Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essai sur la royauté sacrée en république mexicaine

 | 
Danièle Dehouve

Annexe. Propositions méthodologiques pour l’observation

Texte intégral

1L’organisation sociale d’une communauté indienne est trop complexe pour qu’une simple observation sans questionnement en relève tous les aspects. De plus, une longue habitude de dissimulation vis-à-vis du pouvoir étatique fait que, souvent, les Indiens ne répondent à l’ethnologue que si celui-ci a posé une question directe qui montre qu’il est déjà au courant. Or, la théorie classique du système des charges ne prédispose pas à poser les bonnes questions. Par exemple, au cours de notre premier séjour de terrain dans la communauté de Xalpatlahuac, nous n’avons jamais demandé si les mayordomos pratiquaient l’abstinence sexuelle, et pourtant nous savions que c’était le cas des hommes qui effectuaient les rituels propitiatoires de la pluie. Nous sommes passée à côté d’une information essentielle, parce que nous partions d’une idée fausse : la séparation entre la dévotion aux saints catholiques et les rituels « païens », entre les charges faisant partie de l’échelle hiérarchique et celles pratiquées clandestinement.

2Il s’ensuit qu’il est utile de traduire les principes généraux développés ci-dessus en une méthodologie pour l’observation. Il faudra éviter certains écueils : il serait faux de ne s’intéresser qu’aux charges rotatives au détriment des charges permanentes, souvent essentielles de notre point de vue ; dommageable de différencier l’étude du rituel de celle du système des charges, alors que chacune se nourrit de l’autre.

LA STRUCTURE D’ENSEMBLE

3Le « système de royauté sacrée » que nous avons défini est une organisation d’ensemble de la société autour d’un petit noyau de fonctions à la fois politiques et rituelles – le gouvernant (ou groupe de gouvernants). Ce noyau peut être répliqué dans des groupes qui reproduisent, à leur niveau, à la fois la structure de ses charges et son modèle rituel. Il existe deux sortes de répliques : la réplique périphérique et la réplique subalterne.

Le noyau central et les groupes périphériques

4Les groupes ou répliques périphériques sont représentées, par exemple, dans les groupes à la dévotion d’un saint patron nommés mayordomías. Il en existe souvent plusieurs dans une communauté, qui se répartissent des moments du cycle rituel annuel, selon le modèle concentrique suivant.

Le noyau central et sa réplique subalterne

5Le second type de réplique est la réplique subalterne. Il existe très souvent dans les communautés indiennes une subdivision administrative ou coutumière entre le centre et les villages ou hameaux subalternes. Il faut envisager la possibilité que le gouvernement des hameaux soit une réplique du gouvernement central, c’est-à-dire tenu par un ou plusieurs personnages remplissant les fonctions « royales » à leur niveau. Nous avons montré que c’est le cas des principales de hameaux au Chiapas, et des représentants municipaux de comisarías au Guerrero, selon le modèle hiérarchique suivant :

Niveau supérieur : personnage et groupe central

Niveau subalterne : personnage et groupe central répliqués

CHARGES ET FONCTIONS DANS LE NOYAU CENTRAL

6Le « noyau central », « noyau dirigeant » ou « groupe gouvernant » désignera la personne ou l’ensemble de personnes assumant les fonctions politiques et rituelles – aujourd’hui le représentant municipal ou les titulaires qui l’entourent.

7Les deux notions clés de l’observation et de l’analyse sont la fonction et la charge. La fonction qualifie la tâche ou l’activité assumée, et la charge, le poste public. L’ethnologue recueille d’abord des noms de charges. Ces noms sont différents selon les communautés et désignent des postes qui se répartissent les fonctions de façon variable. Celles-ci forment un ensemble cohérent, mais elles ne sont pas données d’emblée par l’observation et doivent être déduites par l’analyse.

8Nous avons qualifié de « royales » les fonctions remplies par le groupe gouvernant. La liste qui suit a été établie à partir de données recueillies dans des communautés très traditionnelles. Dans des régions plus acculturées, il se peut que ne subsistent que quelques-unes de ces fonctions.

