Version classiqueVersion mobile

Sacrifices en Islam

 | 
Pierre Bonte
, 
Anne-Marie Brisebarre
, 
Altan Gokalp

Première partie. Introductions

Chapitre 3. La « Fête du sacrifice ». Le rituel ibrâhîmien dans l’islam contemporain

Anne-Marie Brisebarre

Texte intégral

1Le 10 du mois de dhû l-ḥijja (dernier mois de l’année musulmane lunaire), correspondant au « jour du nah’r » – c’est-à-dire de l’immolation – pour les pèlerins de La Mekke, la communauté des croyants musulmans, umma, se manifeste en accomplissant une « réplique du sacrifice de Mina » (Chelhod, 1955b, 55) : c’est l’cayd al-kabîr (la grande fête) ou cayd al-aḍḥâ (fête du sacrifice) de l’aire arabophone, appelée aussi Kurban Bayramï par les Turcs, Tabaski par les Négro-Africains, Tfaska par les Berbères, Eid Zoha par les Pakistanais…

  • 1 Pour une description du sacrifice du pèlerinage voir Gaudefroy-Demombynes, 1923 ; Snouck-Hurgronje(...)

2Deux termes différents désignent ces deux sacrifices accomplis le même jour en commémoration du sacrifice d’Ibrâhîm/Abraham : le hady est le sacrifice inclus dans le pèlerinage, tandis que celui qui est effectué par les pères de famille hors de La Mekke s’appelle ḍaḥiyya. Ces deux sacrifices sont inscrits dans un temps limité, mais seul le premier est déterminé dans l’espace (La Mekke) ; le cadre naturel, mais non obligatoire, du sacrifice de l’cayd al-kabîr est la maison familiale. Cet article traitera du sacrifice familial de l’cayd al-kabîr, celui du pèlerinage n’étant évoqué qu’en contre-point1.

3Acte religieux qui ouvre un cycle rituel correspondant à la fin d’une année et au début de l’année nouvelle – l’câshûrâ’ se situe trente jours plus tard – l’cayd al-kabîr est aussi une grande fête familiale et sociale, la fête du pardon et du partage sous forme de dons de viande et de repas sacrificiels.

4Acte personnel, chaque chef de famille sacrifiant en son propre nom, il s’agit en même temps d’un rituel collectif par son accomplissement au même moment par l’ensemble de la umma : l’cayd al-kabîr engage d’abord chaque foyer, mais il est aussi vécu de façon communautaire au sein du village en milieu rural ou du quartier dans le contexte urbain. Chez les familles musulmanes en situation d’immigration, le versant identitaire – la recherche de « racines » – est aussi très présent lors de cette fête qui devient ainsi fête du souvenir.

  • 2 La pratique du sacrifice assurée par le monarque comme prémices de l’cayd al– kabîr semble dater d (...)

5La dimension sociale et communautaire de l’cayd al-kabîr est renforcée au Maroc par l’accomplissement solennel du sacrifice par le roi, à la fois chef religieux et politique : un sacrifice revendiqué comme la continuité de l’acte de soumission d’Ibrâhîm, commémoré par le Prophète lors du Pèlerinage de l’Adieu qui l’a ainsi inscrit dans les pratiques recommandées, sunna2.

6L’observation du sacrifice – l’acte d’égorgement – montre une remarquable unicité de la pratique et de la technique sacrificielles effectuées selon les règles édictées par la religion musulmane pour l’abattage rituel. En revanche de nombreuses différences ont été relevées en amont comme en aval de l’acte sacrificiel : dans le choix de l’animal et son traitement avant l’immolation, lors du dépouillement et de la découpe de la carcasse de la victime, à propos du partage de la viande dont une partie doit être donnée (ṣadaqa), mais aussi de la cuisine sacrificielle. Ces variantes sont surtout dues à l’importance de la part culturelle, parfois très locale, dans ces pratiques festives à l’occasion desquelles s’exprime aussi une certaine créativité des sacrifiants.

  • 3 Un tel « cayd sans sacrifice » a eu lieu au Maroc en 1996 : le roi a symboliquement sacrifié un mo (...)

7Si l’cayd al-kabîr est fêté par l’ensemble des musulmans, la pratique sacrificielle soulève aujourd’hui certaines réactions de rejet, en Europe de la part des protecteurs des animaux, mais aussi au Maghreb, dans les métropoles : d’un point de vue zootechnique, le sacrifice est dénoncé pour son impact négatif sur le cheptel local, les plus beaux reproducteurs mâles étant immolés. Régulièrement les dirigeants des pays du Maghreb appellent les musulmans à « s’abstenir d’accomplir le sacrifice de l’cayd », toujours pour des raisons économiques, les familles consacrant un budget très élevé à l’achat du mouton. S’y ajoute depuis peu une opposition idéologique urbaine qui prône l’arrêt de pratiques sanglantes, désignées comme indignes d’un pays évolué3.

  • 4 La synthèse de ces enquêtes qui concernent la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, la Turquie, (...)
  • 5 Voir la contribution de H. Benkheira au chapitre 2 de cet ouvrage.
  • 6 Dans le cadre de nos enquêtes en France, les textes musulmans cités par nos informateurs, qui ne m (...)

8Mon propos, dans les pages qui suivent, ne sera pas d’expliciter la référence ibrâhîmienne traitée par P. Bonte dans le premier chapitre de cet ouvrage, mais de donner une image de la diversité des pratiques et des discours des familles musulmanes lors de la fête et du sacrifice de l’cayd al-kabîr. La chronologie de la fête servira de fil conducteur à ce parcours fondé sur les enquêtes menées en milieu urbain4 de 1987 à 1997, ainsi que sur la bibliographie, d’ailleurs peu abondante, constituée en partie de notations ethnographiques sur le Maghreb de la période coloniale. Les exégèses musulmanes utilisées sont celles qui ont été citées par nos informateurs pour expliciter et justifier leur pratique sacrificielle. On ne trouvera donc pas ici une étude des textes islamiques de référence5, mais plutôt une analyse du discours musulman commun, s’appuyant plus ou moins sur ces textes, en fait souvent assez mal connus de nos interlocuteurs6.

STATUT ET SENS DU SACRIFICE DE L’CAYD AL-KABÎR

9Cet acte recommandé, mais généralement considéré comme non obligatoire, a été institué par le Prophète durant la deuxième année de l’Hégire. Il s’appuie sur le Coran (CVIII, 2 : « Prie ton Seigneur et sacrifie » et XXXVII, 107 : « Nous rachetâmes l’enfant par un bélier considérable »), la Sunna (la Tradition) et l’Ijmac (Consensus de la communauté musulmane).

  • 7 Ibnou Maja et Tirmidhî, cité par Eldjazaïri, s.d., 359.

10Le Prophète a dit : « L’homme n’accomplit pas une action plus agréable à Dieu le jour de l’cayd que celle d’offrir un sacrifice. Le jour de la Résurrection, l’offrande viendra intacte, avec cornes, sabots, poil et laine. Le sang qui en coule est estimé de Dieu avant même qu’il ne touche le sol […] C’est la tradition de votre père Abraham. »7

11Les musulmans rencontrés sur les lieux du sacrifice s’accordent sur ce point mais divergent sur d’autres, selon leurs origines, les traditions locales et les écoles juridiques de référence.

  • 8 Cet ouvrage a été écrit au xe siècle à Kairouan dans un but de vulgarisation. La traduction en fra (...)
  • 9 Le terme cayd, dans la suite de cet article, est employé pour cayd al-kabîr.

12Qui doit faire le sacrifice ? La lecture des exégèses fournit des éléments de réponse à cette question. La Risâla8 de Ibn Abî Zayd al-Qayrawânî, à laquelle se réfèrent les musulmans maghrébins de rite mâlikite, énonce que les sacrifices dits ḍaḥiyya « sont d’obligation traditionnelle pour qui peut les faire » (1979, 153). Le sacrifice le matin de l’cayd9 est « un acte sunna très recommandé à toute famille qui en a les moyens » (Eldjazaïri, s.d., 359). Thiam (s.d., 166-167) dit aussi que « celui qui est en mesure de se procurer une victime » se doit de sacrifier pour l’cayd. Cependant cet auteur précise que les différentes écoles juridiques divergent sur les « moyens » qui définissent le sacrifiant. Ainsi en Turquie et dans les régions sous influence ottomane, l’école hanafite prescrit le sacrifice au « fidèle qui possède cent dirhems ou une valeur équivalente indépendante de ce dont il se sert pour sa nourriture ». L’école ḥanbalite, présente au Pakistan et en Arabie Saoudite, désigne comme sacrifiant « le fidèle qui a le prix de la victime même s’il l’emprunte, pourvu qu’il soit en mesure, par la suite de régler la somme empruntée ». L’école mâlikite, influente au Maghreb et en Afrique subsaharienne, invite à sacrifier « le fidèle à qui le prix de la victime n’a pas fait défaut durant toute l’année ». Enfin l’école shâficite, dont les familles comoriennes que nous avons rencontrées en France se revendiquent, voit dans « le fidèle qui a le prix de la victime, après avoir mis de côté ce dont il se sert pour ses besoins et pour les besoins de ceux qui sont à sa charge durant les trois jours de fête », un sacrifiant potentiel. Une telle question prend tout son sens dans le contexte urbain de notre recherche, au sein de familles confrontées à la transformation des modes de vie et à la généralisation de l’économie monétaire et marchande.

  • 10 « L’islam qui fait intervenir la niya, ou intention réfléchie, dans tout acte religieux exige que (...)

13En islam le sacrifice est un acte masculin, accompli obligatoirement par un homme adulte et sain d’esprit10. Pour l’cayd al-kabîr, le premier rôle dans le travail rituel est confié au père de famille qui, chaque année, renouvelle le geste d’Ibrâhîm en même temps que celui du Prophète, revivifiant ainsi le pacte d’alliance avec Dieu. Cependant, tout au long de cette période de fête, les femmes participent activement au rituel dans le cadre domestique, les hommes en assurant la part publique et manifeste : ce sont elles qui nourrissent la future victime et lui dispensent des soins ; la parure de l’animal la veille de l’cayd est aussi de leur compétence. Le sang ainsi que certaines parties de la victime sont parfois utilisés par des femmes à des fins magico-thérapeutiques. Elles recueillent aussi les viscères qu’elles nettoyent et procèdent au brûlage de la tête et des pattes, avant de cuisiner les plats traditionnellement consommés lors des repas de ces jours de fête. Des morceaux de la carcasse peuvent être conservés pour d’autres repas festifs. Le tannage de la peau de la victime est aussi une activité féminine.

  • 11 Hammoudi compare à ce propos la mariée et la victime de l’cayd (1988, 176 sq).
  • 12 Après l’égorgement de la victime, les femmes versent de l’eau sur le sang répandu sur le sol et le (...)

14Dans les différentes étapes du déroulement du rituel de l’cayd, les femmes prennent donc en charge le domaine du biologique, jouant un rôle primordial dans la familiarisation, et même l’humanisation de la victime qui reçoit un nom. Elles sont aidées en cela par les enfants. Elles participent aussi à sa sacralisation par la parure qui vient embellir l’animal avant le sacrifice11. Si les pères de famille font couler le sang de la victime, ce sont les femmes qui en gèrent le devenir, assumant grâce au sel12 le dangereux rapport aux esprits, jnûn.

  • 13 Voir le chapitre 7, in Brisebarre, 1998.

15Dans le contexte français d’immigration et d’urbanisation où le sacrifice de l’cayd est de plus en plus souvent effectué sur un site collectif de sacrifice13, hors de l’habitation familiale, la femme n’a plus qu’un rôle culinaire. Certaines mères de famille sont cependant présentes au moment de l’achat de la victime : elles peuvent alors la voir vivante et la toucher, profitant ainsi d’un fugace instant d’appropriation et de familiarisation.

