant de transmettre de l’information cryptée à laquelle le pouvoir ne pourrait avoir accès, et d’autre part, à révéler tous les secrets des puissants, ce qui fait appel à une logique de sousveillance, c’est-à-dire de prise et de diffusion de l’information par ceux qui se trouvent soumis à l’autorité. C’est ainsi que Wikileaks révéla d’abord la corruption dans les régimes africains, puis les malversations dans les partis politiques et les agissements de l’armée américaine en Irak avant de diffuser, par voie de presse, plusieurs centaines de milliers de rapports confidentiels écrits par des diplomates américains. Bref, à première vue, la sousveillance semble être une bonne chose, car elle contribue à un équilibre des pouvoirs tout en répondant à l’aspiration à la transparence que partagent beaucoup de nos concitoyens.

23Néanmoins, de même qu’il y a une dégénérescence de la surveillance, qui conduit aux abus tragiques que l’on sait – et que nous avons rappelés plus haut –, il existe aussi une possibilité de dégénérescence de la sousveillance qui pourrait se révéler assez dommageable pour l’idée démocratique. Pour le comprendre, considérons les deux aspects essentiels de la sousveillance : la transparence totale de l’exercice du pouvoir et l’égalité de principe de tous. Comme nous l’avons vu, ces deux aspects distinguent assez clairement la logique de sousveillance de la logique de surveillance, qui repose sur l’opacité et sur la hiérarchie. Rappelons que dans l’architecture du panopticon, caractéristique des régimes de surveillance, les gardiens demeurent cachés, si bien que, même s’ils ne sont pas présents dans la tour, la crainte qu’ils inspirent suffit à maintenir l’ordre. Quant à l’organisation hiérarchique, la distinction, dans le Panopticon, entre les occupants de la tour et ceux des cellules, en atteste. Or, nous prétendons que la généralisation des principes de transparence et d’égalité peut avoir des effets désastreux sur l’idée démocratique.

24D’un côté, l’excès de transparence requis par l’idée de sousveillance généralisée conduit à une nouvelle forme d’opacité : les flux continus d’informations qui nous assaillent incessamment saturent nos facultés cognitives. Nos capacités intellectuelles se trouvent mises en défaut : elles ne parviennent plus à les interpréter et à leur donner sens du fait de leur quantité. Nous sommes victimes des stratégies de communication qui noient les nouvelles importantes derrière des flots informationnels massifs. Et, comme de plus, l’égalité de principe n’autorise plus à hiérarchiser entre les sources d’information, il n’y a aucun moyen de filtrer. Autrement dit, là où, dans les logiques de surveillance comme celles qui se sont imposées dans les régimes totalitaires du xxe siècle, on caviardait et l’on gommait pour empêcher l’accès à l’information, aujourd’hui, il suffit de rajouter des leurres informationnels pour dérouter les capacités attentionnelles et faire oublier.

25Quant à l’excès d’égalité, il conduit à de nouvelles formes d’obscurantisme, puisque la compétence n’est plus reconnue en tant que telle et qu’on la suspecte systématiquement tout en la confrontant à des arguments d’ordres différents. Le refus de la vaccination par les personnels hospitaliers, en particulier par les infirmières, lors de la pandémie du virus de la grippe H1N1, en 2009, illustre parfaitement cette forme de régression épistémique. Songeons d’ailleurs que les récentes enquêtes conduites en France, au cours de l’année de 2013 sur la vaccination font toujours état d’une suspicion qu’aucune étude scientifique ne fonde. Dans le même ordre d’idées, au Pakistan et en Afghanistan, des islamistes de la coalition des talibans s’opposent aux campagnes de vaccination antipolio considérées comme des armes aux mains des Américains et, plus largement, des Occidentaux. Et il nous apparaît possible de démontrer que, du fait de la généralisation de la sousveillance, les autres attributs de l’idée démocratique sont eux aussi sujets à retournement dans un contexte qui, pourtant, reconnaît plus que jamais auparavant la suprématie de la démocratie.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arendt, Hannah, The Origins of Totalitarianism, 3 volumes, New York, Harcourt Brace & Co., 1951.

Bailey, Jane et Kerr, Ian, « Seizing Control ? The Experience Capture Experiments of Ringley & Mann », Ethics and Information Technology, Volume 9, no 2, juillet 2007, p. 129-139.

Bentham, Jeremy, Panopticon ; or The Inspection House : Containing the Idea of a New Principle of Construction Applicable to Any Sort of Establishment, in Which Persons of Any Descriptions are to be Kept under Inspection and in Particular to Penitentiary-Houses, Prisons, Houses of Industry, Work-Houses, Poor-Houses, Lazarettos, Manufactories, Hospitals, Mad-Houses, and Schools, with a Plan of Management Adapted to the Principle : in a Series of Letters, Written in the Year 1787, in Bowring, John, The Works of Jeremy Bentham, volume 4 (Panopticon, Constitution, Colonies, Codification), Edinburgh, William Tait, 1843.

Boyd, Danah et Marwick, Alice, « Social Privacy in Networked Publics : Teens’ Attitudes, Practices, and Strategies », A Decade in Internet Time : Symposium on the Dynamics of the Internet and Society, 22 septembre 2011.
Disponible sur : <http://ssrn.com/abstract=1925128>

Foucault, Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

Ganascia, Jean-Gabriel, « The Great Catopticon », Proceedings of the 8th International Conference of Computer Ethics Philosophical Enquiry (CEPE), Corfu, Grèce, 26-28 juin 2009 (2009a).

Ganascia, Jean-Gabriel, « Voir et pouvoir : qui nous surveille ? », éditions du Pommier, Paris, 2009b.

Joore, Peter, « Social Aspects of Location-Monitoring Systems : the Case of Guide Me and of My-SOS », Social Science Information, volume 47, no 3, 2008, p. 253-274.
Disponible sur : <http://ssi.sagepub.com/cgi/content/abstract/47/3/253>

Mann, Steve, « “Reflectionism” and “Diffusionism” : New Tactics for Deconstructing the Video Surveillance Superhighway », Leonardo, no 31, 1998, p. 93-102.

Mann, Steve, Nolan, Jason et Wellman, Barry, « Sousveillance : Inventing and Using Wearable Computing Devices for Data Collection in Surveillance Environments », Surveillance & Society, volume 1, no 3, 2003, p. 331-355.
Disponible sur : <http://www.surveillance-and-society.org/articles1(3)/sousveillance.pdf>

Orwell, Georges, 1984 (Nineteen Eighty-Four), Londres, Secker and Warburg, 1949.

Notes

1 La notion de gouvernement 2.0 qui a été promue par le Président Obama aux États-Unis atteste de cette évolution. Il existe en Europe et en France des évolutions similaires qui tendent à ouvrir toutes les données publiques à tous les citoyens qui en font la demande.

Auteur

Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, responsable de l’équipe ACASA (Agents cognitifs et apprentissage symbolique automatique) du LIP6 (Laboratoire d’Informatique de Paris VI) et directeur-adjoint du Labex OBVIL. Spécialiste d’intelligence artificielle, ses recherches portent aujourd’hui sur le versant littéraire des humanités numériques, sur la philosophie computationnelle et sur l’éthique des technologies de l’information et de la communication. Il est également membre de la Commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique d’Allistène. Son dernier ouvrage paru, Voir et pouvoir : qui nous surveille ? (Éditions du Pommier, 2009) aborde le concept de sousveillance et sa généralisation à tout l’espace social.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search