Version classiqueVersion mobile

L'humain augmenté

 | 
Édouard Kleinpeter

Homme augmenté et augmentation de l’humain

Bernard Claverie et Benoît Le Blanc

Note de l’éditeur

Inédit

Texte intégral

1Le terme « augmentation » désigne, lorsqu’il se réfère à l’homme ou à l’humain, un ensemble de procédures, méthodes ou moyens, chimiques ou technologiques, dont le but est de dépasser les capacités naturelles ou habituelles d’un sujet. Ce dépassement peut concerner le corps ou l’esprit, être plus ou moins durable, ou même venir modifier la lignée génétique. Il correspond au concept anglo-saxon human enhancement, que l’on devrait traduire par l’idée d’un rehaussement de l’humain.

2On distingue les notions d’homme augmenté (qui s’applique à un individu particulier) et d’humain augmenté (qui porte sur la généralité de l’espèce, sur tous les individus ou sur une large part d’entre eux). Dans le premier cas, l’augmentation concerne les capacités ou aptitudes d’un individu impliqué dans une situation qui dépasse ses propres limites, et à qui la technologie et/ou la chimie permettent de compenser ce manque. Celui-ci peut être dû soit à un handicap ou à une diminution temporaire ou chronique, soit à la complexité de l’environnement et des tâches à accomplir. Il s’agit en quelque sorte de « mettre à niveau » un individu en l’augmentant pour qu’il atteigne un niveau de performance requis par la tâche à effectuer. Dans le second cas, la démarche est différente. Elle a pour ambition l’évolution d’une lignée par le traitement systématique du plus grand nombre de ses membres, ou par modification durable et transmissible de ses caractéristiques génétiques. Le transhumanisme* envisage ainsi l’augmentation des individus par évolution technologique durable de l’espèce humaine.

Augmentations chimiques et pharmacologiques

  • 1 Effet psychologique correspondant à une focalisation de la sphère attentionnelle sur quelques élém (...)
  • 2 Diminution du besoin de sommeil. L’hyposomnie se différencie de l’insomnie par son absence de trou (...)
  • 3 En rapport avec le nycthémère. Alternance d’un jour et d’une nuit, correspondant à un cycle biolog (...)

3Certaines substances permettent d’intervenir sur les organes moteurs par augmentation de la masse musculaire et de la physiologie de l’effort, ou par action directe sur certains capteurs sensoriels ou sur certains réseaux neuronaux spécialisés dans des tâches mentales. Ces produits peuvent ainsi favoriser ou modifier les perceptions, agir sur l’attention par diminution physiologique du traitement des informations périphériques (effet de tunnelisation1) et par augmentation des ressources allouées à une tâche principale (focalisation). D’autres modifient les besoins et règlent les phases de sommeil en fonction de périodes déterminées (hyposomnie2, synchronisation nycthémérale3), etc. D’autres encore peuvent valoriser des processus cognitifs spécifiques (attention sélective ou partagée, calcul, réflexion, mémoire, etc.). Le recours à ces drogues est aujourd’hui fréquent, dans les domaines sportif ou militaire, où il est moins connu mais effectif. Il l’est tout autant, au-delà de ces usages classiques, dans des pratiques plus ou moins contrôlées, notamment dans le monde professionnel et universitaire, ou encore dans des pratiques artistiques originales. Il correspond à des augmentations individuelles ou en petits groupes, pour la performance ou le partage d’expérience, et peut avoir des effets secondaires délétères, voire conduire à des comportements excessifs qui permettent alors de le repérer.

  • 4 Du grec noos, esprit ; tropos, courber – littéralement qui courbent l’esprit, l’assouplissent ou l (...)

4Les traitements de l’humeur ou de la pensée en psychiatrie et dans certaines altérations neurologiques s’inscrivent dans le cadre classique de la neuropharmacologie clinique. Les drogues nootropes4 ont vocation à agir sur le rapport cerveau/pensée en modulant la physiologie pour une correction cognitive. L’usage de ces nootropiques chez le sujet sain est considéré par certains comme un moyen privilégié d’augmentation. Il permet d’améliorer le confort, la vigilance, la performance, la motivation, l’attention, la mémoire et l’affectivité, mais surtout de maîtriser le malheur, la douleur et la souffrance ou d’autres dimensions de la vie mentale considérées par les transhumanistes comme superflues et nuisibles à l’existence de tous et donc à l’évolution sociale et culturelle, et même à l’évolution humaine.

