Version classiqueVersion mobile

Politiques sécuritaires et surveillance numérique

 | 
Pierre-Antoine Chardel

Présentation générale. Nos existences sous surveillance. Regards croisés et perspectives critiques

Pierre-Antoine Chardel

Texte intégral

1À l’heure où les flux d’informations, de capitaux et de marchandises passent les frontières en créant des dynamiques de déterritorialisation, les politiques sécuritaires qui visent à redéfinir les espaces et les territoires s’avèrent amplement privilégiées dans l’organisation de nos sociétés. L’une des raisons avancées dans la mise en place de telles politiques est le contexte international actuel dominé par la lutte contre le terrorisme. Cette lutte appelle un déploiement de moyens technologiques toujours plus sophistiqués vis-à-vis desquels l’innovation numérique joue un rôle déterminant. Par la traçabilité que les technologies numériques rendent possible, si l’on songe aux usages des puces RFID* ou des objets connectés, nous sommes susceptibles d’être surveillés dans la plupart des moments de notre vie.

2Nous évoluons ainsi dans des espaces politiques où chaque citoyen est susceptible de devenir une « bête d’aveux », selon la formule de Michel Foucault (1976, p. 79). Les caractéristiques des sociétés modernes sont ici directement en jeu dans la mesure où le principe de l’aveu se trouve inscrit au cœur des procédures d’individualisation. L’ironie du dispositif de l’aveu étant qu’il nous fait croire « qu’il y va de notre libération » (ibid.). Toute une représentation de l’être social se façonne autour d’une telle logique de dévoilement : il convient d’être vu et identifié pour exister socialement. Parallèlement, on observe une inquiétante faiblesse des débats publics autour des implications éthiques, politiques et juridiques de la surveillance généralisée. Au niveau des mentalités collectives, comme l’a souligné Armand Mattelart, « une sorte d’accoutumance s’est créée qui a élargi les seuils de tolérance et a fait que beaucoup consentent, sans même parfois s’en apercevoir, des abandons importants de leur sphère privée et de leurs droits fondamentaux » (Mattelart, 2008, p. 236).

3Comment expliquer et comprendre un tel niveau d’acceptation sociale ? Quelles sont les caractéristiques de la surveillance qui opère par les réseaux numériques, essentiellement au travers des technologies de l’information et de la communication ? En outre, et malgré ces tendances dominantes, quelles formes de contre-pouvoir, voire de résistance, sont (ou seront) à même de se dessiner ? Assistons-nous, purement et simplement, à l’émergence de sociétés de surveillance sans que les citoyens aient les moyens d’intervenir d’une quelconque façon sur les politiques et les dynamiques qui les portent ?

Légitimation politique de la surveillance numérique

4Les révélations en juin et juillet 2013 concernant l’accord permettant à la National Security Agency (NSA) américaine d’accéder directement aux serveurs de neuf géants de l’Internet (courriers électroniques, chats vidéo et audio, photos, transferts de fichiers) ont mis au jour des logiques qui étaient jusqu’alors restées implicites, à savoir l’élargissement du champ du renseignement en accentuant l’intrusion dans la sphère intime de chacun, en contribuant par là même à légitimer une réduction de la confidentialité de la vie privée au nom de la protection des individus et des organisations (Bloch et al., 2013, p. 20).

  • 1 Loi relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses disposit (...)