  • 14 L’islam indonésien accepte qu’une femme, chef de famille, offre le sacrifice de reraya qurbën (Bow (...)

16Dans ce même contexte nous avons constaté que des mères de famille veuves ou séparées de leur mari, ne voulant pas priver leurs enfants de la fête de l’cayd, assumaient un rôle de sacrifiante – celle qui offre la victime de l’cayd14. Dans leur pays d’origine, ces foyers monoparentaux auraient été conviés à partager le temps du sacrifice et de la fête avec des parents.

LE TEMPS LICITE DU SACRIFICE

17À La Mekke, lors du pèlerinage, le sacrifice hady a obligatoirement lieu le 10 de dhû l-ḥijja. Le sacrifice familial de l’cayd, ḍaḥiyya, bénéficie d’une prolongation de sa période de licéité de deux ou trois jours selon les différentes écoles juridiques musulmanes.

  • 15 Ces termes désignent les techniques d’égorgement : « le dhabh’ consiste à trancher la jugulaire de (...)

18Les musulmans de rite mâlikite se réfèrent à La Risâla : « Les jours du sacrifice sont au nombre de trois au cours desquels on égorge par dhabh’ ou par nah’r15 jusqu’au coucher du soleil du dernier. Parmi ces trois jours le premier est le préférable. Le fidèle qui laissera passer jusqu’à l’après-midi du premier jour sans faire son sacrifice fera bien, selon l’opinion de certains docteurs, d’attendre au lendemain matin du second jour » (Ibn Abî Zayd al-Qayrawânî, 1979, 156).

19Les fidèles de rites ḥanbalite et hanafite suivent les mêmes règles. En revanche les shâficites affirment pouvoir faire légalement le sacrifice pendant quatre jours (Thiam, s.d., 171).

20Dans les pays où l’islam est majoritaire, les familles sacrifient le jour même de l’cayd al-kabîr, toujours chômé ainsi le plus souvent que les deux ou trois jours suivants. Aujourd’hui de nombreux fidèles de confession musulmane vivent dans des pays où la religion islamique est minoritaire, en Europe par exemple. Dans ce cas, la fête de l’cayd al-kabîr n’est pas un jour férié national, ce qui rend plus difficile sa célébration. La fixation tardive de la date de la fête – en général le vendredi précédant le jour de l’cayd – ne facilite pas la demande d’un jour de congé auprès des employeurs. Cette situation peut amener des familles à reporter la fête et le sacrifice au week-end le plus proche.

  • 16 La racine arabe Ḍ.Ḥ.W. a le sens de « entrer dans le jour ». Le sacrifice préislamique avait lieu (...)

21Pour être licite, le sacrifice ḍaḥiyya doit avoir lieu le matin à l’heure ḍuḥâ16, après la prière de l’cayd. Les familles pratiquantes savent que le sacrifice fait avant cette prière n’est pas valable, même si l’immolation de la victime correspond aux règles de l’abattage rituel et que la viande ainsi produite est ḥalâl, consommable. Un ḥadîth précise : « Celui qui immole avant la Prière n’a que de la viande, son sacrifice n’est pas valable et il doit le recommencer » (Thiam, s.d., 169).

  • 17 Au Maroc, comme je l’ai déjà signalé, c’est le roi, en tant que commandeur des croyants, qui est c (...)

22Afin de déterminer l’heure de l’immolation, Mâlik demande au fidèle d’attendre le sacrifice de l’imâm de son bourg ou de « l’imâm le plus voisin » s’il n’y en a pas là où réside la famille (Ibn Abî Zayd al-Qayrawânî, 1979, 155). En sacrifiant de façon publique, l’imâm ou le shaykh, celui qui est considéré comme le plus haut personnage religieux du lieu17, ouvre ainsi localement le temps de l’égorgement rituel (Doutté, 1909, 462). Cependant, pour les autres écoles juridiques, il n’est pas illégal de sacrifier avant l’imâm, tout sacrifice effectué après la prière de l’cayd est licite (Thiam, s.d., 169-171).

LE CHOIX DE LA VICTIME SACRIFICIELLE

  • 18 Ce sont aussi celles qui sont licites pour l’abattage rituel musulman. À ce propos voir la contrib (...)
  • 19 À cette époque, le sacrifice hady était effectué surtout sur des animaux à bosse (chameaux et zébu (...)

23La victime du sacrifice de l’cayd al-kabîr doit être choisie parmi les « bêtes de troupeaux » (ancâm) comme pour le sacrifice hady du pèlerinage18 : cependant on constate une inversion par rapport à l’ordre préférentiel des victimes du rituel mekkois préislamique19 : camelin / bovin / ovin / caprin (Chelhod, 1975, 55-56). Le bestiaire sacrificiel de l’cayd s’ordonne selon la séquence préférentielle décroissante suivante : ovin / caprin / bovin / camelin (Ibn Abî Zayd al-Qayrawânî, 1979, 153) ; la référence à Ibrâhîm et à la substitution d’un bélier à l’enfant épargné est sans doute à l’origine du choix du mouton comme animal emblématique du sacrifice, aussi bien pour le pèlerinage actuel que pour l’cayd souvent désigné en France comme la « fête du mouton ».

  • 20 A. Gokalp, chapitre 10, in Brisebarre, 1998.

24Les enquêtes que nous avons menées durant plus d’une décennie montrent cependant la diversité des choix influencés par les habitudes culturelles et, sans doute, fonction de la disponibilité des espèces animales. Au Pakistan, en Indonésie et à l’île Maurice, par exemple, on sacrifie des veaux ou de jeunes bovins pour l’cayd. En Turquie, depuis peu, on se regroupe à sept familles sacrifiantes pour se procurer un veau, un achat collectif qui revient moins cher que celui d’un mouton par famille20. Les Comoriens ont exprimé leur préférence pour les caprins femelles dont « la viande est plus saine ». Enfin on immole toutes sortes d’animaux (poulet, canard, mouton, chèvre, buffle) selon la disponibilité à Sumatra où les montagnards Gayo affirment qu’on peut même sacrifier une sauterelle (Bowen, 1992).

  • 21 Ben Abdallah (1988, 117-118) décrit la circulation des moutons à Tunis pour l’cayd, avant la Deuxi (...)

25Le moyen d’acquisition de la victime du sacrifice ibrâhîmien doit bien sûr être licite : il est évident pour tous qu’on ne peut accomplir ce rituel avec une victime dérobée ! En milieu rural, l’animal est choisi dans le troupeau familial ou acheté chez un voisin éleveur. Les urbains se rendent au marché, ou dans une de ces grandes foires qui ont lieu chaque année aux portes des grandes villes21, certaines étant organisées par les municipalités qui prélèvent un droit de parcage auprès d’éleveurs nomades venus parfois de très loin et assurent en échange un encadrement policier pour éviter les vols de bétail ; d’autres se rendent dans une ferme, dans la campagne proche : la fête de l’cayd est l’occasion de fructueux échanges économiques entre ruraux et urbains qui n’ont, jusqu’à aujourd’hui, pas été étudiés.

26Effectué à la ferme, au marché ou lors d’une foire, pour le père de famille l’achat est un moment de valorisation d’un savoir zootechnique où l’œil et la main s’associent pour évaluer la qualité de la chair de la future victime ; c’est aussi l’occasion de transmettre ce savoir à ses fils.

  • 22 Ainsi, au Maroc, en 1993 un super-marché de Rabat proposait un rabais sur le mouton de l’cayd à to (...)

27Certains hommes disent éprouver un grand plaisir lors du marchandage qui permet d’obtenir l’animal tant convoité au meilleur prix. D’autres nous ont cependant affirmé, comme s’il s’agissait d’une règle édictée par l’islam, qu’il ne faut pas marchander le mouton de l’cayd. « On ne doit pas peser le mouton de l’cayd », nous ont enseigné d’autres musulmans. Pourtant, un nouveau lieu d’achat où le mouton de l’cayd se vend au kilo a vu le jour dans de grandes villes du Maghreb : des super-marchés organisent des ventes promotionnelles22, profitant de cette période d’intense activité économique pour prendre une place de plus en plus importante sur le marché du bétail.

  • 23 « Chez les ovins, les mâles non châtrés sont préférés, pour la ḍaḥiyya, aux mâles châtrés. Ces der (...)
  • 24 « La victime ne devra être ni borgne, ni malade, ni nettement boiteuse, ni maigre au point de ne p (...)

28Le choix de la future victime doit répondre à certains critères. Dans les textes exégétiques, on trouve des précisions sur l’espèce, le sexe (le plus souvent mâle non castré23), l’âge (entre six mois et un an au minimum selon les écoles juridiques), mais aussi l’état d’intégrité physique, d’engraissement et de santé de la victime qui doit être un animal parfait24. D’autres critères, se référant généralement à une tradition pastorale locale et incluant une dimension esthétique, définissent sa physionomie (couleur du poil et de la laine, présence ou absence de cornes, format…) : on cherche ainsi à acquérir « le plus bel animal ».

29Selon certains fidèles, en particulier au Maghreb, la meilleure victime pour le sacrifice ibrâhîmien doit ressembler à celle sacrifiée par le Prophète : « un grand et beau bélier cornu, qui mangeait dans le noir et regardait dans le noir » (Eldjazaïri, s.d., 361), c’est-à-dire un animal marqué de noir autour de la bouche et des yeux. Mais il y a parfois loin entre la victime idéale, digne d’être sacrifiée parce que parfaite, et celle que l’on peut acquérir en fonction de l’offre du marché, de la taille de la famille et de ses disponibilités financières. Ainsi, en milieu rural maghrébin, le bélier est parfois remplacé par un bouc, souvent un animal castré.

30Si les musulmans résidant en milieu urbain français rencontrent des difficultés pour trouver un mouton vivant, puis un lieu pour le sacrifier, le prix moyen des animaux proposés par les éleveurs français ne représente qu’un cinquième environ du SMIC. Ce qui rend le mouton « abordable », même pour une famille peu fortunée, comparé aux sommes à débourser au Maghreb, dans l’Afrique de l’Ouest ou en Turquie : au Maroc par exemple, en 1995, le prix d’un mouton variait de 1 000 à 4 000 Dirhams alors que le SMIC s’élevait à 1 400 Dirhams.

LE STATUT DE LA VICTIME DE L’CAYD AL-KABÎR

  • 25 En Afrique noire, l’élevage du « mouton de case » est une tradition qui n’est pas seulement liée à (...)
  • 26 Ce rituel renvoie aussi à la mythologie du sacrifice primordial, celui d’Abel, fils d’Adam, le pre (...)

31La victime choisie, surtout s’il s’agit d’un mouton, est si possible gardée dans la maison25. Elle partage la vie de la famille pendant quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, le temps d’être engraissée, et est traitée « à l’égal d’un être humain » (Hammoudi, 1988, 174). Le mouton de l’cayd est ainsi extrait du monde animal pour être intégré à celui des hommes, passant en quelque sorte de l’ordre de la nature à celui de la culture : il accède alors à ce statut d’être humanisé qui permettra sa sacralisation puis sa substitution au fils aîné26.

32La plupart des auteurs qui décrivent la fête de l’cayd al-kabîr au Maghreb, hier comme aujourd’hui, en milieu rural comme en ville, insistent sur cette familiarisation du mouton. De nombreux musulmans rencontrés lors de nos enquêtes en France ont aussi évoqué cette proximité homme-animal, regrettant que le contexte d’immigration et d’urbanisation dans lequel ils vivaient ne leur permette pas de faire entrer la victime dans l’espace domestique et que leurs enfants ne puissent « jouer avec le mouton, le faire manger, le faire boire et le baigner » avant l’heure du sacrifice.

