Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

III. Anthropologie du politique

Chapitre 10. Le centre vide

Anton Blok

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a toujours eu un rapport direct entre l’anthropologie et Norbert Elias. Quand j’ai rencontré Elias, il y a environ trente ans, j’étais enseignant dans le département de sociologie et d’anthropologie de l’université d’Amsterdam. Je rédigeais ma thèse de doctorat à partir de travaux de terrain que j’avais faits en Sicile. J’avais passé deux ans et demi dans un village de l’arrière-pays de Palerme à reconstituer la vie de la mafia locale depuis l’unification de l’Italie, en 1860.

À cette époque, Elias était professeur invité dans le même département. Je venais de lire son étude sur le processus de civilisation (1969/1973) et son livre sur les relations entre « établis » et « marginaux » (1965/1997). Naturellement, je suivais ses cours et les conversations « privées » avec Elias m’aidèrent considérablement à mieux comprendre les matériaux que j’avais rapportés de Sicile. En particulier, c’est lui qui m’encouragea à dépasser le genre – encore dominant à l’époque – d’étude descriptive...

Auteur

Anton BLOK est professeur émérite en anthropologie culturelle de l’université d’Amsterdam. Il enseigne aujourd’hui à l’université d’Utrecht.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search