Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

II. Le processus de civilisation et sa critique

Chapitre 7. Norbert Elias et la cour : l’observateur attentif face au grand théoricien

Jeroen Duindam

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Société de cour, La Civilisation des mœurs et La Dynamique de l’Occident réunies semblent constituer le « big-bang » de l’histoire anthropologique d’Elias. Or, le concept de civilisation avancé par Elias a pris naissance alors qu’il étudiait un phénomène historique bien précis : la curialisation des guerriers. Selon lui, des guerriers appartenant à la noblesse, mais assez grossiers et indisciplinés, se sont transformés, selon un long processus étroitement lié au renforcement des structures étatiques dans l’Europe du Moyen Âge et du début de l’ère moderne, en hommes de cour aux bonnes manières. Cette caste a dû quitter les places fortes qu’elle détenait et a été « domestiquée » en vivant à la cour. Dans ce nouvel environnement très fermé, les conflits de rang et de statut ont pu être adroitement exploités par le détenteur du pouvoir pour créer des rapports de concurrence. Les nobles se sont alors livrés à des batailles symboliques, attisées par les stratégies du seigneur régnant. ...

Auteur

Jeroen DUINDAM enseigne l’histoire à l’université d’Utrecht.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search