5Selon Glenn Greenwald, le gouvernement américain a dans cet esprit mis en place un système dont l’objectif est l’élimination totale de la vie privée électronique à l’échelle planétaire. Il s’agit de « TOUT collecter », et pas seulement les communications des terroristes ou des individus jugés suspects (Greenwald, 2014a, p. 51 et 2014b). En France, la loi de programmation militaire1 institue à sa façon une même possibilité d’intrusion dans nos espaces de vie numérique. Cette loi, promulguée par le Président de la République le 18 décembre 2013, permet aux services de l’État (au sein des ministères de la Défense, de l’Intérieur, de l’Économie, des Finances et du Budget) d’accéder aux données informatiques des citoyens sans demander l’avis d’un juge. Nos activités en ligne (nos recherches sur Google, nos e-mails, nos achats, etc.) peuvent de la sorte être légalement surveillées. Cette loi n’est pas seulement hautement problématique d’un point de vue éthico-politique, puisqu’elle confirme la détérioration d’un droit à l’opacité, mais elle compromet également un équilibre social basé sur le respect de valeurs qui ont forgé à travers le temps la construction des démocraties modernes. Parmi celles-ci, le droit au secret comme le souci de préserver un minimum de confiance dans les échanges sont de premier ordre.

  • 2 La critique d’une telle idéologie technicienne et la mise en exergue des contradictions qu’elle gé (...)

6Or, le régime qui prévaut de nos jours est celui de la suspicion. À l’ère de la déterritorialisation mondialisée qui exalte la mobilité, un besoin de se tenir à distance des autres s’avère de plus en plus retentissant. Une profonde défiance se généralise alors que l’ouverture à la différence et la connaissance d’autrui furent, pendant des décennies, vantées par les idéologues de la société de l’information. Nous devions, par les réseaux de la communication, entrer dans l’ère du « village global2 », selon la formule de Marshall McLuhan (1977). Or, nous nous éloignons singulièrement de cet idéal.

7L’adoption de la loi de programmation militaire en France rappelle en outre, par les questions qu’elle nous pose d’un point de vue existentiel, que l’expansion du numérique devrait donner naissance à un nouveau principe de responsabilité, en nous engageant non seulement juridiquement, mais aussi moralement vis-à-vis des générations présentes et à venir. Car des choix de société considérables se produisent avec la généralisation de la surveillance dans nos existences, qui pourraient devenir irréversibles étant donné la forme des progrès impliqués. À l’instar des problèmes suscités par la dégradation de l’environnement, nous risquerions à terme de ne plus pouvoir faire marche arrière. Selon Alex Türk, ancien président de la Cnil* (2004-2011), ce rapprochement avec la problématique de la protection de l’environnement n’a rien d’artificiel : « L’homme vit, en effet, à la fois dans cet environnement physique global gravement menacé et dans cette fameuse sphère privée qui protège ses données personnelles, son intimité, son identité » (Türk, 2011, p. 264). Malgré cela, les usagers semblent encore relativement peu préoccupés par ces questions d’écologie humaine et informationnelle. Nous évoluons dans un monde où plus les innovations technologiques sont abouties sur le plan scientifique (plus elles sont « dématérialisées »), moins elles nous incitent à les questionner.

8Une telle attitude n’est pas non plus déliée d’une propension des opinions publiques, en particulier dans les démocraties industrielles, à suivre massivement les grandes décisions qui sont instituées par l’État. Nous sommes ainsi – très insidieusement – renvoyés à la situation que décrivait Alexis de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique (1840), alors qu’il tentait d’imaginer sous quels traits le despotisme allait pouvoir se produire dans le monde contemporain. Il songeait ainsi à une « foule innombrable d’hommes semblables et égaux » tournant sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs : « Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort […] ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages […]. C’est ainsi que tous les jours, il rend moins utile et plus rare l’emploi du libre arbitre. » (Tocqueville, 2008, p. 1069-1070)

9Dans un étonnant jeu de renvois avec cette expérience de déresponsabilisation, les opinions publiques sont aujourd’hui en demande de normativité, ceci, sans doute à défaut de voir les États intervenir de manière significative sur la dérégulation néolibérale et son coût humain. C’est en partie ce qui peut expliquer le fait qu’en dépit des révélations de l’affaire de la NSA, et malgré l’activité critique qui s’épanouit sur la Toile (via des associations ou des ONG), les mesures éthiques, juridiques et politiques favorisant le respect de la vie privée et des données personnelles, en engageant les États, demeurent extrêmement pauvres. La prise de conscience annoncée par certains, relative aux scandales récents, est loin d’être sûre et porteuse de changements durables.

