Version classiqueVersion mobile

Sacrifices en Islam

 | 
Pierre Bonte
, 
Anne-Marie Brisebarre
, 
Altan Gokalp

Cinquième partie. Transgressions et recompositions

Chapitre 15. « Ouvrir toutes les portes ». Le sang sacrificiel chez les Gnawa du Maroc

Bertrand Hell

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour sûr, les Gnawa ne sont pas bavards. Questionnés sur le culte de possession dont ils sont les dépositaires reconnus dans le Maroc contemporain, musiciens comme adeptes répugnent à formuler un discours exégétique. La sujétion au sirr (le secret, le mystère de l’initiation) n’est pas seule en cause. Entre les adeptes eux-mêmes prévaut une communication fondée principalement sur une transmission du savoir par imprégnation, sur l’expérience vécue du rituel, sur l’approche partagée de l’ineffable. Comme toutes les voies du soufisme, la connaissance des Gnawa repose sur cette image de « saveur », d’« avant-goût » (dhawq) qu’évoque au xiie siècle le maître al-Ghazzâlî (Lings, 1977, 66-67).

Voilà pourquoi, comme le souligne le philosophe E. Zolla dans sa préface d’un ouvrage consacré à la cosmogonie des Gnawa, suivre la vérité du mythe : « […] ne peut se faire à partir du langage car, à mesure que s’épaississent les proliférations à partir de chaque terme, un moment arrive où le discours...

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search