Les fonctions « royales »

9Nous les avons subdivisées en trois grands groupes :

  • les fonctions coercitives rassemblent l’exécutif, l’intermédiation vis-à-vis de l’État national, l’autorité et la justice. Il faudra garder en mémoire qu’elles ne sont pas nécessairement sécularisées et être attentif à l’intervention du chef de l’exécutif dans la bonne marche de l’organisation rituelle, notamment le fonctionnement des mayordomías ;
  • les fonctions sacrées comprennent les activités pénitentielles (jeûne, abstinence sexuelle, réclusion, veille, rituels expiatoires, bain lustrant) et rituelles (intronisation, sacrifices exécutés au nom de la communauté) ;
  • les fonctions sacerdotales sont celles des « prêtres », à la fois prieurs, intercesseurs, maîtres de cérémonie, parfois garants de la prospérité et responsables du malheur solidairement avec le gouvernant. On préférera le terme de prêtre à celui de chamane, malheureusement d’emploi courant dès que l’on se réfère à un spécialiste religieux indien.

10Le pouvoir est ambivalent : d’une part, il s’appuie sur un complexe expiatoire et, de l’autre, il offre le prestige et autorise l’usage légitime de la coercition. Des qualités opposées caractérisent donc le détenteur du pouvoir : victime, impur, châtié et responsable du malheur collectif, d’une part, chef à la « voix de commandement » et porteur de bâton cérémoniel (la vara ou bastón), de l’autre. Selon les cas, un seul personnage réunira en lui ces deux aspects contradictoires (par exemple le président municipal), ou plusieurs personnages se les répartiront (par exemple, le président municipal et le síndico, ou un alcalde).

11Un problème particulier : Qui sont les principales ? Ce nom de charge est extrêmement répandu dans tout la Mésoamérique, mais il désigne des fonctions différentes selon les endroits. Nous avons montré plus haut que le terme de principal peut s’appliquer au personnage qui réplique la fonction de gouvernant au niveau administratif subalterne – le hameau – (au Chiapas), au prêtre (au Guerrero), ou à des acolytes du gouvernant (un peu partout).

Les fonctions subordonnées

12Les personnages détenteurs des fonctions « royales » sont assistés par des acolytes, nommés regidores, principales ou autres. Bien que ceux-ci accompagnent les premiers dans l’accomplissement de leurs activités politiques et rituelles, ils s’en distinguent foncièrement. Seul le gouvernant ou le groupe de gouvernants remplit les fonctions de garant de la prospérité (c’est-à-dire qu’il attire le malheur sur la collectivité s’il meurt en cours de mandat) et de responsable du malheur collectif (s’il exécute une pénitence défectueuse).

CHARGES ET FONCTIONS DANS LES GROUPES PÉRIPHÉRIQUES

13Les personnages ou groupes périphériques sont les responsables du culte d’un saint (mayordomos), ou tout autre titulaire chargé de célébrer une fête annuelle, que ce soit sa raison d’être affichée ou non. Ils remplissent, à leur niveau, des fonctions « royales ». Leurs pratiques pénitentielles et rituelles doivent être analysées selon le schéma utilisé pour le noyau gouvernant.

14Dans les cas extrêmes d’acculturation, il peut ne subsister qu’une mayordomía, comme vestige du système de royauté sacrée, après la disparition du noyau central aux fonctions politiques et rituelles. On peut rechercher dans un tel groupe, même isolé, les fonctions « royales ».

15Ces fonctions « royales » théoriques sont les mêmes que dans le noyau central, à l’exception des fonctions coercitives qui n’appartiennent qu’à ce dernier. On est donc susceptible de trouver dans une mayordomía les fonctions pénitentielles, rituelles, sacerdotales, de garant de la prospérité et de responsable du malheur. Il faut rechercher si les titulaires remplissent des fonctions de garant de la prospérité et de responsable du malheur et à quel niveau : par rapport à eux-mêmes, à leur famille proche ou à leur groupe.

16Les personnages dirigeant les groupes périphériques sont assistés par des acolytes, parfois nombreux et spécialisés.

17Dans notre perspective, des enquêtes menées systématiquement dans les communautés indiennes en suivant ce protocole permettraient, d’une part, d’affiner le modèle de « royauté sacrée » et l’analyse du pouvoir politique et, d’autre part, d’approfondir notre compréhension du processus de sécularisation des fonctions et de mesurer l’importance de l’acculturation subie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1979/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540