Version classiqueVersion mobile

Critique de la société d'information

 | 
Jean-Paul Lafrance

Le rôle du citoyen dans la blogosphère

Dominique Cardon

Note de l’éditeur

Reprise1 du no 47 de la revue Hermès Paroles publiques : Communiquer dans la cité, 2007.

Texte intégral

1Les blogs sont des instruments conversationnels autant que des dispositifs de publication. Ils invitent à entrer en conversation avec d’autres en prenant prétexte des contenus publiés pour donner une couleur particulière aux échanges. Publication parallèle de journalistes en marge de leur écriture salariée, apport d’expertise par des spécialistes dans le débat public, contre-information locale assurée par les habitants, citoyens ordinaires commentant l’actualité, militants altermondialistes entreprenant de mobiliser autour d’un enjeu international, etc., le développement de ce qu’on nomme la « blogosphère citoyenne » a acquis une grande visibilité à la suite d’événements d’actualité (guerre en Irak, attentats de Londres, tsunami en Asie, etc.) et de l’implication des internautes lors de récentes campagnes électorales.

2Cet article se propose de dégager quelques propriétés de la conversation « citoyenne » entre blogueur et commentateur dans l’espace numérique. Une telle démarche nous semble constituer un préalable indispensable pour répondre aux interrogations qui se multiplient aujourd’hui à propos de la contestation des médias traditionnels par les médias électroniques et des effets exercés par la « blogosphère » sur les formes de la compétition politique.

Qu’est-ce qu’une énonciation « libre » ?

3Les blogs offrent un dispositif de publication accessible, ouvert et plastique. Ils facilitent, au moins potentiellement, un élargissement de l’accès à l’espace public pour des populations qui en était jusqu’alors écartées. La simplicité des formats de publication permis par les dispositifs d’édition personnelle sur l’Internet (SPIP, wiki, blogs, social media) est souvent présentée comme une condition rendant possible, si ce n’est la contestation du monopole des professionnels de la politique et des journalistes dans la formation du débat public, au moins un renouvellement et une diversification du discours politique. S’il reste encore difficile de décrire les propriétés sociales de la population de ces nouveaux « blogueurs citoyens » dont le périmètre reste par ailleurs très incertain, il est en revanche possible de caractériser la manière dont l’ouverture des formats d’énonciation sur les blogs favorise la mobilisation de compétences expressives jusqu’alors refoulées.

4La formulation de la politique de démocratisation de la prise de parole sur Internet a été radicalisée à travers le principe de l’open publishing – notamment sur Indymedia – garantissant le droit à tous de publier informations et opinions sans être contrôlés, et celui de l’auto-organisation, faisant confiance à la discussion entre internautes pour opérer un tri entre informations justes et fausses. Sur un blog, l’énonciateur n’est pas tenu de respecter des formats d’édition, de se plier à des règles d’énonciation ou de soumettre ses propos à l’épreuve d’une vérification factuelle. En revanche, s’il veut s’attacher une communauté de lecteurs, il devra adapter son ton et son style aux retours que lui adressent ses lecteurs-commentateurs. Ce retour du public sur les formats d’énonciation s’opère de façon interactive, sur un mode conversationnel, continu et dynamique.

  • 2 Herring, S.C., Kouper I., Paolillo, J.C., Scheidt, L.A., Tyworth, M., Welsch, P., Wright, E., Yu, N (...)
  • 3 Une partie des polémiques sur les propos racistes, antisémites et infondés de l’Internet naît d’une (...)