  • 5 Structures d’échelle nanométrique capables d’absorber ou fixer des éléments spécifiques pour ensui (...)

5Au-delà de la simple incorporation par voie orale ou par injection (comme c’est le cas par exemple dans le dopage ou dans l’usage de nanoéponges5 contre des bactéries), deux voies sont aujourd’hui ouvertes : l’introduction de minimachines permettant la délivrance in situ de produit actif, et l’insertion de matériel électronique de stimulation (électrodes) dans des organes ou des structures spécialisés dans la production d’hormones, psychoactifs ou autres substances. Une autre voie consiste à modifier le génome pour cette production rendue ainsi « naturelle ».

Augmentation technologique

6Les technologies de l’augmentation de l’humain font appel à des techniques, méthodes et matériels issus des sciences portant sur la manipulation atomique (nanotechnologies), le gène (biotechnologies), le bit (sciences de l’information) ou le cerveau (cognitique* et technologies cognitives). La convergence de ces technologies est classiquement désignée sous l’acronyme anglo-saxon NBIC, que l’on peut traduire en français par nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives. Cette convergence NBIC* correspond à l’association interdisciplinaire de ces quatre champs d’application scientifique majeurs du début du siècle, qui se rapprochent chaque année davantage pour fusionner partiellement et peut-être, à terme, totalement.

7La nanotechnologie (on désigne sous ce terme l’ensemble des nanotechnologies) vise à créer des produits manufacturés, matériaux ou structures, machines moléculaires ou robots autonomes, de l’échelle du nanomètre (1 nm = 0,000 001 mm). Le but est d’agir directement au niveau élémentaire de la matière pour modifier durablement sa structure ou son fonctionnement. La biotechnologie agit à des échelles similaires ou un peu plus importantes, en modifiant physiquement, chimiquement ou génétiquement les composants du vivant (cellules, génome). Elle peut avoir une vocation médicale (biotechnologies rouges), agricole ou alimentaire (biotechnologies vertes), ou industrielle pour dépolluer, produire des nouveaux composants ou des nouveaux carburants, etc. (biotechnologies grises).

8L’informatique et l’électronique regroupent un ensemble de procédés de fabrication, de miniaturisation et de dispersion de capteurs, calculateurs et/ou mémoire mis en relation et permettant l’implémentation* de programmes autonomes et embarqués pour une intelligence artificielle spécifique (smart components) ou généralisée (global artificial intelligence).

  • 6 Conception centrée sur l’utilisateur : ensemble des procédures de conception de produits manufactu (...)
  • 7 Expression anglo-saxonne signalant la prise en compte de l’homme, usager ou utilisateur, dans la b (...)
  • 8 La transparence des interfaces correspond à une qualité de fluidité des interfaces amenant l’utili (...)

9La cognitique (ou sciences cognitives appliquées) développe des méthodes et interfaces entre le monde naturel et artificiel, entre usagers et machines, avec une vocation d’intégration de l’homme dans les systèmes (IHS) notamment numériques, de prise en compte de ses caractéristiques, contraintes ou préférences dans le processus de conception (humancentered design6, man in the loop7, etc.), de facilitation des rapports aux instances robotiques (notamment en cobotique, voir plus bas), de transparence8 des interfaces (interactions homme-machine), et à terme d’intégration corporelle d’éléments artificiels sous forme d’entités hybrides (hommes implantés, cyborgs) ou même décorporéisés (upload, voir plus bas).

Maturité

  • 9 Respectivement, implants insérés dans l’oreille interne (au niveau de la cochlée) et sur la tuniqu (...)
  • 10 En français rétroaction ou rétrocontrôle psychobiologique. Ensemble de techniques utilisant la mes (...)

