Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie des réseaux en Asie centrale

 | 
Svetlana Gorshenina
, 
Anne Ducloux
, 
Anna Jarry-Omarova

Partie III. Les réseaux mixtes et/ou médians

Niche du commerce avec la Chine et reconfiguration des communautés dounganes

Marlène Laruelle et Sébastien Peyrouse

Résumé

Certaines minorités nationales jouent aujourd’hui un rôle de passeur culturel et de médiateur économique entre l’Asie centrale et le monde chinois, tels les Dounganes. Même si ces stratégies sont de taille modeste au regard du commerce sino-centrasiatique global, elles constituent un élément important des évolutions vécues par les sociétés centrasiatiques et tout particulièrement les communautés minoritaires. Les réseaux que les Dounganes mettent en place sont multiples, enchevêtrés, imbriqués les uns dans les autres, susceptibles d’évolutions et de reconfiguration permanente. En partie désethnicisée, leur niche économique est cependant facteur d’une forme de ré-ethnicisation. Cet article tente donc de comprendre comment une niche commerciale nouvelle peut structurer une mise en réseau de la communauté, à différents niveaux (la famille, le village, le groupe ethnique, les concitoyens) et s’appuie pour cela sur un terrain effectué au Kazakhstan et en Chine, principalement en 2008.

Some national minorities, such as the Dungans, today play a role as cultural “in-between” and economic mediators between Central Asia and the Chinese world. Even if their strategies are of a modest size with regard to global Sino-Central Asian trade, they constitute an important element of the evolutions endured by Central Asian societies and especially the minority communities. Their networks are multiple, complicated, imbricated in one another, and subject to evolutions and permanent reconfiguration. Deethnicized to a large part, the economic niche of the Dungans is, however, an important factor of a form of re-ethnicization. Based on a fieldwork undertaken in Kazakhstan and China, mainly in 2008, this article attempts to understand how a new commercial niche can structure the networking of the community, at different levels (family, village, ethnic group, and fellow citizens).

Texte intégral

  • 2 Cette politique d’indigénisation, débutée dans les années 1920, a été stoppée par Staline mais a re (...)

1Dans des sociétés centrasiatiques exposées à de brutaux changements économiques et sociaux depuis deux décennies, les groupes définis comme minorités nationales ont dû apprendre à gérer l’ethnicisation croissante des structures étatiques. Poursuivant un phénomène qui existait dès la période soviétique, l’administration publique a rapidement été réservée à la nationalité éponyme2 et les minorités ont été exclues de la principale niche à revenus que constituent l’appropriation et la marchandisation des services de l’État. Elles ont toutefois pu investir, du moins en partie, les secteurs nés de la privatisation partielle de l’économie et du commerce avec l’étranger. La transnationalisation de certains groupes minoritaires n’est pas nouvelle pour l’Asie centrale, ni spécifique à la région postsoviétique. Au contraire, elle constitue un élément classique de la structuration en « réseaux ethniques », ceux-ci naissant souvent dans un contexte de décolonisation (le petit commerce de fruits et légumes des immigrés maghrébins de la première génération en France ou des Indo-pakistanais en Grande-Bretagne). En Asie centrale, ce schéma fonctionne pour plusieurs minorités installées dans la région lors des vagues de déplacement, volontaire ou forcé, des régimes tsariste puis soviétique, mais également dans un autre cadre historique, celui des relations qu’entretiennent les États de la zone avec le monde chinois.

2Alors que les États d’Asie centrale, et tout particulièrement le Kazakhstan et le Kirghizstan, sont de plus en plus structurés par le voisinage chinois, l’explosion du commerce sino-centrasiatique se conjugue à une situation paradoxale de méconnaissance quasi-complète de la culture chinoise dans son ensemble. Pourtant, on ne peut affirmer que les mondes centrasiatique et chinois se soient toujours ignorés, bien au contraire : tout au long du xixe siècle, les flux de population entre l’empire des Qing et celui des Romanov ont été nombreux et se sont poursuivis au xxe siècle. Des années 1870 aux années 1960, de nombreuses populations, principalement originaires du Xinjiang, ont traversé la frontière pour aller s’installer dans l’espace russo-soviétique. Certains de ces groupes transnationaux jouent aujourd’hui un rôle de passeur culturel et de médiateur économique entre ces deux mondes, tels les Dounganes. Cet article tente ainsi de comprendre comment une niche commerciale nouvelle peut structurer une mise en réseau de la communauté, à différents niveaux (la famille, le village, le groupe ethnique, les concitoyens), et s’appuie pour cela sur un terrain effectué au Kazakhstan et en Chine, principalement en 2008, et rendu possible grâce à l’accueil et à la disponibilité du président de l’Association des Dounganes du Kazakhstan, Husej Daurov.