5En effet, à la différence des médias traditionnels qui cherchent à capturer l’attention d’un public cible, le format d’énonciation des blogs ne cesse d’être discuté, modelé et ajusté par ceux que le blogueur cherche à intéresser. De sorte que si toute forme de propos injurieux, paranoïaque, abscons ou délirant, peut être proféré sur les blogs, beaucoup « échouent », tout simplement, à réunir un public autre que leur auteur et ses éventuels comparses. La structure relationnelle de la blogosphère révèle un univers extrêmement étagé dans lequel un petit noyau de blogs lus, commentés et se citant réciproquement les uns les autres chapeaute une nébuleuse de blogs non ou peu lus, s’inter-citant dans de petites confraternités, et citant des blogs réputés, dans le vain espoir d’obtenir la réciproque2. Aussi est-ce la capacité du blogueur à attirer une audience et des commentateurs qui confère une dimension authentiquement publique aux propos publiés en les insérant dans une conversation visible. Ce qui définit avant tout la compétence du blogueur, c’est donc moins le fait d’écrire un blog que le fait d’entrer en conversation avec un public. À défaut, son activité, ni vue, ni lue, ni commentée, devrait être considérée comme simplement « privée »3.

6En se faisant identifier comme des « citoyens », les énonciateurs proposent une définition d’eux-mêmes et des autres différente de la sélection affinitaire de la forme communautaire, de l’introspection anonyme du blog intime ou de la conversation quotidienne des blogs familiers.

  • 4 Cardon, D., Heurtin, J.-P., Lemieux, C., « Parler en public », Politix, 31, 1995, p. 5-19.

7Dans le dispositif de publication des blogs, les trois règles minimales de la prise de parole dans l’espace public politique4 se trouvent considérablement assouplies : l’obligation de responsabilité de l’énonciateur est atténuée par la fréquence de l’anonymat autorisant des formes expressives parfois inopportunes dans un espace public (injures, attaques ad hominem, affirmations non argumentées, etc.) ; la contrainte de distanciation avec l’objet du jugement se trouve souvent prise en défaut par des calculs masqués et des stratégies concertées ; enfin, l’exigence d’un espace polyphonique de jugements n’est pas honorée lorsque le blog n’attire à lui que des opinions identiques. L’allègement des contraintes énonciatives ne les invalide pas (les blogueurs les rappellent d’ailleurs fréquemment à ceux qui y contreviennent). Simplement, la perméabilité de la parole « citoyenne » aux autres formats énonciatifs de la blogosphère (discours intimiste, parole personnelle, discours humoristique, décalé ou ironique, etc.) et les propriétés techniques du blog contribuent à rendre beaucoup plus incertaines les manières d’honorer ces contraintes.

8Leur respect n’est pas exigé a priori, mais validé ou sanctionné a posteriori par les autres participants à la conversation publique des blogs. Aussi est-ce l’affluence, la réputation et la forme des échanges qui dotent les énonciations à la fois d’un caractère « public » et de leur qualité de « citoyenne ». Sans doute l’idée que la forme de l’énonciation est (co-)produite par sa réception n’a-t-elle jamais eu autant de pertinence et de réalité pratique que dans la construction de la visibilité de la blogosphère citoyenne par ses commentateurs.

La responsabilité de l’énonciation

9Même si elle est loin d’être systématique, la déclinaison de l’identité civile de l’auteur est une caractéristique des blogs « citoyens » qui les différencie des autres types de blog où dominent l’anonymat et le pseudonymat. Un blogueur qui se consacre à l’expression de jugements sur l’actualité donne le plus souvent son nom et un moyen de le contacter.

10Cependant, à la différence des médias traditionnels, le masquage de l’identité est mieux toléré pour les commentateurs, ce qui atténue le principe de responsabilité, habituellement associé à la prise de parole publique. Une commentatrice du blog d’Alain Lipietz interroge par exemple : « Pourquoi les messages de ce blog sont-ils si souvent anonymes ? La manière dont on nous invite à participer à ce forum “favorise” l’anonymat, je ne sais pas ce qu’en pensent les autres, mais moi, ça me dérange ». Comme beaucoup de blogueurs « citoyens », Alain Lipietz répond : « Écrire sur un site n’est pas un geste qui va de soi. Je reçois plus de réponses privées (par mail) que publiques (sur le forum du site). Celles et ceux qui répondent sur le site appartiennent souvent à une culture du pseudo ou de l’anonymat. Je n’ai rien contre, mais je bloque les insultes à des tiers ou les messages manifestement privés et hors sujet du site ».