10On peut classer ces augmentations selon le degré de maturité de ces procédés : existants, émergents, ou spéculatifs. Les premiers sont relativement bien connus. Ainsi, la chirurgie réparatrice (implants mammaires, greffes) ou techno-fonctionnelle (pacemakers cardiaques, implants cochléaires ou rétiniens9) est à la base d’une certaine biologie numérique améliorative. La pharmacologie a également été promue pour la recherche de la performance ou d’un état mental jugé meilleur. Si l’usage des exosquelettes* a été initié après-guerre, c’est tout récemment que ces appareils sont utilisés dans le militaire ou le spatial, dans le handicap moteur ou pour l’aide à l’effort de personnes âgées. Les anciennes techniques nootropiques électriques (courants transcrâniens, électrochocs, électricité transcérébrale en anesthésie) ont donné naissance à des recherches sur la stimulation ou l’usage de champs magnétiques facilitant des tâches cognitives. Elles ont également permis le développement de techniques de biofeedback10 dans lesquelles les sujets apprennent à maîtriser et augmenter des états mentaux considérés comme favorables.

  • 11 Ensemble des techniques de bricolage biologique non contrôlé permettant la modification transitoir (...)

11Les techniques de traitement et de manipulation génétiques constituent un domaine distinct. Le biohacking11 ne concerne plus un individu transitoirement équipé ou augmenté, mais un homme durablement modifié. Le dopage génétique en est une variété. Ce dopage correspond à l’application à un sujet sain, pour une meilleure performance ou dans la lutte contre le vieillissement, des techniques de thérapie génique telles que celles destinées à régénérer les muscles de patients atteints de dystrophie musculaire. Le principe consiste à utiliser des virus inactivés capables d’amener les gènes dans les cellules visées, pour y produire des enzymes et des protéines utiles à la performance (croissance du tissu musculaire ou protection de dégradation, production d’hormone érythropoïétine dans le muscle, facteur de croissance dans un cartilage).

  • 12 Ensemble des techniques et procédures de recherche menées de manière confidentielle et n’ayant pas (...)

12Les technologies en émergence correspondent généralement à une amélioration des précédentes. Cette évolution concerne principalement la bioingénierie moléculaire, l’ingénierie génétique et la neuro-ingénierie. Si le développement actuel est principalement à visée réparatrice, productive ou environnementale, on imagine de nouvelles pistes espérées pour la prévention ou l’amélioration, notamment pour l’allongement de la durée de vie de certains tissus ou organes, et même de l’individu dans son intégralité. Cette évolution est corrélative de plusieurs facteurs. Pour les techniques géniques, les enjeux financiers, les difficultés d’un contrôle de leur usage illégal chez les sportifs, et plus généralement la lutte contre le vieillissement sont des moteurs efficaces. Une recherche « grise12 » permet des applications discrètes dont le but est de littéralement nettoyer le génome de certains éléments délétères ou contraignants. Il s’agit là d’une augmentation en « en moins » ou substitutive, par suppression de facteurs limitants.

  • 13 Anglicisme dérivé du latin pervadere, « aller de toute part, se propager, s’étendre, envahir ». En (...)

13Les technologies numériques embarquées représentent, elles, un domaine d’augmentation en « en plus ». Les éléments favorisant se retrouvent dans la diminution des coûts, la miniaturisation (capteurs intelligents, processeurs et mémoires) et la pervasion13 de l’information toujours radio-accessible et connectée de manière massive et rapide à des bases de données de plus en plus complètes. On différencie ici les systèmes embarqués externes (supportés) et internes (implants, hybridité). Si les premiers ne posent de problèmes qu’en matière de résistance d’usage, de formation des utilisateurs ou d’environnement technologique adapté, les seconds sont confrontés à des problèmes physiques d’immunité, de psychopathologie de l’effraction corporelle, d’obsolescence technologique et de maîtrise de l’énergie, chacun revêtant un aspect éthique important.

14Le body hacking est un champ émergent, souvent non organisé et le fait, encore, d’initiatives individuelles. Il correspond à une sorte de « bricolage » du corps par des personnes qui testent une transformation d’eux-mêmes par adjonction de composants implantés, pour vivre des expériences nouvelles. Des sujets s’implantent par exemple des puces de radio-identification (RFID) facilitant la reconnaissance homme/machine, ou des capteurs magnétiques dans la pulpe des doigts pour de nouvelles sensations. Certaines initiatives artistiques reposent également sur de telles modifications corporelles fonctionnelles (voir Fourmentraux, 2012). Pour l’instant on ne connaît pas d’expériences d’amputation substitutive, mais l’évolution rapide des composants électroniques laisse la question ouverte.