  • 3 La démocratie est vulnérable dans la mesure où elle renvoie à l’expression d’un désir (lui-même fr (...)

10Dans une telle configuration, et renforçant le poids d’un imaginaire institué, le motif de la normalité est souvent avancé, en particulier par les plus jeunes. Les digital natives ont tendance à poser (naïvement) ce type de question : si nous n’avons rien à nous reprocher, pourquoi craindrions-nous d’être surveillés ou géolocalisés ? Cet argument ne tient plus dès l’instant où l’on convoque l’histoire des régimes totalitaires et que l’on invoque la forme arbitraire des motifs de la surveillance, ou même la vulnérabilité des régimes démocratiques eux-mêmes3. Et qui n’a jamais transgressé ? Qui n’aura jamais à désobéir ?

  • 4 Parmi les autres contributeurs de cet ouvrage : Yves Citton, Gabriel Périès, Bernard Stiegler, Eli (...)

11À l’heure où les partis d’extrême droite ont rarement été aussi prééminents en Europe depuis l’entre-deux-guerres, ces questions sont loin d’être secondaires. L’histoire des totalitarismes est hantée par d’insidieuses convergences entre des mesures sécuritaires et des logiques de surveillance étendues à l’ensemble d’une population. L’utilisation de certains termes, en particulier aux États-Unis, tels que Homeland Security, n’est pas sans signifier que les pires périodes de l’histoire contemporaine peuvent – au moins sémantiquement – resurgir. Comme l’a finement analysé à cet égard Robert Harvey, professeur à l’université de New York à Stony Brook, l’utilisation d’un tel terme est curieuse si l’on considère que ses emplois les plus notoires furent ceux de l’Allemagne nazie et de l’Afrique du Sud sous l’apartheid. Les homelands étaient « ces territoires – passablement homologues aux réserves d’Indiens aux États-Unis – où les Blancs octroyaient une autonomie factice aux indigènes. Quant à l’Allemagne hitlérienne, l’Europe ne connaît que trop bien l’idéologie tapie sous le mot linguistiquement apparenté à Homeland : Heimatland » (Harvey, 2009, p. 50 et 51)4. Quand l’exception devient la règle, les détournements sémantiques prospèrent.

  • 5 Ce numéro important intitulé Traçabilité et réseaux (dont nous republions dans le présent volume l (...)

12De multiples facteurs entrent finalement en compte dans un tel niveau d’acceptation sociale des technologies de surveillance. D’une part, la complexité de l’appareil juridique qui les entoure ne facilite pas l’implication des citoyens. Comme le souligne Pierre Piazza dans sa contribution, initialement publiée dans le numéro 53 de la revue Hermès5, à l’échelle européenne, la protection des individus revêt un caractère encore très formel. C’est l’efficacité même des dispositifs législatifs relatifs au fichage des personnes qui peut être mise en doute. De plus, conjointement à ces problèmes d’efficience juridique, la culture de la peur qui se dissémine au travers des politiques sécuritaires menées dans un grand nombre d’États démocratiques joue un rôle considérable dans la diffusion de technologies qui rendent possible une démultiplication des formes de la surveillance.

La dialectique de la sécurité et de la liberté

13Non seulement en France mais à travers le monde, un nombre croissant de responsables politiques se montrent avides de cibles de substitution pour rassurer les opinions publiques par des mesures protectrices, sans pour autant rendre possible une quelconque interrogation sur les raisons profondes des malaises sociaux. S’entretenant avec Olivier Hassid, Zygmunt Bauman explique dans les pages qui suivent que le rythme et l’intensité des politiques sécuritaires seraient moins liés aux défis terroristes qu’à l’incapacité des gouvernements à générer des mesures en faveur de la protection sociale.

