Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps dans tous ses états

 | 
Gilles Boetsch
, 
Dominique Chevé

Apparence et construction du corps

Le corps du Canaque dans le regard des savants (1860-1940)

Joël Dauphiné

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le mot « canaque », qui signifie « homme » en langue polynésienne, fut d’abord utilisé pour nommer les indigènes de Tahiti et des archipels voisins, dans les années 1840-1850. Il a ensuite été adopté pour caractériser les Néo-Calédoniens, puis, par extension, une partie des Mélanésiens du Pacifique (îles Salomon, Fidji, Nouvelles-Hébrides). Après 1945, avec la décolonisation qui affecte une grande partie de l’aire océanienne, l’usage du mot « canaque » s’est de nouveau réduit aux seuls autochtones de Nouvelle-Calédonie1.

Par leur regard, c’est-à-dire leur manière de voir, d’observer, d’examiner, de nombreux savants européens eurent l’ambition de rendre le monde plus intelligible, notamment par l’étude des divers peuples extra-européens dont l’existence leur était progressivement révélée. Se voulant objectifs, ils collectèrent des renseignements, des mesures, des objets même, qu’ils classèrent et s’efforcèrent d’intégrer dans une réflexion scientifique portant sur l’ensemble de l’huma...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540