  • 14 Augmentation des capacités de mémoire, tant en ce qui concerne l’acquisition des souvenirs et conn (...)
  • 15 Littéralement, cortex cérébral situé hors du corps humain. Il s’agit d’une métaphore désignant un (...)
  • 16 Courant de pensée interprétatif du fonctionnement psychologique qui postule l’existence de contenu (...)

15Le domaine des technologies spéculatives est évidemment hypothétique. Il concerne le futur de la convergence NBIC et celui du transhumanisme. Il entremêle les progrès de l’informatique et ceux de la génétique (bionumérique) par des nanomachines, pour des bénéfices corporels ou cognitifs. On citera respectivement le souhait de maîtrise des maladies, du vieillissement, de la douleur et du plaisir pour l’augmentation du corps, l’hypermnésie14, la facilitation de l’attention spécifique, l’aide à la décision et la maîtrise de l’erreur, ainsi que l’intelligence globalisée pour celle de l’esprit. Il convient également de citer un courant de recherche portant sur le projet d’implémentation de la pensée sur des réseaux électroniques ou bioélectroniques (upload), laissant espérer un « exocortex15 » ou une pensée distribuée et partagée dans le Web. De tels développements reposent sur une ambition de dématérialisation hors du corps, voire après la mort, et sur un postulat épistémologique fort : le cognitivisme dualiste16 avec l’existence d’une possible pensée désincarnée. Celui-ci permet d’envisager alors de se débarrasser des limites et contraintes du corps humain, pour un avenir posthumaniste* augmenté qu’il reste à définir, et surtout à maîtriser.

Perspective critique

16L’évolution des technologies du numérique, du matériau et du vivant, notamment dans l’infiniment petit, et l’omniprésence de leurs produits dans la vie de chacun ont changé notre perception des artefacts, de leurs usages et de leur complémentarité face aux activités de l’homme. La production mondiale de composants électroniques, celle de matériaux nouveaux, et à moindre niveau, celle de substances bioactives, ont progressé par vagues croissantes et de plus en plus rapides. Chaque étape correspond à une nouvelle révolution technologique, produit des artefacts nouveaux qui se diffusent et finissent par s’hybrider avec les activités humaines devenues incapables de faire sans eux.

  • 17 IdO : extension d’Internet à des choses et des lieux dans lesquels se situent des objets physiques (...)

17Le plus spectaculaire en la matière est le domaine numérique. Après avoir intégré les ordinateurs dans les activités scientifiques, puis celles de travail, de jeu et de communication, ce sont les réseaux qui sont apparus (voir Letonturier, 2012). Les objets interconnectés ont suivi, et probablement que les robots de demain, avec lesquels il nous faut déjà apprendre à vivre, vont prendre une place majeure. À l’étape actuelle, entre l’internet des objets17 et le monde des robots autonomes, ce sont des « cobots » qui voient le jour pour une robotique collaborative. Le cobot assiste aujourd’hui le geste d’un opérateur humain en démultipliant ses capacités en termes d’effort, tout en lui laissant l’initiative et le contrôle. L’exosquelette en est un exemple, où l’individu est dans le robot. Le bras manipulateur chirurgical en est un autre, où la personne est hors du robot. Les lunettes de vue augmentée en sont une troisième forme, où l’humain porte le mécanisme, à la fois dedans et dehors. Demain, ces dispositifs largement connectés à l’environnement pénétreront le corps et probablement le cerveau, grâce à la convergence NBIC, en même temps qu’évoluent la relation que nous entretenons avec le corps et la perception culturelle que nous avons de son effraction en fonction de l’âge, du milieu social ou de la nécessité instrumentale. L’homme augmenté deviendra alors hybride, à la fois naturel et artificiel, mais aussi intérieur et extérieur, avec des morceaux de lui-même hors du corps, dans l’environnement, le réseau ou même autrui.

Conclusion

18Chacune des méthodes ou des techniques d’augmentation doit être examinée en fonction de deux dimensions : son accessibilité et sa contrainte d’usage.

  • 18 Le luddisme est un mouvement anti-industriel anglais du début du xixe siècle, qui s’est concrétisé (...)

