Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

II. Le processus de civilisation et sa critique

Chapitre 6. Le concept d’autocontrainte et son usage historique

André Burguière

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On ne peut comprendre la portée théorique d’une œuvre comme celle de Norbert Elias et la place qu’elle occupe aujourd’hui dans les sciences sociales sans évoquer les conditions de sa réception. Or, sa réception en France (ou plutôt la participation des historiens à cette réception) est suffisamment étonnante pour retenir l’attention. Sans entrer dans le détail historique de cette réception maintenant bien connue (Garrigou et Lacroix, 1997), je voudrais rappeler certains traits qui expliquent dans quel contexte intellectuel et même historiographique son œuvre a été lue par les historiens et en quoi elle a modifié, sur certains points, le cadre même du raisonnement historique.

J’aimerais surtout montrer en quoi la pensée d’Elias a permis, en particulier par le truchement de concepts comme ceux de processus de civilisation et d’autocontrainte, d’élargir le champ de ce qu’on appelle aujourd’hui l’anthropologie historique et de consolider son assise théorique. Une question à la frontière ...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search