Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

I. Elias et l’anthropologie générale

Chapitre premier. Le regard ethnologique de Norbert Elias

Hermann Korte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un poème d’abord, puis quelques citations tirées d’une correspondance, un essai enfin paru dans la revue hebdomadaire Die Zeit serviront mon propos.

Le poème se trouve dans le recueil Los der Menschen publié en 1986. Le texte ne compte que trois lignes :

How strange they are,
How strange I am,
How strange we are.

Je voudrais m’intéresser à la double rupture dans la relation avec l’étranger. J’ai eu l’occasion de faire quelques voyages avec N. Elias. En 1966, je l’ai accompagné dans le sud de la Grèce et en 1969 à l’ouest de la Turquie et sur l’île de Samos. J’ai fait aussi avec lui des voyages plus modestes en Suisse. Il observait les étrangers et l’étrangeté faisait vraiment corps avec sa réflexion :

Comme les autres sont étranges,
Comme je suis étrange,
Comme nous sommes tous étranges.

En d’autres termes, comment saisir le sens de notre propre existence et les relations que nous configurons avec les autres. L’âge venant, Elias s’est d’ailleurs montré de plus en plus sceptique au sujet de l...

Auteur

Hermann KORTE est professeur émérite de sociologie de l’université de Hambourg. Il est membre du comité de la Fondation Norbert Elias à Amsterdam.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search