19Le premier domaine est évidemment contingent des moyens technologiques, de leur acceptabilité et de leur diffusion. Si les prix des technologies d’usage individuel sont en décroissance, on peut toutefois se demander si des produits manufacturés d’une haute qualité nécessaire à un usage sécurisé, seront accessibles au plus grand nombre ou si l’on n’est pas à la veille d’une nouvelle ségrégation entre hommes « bien augmentés » et « mal augmentés », en fonction des contraintes financières ou du contrôle de la diffusion des technologies. On peut également imaginer une frontière entre ces hommes augmentés et des hommes naturels, contraints économiquement ou politiquement de le rester, ou refusant cette augmentation (idéologie techno-luddite ou bio-luddite18).

20À l’opposé, on peut s’inquiéter de la contrainte d’usage, d’une dérive sociale imposant des utilisations d’augmentation, pour la sécurité et le contrôle des hommes, pour l’accès au travail ou la maîtrise des conditions de travail, et plus généralement pour l’accès à l’information et à la culture, etc. Cette contrainte peut être explicitement et même implicitement imposée à des personnes non volontaires, ou trop faibles pour en prendre la décision (marquage de personnes âgées, d’enfants, de prisonniers, de personnes non ou mal informées, etc.). La question de l’obsolescence des produits manufacturés et des méthodes dans un monde numérique en perpétuelle évolution est également posée comme l’une des grandes limites du projet d’augmentation technologique. Ces augmentations vont engendrer des nécessités de maintenance, des obligations d’abonnements, des coûts récurrents, etc. Le financier va bien entendu envahir l’éthique de l’augmentation, alors qu’elle nous semble aujourd’hui insuffisamment pensée. Enfin, la perspective transhumaniste et ses développements potentiels posthumanistes promus par certains, appellent une grande vigilance et nécessitent une réelle prise de conscience face à un mouvement puissant, peu connu en Europe et surtout en France, dont une des conséquences confine à l’unification culturelle par le numérique et les technologies NBIC, et qui va promouvoir l’augmentation humaine comme l’un des enjeux socioéconomiques majeurs des prochaines années.

Bibliographie

Références bibliographiques

Claverie, Bernard, L’homme augmenté. Néotechnologies pour un dépassement du corps et de la pensée, Paris, L’Harmattan, coll. « Cognition & formation », 2010.

Fourmentraux, Jean-Paul (dir.), Art et science, Paris, CNRS Éditions, coll. « Les Essentiels d’Hermès », 2012.

Letonturier, Éric (dir.), Les réseaux, Paris, CNRS Éditions, coll. « Les Essentiels d’Hermès », 2012.

Notes

1 Effet psychologique correspondant à une focalisation de la sphère attentionnelle sur quelques éléments de l’environnement, en négligeant de manière inconsciente les éléments périphériques ou hors-champs qui pourtant pourraient être importants, voire primordiaux. La tunnelisation s’accompagne de négligence.

2 Diminution du besoin de sommeil. L’hyposomnie se différencie de l’insomnie par son absence de troubles associés. Contraire de hypersomnie.

3 En rapport avec le nycthémère. Alternance d’un jour et d’une nuit, correspondant à un cycle biologique approximatif de 24 heures et correspondant habituellement à une période de veille et une période de sommeil. Les substances favorisant la synchronisation nycthémérale sont utilisées dans les phases de décalage horaire (3/8 en usine, jet lag, etc.).

4 Du grec noos, esprit ; tropos, courber – littéralement qui courbent l’esprit, l’assouplissent ou l’adaptent à une forme donnée. Les drogues nootropes (ou les nootropiques) sont celles qui ont une influence sur la pensée et l’esprit.

5 Structures d’échelle nanométrique capables d’absorber ou fixer des éléments spécifiques pour ensuite être elles-mêmes éliminées ainsi chargées par les voies naturelles.

6 Conception centrée sur l’utilisateur : ensemble des procédures de conception de produits manufacturés prenant en compte prioritairement les exigences, préférences et contraintes des utilisateurs de ces produits et des usagers des systèmes incluant ces produits.

7 Expression anglo-saxonne signalant la prise en compte de l’homme, usager ou utilisateur, dans la boucle de conception des produits ou services.

8 La transparence des interfaces correspond à une qualité de fluidité des interfaces amenant l’utilisateur humain à oublier la présence du dispositif technologique. Cette qualité est recherchée dans le contexte d’interfaces (dites) naturelles, faisant appel à des comportements spontanés, ne nécessitant pas d’apprentissage ou que peu d’habitation, et qui s’affranchissent des contraintes de différences physiques, culturelles ou de formation des utilisateurs.