Ouverture sur la Chine et niches économiques des minorités

  • 3 Peyrouse, 2008.
  • 4 Brubaker, 1996.
  • 5 Brubaker, 1996.
  • 6 Oka, 2007.

3En moins de vingt ans d’indépendance, et alors que la nationalité éponyme a investi massivement le secteur de l’administration publique et des grosses entreprises d’État, le secteur privé des services est en partie passé aux mains des minorités : petites entreprises du tertiaire, informatique, maintenance technique (plombiers, électriciens, etc.), serveurs et vendeurs dans la restauration et les boutiques, services de sécurité, sont considérés comme des secteurs où dominent les Russes3, tandis que les Coréens travaillent, comme à la période soviétique, dans la vente de produis frais sur les bazars. Le commerce avec l’étranger est l’une des niches les plus visées : Russes, Tatars, Grecs, Allemands ou Coréens profitent de leurs liens avec leur État dit d’origine (kin state selon Rogers Brubaker4) pour commercer. Leur connaissance de la langue « ethnique » et une émigration massive de « retour » dans ces pays leur permettent de bénéficier de réseaux familiaux ou amicaux qui encadrent un commerce de détail. Toutefois, certains groupes sont considérés comme dangereux par leur État d’accueil (host state5) : au Kazakhstan, les Ouzbeks ou les Tchétchènes ont du mal à mettre en valeur leurs liens transnationaux car les suspicions à leur encontre sont nombreuses6. Il en va de même pour les Ouïgours, discriminés par l’État chinois, et, par ricochet, par les États centrasiatiques.

  • 7 Laruelle et Peyrouse, 2009.
  • 8 Statistiques de l’Union européenne, 2009.
  • 9 Ibid.
  • 10 Kaminski et Raballand, 2009.

4Pourtant, la niche des relations économiques avec la Chine est l’une des plus porteuses7. Le pays est aujourd’hui le premier partenaire commercial du Kirghizstan, le second du Tadjikistan (le premier importateur pour ces deux pays), le troisième du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan, le septième du Turkménistan, mais son troisième importateur8. En 2008, le total des échanges commerciaux entre l’Asie centrale et la Chine s’est élevé à 19 267 milliards d’euros, tandis que celui entre l’Asie centrale et la Russie a atteint 20 105 milliards d’euros9. Les échanges entre le Kazakhstan et le Xinjiang comptent pour environ les trois quarts de ce commerce. Si l’on prend en compte dans ces calculs l’ensemble du petit commerce frontalier, difficile à estimer, ainsi que la contrebande, en particulier de métal, la présence chinoise dans les pays frontaliers comme le Kazakhstan et le Kirghizstan est déjà supérieure à celle de la Russie. Pour Bichkek, le transit des produits chinois et leur réexportation dans l’ensemble de l’Asie centrale rapportent dorénavant plus au budget d’État que l’extraction d’or10.

  • 11 Le terme d’ouïgour n’est apparu dans la région qu’avec le recensement soviétique de 1926 et a, peu (...)
  • 12 Gladney, 2004.

5Les Ouïgours ont été les premiers à tenter d’investir ce secteur florissant. La « diaspora ouïgoure » centrasiatique compte environ 300 000 personnes, même si des chiffres exacts sont impossibles à obtenir compte tenu des processus d’intégration et de la forte pression des gouvernements centrasiatiques en faveur d’une assimilation à la nationalité majoritaire. Par ailleurs, parler d’une diaspora ouïgoure unifiée en Asie centrale, et en particulier au Kazakhstan, soulève plusieurs problèmes méthodologiques11. Si des échanges modestes existaient entre Ouïgours soviétiques et chinois avant les années 1980, l’ouverture des frontières dès la fin de la perestroïka a permis à nombre d’entre eux de rendre visite aux membres de leur famille tout en entamant un modeste commerce de navette. En Chine, les produits soviétiques étaient alors considérés comme de meilleure qualité que les produits nationaux, tandis que les Centrasiatiques se montraient intéressés par les productions chinoises en électroménager ou en plastique, dont l’URSS manquait. Malgré une forte suspicion de la part du pouvoir central, Pékin avait tout intérêt, à cette époque, à jouer la carte ouïgoure afin de dynamiser son économie frontalière et d’investir un marché qu’elle n’espérait pas encore dominer par des moyens plus colossaux. Les réformes de Deng Xiaoping avaient par ailleurs invité les minorités, tout comme les Hans, à s’impliquer dans de petites entreprises privées de transit de marchandises, de vente au détail ou de restaurants12.