Au pays, « il arrive parfois, à la ville surtout, que le bélier destiné au sacrifice, acheté tout jeune agneau, a été élevé à la maison ; on le traite alors avec bonté, comme s’il était l’enfant de la maison ; il joue avec les enfants et suit le maître comme un chien fidèle » (Bel, 1932, 104-105).
En milieu rural, « on l’attache dans le coin réservé au menu bétail, ou dans la petite écurie, à même la demeure familiale… On lui donne à manger les restes de tout, couscous, figues sèches et, les jours de fête, on lui met du henné comme aux autres membres de la famille » (Genevois, 1964, 6). En Kabylie, « quand on achète le mouton de la Fête, on dit “Pour la Fête, si Dieu en a ainsi décidé !” Avant de le faire entrer dans la maison, les femmes lui jettent de l’eau en disant : “Puisses-tu être pour nous une source de profit et de bonheur !” ou encore “Puissions-nous y trouver notre profit ; puisse-t-il éloigner de nous toutes les adversités !” » (Genevois, 1964, 6).

  • 27 Voir au chapitre 11, in Brisebarre, 1998.

33Dès l’arrivée de ce nouveau membre de la famille, les femmes lui attribuent « une identité nominale ». « Le nom est vite trouvé, Messawd, c’est-à-dire l’heureux ; ce nom demeure inchangé depuis des années ». Cet « heureux » est l’élu de la famille, celui qui assurera par sa mort la relation avec Allâh. H. Sidi Maamar27, qui rapporte cette observation faite à la fin des années 80 dans la banlieue d’Alger, ajoute que les femmes poussent des « youyous » de joie lorsque « le mouton de leur fils » pénètre dans la maison.

  • 28 « Certains prétendent que le mouton de la Fête comprendrait tout ce qu’on lui dit, surtout s’il s’ (...)
  • 29 A. Hammoudi (1988, 175) met en parallèle le sacrifice de l’cayd al-kabîr avec la circoncision et l (...)

34Ce mouton est censé connaître sa destinée, celle d’un martyr, et même le jour de sa mort28. Il doit être protégé du mauvais œil, aussi lui impose-t-on du henné, substance prophylactique souvent associée au sang qui coule mais aussi à la fête29. Tous ces rituels d’accueil et d’installation de la victime de l’cayd dans la maison sont le fait des femmes qui en assureront quotidiennement, jusqu’au moment fatal du sacrifice, les soins et l’alimentation.

35Les enfants nouent aussi des liens avec le mouton qui devient leur compagnon de jeu, ils le promènent dans la rue comme un « jouet mobile », le comparent avec ceux de leurs petits voisins et organisent des combats : le bélier qui en sortira vainqueur sera « le sultan des moutons » du quartier ou du village. À Tunis, les enfants réclament à leur père l’achat d’un mouton belgroun, « pourvu de cornes de sultan », et le parent de guirlandes de laine, toôma, en espérant qu’il sera le champion du quartier (Ben Abdallah, 1988, 119-120). Les enfants font sortir le mouton de l’cayd de la maison où il est à l’abri et l’exposent ainsi à l’admiration mais aussi à la convoitise des autres familles.

36Paré de guirlandes par les enfants et marqué au henné par les mères, le mouton est désormais aux yeux de tous la future victime de l’cayd. Sa consécration interdit de le vendre. Offert à Allâh, il n’appartient plus au sacrifiant et doit obligatoirement être sacrifié. Autrefois, on marquait de même les victimes hady du pèlerinage, quelle qu’en soit l’espèce : on les décorait de guirlandes (qilâda) de plantes ou de laine souvent de couleur rouge (Gaudefroy-Demombynes, 1923, 282), mais on pratiquait aussi sur elles des incisions.

  • 30 Ici aussi, on note un désaccord entre les écoles juridiques musulmanes, les mâlikites parlent, pou (...)

37« Une fois [sa victime] choisie, le pèlerin procédera à sa consécration par le taqlid et l’ishcâr. À cet effet, il lui suspend au cou une sandale (nacl) ou un morceau de peau30, et pratique, avec un fer de lance, une entaille dans sa bosse et parfois dans son dos (quand il s’agit d’un animal sans bosse). Ainsi consacré, le hady appartient désormais à la divinité » (Chelhod, 1975, 56).

  • 31 Voir les chapitres 6 et 7, in Brisebarre, 1998.

38Dès ce moment, il devient impossible de changer de victime, celle-ci est liée au sacrifiant : « si le fidèle égorge par erreur la victime d’un autre fidèle, le sacrifice n’est valable ni pour l’un, ni pour l’autre » (Doutté, 1909, 465). Aussi des musulmans qui, en France, ont recours au « sacrifice par procuration », l’animal étant immolé par le sacrificateur d’un abattoir ou d’un site collectif de sacrifice, craignent qu’il y ait confusion entre les victimes et demandent de « voir égorger » leur propre mouton31.

  • 32 Le pont Sirat est le pont suspendu qui permet d’atteindre le Paradis en passant au-dessus de l’Enf (...)
  • 33 Voir la contribution de M. Virolle dans cet ouvrage au chapitre 6.

39L’aboutissement de l’identification entre le sacrifiant et la victime sacrificielle est le rôle psychopompe qui est attribué à cette dernière, en accord avec cette parole du Prophète : « Engraissez les victimes que vous offrez à Dieu, car elles seront vos montures sur le pont Sirat32 » (Thiam, s.d., 168). En Kabylie, tous les membres de la famille enjambent le corps de la victime sacrificielle, juste après l’égorgement et les ablutions purificatrices faites sur le sang, « pour qu’elle les transporte au ciel » (Genevois, 1964, 12)33 ; à Sumatra, on dit que sur le dos d’un buffle sacrifié le jour de l’cayd plusieurs personnes pourront monter au Paradis le jour du Jugement dernier (Bowen, 1992).

40Mais la victime de l’cayd qui, comme les croyants, ressuscitera puisqu’elle a une âme – n’est pas seulement la monture du musulman, elle peut aussi l’aider dans sa quête du Paradis : « Celui qui a égorgé sept moutons le jour de la Fête n’ira pas en enfer (…). Irait également au Paradis celui qui mourrait à l’heure de l’immolation » (Genevois, 1964, 8 et note 8). Le même auteur précise plus loin que certains étendent la valeur salvatrice de la victime de l’cayd et de l’acte sacrificiel aux défunts disparus depuis moins d’un an, c’est-à-dire depuis la fête précédente, et affirment qu’on peut offrir le sacrifice pour le rachat des fautes de cette personne défunte. En Tunisie, ce sacrifice de rachat, qor’ban, est effectué la veille de la fête par des familles dont un membre est décédé depuis l’cayd précédent ; la carcasse de la victime est alors entièrement donnée aux pauvres en ṣadaqa (Ben Abdallah, 1988, 121).

LA VEILLE DE L’CAYD : L’ENTRÉE DANS LA FÊTE

41Le sacrifice de l’cayd étant la « réplique du sacrifice de Mina », le père de famille sacrifiant doit, comme le pèlerin de La Mekke, prendre « un certain iḥrâm » (Chelhod, 1955b, 55-56) : pour conserver l’intégrité de son corps, il ne doit pas se couper les cheveux et la barbe, ni les ongles ; il doit aussi s’abstenir de rapports sexuels la nuit qui précède la fête. Il mettra ainsi un terme à toutes les poussées biologiques de son corps (Hammoudi, 1988, 170). La sacralisation du chef de famille appelle celle de sa future victime sacrificielle dont la perfection est recherchée à travers les critères d’intégrité qui en guident le choix.

  • 34 Voir A. Gokalp (chapitre 10), in Brisebarre, 1998.

42En Turquie, en milieu rural, la purification de toute la maisonnée, lavée et vêtue de neuf, s’étend aux cimetières familiaux qui sont nettoyés et fleuris de bouquets parfumés34.

  • 35 On appelle cette fête de clôture du Ramadan l’cayd al-ṣaghîr (la petite fête).

43Certains adultes jeûnent durant la journée précédant la fête, tandis que d’autres prient pendant une partie de cette nuit considérée comme une nuit sainte. « Celui qui fait revivre la nuit qui précède le jour du sacrifice et celle qui précède la fête de fin de Ramadan35, ne mourra pas le jour où les cœurs mourront » (Thiam, s.d., 173).

44Au Maghreb, la veille de l’cayd les femmes préparent du henné dont elles décorent leurs mains et leurs pieds, ainsi que ceux des enfants. Le mouton est parfois gratifié d’une jolie plage de henné, une parure que les femmes complètent par un maquillage des yeux avec du khôl semblable au leur (Bel, 1932, 105-106 ; Hammoudi, 1988, 174) : un tel embellissement de la victime participe aussi à sa purification et à sa sacralisation, en souvenir du bélier sacrifié par Ibrâhîm qui, dit-on, était marqué de henné sur le front et une des pattes.

  • 36 En Kabylie, on ne donne plus de couscous, d’orge ou de figues au mouton de l’cayd environ quinze j (...)

45Depuis quelques temps déjà, le mouton ne reçoit plus de restes de la nourriture familiale, on lui donne seulement du foin. Ce changement de régime alimentaire tente de rompre le lien avec la famille que son alimentation domestique avait produit, à créer une distance entre la victime et le sacrifiant, mais aussi avec la femme qui l’a soigné comme son enfant pendant des jours, voire des semaines36.

46La nuit qui précède l’cayd, le mouton jeûne : il ne reçoit ni fourrage, ni eau. Certains donnent à cette abstinence une signification religieuse et la comparent, malgré l’inversion temporelle, avec le jeûne des hommes : ces derniers jeûnent le jour et mangent la nuit. D’autres invoquent une raison pratique, le jeûne du mouton évitant que sa viande soit « mouillée » et permettant d’opérer sur une carcasse plus « propre ».

47Dans les pays musulmans, à cette entrée dans le temps de la fête de la famille et du mouton s’ajoutent des signes visibles dans l’espace public : les marchés au bétail, la présence de moutons dans les rues où des camionnettes, des triporteurs et même des transporteurs à pied livrent les familles, leur hébergement sur les pelouses, les balcons, les terrasses, et le concert de leurs bêlements.

48À l’approche de l’cayd, les rues des villes s’animent aussi de nombreux petits métiers : enfants proposant des cordes pour attacher le mouton et de petits tas de foin, la ration d’une journée, pour le nourrir ; étals de couteaux, de brochettes, de grils, de kanûn et de charbon de bois pour les alimenter ; rémouleurs qui produisent une des « musiques » les plus caractéristiques du sacrifice, celle de l’affûtage des couteaux ; marchands de légumes et d’épices auprès desquels les femmes se fourniront en ingrédients pour cuisiner les plats particuliers à ces trois jours de fête.

49Sur les places, mais aussi sur les ondes de la radio, dans les bourgs comme dans les grandes villes, l’histoire d’Ibrâhîm, de sa soumission à Allâh et de la substitution du mouton à l’enfant épargné, est chantée par des musiciens ambulants, maddâh, les « louangeurs » (Ben Abdallah, 1988, 114 ; Hammoudi, 1988, 192).

LE JOUR DE L’CAYD : LA PRIERE ET LES DERNIERS PREPARATIFS

  • 37 Parmi les traditions liées à l’cayd al-kabîr, celle qui consiste à vêtir de neuf toute la famille, (...)
  • 38 M. Virolle (chapitre 6 dans cet ouvrage) rapproche aussi le traitement de la carcasse de la victim (...)

