Desktop versionMobile Version

Bande dessinée et lien social

 | 
Éric Dacheux

Quand la bande dessinée devient dessin animé : « Persepolis »

Pauline Escande-Gauquié

Anmerkungen des Autors

Revue Hermès no 54, La bande dessinée : art reconnu, média méconnu, 20091.

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

L’adaptation filmique d’une bande dessinée redéfinit l’œuvre initiale qui se métamorphose et se place en perspective pour parler à un spectateur et non plus à un lecteur. L’étude comparée d’une séquence de la bande dessinée Persepolis de Marjane Satrapi – adaptée en 2007 au cinéma par son auteur lui-même et Vincent Paronnaud (prix du jury à Cannes) – montre comment l’expérience technique et médiologique du film transforme la puissance créatrice de la bande dessinée. La bande dessinée comme le film sont de véritables embrayeurs d’imaginaires mais leur structure de communication convoque différemment le spectaculaire et le spectateur-acteur. La transformation révèle dans quelle mesure, selon un dispositif dense et complexe, les deux médias font émerger des œuvres caractérisées par des stylistiques qui se mêlent et s’anaphorisent.

Arrêt sur image

La bande dessinée est un art séquentiel où le récit se donne à lire de manière à la fois graphique et spatiale. Persepolis s’inscrit dans la li...

Autor

Docteur en sémiologie. Elle est maître de conférences au Celsa (université Paris-Sorbonne), où elle est également directrice adjointe du laboratoire Gripic (Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication).

© CNRS Éditions, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search