  • 13 Roberts, 2003.
  • 14 Je remercie Rémi Castets de m’avoir transmis cette information.
  • 15 Syroežkin, 2003.
  • 16 Bekturganova, 2002.
  • 17 Kamalov, 2005 ; Clarck et Kamalov, 2004.

6Grâce à des liens familiaux étroits avec le Xinjiang, les Ouïgours d’Asie centrale, principalement ceux arrivés dans les années 1950-1960, se sont lancés dans le commerce transfrontalier en investissant les marchés de gros et en développant des activités annexes comme la restauration, la location d’entrepôts ou le logement pour les commerçants de passage13. Néanmoins, dès la deuxième moitié des années 1990, plusieurs éléments viennent entraver leur niche naissante. La Chine a dissuadé de nombreux Ouïgours de faire du commerce transfrontalier de peur qu’ils n’en profitent pour collecter l’argent de la diaspora pour la cause indépendantiste ou fassent entrer des armes en contrebande14 et a fait pression sur les gouvernements centrasiatiques pour qu’ils limitent leur activisme15. Les médias kazakhs insistent par exemple régulièrement sur la bonne entente entre Ouïgours et Tchétchènes, signe caché d’un prétendu séparatisme islamiste16. Dans les années 2000, le renforcement du partenariat sino-centrasiatique et la présence d’autres communautés transnationales dans la même niche commerciale finissent de marginaliser les Ouïgours, qui ont du mal à trouver des partenaires hans ou centrasiatiques prêts à s’associer avec eux17. Ils sont donc réduits soit à du commerce de petite ampleur, peu rentable, soit à travailler comme assistants, traducteurs ou intermédiaires d’hommes d’affaires hans implantés en Asie centrale ou de Centrasiatiques faisant du commerce au Xinjiang.

7En deux décennies, les Ouïgours ont partiellement perdu la niche unique qui s’offrait à eux et ce, à au moins trois niveaux : 1) le commerce sino-centrasiatique s’est étatisé, donnant la part belle aux nationalités titulaires, han et centrasiatiques, et non aux minorités ; 2) au sein même des minorités transfrontalières, les Ouïgours sont marginalisés par la suspicion politique qui pèse sur eux, celle-ci freinant leur capacité à jouer des réseaux transnationaux traditionnels des peuples en diaspora ; 3) au Xinjiang, dans le secteur du commerce avec l’Asie centrale comme dans les autres domaines, les Ouïgours sont dépassés par les Hans, qui reprennent à leur compte les avantages de la position médiane de la région. Comme dans la province de Heilongjiang (Kharbin), qui a reconquis son rôle historique de zone de contact avec la Russie, la population du Xinjiang tente de se recycler dans toute une gamme de métiers liés à la proximité retrouvée avec l’Asie centrale. La complexité de la situation des minorités nationales au Xinjiang, en particulier celle des Ouïgours, et le poids politique de la région rend toutefois l’appropriation de cette niche plus complexe qu’au Heilongjiang.

  • 18 Raballand et Andrésy, 2007.
  • 19 Observations de terrain en Chine, juin 2008, septembre-décembre 2008.

8Le commerce sino-centrasiatique est majoritairement aux mains soit des grandes entreprises d’État, soit des Hans du Xinjiang et en particulier des Corps de production et de construction du Xinjiang (Xinjiang shengchan jianshe bingtuan), soit enfin des entrepreneurs privés du Zhejiang, rôdés au commerce international et en liaison directe avec les grands centres commerciaux de la façade maritime chinoise18. La marge de manœuvre et de compétitivité des Ouïgours et des minorités titulaires centrasiatiques de Chine (Kazakhs, mais aussi Kirghizes et Tadjiks) est donc modeste19. Dans son rapport au commerce centrasiatique, le Xinjiang se divise en deux zones, la Kachgarie au sud, largement marginalisée, et la Djoungarie au nord, au cœur du dynamisme sino-centrasiatique actuel, confirmant ainsi l’exclusion des Ouïgours, majoritairement installés en Kachgarie et dépassés par les Hans en Djoungarie. L’extrême acuité politique de la question ouïgoure, encore plus mal vécue par Pékin que l’enjeu tibétain, a donc dépossédé les Ouïgours de leur rôle historique, tandis que les autres minorités transfrontalières sont en train de prendre la pleine mesure des avantages que leur apporte le dynamisme commercial sino-centrasiatique.