50Avant de se rendre à la mosquée ou à la mṣallâ pour la prière collective, les sacrifiants procèdent à des ablutions, puis revêtent leurs habits de fête37. La mṣallâ est un espace situé hors des murs du bourg, souvent près du cimetière. Un tel lieu renvoie au mythe ibrâhîmien, le sacrifice du fils devant être accompli loin de la maison paternelle, dans un espace inhabité. La prière de lcayd se rapproche de celle des morts38, en particulier de celle de l’enterrement des martyrs (Hammoudi, 1988, 169-171). Le sermon de l’imâm traite du sens de la fête, rappelle l’histoire d’Ibrâhîm et prodigue aux sacrifiants des recommandations techniques sur les règles d’immolation de la victime. La cérémonie se termine par le pardon mutuel et les vœux de fête que se souhaitent tous les assistants.

  • 39 « Il est recommandé qu’au retour [l’imâm] prenne un autre chemin qu’a l’aller. Cette recommandatio (...)

51Puis les sacrifiants rentrent chez eux39 où ils sont impatiemment attendus par les femmes et les enfants. Tout est prêt pour que soit accompli le rituel sacrificiel. Le cadre naturel du sacrifice ibrâhîmien est la demeure familiale, elle-même insérée dans un espace plus vaste, collectif, le quartier ou le village. C’est donc le plus souvent à la maison, mais plutôt dans la cour, sur la terrasse ou le seuil, parfois même dans la rue, qu’a lieu l’égorgement du mouton. Quel qu’il soit, l’espace choisi doit être propre, lavé à grande eau. Certaines familles le parfument par des fumigations de benjoin et d’autres aromates (Marty, 1946, 36).

  • 40 L’abattoir est un lieu dangereux car on y égorge quotidiennement des animaux. Tout ce sang versé a (...)

52Les familles musulmanes résidant en milieu urbain en Europe, donc soumises aux réglementations interdisant l’abattage d’un animal à domicile, doivent souvent se rendre sur un site de sacrifice organisé ou dans un abattoir40 pour faire l’cayd sans risquer la dénonciation des voisins non musulmans. Aussi certains Africains vivant en France et des Pakistanais résidant en Grande-Bretagne font le sacrifice « par procuration » : ils envoient de l’argent à leur famille restée au pays pour qu’on égorge en leur nom un animal.

  • 41 J’ai moi-même recueilli auprès d’un sacrifiant kabyle une pratique consistant à mettre dans la bou (...)

53Les derniers préparatifs de la victime avant le sacrifice sont, au Maghreb, le fait des femmes : lui donner de l’eau, lui apporter « dans une cuiller une bouchée rituelle » composée d’orge, de sel et de henné, trois ingrédients appartenant à l’ordre humain et présents dans de nombreux rituels, que les hommes lui feront « boire41 ». Après la distanciation avec la famille obtenue par l’interruption du partage de l’alimentation humaine durant les jours précédant l’cayd, à l’instant de l’égorgement rituel le lien est revivifié grâce à l’ingestion de ces denrées symboliques préparées par les femmes (Hammoudi, 1988, 177-179).

54La victime est souvent l’objet d’ablutions faites par les hommes, ultimes gestes préparant à l’immolation, l’eau purifiante étant versée sur le cou et les parties génitales du mouton. Le sacrifiant aussi a eu soin de se purifier par des ablutions avant de revêtir ses habits de fête.

55Les rôles de sacrifiant et de sacrificateur ne sont pas toujours confondus bien que le chef de famille soit le sacrificateur désigné par les textes : « L’homme égorgera lui-même sa victime en lui tranchant la jugulaire » (Ibn Abî Zayd al-Qayrawânî, 1979, 155). Cependant le sacrifiant peut déléguer l’acte sacrificiel à quelqu’un de la famille qui « sait » s’il a lui-même perdu le « savoir tuer », à un « haut personnage religieux » qui apportera un surplus de baraka, à quelqu’un qui « fait la prière » s’il ne se considère pas assez assidu, enfin à un boucher qui possède le savoir technique. Car chacun sait que si l’égorgement n’est pas effectué dans les règles, le sacrifice n’est pas valable et la chair de la victime devient inconsommable par la famille ; elle peut cependant être distribuée aux pauvres.

56Certains sacrifiants originaires d’Afrique de l’Ouest, craignant le contact du sang, substance dangereuse, font égorger et dépouiller leur victime par une personne de statut inférieur (casté ou ancien esclave). Cependant d’autres musulmans revendiquent comme un honneur l’acte de sacrifice : en Guinée, au Fouta, « ce sont les nobles qui égorgent, après pour couper (préparer la carcasse et découper la viande) on fait appel aux esclaves ». Au Maghreb, l’homme qui refuse de sacrifier parce qu’il se dit « impressionné par le sang » est souvent l’objet de moqueries et on met en doute sa virilité.

57Les méthodes employées par le sacrifiant pour déléguer son pouvoir à un sacrificateur sont multiples. Il peut baiser la main du sacrificateur, poser sa main sur celle de l’officiant, à moins qu’il ne la place sur la tête de ce dernier (Bel, 1932, 107). Il se fait guider la main par le sacrificateur ou se tient contre lui (Doutté, 1909, 466). L’instrument du sacrifice sert aussi d’intermédiaire pour accomplir la délégation : le sacrificateur égorge la victime avec le couteau du sacrifiant ; que le couteau appartienne au sacrificateur ou au sacrifiant, l’affûtage par le sacrifiant vaut délégation ; le sacrificateur présente le couteau au sacrifiant pour qu’il prononce dessus la formule dédicatoire (Ben Abdallah, 1988, 125 ; Marty, 1946, 36).

L’ACTE SACRIFICIEL

  • 42 Quardhaoui conclut son ouvrage Le Licite et l’Illicite en islam par un texte intitulé « L’islam es (...)
  • 43 Cette acceptation de la mort sacrificielle est décrite par J.L. Durand(1986, 74) à propos du sacri (...)

58Le fiqh prodigue aux fidèles certaines recommandations destinées à rendre cet acte, violent par essence, moins cruel pour la victime : ainsi le couteau de l’égorgement doit être affûté comme un rasoir, mais cette opération doit être effectuée hors de la présence de la victime ; de plus, au moment du sacrifice il ne faut pas lui montrer le couteau, ni égorger une autre victime devant elle. Ces règles qui sont aussi valables pour l’abattage rituel sont, selon Quardhaoui (1990, 47), destinées à tuer l’animal le plus rapidement possible et sans souffrance. Cet auteur se réfère à ces paroles du Prophète : « Dieu a prescrit de faire toutes choses avec humanité. Quand vous tuez, tuez humainement42 ». Une attention à la souffrance de la victime qui doit être d’autant plus grande que l’animal a longuement partagé la vie familiale. Aussi, alors que le mouton a été apprêté pour l’acte rituel, toute la famille guette dans son attitude la résignation face à la mort et l’acceptation de son rôle sacré, celui de substitut de l’enfant épargné, en souvenir d’Ismâcîl43.

  • 44 Les chameaux sont immolés debout, selon la technique du naḥr (voir ci-dessus note 15).

59La victime, dont trois pattes ont été entravées, la postérieure gauche étant souvent laissée libre « pour qu’elle puisse se libérer de son âme pendant son agonie », est couchée sur le côté gauche44, le cou tourné en direction de La Mekke, maintenue par un ou deux hommes. Les autres membres de la famille, en particulier les femmes et les enfants, se tiennent autour de la scène. C’est un moment grave, chargé d’angoisse pour tous les assistants car chacun connaît le sens du geste sacrificiel.

60Avant d’officier, certains sacrificateurs prononcent une formule par laquelle ils s’identifient physiquement à leur victime :

« Mon Dieu, cette victime me représente moi-même, sa chair représente ma chair ; son sang, mon sang ; ses poils, mes poils ; sa peau, ma peau ; ses os, mes os » (Doutté, 1909, 467). H. Genevois (1964, 12) cite cette autre dédicace en usage en Kabylie : « La victime est pour moi (ou pour un tel dont il dit le nom), que Dieu l’agrée comme II a agréé celle d’Abraham, son familier ; la viande, en mange qui veut ; la laine, s’en vête qui veut ; que le mérite soit réparti entre celui pour qui on l’offre et tous les gens de la famille. »

61Tous dédient leur sacrifice à Allâh en ces termes : « Au nom d’Allâh clément et miséricordieux, Allâh est le plus grand ». C’est la même formule qui est prononcée lors de l’abattage rituel et de la chasse, garantissant le caractère licite, ḥalâl, de la viande musulmane.

62L’acte sacrificiel consiste à trancher d’un seul coup la gorge (trachée-artère et œsophage) de la victime. D’un point de vue technique, le geste est identique à celui pratiqué lors de l’abattage rituel. Il y a cependant divergence entre les tenants des écoles juridiques sur l’opportunité de trancher en même temps les deux veines jugulaires (Bousquet, 1977, 219-220).

63Lorsque le couteau ouvre la gorge de l’animal, le sang s’écoule, signalant l’accomplissement de l’acte rituel. Officiants et spectateurs s’écartent, laissant la victime dont les derniers liens ont été tranchés se débattre et le sang se répandre sur le sol. Parfois, dans un dernier sursaut, l’animal libéré esquisse quelques pas, aspergeant les assistants de son sang, ce qui est considéré par certains comme porteur de baraka : plus elle se débat, plus elle apporte le bonheur sur la famille (Bel, 1932, 108). Car le sang est le véhicule de l’âme (nafs) de la victime laquelle ira au paradis après le sacrifice comme l’âme des croyants (Westermarck, 1926, 151-152 ; Bousquet, 1958, 40).

  • 45 Il entre dans la composition d’amulettes contre les jnûn, sert à des fumigations pour guérir les m (...)
  • 46 Le sang de la victime de l’cayd est souverain contre les crevasses : préventivement, au moment du (...)

64Le sang est une substance ambiguë : maîtrisé par la consécration à Allâh il est bénéfique, d’une extrême pureté et imprégné de baraka quand il coule de la gorge de la victime sacrificielle ; mais il est maléfique, impur et dangereux dès qu’il touche le sol où il devient la part des jnûn. Cette ambiguïté explique les différences dans le traitement du sang juste après l’égorgement. D’une part, on constate le strict évitement des hommes qui font disparaître par des ablutions toute trace de sang sur la gorge de la victime avant d’en entreprendre le dépouillement (Bel, 1932, 109, note 2) ; pendant cette opération ils se gardent bien de marcher dans les flaques sanglantes et interdisent aux femmes de les enjamber. Pourtant c’est souvent aux femmes qu’est confiée la tâche de faire disparaître le sang de l’espace sacrificiel en le diluant dans l’eau purifiante après l’avoir saupoudré de sel protecteur. D’autre part, dès que le couteau a entaillé la gorge de la victime, des femmes recueillent dans une louche ou une assiette un peu de ce sang vif et pur ; elles en apposent une goutte sur le front des assistants, sans oublier l’enfant nouveau-né et la jeune-fille à marier ; puis elles en enduisent le linteau de la porte ou laissent l’empreinte, khomsa, de leur main droite trempée dans le précieux liquide sur le mur de la maison pour la protéger du mauvais œil (Ben Abdallah, 1988, 125). Une partie du sang ainsi recueilli disparaît aussitôt aux regards de tous, placé dans un recoin obscur de la cuisine : il est destiné, une fois séché, à des utilisations magiques45 et à des remèdes46.

65Au Maghreb, on a utilisé le sang de la victime sacrificielle de l’imâm, encore plus chargé de baraka du fait du statut social et religieux du sacrificateur, pour y tremper « des palmes que l’on suspend ensuite dans les différents quartiers pour qu’elles y répandent une bienfaisante influence » (Doutté, 1909, 470).

