Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

I. Elias et l’anthropologie générale

Chapitre 4. Les anthropologues et l’agnosticisme du développement

Stephen Mennell

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’emprunte l’expression d’« agnosticisme du développement » à K.A. Wittfogel qui l’a utilisée dans Le Despotisme oriental (1957 ; 1964) pour dénoncer le relativisme moral qui prévalait à l’époque dans certains milieux universitaires à propos de l’étude des sociétés totalitaires. Je l’emploierai dans un contexte moins chargé affectivement pour critiquer certains aspects de ce que R. Aya (1996 ; 2000) a appelé « la malédiction du relativisme cognitif culturel » en anthropologie.

Je voudrais ici prendre en considération deux traits principaux de l’agnosticisme du développement :

  1. L’idée que l’on ne peut jamais déterminer la direction d’un processus de changement social ou qu’une direction ne peut être déterminée que dans certaines tendances facilement quantifiables et indiscutables à long terme, comme la division du travail et le progrès technologique. Même si les aspects matériels du changement à long terme ne sont pas affectés par l’agnosticisme du développement, les tenants de cette ap...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search