  • 20 Entretien avec les chercheurs et hommes d’affaires de l’Association d’amitié avec les pays étranger (...)
  • 21 Entretiens menés au Xinjiang, septembre 2008.
  • 22 Mackerras, 2003.

9Ainsi, dans les zones frontalières, de plus en plus de Kazakhs chinois cherchent à ouvrir un petit stand le long des routes où passent les bus de commerçants venus du Kazakhstan afin de vendre des produits d’usage courant ainsi que des aliments traditionnels kazakhs (produits laitiers, etc.). D’autres sont devenus des intermédiaires dans le trafic transfrontalier de métal, achetant les déchets métallisés transportés par les Kazakhstanais et le revendant ensuite à de plus gros intermédiaires qui les font parvenir aux usines chinoises20. Certains cherchent à se faire embaucher comme traducteurs dans les centres commerciaux et parcs industriels qui se multiplient aux abords de la frontière sino-kazakhstanaise. La connaissance du kazakh ne suffit toutefois pas à se lancer dans ce type de métiers, car de nombreux Kazakhs du Kazakhstan, sans parler des Kazakhstanais non kazakhs, ne sont locuteurs que du russe. Ainsi, de plus en plus de Kazakhs de Chine cherchent à apprendre le russe, soit par des cours privés donnés par des anciens citoyens soviétiques ou des compatriotes chinois ayant séjourné en ex-URSS, soit en se rendant eux-mêmes au Kazakhstan pour quelques mois, pour ensuite ouvrir une petite agence touristique proposant des « shop-tours » aux Centrasiatiques ainsi qu’aux Russes de la région de Barnaul21. La mode de l’apprentissage du russe semble avoir pris un réel essor dans tout le nord du Xinjiang et surtout dans la région de Yining. De nombreuses petites écoles privées s’ouvrent afin d’accueillir les volontaires, qui sont souvent Hans, et le secteur de l’enseignement du russe est devenu prometteur. Cependant, comparés à d’autres minorités de Chine comme celles vivant dans le sud du pays, les citoyens chinois d’origine centrasiatique sont encore relativement peu engagés dans des processus globalisateurs22.

Stratégies dounganes de conquête du commerce avec la Chine

10La rencontre historique entre l’islam et le monde chinois a donné naissance à une population de Chinois convertis à l’islam, appelés Hui en Chine et Dounganes dans l’espace soviétique, d’après un ancien terme tchagataï. L’islam est arrivé en Chine par une double voie, maritime via l’océan Indien, et terrestre par les Routes de la Soie. Dès le viie siècle, de premiers musulmans sont recensés dans la région de Guangzhou, qui accueille la mosquée Huaisheng, première mosquée de Chine, mais le phénomène de conversion ne devient massif qu’à la fin du xiie siècle, sous la domination de Kubilaï, petit-fils de Gengiskhan et fondateur de la dynastie mongole de Chine. Au tournant des dynasties Yuan (1280-1368) et Ming (1368-1644), l’islam devient la religion majoritaire des actuelles provinces du Gansu, Shaanxi, Ningxia, Qinghai et Yunnan. Dans ces provinces majoritairement septentrionales de Chine, les Hui pratiquent un islam largement empreint des préceptes des confréries soufies (Kubrawiyya, Qadiriyya, et Naqshbandiyya). Après le soulèvement de 1861-1877 contre la domination Qing, plusieurs dizaines de milliers de Hui venus des provinces du Shaanxi, du Gansu et du Xinjiang s’exilent sur le territoire de l’empire russe, où les colonisateurs russes leur donnent le nom de Dounganes.

  • 23 Chuah, 2004.