  • 6 Ces réflexions ont initialement été proposées dans le cadre de la journée d’études Technologies de (...)

14L’instrumentalisation politique de la peur n’est donc pas l’apanage des seuls régimes totalitaires mais touche l’orientation des régimes démocratiques eux-mêmes. Tout un ordre des discours s’affirme en ce sens. Notre manière d’être avec la technologie s’avère en effet liée à la façon dont nous évoluons dans nos environnements discursifs, aucun développement technologique n’étant indépendant de modes de représentation. Cela devrait nous inciter à nous rendre plus que jamais attentifs au sens des mots. Ainsi, comme le met en évidence Gabriel Périès, l’usage de la notion de « sécurité nationale » dans un grand nombre de textes de loi mérite une analyse discursive. Sa résurgence aujourd’hui traduit un rapport sécuritaire au travers duquel l’État se trouve mis en réseau et où les citoyens sont de plus en plus dans l’impossibilité de concevoir l’exercice de leur souveraineté individuelle et collective6.

15Revenant également sur la signification de termes qui structurent nos espaces politiques, Marie Goupy souligne que si la notion d’« état d’exception » est souvent mise en avant aujourd’hui, son modèle juridico-politique – qui s’est forgé à partir d’une conception juridique du pouvoir –, peut sembler inadéquat pour penser les nouvelles formes de gestion des crises à l’époque contemporaine, moins fondées sur le principe de l’exception juridique que sur l’institutionnalisation d’une surveillance générale. Un ordre du discours est engagé, en contribuant à établir une équivalence entre les normes de liberté et de sécurité.

16Par là, un vieux débat retentit, celui qui opposa Hobbes et Rousseau. Dans le Léviathan, l’angoisse de l’insécurité ne trouve de remède que dans la mise en place d’un pouvoir fort. Mais à Hobbes, l’auteur du Contrat social objecte que si l’on vit tranquille « aussi dans les cachots : en est-ce assez pour s’y trouver bien ? » (Rousseau, 1973, p. 66). Un État juste ne saurait être organisé de telle sorte qu’il prive les citoyens de leur liberté. Il s’agira donc de trouver une forme d’association qui défende et protège « de toute la force commune la personne et les biens de chaque associé, et par laquelle chacun, s’unissant à tous, n’obéisse pourtant qu’à lui-même, et reste aussi libre qu’auparavant » (ibid.).

17Un tel idéal moral et politique a évidemment influencé l’histoire des démocraties modernes. Or, de nos jours, un grand nombre de discours politiques contribuent à faire passer la sécurité comme étant prioritaire, non sans créer une certaine indistinction idéologique. Un tel glissement s’avère extrêmement problématique quant à la façon dont nous vivons nos libertés. Car si la sécurité est un préalable indiscutable à la démocratie, elle ne saurait constituer son « horizon » (Foessel, 2010, p. 120). Comme l’exprime Michaël Foessel : « La “tranquillité” est une promesse qui esseule ceux qui la revendique : une vigilance de tous les instants constitue une charge nouvelle pour les individus » (ibid., p. 25).

  • 7 Nous renvoyons sur ce point aux analyses de Cécile Lafontaine, 2004.

18Les cultures du numérique, avec la multitude des pratiques qu’elles sous-tendent en termes de contrôle et de surveillance, nous posent par conséquent des questions relatives à la façon dont nous voulons vivre ensemble. Ce qui devrait nous inciter à mieux comprendre les mécanismes sociaux et techniques par lesquels la transparence et la circulation sont valorisées. La cybernétique de Norbert Wiener (2014) peut ici nous servir de repère7. C’est en outre pour des raisons d’efficacité économique que les systèmes de surveillance se répandent dans le monde des entreprises, non sans affecter le sens du travail lui-même. Car si les technologies actuelles permettent un suivi de tous les instants, l’exigence du travail dans ses caractéristiques contemporaines devrait imposer que l’on respecte davantage l’autonomie des subjectivités. Hubert Bouchet, ancien vice-président de la Cnil, insiste dans sa contribution sur les raisons qui devraient motiver un tel respect. Si techniquement une perspective orwellienne devient plausible, elle altérerait la productivité d’un travail qui résulte des capacités à libérer les facultés de création et d’innovation. En France, comme dans d’autres pays d’Europe, les formes de surveillance en milieu professionnel sont en principe encadrées par la loi, mais les dérives sont nombreuses et se démultiplient un peu plus chaque jour.