66Au Maroc le roi, amîr al-mu’minîn, « commandeur des croyants », sacrifie au nom de la communauté nationale dont il est le chef religieux. D’origine sharifienne, il officie en tant que descendant du Prophète dont il renouvelle à cette occasion l’acte rituel. Ainsi est instituée une continuité sacrificielle entre Ibrâhîm, Muḥammad, la dynastie des cAlawi et chaque sacrifiant marocain (Combs-Schilling, 1989, 222). L’immolation de ce mouton par le roi, autrefois annoncée par un coup de canon, aujourd’hui projetée en direct sur les écrans de télévision, revêt une force symbolique considérable. Aussi certains chefs de famille cherchent-ils à sacrifier leur mouton de l’cayd exactement au même instant que le roi : ils attendent de la simultanéité avec l’égorgement rituel royal que leur propre sacrifice bénéficie de la baraka qui gratifie le sang versé par le monarque.

67Le sacrifice effectué par le roi du Maroc (encore appelé le sultan), comme celui de l’imâm accompli à la mṣallâ, est l’occasion d’une pratique attestée par plusieurs auteurs et désignée comme « la conduite du mouton » :

  • 47 La conduite du mouton sacrifié par l’imâm entre la mṣallâ et la mosquée est décrite par Doutté (19 (...)

« Au Maroc, dans la ville capitale, c’est au sultan qu’appartient l’honneur d’ouvrir la série des sacrifices. Dès que la bête a été égorgée par lui ou en sa présence, elle est portée, pantelante, par un cavalier au galop à la Grande Mosquée. L’imam vérifie qu’elle est encore en vie47, ce qui est un présage assuré de bonheur pour l’Empire, pour toute l’année. Au coup de canon qui annonce le sacrifice tous les chefs de famille procèdent au leur dans leurs demeures » (Marty, 1948, 36).

68Aujourd’hui, après le geste sacrificiel du roi, c’est dans une jeep que le mouton est conduit, à grande vitesse, jusqu’à la Grande Mosquée.

LE TRAITEMENT DE LA CARCASSE

  • 48 Au Maroc, lorsqu’on enlève la peau sans la couper, selon la technique de l’outre, on l’enfile sur (...)

69Selon les sacrifiants, le fiqh recommande de ne pas commencer le dépouillement avant d’être assuré que l’animal, vidé de son sang, est bien mort. L’opération qui est le fait des hommes peut être effectuée sur la victime en position suspendue ou sur le sol, utilisant la technique de l’outre48 ou par ouverture ventrale, avec ou sans gonflage, un procédé qui facilite le décollement de la peau. Le choix de la technique est souvent déterminé par la destination de la peau.

70La peau enlevée, la tête et les quatre pattes détachées, la carcasse apparaît, rose et nacrée de graisse, ornée des testicules non détachés comme pour attester encore que la victime de l’cayd était bien un mâle.

71L’abdomen est incisé, les viscères ôtés et confiés aux femmes qui les nettoient à grande eau. Puis c’est au tour de la cage thoracique d’être ouverte et vidée de son contenu, le cœur et les poumons. L’examen des poumons et du foie garantit, s’ils sont sans tache, la bonne santé du mouton. Quant au cœur, il est parfois l’objet d’une pratique à caractère divinatoire : certains sacrifiants africains l’ouvrent d’un coup de couteau « pour voir si le sacrificateur a fait le travail de bon cœur ; s’il est noir, c’est que le travail a été fait à contre-cœur ».

72La vésicule biliaire, merara, est détachée avec précaution : il ne faut pas la percer pour « ne pas gâter la viande ». Au Maghreb, si la vésicule biliaire est gonflée, on présage que l’année à venir sera bonne (Ben Abdallah, 1988, 126). La mère de famille suspend cet organe au linteau (Genevois, 1964, 14) ou au marteau de la porte (Graf de la Salle, 1944, 72) ou le colle contre un mur où il se desséchera. Comme le sang, la bile est une substance prophylactique, aussi des femmes du milieu rural maghrébin gardent précieusement la vésicule biliaire pour soigner les coupures des doigts, fréquentes lors des travaux agricoles : on plonge la vésicule sèche dans de l’eau chaude puis on y glisse le doigt blessé (Hammoudi, 1988, 92).

  • 49 En Kabylie, il semble que cette période pendant laquelle on ne touche pas à la chair de la victime (...)

73Au Maghreb, les familles attendent en général le lendemain de l’cayd avant de découper la carcasse de la victime sacrificielle49. Les raisons de cette attente sont diversement exprimées. Les uns disent que l’islam interdit de toucher à la carcasse pendant 24h et traitent leurs coreligionnaires ne respectant pas cette interdiction de « mauvais musulmans ». D’autres s’appuient sur une conception de la mort qui, malgré l’effusion totale de sang, affirme que « les nerfs de la victime sont encore vibrants pendant plusieurs heures ». Une explication, recueillie en Tunisie, est rapportée par C. Ben Abdallah : « il faut attendre au lendemain afin de laisser au mouton de la dh’yia le temps d’aller en pèlerinage à La Mekke et d’en revenir » (1988, 127). Il y a aussi ceux qui affirment que manger la chair de la victime le jour du sacrifice porte malheur (Bel, 1932, 115 note 1). Enfin certains invoquent des raisons pratiques : la découpe plus facile de la carcasse lorsqu’elle est froide et la nécessité de « laisser la viande rassir » avant de la consommer.

74Quelle qu’en soit la raison, pendant cette période d’attente avant que soit effectuée la découpe des viandes, la carcasse est enveloppée dans un linge et suspendue. Si le sacrifice a eu lieu à l’extérieur de la maison ou sur un site éloigné (Europe, Turquie), c’est sous la forme de carcasse ou de viande qu’elle pénétrera dans l’habitation familiale. H. Genevois (1964, 14) cite une coutume kabyle concernant l’entrée du corps du mouton dans la maison, un rôle dédié à la sage-femme aidée par les hommes, mais accompli seulement lorsque l’enfant encore au berceau, protégé par des bijoux d’argent et un nouet contenant un mélange d’huile, de farine, de sel, de sucre et de charbons de bois de chêne, a été sorti de la maison par sa mère.

75Pour de nombreuses familles, la découpe de cette carcasse, qu’elle ait lieu le jour même, le lendemain ou qu’elle soit différée de quelques jours, doit se faire avec de multiples précautions : la chair de la victime consacrée, surtout s’il s’agit d’un mouton familier, ne peut être traitée comme n’importe quelle viande. On utilise des instruments très affûtés et efficaces. Des familles maghrébines se servent pour la première découpe, celle qui partagera la carcasse en deux parties égales, d’une tige de fer enfoncée dans la moelle épinière et servant de guide au couteau. A. Hammoudi (1988, 93) rapporte que, dans le Haut-Atlas, on fait attention de ne pas en briser les os afin d’éviter les accidents qui provoqueraient des fractures aux membres des animaux domestiques. D’autre part, après les repas tous les os, qui ne peuvent en aucun cas être donnés à ronger aux chiens et chats de la maison, seront recueillis dans un panier, puis jetés dans un ravin loin du village.

76Lors de nos enquêtes sur des sites collectifs de sacrifice en Ile-de-France, nous avons observé les pratiques de familles d’origines géographiques diverses : si les Maghrébins emportaient la carcasse entière de leur mouton, soigneusement enveloppée dans un linge, les Négro-Africains commençaient la découpe sur place, à la hache, la carcasse encore chaude, tout juste dépouillée et vidée, posée à même le sol. Découvrant à cette occasion les manières de faire de leurs coreligionnaires, des musulmans marocains les ont traités de « cannibales », invoquant l’interdiction religieuse de découper la chair de la victime sacrificielle avant le lendemain.

  • 50 La d’ah’îya est le sacrifice familial de l’cayd ; le sacrifice caqîqa a lieu le septième jour aprè (...)

77Aucune partie de la victime sacrificielle ne doit être vendue, ont dit nos informateurs, se référant à La Risâla : « ni la chair, ni la peau, ni la graisse, ni les tendons, ni rien d’autre ne doit être vendu des victimes d’ah’îya, caqîqa et hadâyâ50. L’homme peut manger de la chair de ses victimes (d’ah’îya), mais il est préférable qu’il en fasse l’aumône sans pour autant qu’il en soit obligatoirement tenu » (Ibn Abî Zayd al-Qayrawânî, 1979, 155).

  • 51 Voir A. Gokalp (chapitre 10), in Brisebarre, 1998.
  • 52 Article « Un défi pour l’Algérie, une chance pour vous », paru le 10 juin 1992 dans le quotidien A (...)

78Les peaux, quand elles sont conservées, sont tannées et peuvent servir de tapis de prière. En Turquie, une grande partie des trois à quatre millions de peaux des victimes de l’cayd est collectée : une véritable « guerre des peaux » oppose l’Organisation pour le développement de l’aéronautique, organisme fondé en 1925, contrôlé par l’armée et ayant eu pendant longtemps le monopole du ramassage des peaux, aux associations islamistes et nationalistes extrémistes qui revendiquent le droit de prendre leur part de cette manne économique51. En Algérie, un tel ramassage a aussi eu lieu certaines années, destiné à permettre aux associations de jeunes d’acheter des équipements sportifs52.

LE PARTAGE ET LA DESTINATION DE LA VICTIME SACRIFICIELLE

  • 53 Prescription divine, la zakât est un impôt annuel équivalent à un dixième de tous les biens d’un m (...)
  • 54 En juin 1989 et 1990, la Banque islamique de développement, organisme saoudien, a fait paraître de (...)

79« Mangez-en, donnez-en en aumône et conservez-en » a dit le Prophète. Le sacrifice ne peut être complet sans l’ingestion par tous les membres de la famille de la chair de son mouton de l’cayd, une chair à laquelle on attribue une saveur particulière qui n’est pas seulement due à l’apprêt culinaire. Cette viande sacrificielle doit être partagée lors de repas cérémoniels, constituant une sorte de communion dont le but est de réactiver les liens sociaux avec la famille et les proches du quartier ou du village, avec des personnes que l’on veut honorer. Enfin il faut penser à ceux qui n’ont pu sacrifier faute de moyens financiers : les dons de viande ou de plats cuisinés, ṣadaqa, apportent plus qu’une simple contribution alimentaire, ils font rentrer ces exclus de la fête dans le temps de l’cayd. Le sacrifice permet, comme la zakât53, une redistribution des biens en faveur des déshérités, ce que Décobert (1991) a appelé l’« économie redistributive de l’islam ». Elle se pratique à une grande échelle au moment du pèlerinage à La Mekke : les carcasses des victimes sacrifiées le jour du naḥr aux abattoirs de Minâ, sous forme de « sacrifices par procuration » ayant fait l’objet de souscriptions dans divers pays54, sont en partie consommées par les pauvres sur place, mais aussi envoyées par camions, bateaux et avions frigorifiques dans tous les pays musulmans pour être distribuées aux « musulmans pauvres ou réfugiés ».

80Si donner est une obligation – « de toute cette viande de mouton, il n’y a que ce que l’on donne qui profite : ce que l’on a mangé est avalé, ce que l’on a donné est profitable » (Genevois, 1964, 18) – on constate des différences d’appréciation entre les écoles juridiques sur la quantité à donner : toute la victime, la moitié ou un tiers, cette dernière proposition étant la plus répandue.

81À qui donner ? En priorité aux pauvres du village ou du quartier à qui on porte un bon morceau, aux mendiants qui se présentent de maison en maison pendant ces jours de fête. Mais aussi aux personnes envers qui on se sent redevable, à celles avec qui on a eu un différend qu’on cherche à effacer à cette occasion, enfin aux membres importants de la famille élargie.

82Sous quelle forme donner ? Des morceaux bien identifiés, crus ou même cuisinés au Maghreb, des parts faites de menus morceaux de viande et d’abats qui représentent la victime entière en Afrique de l’Ouest. La façon dont on découpe traditionnellement la viande de l’cayd influence bien sûr la forme des dons.

