Versión clásicaVersión móvil

Politiques sécuritaires et surveillance numérique

 | 
Pierre-Antoine Chardel

Peut-on encore parler d’état d’exception à l’heure des « sociétés de surveillance » ?

Marie Goupy

Nota del editor

Inédit

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

La notion d’état d’exception s’est peu à peu imposée comme l’un des concepts majeurs de la théorie politique, jusqu’à se banaliser fortement ces dernières années. En dépit du caractère problématique de ce concept (Goupy, 2012), on admet généralement que l’état d’exception se définit, dans le cadre de l’État constitutionnel, comme une situation de crise politique d’une extrême gravité, nécessitant la suspension des normes constitutionnelles ou légales1, dans le but de rétablir l’ordre nécessaire à l’application normale du droit. L’état d’exception est donc une catégorie juridico-politique, qui invite à penser les conditions d’un usage extra-légal ou particulièrement liberticide du pouvoir, dont le caractère transitoire constitue l’élément central. Or, on peut s’interroger sur le succès d’une telle notion à une époque où les situations exceptionnelles visées ne semblent précisément plus transitoires, notamment parce que la lutte contre le terrorisme n’est pas limitée dans le temps.

Pou...

Autor

Docteure de l’ENS de Lyon (UMR 5206, CNRS), post-doctorante au sein de l’équipe de recherche « Éthique, Technologies, Organisations, Société » (ETOS) de Télécom École de Management et membre du Laboratoire Sens et Compréhension du Monde Contemporain (LASCO), Université Paris Descartes/Institut Mines-Télécom. Ses recherches portent sur les théories juridico-politiques de l’état d’exception ainsi que sur les nouvelles formes de gestion des questions de sécurité à l’époque des technologies numériques et de la lutte anti-terroriste. Parmi ses récentes publications : « Les législations d’exception et la violence d’État. Le cas de l’utilisation de la torture durant la guerre d’Algérie », in M.-C. Marandet (dir.), Violence(s) de la Préhistoire à nos jours. Les sources et leur interprétation, Presses Universitaire de Perpignan, 2011 ; « La bienveillante neutralité des technologies d’espionnage des communications : le cas tunisien », Cultures & Conflits, automne 2014 ; « État de droit », in F. Hervouët, P. Mbongo et C. Santulli (dir.), Dictionnaire encyclopédique de l’État, (Berger-Levrault, à paraître, automne 2014).

© CNRS Éditions, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search