Consommation, subjectivation et protection des données personnelles

  • 8 Éric Sautedé met à cet égard justement en évidence le rapprochement téléologique entre « nouvelles (...)

19Nous consommons le plus souvent le progrès en acceptant nos environnements technologiques sans discernement. Ce problème est lié à une forme de nécessité historique qui entoure le développement des nouvelles technologies et qui nous amène globalement à suivre la marche de l’histoire, comme si le sens en était donné par la complexité technologique (cf. Sautedé, 2009)8. Nous nous sentons par elle intégrés à un grand système. Ainsi vivons-nous à l’ère de la surveillance numérique, comme l’exprime Giorgio Agamben (2012, p. 79), « le plaisir vif et insolent, d’être reconnu par une machine, sans le fardeau des implications affectives qui sont inséparables de la reconnaissance par un autre être humain ». Plus nous avons perdu toute appartenance réelle, plus nous nous sentons gratifiés si nous sommes reconnus par « la Grande Machine », dans ses variantes infinies et minutieuses, depuis le distributeur automatique de billets jusqu’à la future carte d’identité biométrique* qui nous reconnaîtra toujours et partout inexorablement pour ce que nous sommes (ibid.).

20Autrement dit, si des formes de « servitude volontaire » (La Boétie, 1995) interviennent dans l’acceptation des technologies de surveillance, celles-ci n’appartiennent pas purement et simplement au lexique de l’aliénation ou de la soumission. Des formes de reconnaissance sont même en jeu au travers des technologies numériques et qui nous font passer, comme le montre ici Jean-Gabriel Ganascia, de la surveillance à la sousveillance*. Car ce n’est plus seulement celui qui voit qui a le pouvoir, mais celui qui est vu et qui se rend visible, comme pour renforcer un sentiment d’être en société. Ce qui ne veut pas pour autant dire que des modes de résistance ou de contournements n’opèrent pas. Dans les sociétés démocratiques comme dans les États totalitaires, à des degrés bien sûr très divers.

21La condition d’un geste de résistance demeure toutefois liée à une connaissance assez poussée des dispositifs techniques eux-mêmes. À un autre niveau, il nous manque encore dans l’exercice de la citoyenneté une réelle capacité d’action. Pour Annie Blandin, une exigence de cohérence en matière de protection des données personnelles est au cœur du débat sur les suites à donner à la découverte du programme de surveillance de la NSA, qui révèle une asymétrie dans la protection au détriment de l’Europe. Une politique européenne devrait à terme pouvoir être définie en prenant acte de l’extrême ambivalence des réseaux numériques. Ainsi, comme l’analysent Fernanda Bruno et Bruno Cardoso, en même temps qu’Internet s’est montré un acteur important dans la réalisation de tactiques de (contre) surveillance au cours des mouvements sociaux qui ont touché le Brésil en juin 2008, il est devenu un allié important d’une nouvelle couche de surveillance, qui s’est dans ce cas formée sur les traces de la contestation.