  • 55 « Il n’est pas permis de prélever le salaire de l’abattage sur la viande du sacrifice » (Eldjazaïr (...)

83S’il n’est pas le père ou un membre de la famille, le sacrificateur reçoit des morceaux de la victime qu’il a égorgée, cependant ce don ne constitue pas un salaire55 : le sacrificateur doit manger du mouton qu’il a égorgé, en particulier un morceau du foie grillé. « Pour la Tabaski, selon un informateur d’origine peul, il y a une partie qui revient à ceux qui ont dépouillé, c’est le dos qui est obligatoire (on appelle cette partie du dos huttirdi, c’est-à-dire ce qui appartient au hutoo, celui qui dépèce), mais on peut y ajouter le bas des côtelettes, quelques boyaux et un peu de cou. »

  • 56 En Kabylie, on garde l’épaule gauche pour la porter à la fille mariée hors de la maison lorsqu’on (...)

84Bien que certains affirment qu’il ne doit plus rester de viande de l’cayd au bout des trois jours de la fête, des morceaux sont parfois mis de côté pour être consommés avec des membres de la famille absents en raison d’une maladie, d’un voyage, peut-être du pèlerinage à La Mekke. Il y a les enfants mariés qui ne vivent plus au foyer56. On pense aussi à ceux qui sont partis travailler hors du pays et qui seront heureux de goûter un peu de viande du mouton de l’cayd à leur prochain séjour. En Kabylie « le jour où on découpe les bêtes, les responsables de quartier crient : “donnez-nous patte et gorge !” Ils en font la collecte de porte en porte, emportent le tout à la tadjmaït et le répartissent entre les pauvres du village » (Genevois, 1964, 20).

  • 57 Voir les contributions de F. Dassetto pour la Belgique (chapitre 8) et P. Werbner pour la Grande-B (...)

85Car la médiation des pauvres est nécessaire pour valider le sacrifice musulman, en particulier ceux du pèlerinage et de l’cayd. au Maroc, des familles réservent l’épaule gauche et le cou pour les donner aux pauvres (Bel, 1932, 115). En Europe, en situation d’immigration et d’urbanisation, des familles musulmanes ont dit qu’elles ne pouvaient pas donner une part de leur mouton de l’cayd, faire la ṣadaqa, car « il n’y a pas de pauvres » là où elles résident (à Bruxelles, à Manchester, à Paris…)57. Cette affirmation, étonnante à une époque de paupérisation croissante dans les grandes villes occidentales, doit être entendue ainsi : « il n’y a pas de pauvres musulmans dans mon entourage, je ne connais pas de famille musulmane qui ne sacrifie pas pour l’cayd ». Les familles consomment alors totalement la carcasse de leur mouton de l’cayd, ou mettent en place un système d’échange de parts de viande sacrificielle avec les familles sacrifiantes les plus proches.

  • 58 « Le sacrifice des musulmans de Beauvais au secours des catholiques », Libération, 5 août 1987.

86Cependant, en France, des collectes ont été organisées certaines années à l’occasion de l’cayd : à Beauvais, en 1987, le produit de la collecte faite par les jeunes de la section locale de « France Plus » (de la nourriture, mais aussi des vêtements et de l’argent) a été distribué aux « familles démunies de la ville » sans distinction de race ni de religion58. D’autres sections locales de « France Plus » (Marseille, Montélimar, Montpellier, etc.) ont par la suite fait de même.

87Parfois, on ne consomme pas toute la carcasse de la victime de l’cayd. certaines parties peuvent être prélevées dans un autre but : outre le sang et la bile dont j’ai déjà cité quelques usages, l’animal consacré fournit des produits à des fins magico-thérapeutiques. Laoust (1921, 272) rapporte des utilisations de la queue par les Berbères marocains : elle « guérit les coliques, calme les douleurs de l’accouchement, assure la fécondité des femmes ; les bergers la jettent dans les feux rituels pour la santé de leurs troupeaux, ou bien ils la mangent pour que leur troupeau soit bien en main ».

88Cet auteur signale aussi des usages de la peau de la victime de l’cayd pour guérir toutes sortes d’affections cutanées, en particulier la variole des enfants : le remède consiste à les faire « passer trois fois à travers la peau fraîchement écorchée » (Ibid., 268). En Tunisie, l’œsophage, « séché, pilé et mélangé à du miel, constitue un remède souverain contre la coqueluche » (Graf de la Salle, 1944, 72). En Algérie, un morceau du cartilage de la trachée-artère sert à faire des fumigations en cas de maladie (Doutté, 1909, 474) ; on utilise aussi le gros intestin séché en fumigations pour guérir les vertiges et maux de tête (Bel, 1932, 111-112).

  • 59 H. Zirari (s.d.) signale au Maroc un rituel de fécondité féminine, qaddîda, qui nécessite la colle (...)
  • 60 Voir au chapitre 2, in Brisebarre, 1998.

89Certains de ces remèdes relèvent à l’évidence de la médecine des Signatures, comme l’utilisation de morceaux de langue pour soigner ou prévenir les difficultés d’élocution qui mettent en œuvre des réseaux de solidarité féminine59 : en 1990, dans la banlieue parisienne, une femme d’origine marocaine a eu bien du mal à rassembler les sept morceaux de langue provenant de sept moutons de l’cayd destinés à faire une brochette pour sa fille qui parlait mal60 ; en Kabylie, on suspend l’extrémité de la langue de sept victimes sacrificielles, attachées ensemble grâce à une aiguillée de fil, au berceau du bébé « pour qu’il parle correctement, sans bredouiller, quand il sera en âge » (Genevois, 1964, 14).

90Après la tension du moment sacré de l’égorgement rituel, dont la validité nécessite le strict respect des règles canoniques, et celle liée au traitement de la carcasse qui reste potentiellement dangereuse en raison de la présence de sang résiduel malgré les ablutions d’eau purificatrice, vient le temps des préparatifs culinaires : pendant trois ou quatre jours la famille et les amis vont faire bombance. Pour certains la période qui s’ouvre sera aussi celle des jeux et de la transgression.

LA CUISINE DU SACRIFICE

  • 61 Au Maghreb certains gâteaux étaient autrefois « brisés sur les cornes des moutons du sacrifice ava (...)

91Dans un grand nombre de pays musulmans, la veille de la fête les femmes ont préparé toutes sortes de gâteaux et de pains61. À côté et en complément de l’envie de viande qui va bientôt être assouvie, on recherche la douceur du sucré apportée par les boissons et pâtisseries consommées en famille et offertes aux visiteurs de tous âges.

  • 62 Dans les familles maures, on désigne souvent la fête de l’cayd comme « la fête de la viande », cay (...)
  • 63 D’après l’enquête menée en 1994 et 1995 lors de l’cayd en milieu urbain marocain, sous la directio (...)

92Comme pour donner une justification supplémentaire au sang répandu et à la violence rituelle, la fête de l’cayd se caractérise par la succession et la diversité de plats préparés à partir de la viande sacrificielle62. Ces mets composent une cuisine festive qui signale l’origine régionale de chaque famille. Mais on constate aussi des syncrétismes dus à la diversité des provenances locales de l’époux et de l’épouse, ou même de la génération des parents, chacun apportant alors sa tradition culinaire particulière ; dans les grandes villes s’y ajoutent parfois des ajouts extérieurs, recettes véhiculées par les médias, plats goûtés chez des voisins, au croisement des cuisines traditionnelles et modernes63.

  • 64 Ce plat est nommé bulfâf, c’est-à-dire « l’enroulé ».

93Au Maghreb, le jour même de la fête on consomme des abats ainsi que la tête et les pattes, morceaux prélevés au moment du dépouillement sur la carcasse, celle-ci restant suspendue dans la maison pendant 24h. Dès que les hommes ont achevé la préparation de la carcasse, ils se saisissent du foie et le posent sur le kanûn. Après une première cuisson, le foie est coupé en morceaux, assaisonné, puis chaque fragment est entouré d’un peu d’épiploon dont la graisse fondra lorsque, mis en brochettes64, il sera de nouveau posé sur le brasero : il exhalera alors cette fumée odorante qui signale à tous la réussite de l’acte sacrificiel et l’ouverture des festivités culinaires.

  • 65 H. Sidi Maamar signale l’expression « mon foie » pour « mon enfant », fréquemment utilisée par les (...)

94Ce premier repas de fête attendu par tous, petits et grands, est en général une cuisine masculine, faite à l’extérieur de l’habitation. Après passage au feu purificateur, on y consomme donc le foie, kabid, essence et « concentré de vie » (Vialles, 1988, 92) de la victime de l’cayd, symboliquement siège de l’amour filial65. M. Rodinson (1978, 343) précise que « le foie est considéré comme une partie particulièrement précieuse de la personne (…). Les êtres chers y sont logés ou sont assimilés à des morceaux de foie ». Dans sa thèse H. Benkheira (1994, 436) affirme que, « selon la médecine arabo-islamique, non seulement le foie n’est que du sang coagulé, mais c’est là que se forme le sang après que la nourriture a été digérée », il ajoute que « la métaphore de l’enfant “morceau” de son père et le thème du sang vont ensemble ». Le foie, forme solide du sang, est exclu de l’interdit islamique de consommation de cette substance, de même que la rate, selon le ḥadîth : « deux sangs nous ont été rendus licites » (Rodinson, 1975, 1094).

95Le soir de l’cayd, le menu comporte encore des abats que les femmes ont fait mijoter dans une marmite, alors que ceux du repas de midi avaient été grillés par les hommes sur le kanûn. Un autre plat traditionnel proposé aux convives utilise la tête et les pattes. Non dépouillées, ces parties sont d’abord brûlées sur un brasero, avant d’être lavées et brossées énergique ment par les femmes, puis bouillies avec des légumes et des épices. Dans les grandes villes, le jour de l’cayd, des jeunes gens désœuvrés proposent d’effectuer cette opération en échange de quelques pièces, déchargeant ainsi les femmes d’une corvée.

96C’est le deuxième jour qu’au Maghreb on découpe la carcasse. Tous les repas qui suivront, le deuxième et le troisième jour, seront abondants en viande apprêtée selon divers modes de cuisson (grillé, rôti, mijoté, cuit à la vapeur, etc.).

97Ces façons culinaires diversifiées correspondent à une division sexuelle des tâches au sein de la famille, mais aussi de l’espace domestique. Dès le premier jour, celui du sacrifice, nous avons vu cette répartition à l’œuvre : les abats (foie, cœur, poumons) grillés sur un kanûn à l’extérieur de la maison par les hommes, les viandes mijotées dans les marmites ou cuites à l’étouffée au four, dans l’intimité de la cuisine, domaine des femmes.

98La fête de l’cayd est pour le père l’occasion de transmettre son savoir à ses fils : choix de l’animal, égorgement rituel, dépouillement et découpe de la carcasse. De son côté, la mère inculque à ses filles les gestes de la préparation et de la cuisson des mets à base de viande sacrificielle. C. Ben Abdallah (1988, 128) décrit la zougdida, apprentissage de la cuisine festive par les fillettes tunisiennes qui réalisent, sous la direction de leurs mères, des plats en miniature qu’elles font ensuite goûter aux membres de la famille.

  • 66 L’omoplate est parfois conservée comme porte-bonheur, suspendue dans la maison jusqu’à l’cayd suiv (...)