11Le blogueur peut donner à ses messages des formes et statuts multiples : paroles pour soi, sarcasmes ou humeurs habituellement réservés aux proches, dénonciations, ou mots d’ordre proférés dans les cénacles militants… L’affaiblissement du sentiment de la présence du public donne au locuteur l’impression qu’il peut – au moins partiellement – s’émanciper de la responsabilité des lectures qui seront faites de ses propos. Même dans l’univers « citoyen », la liberté d’énonciation des opinions bloguées emprunte ses formats aux blogs intimes et familiers. L’écriture du blog n’hésite pas à se présenter comme décomplexée, familière et directe : l’énonciation se fait à la première personne, elle se colore d’affects et d’une subjectivité assumée. Elle peut mêler conversations de coulisses, ragots, argumentation relâchée, confidence connivente, dans un sentiment de liberté et d’informalité qui fait souvent l’attrait de ce mode de publication. Journaliste (Jean-Michel Apathie), homme politique (Alain Juppé) ou éditeur (Guy Birembaum) font même parfois de ce décalage entre énonciation formelle-publique et énonciation informelle-privée la spécificité de leurs prises de parole dans la blogosphère.

Y a-il balkanisation de l’espace public ?

  • 5 Lev-On, A., Manin, B., « L’internet : la main invisible de la délibération », Esprit, mai 2006.

12L’énonciation « citoyenne » est-elle capable de produire une délibération collective permettant la confrontation de points de vue non seulement divers, mais aussi « adverses » ? Le web ne favoriserait-il pas une sélection homophile des sites et des commentateurs, multipliant la formation de cercles étanches et sectaires aux opinions uniformes (Sunstein, 2002), avec une exposition préférentielle aux médias de sa propre tendance politique5. En dépit d’incontestables regroupements affinitaires, le tissu relationnel des blogs citoyens est sensiblement différent de celui des autres types de communautés.

13En premier lieu, les blogrolls sont en règle générale plus nourris, les commentaires sensiblement plus nombreux et les liens vers des sites web (ceux des médias et des partis notamment) très variés et denses. Du fait de leur interdépendance étroite avec les espaces journalistique et politique, il est même indispensable pour ces blogs d’acquérir réputation et notoriété, en cherchant à obtenir le meilleur classement possible sur les sites d’indexation. Aussi les blogueurs mènent-ils une très intense campagne promotionnelle pour se lier aux autres et, réciproquement, afin d’améliorer leur ranking.

  • 6 Adamic, L., Glance, N., «The Political Blogsphere and the 2004 US Election: Divided They Blog», 2nd (...)

14En second lieu, les analyses des réseaux de blogs se sont attachées à mesurer le degré de connectivité entre les blogs politiques. Première du genre, l’étude de Lada Adamic et Nathalie Glance6 sur la blogosphère américaine pendant l’élection présidentielle de 2004 montre une très forte polarisation interne des blogs républicains et démocrates. Mais les auteures montrent aussi que 15 % des liens sont dirigés vers des blogs de l’autre camp. Ces résultats sont confirmés par la cartographie de la blogosphère française réalisée par la société RTGI sous le nom de Blogopole. Les différents clusters de blogs de même couleur politique communiquent par un tissu connexe de liens sortants passant par des sites intermédiaires. Les polarisations partisanes apparaissent sur le fond d’un espace d’intercitation réciproque constituant l’écosystème global des blogs citoyens – espace lui-même fortement hiérarchisé par la réputation des blogs.

  • 7 Fouetillou, G., « Le web et le traité constitutionnel européen. Écologie d’une localité thématique (...)

15Cette interdépendance entre zones fortement polarisées se retrouve aussi à propos de débats d’opinion. Une étude sur les sites du « oui » et du « non » pendant la campagne référendaire autour du projet de constitution européenne du printemps 20057, montre la structuration de deux « communautés compétitives » de sites ayant un fort niveau de liens internes (surtout pour les partisans du non). Mais, ici encore, dans les deux camps, un nombre significatif de liens pointent vers des sites de l’autre camp (surtout du « oui » vers le « non », comme dans l’espoir de répondre à la réussite de la mobilisation des internautes du « non »). Contre la thèse d’une homophilie des internautes, la blogosphère politique se caractérise donc par le fait que, si les blogs se lient préférentiellement avec ceux qui partagent leur opinion, ils n’abandonnent pourtant jamais toute relation avec les blogs d’une autre couleur politique.

