Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps dans tous ses états

 | 
Gilles Boetsch
, 
Dominique Chevé

Représentations du corps du malade

Du corps au cadavre pendant la Grande Peste de Marseille (1720-1722). Des données ostéo-archéologiques et historiques aux représentations sociales d’une épidémie

Michel Signoli et Olivier Dutour

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les corps objets de notre étude sont des corps vieux de trois siècles, victimes d’une maladie foudroyante qui les a très rapidement fait passer à un statut de cadavre, il y a près de trois siècles, au cours de la Grande Peste que connut la ville de Marseille entre 1720 et 1722. Aujourd’hui un certain nombre de lieux de mémoire, qu’ils soient témoins architecturaux ou muséographiques nous rappellent cette épidémie. La fouille, en 1994, d’un charnier datant de cette épidémie a permis d’aborder d’autres représentations sociales relatives à l’apparence de la mort et à celle de la maladie, notamment à la notion de contagiosité de la peste. Nous aborderons successivement ces trois aspects dans le cadre de cette étude.

LES LIEUX DE MEMOIRE DE L’EPIDEMIE DE 1720

Le souvenir de l’épidémie de peste de 1720-1722, qui fut à la fois la dernière que connut Marseille et l’une des plus sévères, est de nos jours encore très présent dans la cité phocéenne. Cette image vivace dans la mémoire collective ...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540