Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

III. Anthropologie du politique

Chapitre 11. Repenser le concept éliasien de « configuration1 »

David Guillet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le mouvement de convergence observé récemment entre l’anthropologie cognitive et la science cognitive dessine un nouvel ensemble de modèles qui n’est pas sans rapport avec la conception éliasienne du lien entre développement social et développement psychologique.

Je renvoie à une « théorie des schémas » dans laquelle le schéma se rapporte à une structure de la connaissance ou à un cadre interprétatif schématisé servant d’outil pour la compréhension des événements et de la motivation de l’action (D’Andrade, 1992, p. 48 ; Johnson, 1987 ; Lakoff, 1987 ; Shore, 1996 ; Strauss, 1990). Dans la formulation qu’il donne de ces approches, Shore fait la distinction entre modèles abstraits et étendus (appelés « schémas fondamentaux ») et leurs applications spécifiques et concrètes (auxquelles il réserve le terme de « modèles »). Les schémas fondamentaux se fondent sur l’expérience et l’apprentissage, ils sont partagés et institués. Sous leur forme publique, ils présentent souvent des attributs s...

Auteur

David GUILLET est professeur d’anthropologie au département d’anthropologie de l’université catholique de Washington (DC).

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search