Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essai sur la royauté sacrée en république mexicaine

 | 
Danièle Dehouve

Introduction

Texte intégral

1Une royauté sacrée au sein d’une république moderne ? Voilà une proposition qui choque par son anachronisme. La royauté sacrée est une forme de gouvernement que l’on a tendance à rejeter dans un passé lointain et révolu. Le Mexique, en particulier, a connu de telles monarchies, mais au temps des Aztèques et des Mayas, dont les sociétés ont été détruites par la Conquête espagnole. On considère généralement avec l’anthropologue mexicain Gonzálo Aguirre Beltrán (1953, p. 46) que le caractère sacré du chef précolombien a rapidement disparu avec la colonisation, tandis que les sociétés autochtones subissaient un processus accéléré de sécularisation.

2C’est donc en excluant toute référence à la sacralisation du pouvoir que l’on a tenté de décrire l’organisation sociale des Indiens modernes, dont la population est répartie dans de grosses communautés villageoises, structurées par des ensembles de postes administratifs et rituels que l’on nomme « systèmes des charges ». Ceux-ci, auxquels participent tous les hommes du groupe, cultivent la complexité en subdivisant les tâches et en multipliant les fêtes, de façon différente dans chaque village. Comment élaborer un modèle général au sein duquel prendraient place les variantes locales ? Les débats n’ont pas manqué, mais n’ont jamais débouché sur une théorie d’ensemble satisfaisante. Je me propose de montrer que ces « systèmes des charges » représentent la version moderne d’une société à royauté sacrée.

3Depuis la fin des années 1960, je mène des recherches chez les Indiens du Guerrero, au Mexique. Il y a peu, j’ai découvert que les habitants d’une municipalité intronisent chaque année leur maire, en célébrant un rituel semblable à celui que les Aztèques utilisaient pour saluer l’avènement d’un nouveau souverain. De plus, les habitants sont convaincus que leur sort – prospérité, maladie ou mort – est lié à la personne du gouvernant et à la façon dont celui-ci accomplit les rituels. Ces données, qui ont été exposées dans un film (Dehouve et Prost, 2004), m’ont conduite à reconsidérer le système des charges ; j’envisage aujourd’hui celui-ci comme un ensemble édifié autour d’un personnage qui remplit encore les fonctions propres à un roi sacré. Ce dernier fait figure de chaînon manquant vis-à-vis de la théorie de l’organisation sociale indienne et sa découverte permet de tracer une continuité de la période précolombienne à nos jours.

4Cette enquête n’est pas exposée sous la forme d’un ouvrage historique, mais d’un essai qui parcourt le temps et l’espace pour défendre une thèse, celle de la survivance d’un système de royauté sacrée. Ce faisant, cet essai doit aussi parcourir les théories qui ont marqué les sciences sociales au siècle dernier. Car il faut à tout prix désenclaver le débat sur l’organisation sociale indienne, le soustraire à son cadre étroitement géographique, faute de quoi on ne pourra ni critiquer durablement les représentations anciennes, ni jeter les fondements d’une nouvelle problématique. L’anthropologue Arthur Maurice Hocart écrivait : « Un système social est toujours unique lorsqu’il est considéré dans tous ses détails, mais il ne l’est jamais quand on étudie ses grandes lignes » (Hocart, 1938, p. 118). C’est de ces grandes lignes que cet essai prétend traiter.

5Le premier chapitre expose les théories classiques du « système des charges » indien, pour faire le constat de leur échec et en signaler la raison. L’orientation sociologique qui a présidé aux observations des ethnologues ne concevait l’organisation sociale que sous l’angle de la « stratification » et de la « hiérarchie ». Ailleurs dans le monde, de grands noms, tels ceux de Max Weber, Talcott Parsons et Louis Dumont, sont associés à cette position, mais sa faillite est évidente en ce qui concerne les Indiens mexicains. Pour fonder une nouvelle réflexion dont le point de départ est l’existence d’un roi sacré, il faut ensuite explorer les théories sur la royauté sacrée, largement répandue sur tous les continents et à toutes les époques, lire les grands textes à la lumière des interrogations suscitées par notre objet : James Frazer, Arthur Maurice Hocart et d’autres signalent des pistes, offrent des catégories d’analyse à affiner, sinon parfois à critiquer (chap. II). Enfin, les ouvrages des chroniqueurs qui, au xvie siècle, ont parlé de l’ancien Mexique (chap. III), ceux des historiens de l’époque coloniale (chap. IV) et des ethnologues modernes (chap. V et VI) doivent être relus pour tenter de dégager des principes de fonctionnement social inaperçus jusqu’à présent.

6Il y a deux enjeux à cette entreprise. Il s’agit, tout d’abord, de proposer à l’ethnologie une nouvelle façon de rendre compte de la structure des communautés indiennes. Les meilleures théorisations de la royauté sacrée montrent qu’on ne peut se contenter de définir ce type de monarchie par l’existence d’un roi. Ce n’est pas seulement un mode de gouvernement, mais une forme de société, tout entière édifiée pour conquérir la prospérité collective au moyen de rituels. Selon moi, les « systèmes des charges » représentent un cas particulier d’une telle construction sociale et rituelle. Cette problématique doit conduire à proposer une méthode pour l’observation des communautés indiennes, car trop d’aspects essentiels de leur fonctionnement sont ignorés dans les monographies, rendant impossibles la compréhension et la comparaison.

7Il est ensuite question d’apporter aux théories concernant la royauté sacrée la contribution de données inédites et originales. En effet, on aura sans doute rarement l’occasion d’étudier la survie d’une société à royauté sacrée sur une aussi longue période historique (près de cinq siècles depuis la Conquête espagnole), au sein même d’un système politique occidental formé tout d’abord sous la colonisation espagnole, puis dans le cadre du Mexique moderne. Le pouvoir sacré, que l’on aurait pu croire particulièrement vulnérable aux offensives de l’État moderne et aux atteintes de la sécularisation, manifeste une souplesse et une puissance d’adaptation dont il faut élucider les ressorts. Il constitue une forme de liaison entre le politique et le religieux particulièrement efficace et résistante, parce que mise en œuvre, non par son seul gouvernant, mais par l’entièreté de l’organisation sociale.

  • 1 Nous remercions Marie-Hélène Delamare d’avoir relu et préparé ce manuscrit, ainsi qu’Anne-Marie Vi (...)

8L’ensemble géographique concerné est un peu plus vaste que le seul Mexique. Excluant la partie la plus septentrionale de ce pays, il comprend le Guatemala et plusieurs autres nations d’Amérique centrale, jusqu’au Nicaragua. Telles sont, en effet, les limites de la Mésoamérique, aire culturelle qui a tout d’abord été définie par les archéologues en fonction de certains traits, tels que l’agriculture d’irrigation, l’architecture monumentale, un type de calendrier, et d’autres caractéristiques auxquelles nous ajouterons une forme particulière de royauté sacrée. Les populations indiennes, passées et présentes, peuvent bien se rattacher à un grand nombre de groupes linguistiques différents, elles n’en forment pas moins un ensemble culturel homogène. Cette notion a pour nous une valeur méthodologique, puisqu’elle définit l’ensemble régional au sein duquel on étudiera le passage des monarchies précolombiennes aux actuels systèmes des charges1.

Notes de fin

1 Nous remercions Marie-Hélène Delamare d’avoir relu et préparé ce manuscrit, ainsi qu’Anne-Marie Vié-Wohrer qui a mis à notre disposition sa connaissance des manuscrits anciens qui illustrent cet ouvrage.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540