16Tout lecteur familier des blogs politiques ne peut qu’être frappé par la densité du ton et des échanges contradictoires qui se déroulent dans les blogs citoyens les plus réputés. L’activité conversationnelle y est proliférante, tantôt disciplinée, tantôt brouillonne, dense ou oiseuse, bavarde ou sèche, documentée ou péremptoire. Les fils de discussion sont particulièrement longs et structurés. Leur capacité d’animation est sans égale. Les commentateurs peuvent discuter entre eux, en s’émancipant parfois totalement du sujet de discussion initial. Mais surtout, la discussion est toujours sous-tendue par une organisation polémique des interventions dans laquelle des points de vue différents s’opposent et se contredisent. Cette dynamique conversationnelle est directement associée à la forme polyphonique de cette énonciation qui laisse place à la diversité et à la contestation des vues de l’énonciateur « citoyen ».

17Une énonciation publique se désignant comme « citoyenne » promet l’ouverture de l’espace de parole, la pluralité des points de vue et le refus d’une hiérarchisation reposant sur les qualités des énonciateurs. Contrairement à d’autres pratiques de blogs où les intervenants mettent de côté les commentaires qui ne les intéressent pas ou qui ne correspondent pas à leur centre d’intérêt, les blogueurs citoyens se donnent souvent pour mission de répondre à leurs détracteurs et de discuter leurs arguments.

Bibliographie

Références bibliographiques

Sustein, C. R., Republic.com, Princeton, Princeton University Press, 2002.

Notes

1 Publié sous le titre « Le style délibératif de la blogosphère citoyenne », p. 51.

2 Herring, S.C., Kouper I., Paolillo, J.C., Scheidt, L.A., Tyworth, M., Welsch, P., Wright, E., Yu, N., « Conversations in the Blogosphere. An Analysis “From the Bottom Up” », Proceedings of the 38th Hawaii International Conference on System Sciences (HICSS-38), Los Alamitos, 2005.

3 Une partie des polémiques sur les propos racistes, antisémites et infondés de l’Internet naît d’une mauvaise compréhension du caractère très relatif du statut « public » des informations dans l’architecture étagée de la visibilité sur le web. Il est en effet extrêmement facile de trouver nombre d’énoncés douteux dans les zones d’ombre du www. Cependant, pour les trouver, il faut délibérément les chercher, en les formulant explicitement sur les moteurs de recherche. Dès qu’elles acquièrent une relative visibilité, les informations douteuses du web sont systématiquement remises en cause, démenties et très vivement débattues et dénoncées par ceux qui y ont eu accès. De la sorte, visibilité et qualité de l’information allant de pair, les critiques portant sur le manque de fiabilité de l’Internet oublient souvent que la Toile n’est pas un espace homogène et uniformément « public ».

4 Cardon, D., Heurtin, J.-P., Lemieux, C., « Parler en public », Politix, 31, 1995, p. 5-19.

5 Lev-On, A., Manin, B., « L’internet : la main invisible de la délibération », Esprit, mai 2006.

6 Adamic, L., Glance, N., «The Political Blogsphere and the 2004 US Election: Divided They Blog», 2nd Annual Workshop on the Weblogging Ecosystem: Aggregation, Analysis and Dynamics, WWW2005, 2005.

7 Fouetillou, G., « Le web et le traité constitutionnel européen. Écologie d’une localité thématique compétitive », Réseaux, no 144, 2007, p. 279-304.

Auteur

Sociologue au laboratoire SENSE d’Orange Labs et chercheur associé au Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS/EHESS). Ses travaux portent sur les réseaux sociaux de l’internet, les formes d’identités en ligne, l’auto-production amateur et l’analyse des formes de coopération et de gouvernance dans les grands collectifs en ligne.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search