22Eu égard à cela, un défi éthique majeur consistera à se donner les moyens de faire jouer dans le bon sens l’ambivalence des réseaux numériques. Aux multiples questions que nous posent ces dispositifs d’un point de vue ontologique, devront répondre des politiques d’appropriation et d’éducation. C’est de cette façon que la confiance, de nos jours fortement altérée et pourtant si essentielle à notre coexistence, pourrait à terme être reconquise. La réhabilitation de la confiance devra néanmoins reposer au moins sur trois paramètres. D’une part, il s’agira de promouvoir une meilleure connaissance des appareils juridiques de l’ère numérique. D’autre part, il conviendra de rendre possible un apprentissage individuel et collectif de la grammaire de l’internet (ses codes et ses fonctionnalités) ; (Guichard, 2011). Enfin, il nous faudra veiller à libérer les imaginaires sociaux.

23Nous voulons exprimer par là l’idée que la capacité d’agir dans la société technologique, et principalement d’agir en connaissance de cause sur les réseaux de la surveillance, n’est en effet pas déliée d’une vision ouverte du monde où les ordres institués ont en permanence besoin d’être subvertis. On le comprend bien aujourd’hui et pour demain : un enjeu sera de quitter le registre de la pure et simple consommation des objets technologiques pour stimuler des modes de participation et d’engagement subjectifs, en permettant à des régimes de sensibilité hétérogènes de s’épanouir. Car seules des subjectivités affirmées, soucieuses de préserver une part d’autonomie nécessaire à tout engagement critique dans la société présente, pourront être susceptibles de déjouer les logiques de surveillance qui s’épanouissent trop unilatéralement aujourd’hui au détriment des aspirations humaines les plus fondamentales.

Bibliographie

Références bibliographiques

Agamben, Giogio, Nudités (traduit de l’italien par Martin Rueff), Paris, Rivages Poche, 2012.

Bloch, Laurent, Géré, François, Salamatian, Kave, Schauer, Hervé et Volle, Michel, « Les raisons d’un acharnement », Libération, mardi 2 juillet 2013, p. 120.

Foessel, Michaël, État de vigilance. Critique de la banalité sécuritaire, Lormont, Le Bord de l’Eau, 2010.

Foucault, Michel, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

Greenwald, Glenn, « L’homme qui fait trembler l’Amérique. Entretien avec Sara Daniel », Le Nouvel Observateur, no 2584, 15 mai 2014 (2014a), p. 51.

Greenwald, Glenn, Nulle part où se cacher (traduit de l’américain par Johan-Frederik Hel Guedj), Paris, Éditions Lattès, 2014b.

Guichard, Éric (dir.), Regards croisés sur l’Internet, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2011.

Harvey, Robert, « Un monde sous contrôle. Retour sur l’USA Patriot Act », in Chardel, Pierre-Antoine et Rockhill, Gabriel (dir.), Technologies de contrôle dans la mondialisation : enjeux politiques, éthiques et esthétiques, Paris, Éditions Kimé, 2009, p. 50-51.

La Boétie (de), Étienne, Discours de la servitude volontaire, (traduction en français moderne et postface de Séverine Auffret), Paris, Mille et une nuits, no 76, 1995 (1574).

Lafontaine, Cécile, L’empire cybernétique. Des machines à penser à la pensée machine, Paris, Seuil, 2004.

Mattelart, Armand, La globalisation de la surveillance. Aux origines de l’ordre sécuritaire, Paris, La Découverte, 2008.

McLuhan, Marshall, Pour comprendre les médias. Les prolongements technologiques de l’homme (traduit de l’anglais par Jean Paré), Paris, Seuil, 1977.

Nancy, Jean-Luc, La vérité en démocratie, Paris, Galilée, 2008.

Rousseau, Jean-Jacques, Le contrat social, Livre 1, chapitre IV, Paris, Union Générale d’Éditions, coll. « 10/18 », 1973.

Sautedé, Éric « Pour en finir avec les “technologies de la libération”. Internet, société civile et politiques en Chine », Hermès, no 55, Société civile et Internet en Chine et en Asie Orientale, 2009, p. 133-40.