99Un des repas collectifs traditionnels au Maghreb rassemble tous les proches, parents et amis, autour du couscous à l’épaule droite. La viande consommée en faisant attention de ne pas « ronger » l’os, on se penche tous ensemble sur l’omoplate66 : le plus souvent c’est le père qui pratique cette scapulomancie, une lecture de l’avenir familial décrypté à même l’omoplate du mouton de l’cayd. Lors de l’cayd 1990, un jeune homme originaire d’Algérie, vivant aujourd’hui en France, a raconté ses interrogations d’enfant sur cette pratique :

« On mangeait l’épaule le lendemain de l’cayd, toute la famille ensemble, et il y avait un rite : le père nettoyait bien l’os avec son couteau et après il regardait l’os dans tous les sens, gauche, droite, de haut en bas, il le passait à mon oncle qui le regardait aussi, puis à ma mère. Puis après, là je ne comprenais plus du tout parce qu’il disait : voilà ! il y aura un malade, ou on va avoir ça, ou on va acheter une nouvelle voiture, ou nous allons recevoir de l’argent qu’on n’attendait pas ! On m’a dit que l’avenir de la famille était tracé dans l’épaule du mouton qu’on avait acheté. Mon père, quand nous sommes partis après le mariage, lors des fêtes de l’cayd nous disait : surtout faites attention à l’os ! il faut qu’on le mange ensemble et il faut qu’on voit ce qui se passe dans la famille ! Et toutes les années depuis, on mange l’os. On regarde ce qu’il y a écrit dessus. »

100Certains morceaux de la victime de l’cayd sont préparés pour être conservés : la queue parfois avec les muscles des reins, les tripes, une oreille, la langue… Plusieurs méthodes de conservation – le salage, le séchage, la cuisson prolongée – sont utilisées, les deux premières étant souvent combinées. Quelques-uns de ces morceaux serviront à améliorer l’ordinaire en cas de passage d’un hôte. D’autres parties sont destinées à être consommées plus tard lors d’autres repas festifs. Un mois après l’cayd, des femmes kabyles cuisinent l’épaule droite de la victime pour le « petit souper » de l’câshûrâ’. Bel (1932, 116-117) y voit un rite de passage d’une année (l’cayd a lieu de 10 du dernier mois de l’année) à l’autre (l’câshûrâ’ est fêté le 10 du premier mois de l’année) sous la protection divine. La veille de l’cayd suivant, le jour de Tsarouiya en Kabylie, la queue salée et séchée est mise à tremper dans l’eau, elle sera consommée en famille au repas du soir (Genevois, 1964, 18 et 22).

L’CAYD, FÊTE DE L’OUVERTURE ET DU SOUVENIR

  • 67 Les enfants musulmans vivant dans le contexte européen comparent souvent la fête de l’cayd avec No (...)

101Bien qu’elle se situe dans le contexte de la famille, la fête de l’cayd invite à l’ouverture et à l’échange. D’abord entre hommes de la même communauté, village, bourg ou quartier urbain, on partage parfois un repas à la mosquée, avant le sacrifice, sous forme de pains spécialement préparés pour la fête (Hammoudi, 1988, 90) ou après le sacrifice à base de viande de la victime apportée par chaque père de famille (Bel, 1932, 118). Ensuite avec la famille et les proches auxquels on rend des visites ou que l’on reçoit dès l’après-midi du jour du sacrifice. En Turquie, en milieu rural et dans les petites villes, un circuit de repas communiels s’établit au cours de cette journée de visite des affins, familiers et connaissances. Les enfants reçoivent des aînés de menus cadeaux, des sucreries et parfois un peu d’argent67. Les personnes éloignées ne sont pas oubliées, on leur transmet des vœux de fête par téléphone ou par télégramme.

  • 68 Pour que leur viande puisse être consommée par des musulmans, les maronites – qui n’ont pas de règ (...)

102Dans un contexte intercommunautaire au Liban, cette ouverture vers les autres, les villageois de confession maronite, est concrétisée par des dons de viande, crue ou cuisinée, ou une invitation à partager un repas : ces « festins carnés » permettent la fraternisation entre musulmans et non-musulmans ; ces derniers feront de même en conviant leurs voisins shîcites à un repas68 lors du carnaval maronite, marfac (Kanafani-Zahar, 1997a, 88-89).

103Quant aux défunts de la famille, l’cayd est l’occasion de se souvenir d’eux et de leur rendre visite au cimetière. Cette pratique a frappé un jeune musulman d’Amiens lors d’un séjour dans son village d’origine : « La fête de l’cayd, c’est un jour de recueillement, il faut aller devant les tombes de sa famille. En Algérie, le jour de l’cayd, j’ai vu des femmes, des hommes aller au cimetière avec des cabas plein de fruits, de raisin, de fruits secs, de friandises et d’autres choses, et les disposer devant la tombe. Ils parlaient à leurs morts. Ils disaient : je voudrais leur souhaiter une bonne fête. »

104À Istanbul, la tradition recommande la visite des cimetières urbains aussitôt après la prière à la mosquée.

105La fête de l’cayd al-kabîr agrège un rituel musulman canonique et de nombreuses traditions festives locales ayant une forte dimension identitaire, familiale et sociale. C’est le cas de la mascarade qui, dans certaines régions rurales du Maghreb, suit le sacrifice. A. Hammoudi (1988, 17) en a décrit et interprété les divers moments, montrant que ce « drame cyclique » et le rituel sacrificiel de l’cayd sont « deux composantes d’un même ensemble » qui permet à une culture de se mettre en scène et de se libérer ainsi des tensions accumulées pendant une année.

106Cependant la fête de l’cayd al-kabîr se déroule de plus en plus souvent en milieu urbain, dans les pays musulmans comme en immigration. L’inscription de ce rituel dans l’espace de la ville moderne en modifie la nature et les conditions de déroulement. La fête et le sacrifice prennent, dans le contexte de l’islam transplanté, des aspects identitaires s’ajoutant à leurs finalités traditionnelles : le sang de la victime de l’cayd est, avec le minaret des mosquées et le foulard des lycéennes, un des signes visibles de la présence de l’islam dans les grandes villes européennes.

Notes

1 Pour une description du sacrifice du pèlerinage voir Gaudefroy-Demombynes, 1923 ; Snouck-Hurgronje, 1931 ; Chelhod, 1955b ; Zeghidour, 1989 ; Chabbi, 1997. Aujourd’hui, les pèlerins ne sacrifient plus eux-mêmes : d’immenses abattoirs ont été construits à Minâ, sur le lieu où la Tradition musulmane situe le sacrifice d’Ibrâhîm, introduisant dans le rituel du pèlerinage une modernisation rendue nécessaire par la maîtrise des problèmes sanitaires (Zeghidour, 1989, 293-300).

2 La pratique du sacrifice assurée par le monarque comme prémices de l’cayd al– kabîr semble dater de Mawlay Ismacîl (dynastie cAlawi) et aurait été rapportée pour la première fois en 1695. Combs-Schilling (1989, 222) dit à ce propos : « Il s’agit d’une innovation dramatique, un acte que les cAlawi calquaient sur celui de leur noble ascendant Muḥammad, l’accomplissement du sacrifice d’un bélier à Médine en 624. À travers cette innovation, les monarques cAlawi devenaient les intermédiaires sacrificiels entre Dieu et la nation, ce sacrifice étant le moyen par lequel Dieu pouvait constater la foi de la communauté et lui accorder sa grâce […] Les cAlawi instituaient ainsi un nouveau niveau du sacrifice, au niveau national, qu’ils accomplissaient personnellement. »

3 Un tel « cayd sans sacrifice » a eu lieu au Maroc en 1996 : le roi a symboliquement sacrifié un mouton pour son peuple, épargnant ainsi le budget des familles. Des journaux ont titré sur la « délivrance » que représente cet cayd économique, d’autres ont parlé d’cayd écologique ou d’cayd propre (Al Bayane, 1er avril 1996, L’Opinion, 1er avril 1996, La Vie économique, 3 mai 1996).

4 La synthèse de ces enquêtes qui concernent la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, la Turquie, l’Algérie et le Maroc, se trouve dans l’ouvrage La Fête du mouton. Un sacrifice musulman dans l’espace urbain, Paris, CNRS Éditions, 1998 (A.-M. Brisebarre, avec la participation de F. Dassetto, A. Gokalp, M.-N. Hennard, M. Mahdi, H. Sidi Maamar, P. Werbner). Cette recherche, en partie réalisée dans le cadre du GDR 745 du CNRS « Anthropologie comparative des sociétés musulmanes », a bénéficié de contrats du ministère de la Recherche et de la Technologie (Action anthropologie, 1990-1993) et du FAS, Fonds d’action sociale auprès des travailleurs immigrés (1990-1995).

5 Voir la contribution de H. Benkheira au chapitre 2 de cet ouvrage.

6 Dans le cadre de nos enquêtes en France, les textes musulmans cités par nos informateurs, qui ne maîtrisaient pas en général la lecture de l’arabe, étaient pour la plupart des traductions en français.

7 Ibnou Maja et Tirmidhî, cité par Eldjazaïri, s.d., 359.

8 Cet ouvrage a été écrit au xe siècle à Kairouan dans un but de vulgarisation. La traduction en français, sous-titrée « Épître sur les éléments du dogme et de la loi de l’Islâm selon le rite mâlikite », dont je me suis servie est due à un juriste, L. Bercher. Elle présente les textes arabe et français en regard l’un de l’autre, et a été publiée aux Editions populaires de l’Armée à Alger (l’édition de 1979 est la septième). De nombreuses familles d’origine maghrébine rencontrées en France se sont référées à ce livre ; certaines ont même affirmé en détenir un exemplaire.

9 Le terme cayd, dans la suite de cet article, est employé pour cayd al-kabîr.

10 « L’islam qui fait intervenir la niya, ou intention réfléchie, dans tout acte religieux exige que le sacrificateur soit en possession de ses facultés mentales » (Chelhod, 1955b, 169).

11 Hammoudi compare à ce propos la mariée et la victime de l’cayd (1988, 176 sq).

12 Après l’égorgement de la victime, les femmes versent de l’eau sur le sang répandu sur le sol et le saupoudrent de sel, substance prophylactique et purificatrice, réputée pouvoir chasser les jnûn que le sang attire.

13 Voir le chapitre 7, in Brisebarre, 1998.

14 L’islam indonésien accepte qu’une femme, chef de famille, offre le sacrifice de reraya qurbën (Bowen, 1992).

15 Ces termes désignent les techniques d’égorgement : « le dhabh’ consiste à trancher la jugulaire de l’animal. Il se pratique surtout avec les petits animaux, ovins et caprins compris, et sur les bovins. Le nah’r consiste à enfoncer le couteau au bas de la gorge, dans la fossette susternale. Ce mode d’égorgement est réservé aux gros animaux, les chameaux notamment » (Ibn Abî Zayd al-Qayrawânî, 1979, 342, note 92).

16 La racine arabe Ḍ.Ḥ.W. a le sens de « entrer dans le jour ». Le sacrifice préislamique avait lieu avant le lever du soleil et était dédié à l’étoile du matin. L’interdiction du sacrifice nocturne a été un des moyens de s’en démarquer et d’islamiser ainsi le sacrifice (Chelhod, 1955b, 49-51).

17 Au Maroc, comme je l’ai déjà signalé, c’est le roi, en tant que commandeur des croyants, qui est censé effectuer en premier le sacrifice.

18 Ce sont aussi celles qui sont licites pour l’abattage rituel musulman. À ce propos voir la contribution de H. Benkheira au chapitre 2 de cet ouvrage.

19 À cette époque, le sacrifice hady était effectué surtout sur des animaux à bosse (chameaux et zébus). Pour le sacrifice de l’cayd, Shâficî maintient la préférence pour les camélins, puis les bovins, ne mettant les ovins qu’en dernier rang. D’après Thiam (s.d., 168), cette préférence tiendrait à la plus grande quantité de nourriture disponible pour l’aumône.

20 A. Gokalp, chapitre 10, in Brisebarre, 1998.

21 Ben Abdallah (1988, 117-118) décrit la circulation des moutons à Tunis pour l’cayd, avant la Deuxième Guerre mondiale : la municipalité y percevait un impôt spécial, dit maks eddem, c’est-à-dire « prix du sang ».