11Les Dounganes sont reconnus en tant que minorité nationale par le pouvoir soviétique dans les années 1920 et obtiennent ainsi la protection de leur langue et la possibilité d’envoyer leurs enfants dans des écoles primaires dounganophones dans les zones de peuplement compact. En République Populaire de Chine (RPC), ils disposent également du statut de minorité (minzu) et font partie des 56 groupes ethniques reconnus par le régime communiste. Aujourd’hui, la Chine compte 10 millions de Hui, qui se trouvent dans une situation régionale très diversifiée et dans des rapports complexes avec la majorité han. Considérés comme une minorité nationale de par leur spécificité religieuse, ils sont soumis à des marginalisations sociales, culturelles et religieuses qui débouchent parfois sur des conflits ouverts, et à des processus d’acculturation, tout en étant bien mieux intégrés à la société chinoise que les Ouïgours23.

  • 24 Itogi pervoj nacional’noj perepisi naseleniâ Kyrgyzskoj respubliki 199 g.
  • 25 « Čislennost’i razmeŝenie dungan v respublike Kyrgyzstan », 2001, p. 40-43.
  • 26 Alekseenko, 2005.
  • 27 « Stolknoveniâ na severe Kirgizii : konflikt meždu kirgizami i dunganami » ; « Dungane begut […] », (...)
  • 28 Entretien avec Husej Daurov, Almaty, 6 juin 2008.

12L’Asie centrale compte environ 100 000 Dounganes. Ceux-ci sont principalement installés au Kirghizstan (51 000 personnes au recensement de 199924), où ils constituent la quatrième nationalité du pays, et sont concentrés au nord dans la région de Ču, à Bichkek, Tokmak et Karakol. Le long de la rivière Ču, qui accueille plus de 80 % des Dounganes du pays, des villages tels qu’Aleksandrovka, Ivanovka, Milianfan ou Kenbuluk sont encore à grande majorité doungane25. Ils sont également présents au Kazakhstan (36 000 personnes au recensement de 1999), en particulier dans la région de Džambul, et en proportion moindre dans celles d’Almaty, d’Akmolinsk, de Karaganda, d’Aktûbinsk et de l’Ouest-Kazakhstan26. En Ouzbékistan, leur présence est minime (2 500 personnes d’après certaines estimations) car l’assimilation aux Ouzbeks est forte. Leur peuplement y est épars, principalement dans la région de Tachkent et dans la vallée de Ferghana (Andižan). Les tensions interethniques entre Dounganes et Kirghizes, en particulier dans la région de Ču, sont régulières. En 2006, des affrontements violents dans le petit village d’Iskra ont conduit plusieurs centaines de familles à demander l’asile politique au Kazakhstan tandis que le gouvernement kirghize mettait en place une commission spéciale27. Les anciens du village ainsi que les imams ont réussi à faire retomber les tensions et la majorité des familles dounganes qui s’étaient réfugiées au Kazakhstan ont fini par revenir28.

  • 29 Allès, 2005.
  • 30 Entretien avec Ali Džon, chercheur au département d’études dounganes de l’Académie des Sciences du (...)

13Comme tous les peuples soviétiques, les Dounganes ont été soumis à de fortes transformations sociales qui ont modifié leurs référents culturels et identitaires29. Nombre d’entre eux, en particulier dans la région d’Oš, se sont assimilés aux Ouzbeks, tandis que les mariages mixtes avec les Kazakhs ou les Kirghizes se sont développés. Par ailleurs, l’unité linguistique qui était au fondement de leur identité en Union soviétique s’avère partiellement mythique. La connaissance de l’écriture chinoise s’est en effet très rapidement perdue et reste aujourd’hui incompréhensible à l’immense majorité des Dounganes (plus de 90 % d’entre eux). Ceux-ci sont en outre divisés entre le dialecte du Gansu et celui du Shaanxi, tandis que près de la moitié de la jeune génération ne maîtrise plus du tout le doungane et s’exprime uniquement en russe, voire en kazakh ou kirghize. Enfin, les quelques écoles primaires dounganophones encore existantes (environ une quinzaine au Kazakhstan et au Kirghizstan) manquent de moyens, de manuels, d’enseignants, et sont là encore divisées dans leur stratégie linguistique : certains veulent maintenir l’apprentissage de la langue doungane, écrite en cyrillique depuis 1958 (en latin entre 1929 et 1958), donc des dialectes de Chine du Nord, d’autres souhaitent le passage au putonghua (mandarin), mais là encore se divisent entre ceux qui prônent l’apprentissage du pinyin (chinois latinisé) et ceux qui préfèrent les caractères chinois30. L’enjeu n’est pas uniquement culturel, mais aussi économique : la connaissance de l’écriture chinoise ouvre en effet de multiples perspectives de travail avec la Chine, tandis que le maintien de l’écriture cyrillique freine cette sortie du cadre soviétique.

