Version classiqueVersion mobile

La diversité culturelle

 | 
Paul Rasse

Diversité culturelle et construction des identités ultramarines

Jean-Pierre Doumenge

Note de l’éditeur

Reprise1 du no°32-33 de la revue Hermès, La France et les Outre-mers. L’enjeu multiculturel, 2002

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Historiquement, l’identité* de la France s’est construite en une dizaine de siècles à partir d’une mosaïque de « peuples » qui ont consenti, parfois dans la douleur, à partager le même territoire, dès lors que le pouvoir royal établi à Paris s’est avéré assez fort pour assurer leur protection en cas d’agression extérieure. Toutefois, le « peuple français » ne qualifie globalement les populations résidant entre l’Atlantique et le Rhin, la mer du Nord et la Méditerranée qu’avec l’émergence du concept de « nation », lors de la « fête de la fédération » (1790). Les populations des quatre « vieilles colonies » (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion) s’y sont trouvé agrégées en 1946, en obtenant le statut de « département d’outremer » (DOM). Les populations vivant à Saint-Pierre-et-Miquelon y ont été associées en 1976 (le TOM mutant en DOM) et celles établies à Mayotte en 2001 (la « collectivité départementale » évoluant en DOM en 2011).

Avec l’avènement de la construction européenne (19...

Auteur

Professeur émérite en géographie et aménagement à l’Université Paul-Valéry (Montpellier 3). Pendant trente ans, il a été chercheur au CNRS, travaillant sur les modes d’organisation territoriale, de gestion de la diversité culturelle, en particulier dans les espaces insulaires (appui CNUCED, Unesco, ACCT/AF), et la compréhension de la répartition des maladies transmissibles dans la zone intertropicale (DMP-TDR program à l’OMS & ANRS France). « Visiting fellow » à l’EWC d’Honolulu, il a été directeur du Centre des hautes études sur l’Afrique et l’Asie modernes à Paris et recteur de l’académie Antilles-Guyane.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search