22 Ainsi, au Maroc, en 1993 un super-marché de Rabat proposait un rabais sur le mouton de l’cayd à tout acheteur d’un congélateur.

23 « Chez les ovins, les mâles non châtrés sont préférés, pour la ḍaḥiyya, aux mâles châtrés. Ces derniers sont préférés aux femelles » (Ibn Abî Zayd al-Qayrawânî, 1979, 153).

24 « La victime ne devra être ni borgne, ni malade, ni nettement boiteuse, ni maigre au point de ne pas avoir de graisse. On devra éviter soigneusement de choisir un animal présentant un vice quelconque. On ne choisira pas une bête très petite, ni une bête à l’oreille coupée ou à la corne cassée, si la blessure qui en résulte est encore à vif, sinon on peut choisir une telle bête » (Ibn Abî Zayd al-Qayrawânî, 1979, 153).

25 En Afrique noire, l’élevage du « mouton de case » est une tradition qui n’est pas seulement liée à l’cayd/Tabaski. Pratiqué toute l’année, il consiste à garder à domicile un mouton qui est nourri avec les déchets et restes végétaux des repas familiaux (comme le cochon domestique en France). La destination de cet animal est soit la consommation familiale, soit la vente, en particulier à l’occasion de la Tabaski : un circuit commercial s’établit ainsi entre les villages et les grandes villes.

26 Ce rituel renvoie aussi à la mythologie du sacrifice primordial, celui d’Abel, fils d’Adam, le premier pasteur : « J’ai entendu dire que lorsqu’il fût ordonné aux fils d’Adam de présenter des offrandes, celui qui était pasteur avait un agneau qui lui était très attaché et qui le suivait partout. Il ne possédait rien de plus cher. Pourtant, c’est cette bête qu’il donna en offrande. Elle pût paître longtemps dans le Paradis, jusqu’au moment où elle fut substituée au fils d’Ibrâhîm » (Ismâcîl b. Râfic, cité par Benkheira, 1994, 187). Benkheira souligne l’équivalence entre l’agneau préféré d’Abel et l’enfant le plus cher d’Ibrâhîm.

27 Voir au chapitre 11, in Brisebarre, 1998.

28 « Certains prétendent que le mouton de la Fête comprendrait tout ce qu’on lui dit, surtout s’il s’agit de sa mort. Aussi, lorsque les enfants, dans leurs jeux, disent : Pauvre mouton, un de ces jours, on te tuera ! les parents les reprennent en disant : Ne lui faites pas peur ainsi, c’est mal, le pauvre il comprend » (Genevois, 1964, 6-8).

29 A. Hammoudi (1988, 175) met en parallèle le sacrifice de l’cayd al-kabîr avec la circoncision et le mariage, deux rites de passage au cours desquels le henné est associé au sang versé (celui de l’enfant mâle et celui de la mariée) et qui donnent aussi lieu à un sacrifice.

30 Ici aussi, on note un désaccord entre les écoles juridiques musulmanes, les mâlikites parlent, pour le taqlid, de la suspension d’une sandale de cuir, les shâficites en demandent deux (Chelhod, 1955b). L’ishcâr désigne les entailles ou scarifications faites sur les animaux à bosse.

31 Voir les chapitres 6 et 7, in Brisebarre, 1998.

32 Le pont Sirat est le pont suspendu qui permet d’atteindre le Paradis en passant au-dessus de l’Enfer.

33 Voir la contribution de M. Virolle dans cet ouvrage au chapitre 6.

34 Voir A. Gokalp (chapitre 10), in Brisebarre, 1998.

35 On appelle cette fête de clôture du Ramadan l’cayd al-ṣaghîr (la petite fête).

36 En Kabylie, on ne donne plus de couscous, d’orge ou de figues au mouton de l’cayd environ quinze jours avant la fête, de crainte que sa chair devienne impure. On évite aussi le fourrage vert dont sa viande pourrait prendre la couleur (Genevois, 1964, 8).

37 Parmi les traditions liées à l’cayd al-kabîr, celle qui consiste à vêtir de neuf toute la famille, du plus petit au plus grand, est particulièrement respectée dans certains pays musulmans, par exemple la Mauritanie.

38 M. Virolle (chapitre 6 dans cet ouvrage) rapproche aussi le traitement de la carcasse de la victime de l’cayd en Kabylie – suspendue, recouverte d’un linge, jusqu’au troisième jour – de celui de la dépouille humaine, enveloppée dans son linceul, et qui donne lieu le troisième jour à un rituel particulier.

39 « Il est recommandé qu’au retour [l’imâm] prenne un autre chemin qu’a l’aller. Cette recommandation vaut aussi pour les fidèles » (Ibn Abî Zayd al-Qayramânî, 1979, 99).

40 L’abattoir est un lieu dangereux car on y égorge quotidiennement des animaux. Tout ce sang versé attire les jnûn qui y habitent en permanence. On comprend alors le refus de certains pères de famille musulmans résidant en France de faire sacrifier leur victime de l’cayd dans un abattoir.

41 J’ai moi-même recueilli auprès d’un sacrifiant kabyle une pratique consistant à mettre dans la bouche du mouton de l’cayd, juste avant l’immolation, un petit nouet de tissu renfermant du sel. Cette « botte » était destinée à « faire passer » le moment douloureux du sacrifice, « comme on donne un bonbon à un enfant qu’on va faire souffrir ».

42 Quardhaoui conclut son ouvrage Le Licite et l’Illicite en islam par un texte intitulé « L’islam est une miséricorde même pour les animaux » (1990, 293-294). Selon lui, l’islam « a fait de la bonté envers les animaux l’une des branches de la foi et de la cruauté envers eux une action conduisant en Enfer » et a ainsi « devancé de treize siècles les associations protectrices des animaux » qui, en Europe, s’élèvent chaque année contre la cruauté du sacrifice musulman.

43 Cette acceptation de la mort sacrificielle est décrite par J.L. Durand(1986, 74) à propos du sacrifice du bœuf laboureur en Grèce ancienne : la victime est amenée à exprimer son accord par un mouvement de la tête. D’autre part, le couteau de l’immolation restera caché dans un panier de céréales jusqu’à l’instant du sacrifice.

44 Les chameaux sont immolés debout, selon la technique du naḥr (voir ci-dessus note 15).

45 Il entre dans la composition d’amulettes contre les jnûn, sert à des fumigations pour guérir les maladies causées par les esprits (Hammoudi, 1988, 92, 180, 198) et est à la base de prédictions à propos du « bien ou du mal » qui pourrait arriver au sacrifiant et aux siens, mais aussi du temps à venir (pluie, vent) et des récoltes (Bel, 1932, 110).

46 Le sang de la victime de l’cayd est souverain contre les crevasses : préventivement, au moment du sacrifice, il arrive que les assistants trempent leurs pieds dans le sang frais, mais il peut servir aussi à confectionner une pâte curative. On rapporte qu’un bain de bouche fait avec le sang de l’cayd protège des maux de dents. Le sang séché est aussi utilisé en fumigations, en particulier contre les maux de tête et les courbatures (Bel, 1932, 110-111 ; Doutté, 1909, 470 ; Genevois, 1964, 12).

47 La conduite du mouton sacrifié par l’imâm entre la mṣallâ et la mosquée est décrite par Doutté (1909, 468-471) comme un calvaire pour la victime, « véritable bouc expiatoire, assailli de coups de bâton, de coups de matraque et de coups de pierre ». Celle-ci doit arriver vivante, encore « secouée par des spasmes », pour annoncer des récoltes abondantes, avant d’être enfin achevée par le cadi. Doutté qualifie cette pratique de « pas très orthodoxe » et remarque qu’elle est en contradiction avec les recommandations canoniques de traitement sans cruauté de l’animal du sacrifice.

48 Au Maroc, lorsqu’on enlève la peau sans la couper, selon la technique de l’outre, on l’enfile sur un bébé né dans l’année, en passant la tête du bébé par le bas de la peau de l’animal : cela lui portera chance.

49 En Kabylie, il semble que cette période pendant laquelle on ne touche pas à la chair de la victime soit de trois jours (Genevois, 1964, 16).

50 La d’ah’îya est le sacrifice familial de l’cayd ; le sacrifice caqîqa a lieu le septième jour après la naissance d’un enfant et hadâyâ désigne le sacrifice fait au cours du Pèlerinage.

51 Voir A. Gokalp (chapitre 10), in Brisebarre, 1998.

52 Article « Un défi pour l’Algérie, une chance pour vous », paru le 10 juin 1992 dans le quotidien Alger Républicain.

53 Prescription divine, la zakât est un impôt annuel équivalent à un dixième de tous les biens d’un musulman.

54 En juin 1989 et 1990, la Banque islamique de développement, organisme saoudien, a fait paraître des annonces dans différents journaux français, proposant aux pèlerins de souscrire des bons d’achat de moutons pour le sacrifice par procuration. Une autre annonce, parue dans Le Monde en août 1990, rendait compte des résultats et donnait le « programme de distribution de la viande » de 321 704 moutons dans 23 pays musulmans.

55 « Il n’est pas permis de prélever le salaire de l’abattage sur la viande du sacrifice » (Eldjazaïri, s.d., 361).

56 En Kabylie, on garde l’épaule gauche pour la porter à la fille mariée hors de la maison lorsqu’on lui rend visite le lendemain de l’cayd (Genevois, 1964, 16).

57 Voir les contributions de F. Dassetto pour la Belgique (chapitre 8) et P. Werbner pour la Grande-Bretagne (chapitre 9), ainsi que le chapitre 2 à propos de la France, in Briseharre, 1998.

58 « Le sacrifice des musulmans de Beauvais au secours des catholiques », Libération, 5 août 1987.

59 H. Zirari (s.d.) signale au Maroc un rituel de fécondité féminine, qaddîda, qui nécessite la collecte de viandes séchées provenant de 99 ou 101 victimes de l’cayd.

60 Voir au chapitre 2, in Brisebarre, 1998.

61 Au Maghreb certains gâteaux étaient autrefois « brisés sur les cornes des moutons du sacrifice avant de les manger » (Doutté, 1909, 474).

62 Dans les familles maures, on désigne souvent la fête de l’cayd comme « la fête de la viande », cayd al-laḥm. Le repas du jour de la fête est constitué de deux plats de viande, le premier grillé, le second bouilli.

63 D’après l’enquête menée en 1994 et 1995 lors de l’cayd en milieu urbain marocain, sous la direction de M. Mahdi et A.-M. Brisebarre. Voir la contribution de M. Mahdi (chapitre 12), in Brisebarre, 1998.

64 Ce plat est nommé bulfâf, c’est-à-dire « l’enroulé ».

65 H. Sidi Maamar signale l’expression « mon foie » pour « mon enfant », fréquemment utilisée par les pères de famille algériens (chapitre 11), in Brisebarre, 1998.

66 L’omoplate est parfois conservée comme porte-bonheur, suspendue dans la maison jusqu’à l’cayd suivant (Doutté, 1909, 473).

67 Les enfants musulmans vivant dans le contexte européen comparent souvent la fête de l’cayd avec Noël, « un petit Noël musulman ».

68 Pour que leur viande puisse être consommée par des musulmans, les maronites – qui n’ont pas de règles d’abattage rituel à respecter – délèguent l’acte d’abattage du bétail de la fête à un sacrificateur musulman.

Auteur

Anne-Marie Brisebarre, chargée de recherche au CNRS, UMR 16 « Laboratoire d’anthropologie sociale » CNRS/Collège de France/EHESS et GDR 1565 du CNRS « Cultures musulmanes et pratiques identitaires ».

© CNRS Éditions, 1999

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search