Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

I. Elias et l’anthropologie générale

Chapitre 3. Elias et la tradition anthropologique1

Jack Goody

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En retravaillant sur Elias, je comptais m’intéresser à sa contribution à l’histoire culturelle et aux études comparatives, deux domaines dans lesquels je me suis engagé et que l’anthropologie récente a négligés.

Mais, en retournant aux textes majeurs d’Elias, je ressens plutôt le besoin de commenter sa méthode et ses interprétations culturelles du point de vue de l’anthropologie. Son ouvrage sur la sociologie historique de l’Europe aide en effet à jeter une certaine lumière sur la question de l’universalité de ses théories et sur l’évolution même de sa problématique propre.

La façon dont Elias voit l’« autre » est en fait révélatrice de son attitude envers « nous » et envers notre culture, notre propre « processus de civilisation ». J’ai rencontré Elias en Afrique alors qu’il était professeur de sociologie à l’université du Ghana. J’ai eu alors l’impression qu’il savait très peu de choses à propos du continent et de ses peuples et qu’il n’avait pratiquement rien lu sur le sujet. Comme...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search