9 Respectivement, implants insérés dans l’oreille interne (au niveau de la cochlée) et sur la tunique sensible de l’œil permettant la vision (rétine) et constitutive du nerf optique.

10 En français rétroaction ou rétrocontrôle psychobiologique. Ensemble de techniques utilisant la mesure électrique de fonctions organiques afin de permettre au sujet d’agir consciemment ou inconsciemment sur son état mental ou corporel pour maintenir le niveau souhaité d’un indice biologique recherché. On a utilisé le biofeedback notamment pour le contrôle des émotions, du stress ou dans les techniques de relaxation.

11 Ensemble des techniques de bricolage biologique non contrôlé permettant la modification transitoire ou durable d’une caractéristique du corps. Le biohacking se réclame d’une position intellectuelle proche, pour ce qui est de la biologie, de celle des hackers pour l’informatique.

12 Ensemble des techniques et procédures de recherche menées de manière confidentielle et n’ayant pas vocation à faire l’objet de publication à destination de la collectivité scientifique.

13 Anglicisme dérivé du latin pervadere, « aller de toute part, se propager, s’étendre, envahir ». En sciences et technologies de l’information, la pervasion correspond à la diffusion à travers toutes les parties du système d’information et dans l’ensemble des contextes spatiaux et temporels de sa diffusion.

14 Augmentation des capacités de mémoire, tant en ce qui concerne l’acquisition des souvenirs et connaissances, que pour leur maintien, leur gestion et leur accessibilité pour des tâches cognitives plus efficaces.

15 Littéralement, cortex cérébral situé hors du corps humain. Il s’agit d’une métaphore désignant un système artificiel dont le fonctionnement est compatible avec celui du cerveau humain, et qui lui permet d’acquérir, de stocker, de préserver et d’utiliser des aptitudes, des stratégies et des contenus extérieurs directement comme s’ils étaient supportés par le cerveau lui-même.

16 Courant de pensée interprétatif du fonctionnement psychologique qui postule l’existence de contenus mentaux supportés par le cerveau, à la manière dont l’ordinateur supporte le programme et traite des informations. Il existe pour ce courant deux mondes : celui des pensées et celui des cerveaux biologiques, l’un n’étant pas réductible à l’autre. À l’opposé, des courants connexionnistes ou émergentistes considèrent que la pensée est une production du fonctionnement cérébral, voire est le fonctionnement cérébral lui-même, et ne peut exister en dehors de celui du cerveau biologique.

17 IdO : extension d’Internet à des choses et des lieux dans lesquels se situent des objets physiques communicants. Alors que l’internet est habituellement limité et contraint par le monde informatique, l’IdO l’ouvre à l’ensemble du monde physique grâce aux technologies d’identification, de géopositionnement et d’indexation directe avec les bases de données du monde internet. L’IdO recoupe partiellement la notion de pervasion.

18 Le luddisme est un mouvement anti-industriel anglais du début du xixe siècle, qui s’est concrétisé par une révolte violente des artisans et ouvriers contre les industriels et s’est caractérisé par le bris de machines mettant en danger l’emploi et le travail. Par analogie, on qualifie de techno-luddites ou de bio-luddites les positions intellectuelles et les mouvements parfois extrêmement violents qui s’opposent aux progrès technologiques et biologiques actuels.

Auteurs

Psychologue et physiologiste. Professeur à l’Institut polytechnique de Bordeaux, il est directeur de l’École nationale supérieure de cognitique (ENSC), animateur du DAS « Interaction hommes-systèmes » du pôle de compétitivité Aerospace Valley, coanimateur du groupe programmatique « Contenus, connaissances, interfaces, interactions et robotique » de l’alliance nationale Allistene, membre fondateur du pôle Aquitaine de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC).

Maître de conférences HDR et directeur adjoint de l’ENSC à l’Institut polytechnique de Bordeaux. Intégré à l’IMS (UMR 5218, Bordeaux) et chercheur associé à l’ISCC, il travaille en intelligence artificielle, dans le domaine de la représentation et de la gestion des connaissances. Ses travaux portent sur la formalisation et l’exploitation des connaissances issues d’expertises humaines ou de documentations techniques.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search