Tocqueville (de), Alexis, De la démocratie en Amérique, volume II, partie 4, chapitre VI, (bibliographie et chronologie par François Furet), Paris, Flammarion, 2008.

Türk, Alex, La vie privée en péril. Des citoyens sous contrôle, Paris, Odile Jacob, 2011.

Wiener, Norbert, Cybernétique et société. L’usage humain des être humains (traduit par Pierre-Yves Mistoulon), Paris, Points Sciences, 2014.

Notes

1 Loi relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense et la sécurité nationale : Loi no 2013-1168 du 18 décembre 2013 parue au JO no 294 du 19 décembre 2013.

2 La critique d’une telle idéologie technicienne et la mise en exergue des contradictions qu’elle génère sont un enjeu central de la ligne éditoriale de la revue Hermès.

3 La démocratie est vulnérable dans la mesure où elle renvoie à l’expression d’un désir (lui-même fragile). Comme l’écrit Jean-Luc Nancy : « Si la démocratie a un sens, ce doit bien être celui de ne point disposer d’autorité identifiable à partir d’un autre lieu et d’un autre élan que ceux d’un désir – d’une volonté, d’une attente, d’une pensée – dans lequel s’exprime et se reconnaisse une vraie possibilité d’être tous ensemble, tous et chaque un de tous » (Nancy, 2008, p. 29).

4 Parmi les autres contributeurs de cet ouvrage : Yves Citton, Gabriel Périès, Bernard Stiegler, Elie During et Philippe Mengue.

5 Ce numéro important intitulé Traçabilité et réseaux (dont nous republions dans le présent volume les articles de Pierre Piazza et d’Hubert Bouchet) fut coordonné par Michel Arnaud et Louise Merzeau (2009).

6 Ces réflexions ont initialement été proposées dans le cadre de la journée d’études Technologies de la sécurité, mobilité et exceptionnalité qui s’est tenue le 5 mai 2011 à l’Institut Mines-Télécom à Paris et qui fut co-organisée par l’équipe de recherche ETOS de Télécom École de Management et le CERI de Sciences Po, avec la participation, entre autres, de Didier Bigo, Annie Blandin, Laurent Bonelli, Fernanda Bruno, Pierre-Antoine Chardel, Marie Goupy, Claudine Guerrier et Gabriel Périès. Le présent volume renvoie souvent aux travaux initiés à cette occasion.

7 Nous renvoyons sur ce point aux analyses de Cécile Lafontaine, 2004.

8 Éric Sautedé met à cet égard justement en évidence le rapprochement téléologique entre « nouvelles technologies » et « progrès humains », comme si les nouveaux outils de communication pouvaient se soustraire aux interrogations sur le contexte et les fins. Se profile ainsi une « mystique de la technologie de la libération ».

Auteur

Professeur de philosophie sociale et d’éthique, responsable de l’équipe de recherche « Éthique, Technologies, Organisations, Société » (ETOS) à Télécom École de Management, a été membre du Centre de recherche Sens, Éthique, Société (CERSES, UMR 8137 – CNRS/Paris Descartes) de 2008 à 2013. Il a été Visiting Scholar à la New York University. Il est directeur adjoint du Laboratoire Sens et Compréhension du Monde Contemporain (LASCO), Université Paris Descartes/Institut Mines-Télécom. Il est également co-fondateur et co-responsable de la chaire « Valeurs et politiques des informations personnelles » (http://cvpip.wp.mines-telecom.fr/). Ses recherches portent sur les enjeux éthiques et herméneutiques des technologies numériques, ainsi que sur l’évolution des processus de subjectivation, des espaces politiques et des imaginaires sociaux à l’ère de la rationalité technique. Derniers ouvrages : Zygmunt Bauman. Les illusions perdues de la modernité (CNRS Éditions, 2013) ; Écologies sociales. Le souci du commun, en co-direction avec Bernard Reber (Éditions Parangon, 2014).

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search