14Traditionnellement, les Dounganes sont connus pour leurs compétences agricoles, qui ont assuré le succès de leurs kolkhozes et sovkhozes à l’époque soviétique face à des populations kazakhes et kirghizes de culture transhumante et non sédentaire. Ils se sont spécialisés dans deux domaines, la riziculture et les cultures maraîchères, et ont peu à peu occupé une nouvelle niche commerciale, celle des produits frais vendus sur les marchés centrasiatiques. Depuis les privatisations des années 1990, de nombreux Dounganes investissent également le domaine de la restauration, leur cuisine étant réputée en Asie centrale - comme celle des Ouïgours et des Coréens. Ils bénéficient également de liens privilégiés avec des milieux agricoles capables de les alimenter de manière régulière en produits frais. Aujourd’hui encore, la moitié des Dounganes du Kazakhstan et du Kirghizstan continue à travailler dans l’agriculture, tandis qu’environ 20 % d’entre eux seraient engagés dans la fonction publique depuis l’époque soviétique, où les minorités bénéficiaient de promotions spécifiques. Alors que les Dounganes d’Ouzbékistan et du Tadjikistan sont limités aux activités agricoles, une nouvelle niche économique est apparue pour ceux du Kazakhstan et du Kirghizstan, celle du commerce avec la Chine.

  • 31 Entretien avec Nurik Ma, représentant de l’Association des Dounganes du Kazakhstan à Xi’an, Xi’an, (...)
  • 32 L’étude qui suit est fondée sur les observations de terrain menée au sein de la communauté doungane (...)

15Ainsi, selon l’un des membres de l’Association des Dounganes du Kazakhstan Nurik Ma, environ 30 % des Dounganes du Kazakhstan (et du Kirghizstan) travailleraient aujourd’hui dans ce secteur31. Dès le début des années 1990, le principal marché aux puces (baraholka) de la capitale kazakhstanaise Almaty, situé à la sortie de la ville sur un site abandonné, s’est transformé en un lieu de revente des produits chinois acheminés depuis le Xinjiang. Il a rapidement été investi par des commerçants dounganes et ouïgours, car il avoisinait un ancien kolkhoze, Zarâ Vostoka (L’Aube de l’Orient), à majorité doungane lors de sa fondation dans les années 1930, mais par la suite dominé numériquement par des Ouïgours arrivés de Chine dans les années 1960. Le terrain mené au Kazakhstan et en Chine a permis de définir quatre catégories de nouveaux emplois créés par le voisinage chinois32. Ceux-ci se structurent en fonction de critères sociaux classiques : les milieux ruraux n’ont pas le même spectre de possibilités que les urbains, le salariat chez un patron chinois est le schéma dominant pour la toute petite bourgeoisie urbaine, tandis que les classes moyennes peuvent s’offrir la mise à disposition d’un capital de départ permettant souvent de devenir son propre patron.

16Une partie de Dounganes, en particulier ceux des villages frontaliers, s’est recyclée dans le petit « commerce de valises » (čelnoki). Leur proximité géographique avec la Chine leur garantit en effet une exemption de visa à la journée pour se rendre dans les centres commerciaux chinois installés de l’autre côté de la frontière, où ils acquièrent des produits bon marché qu’ils revendent ensuite chez eux. Ce commerce, dominé par des milieux ruraux qui cherchent à échapper à la crise agricole, reste de taille très modeste et s’organise souvent dans un cadre familial : partir à plusieurs, avec ses frères ou cousins, permet en effet de réduire les frais de transport ainsi que les risques personnels encourus durant le trajet. Les revenus que ce commerce apporte sont avant tout complémentaires de ceux obtenus par la famille dans le cadre de l’exploitation rurale et permettent des rentrées d’argent en période de crise ou de dépenses imprévues (médicaments, fournitures scolaires). Le commerce est donc fondé sur le cercle familial et les liens avec les citoyens chinois de l’autre côté de la frontière sont réduits : ces čelnoki modestes n’engagent pas de partenariat avec des collègues chinois, mais profitent uniquement de leur possibilité de passer la frontière et d’acheter à bas prix.

  • 33 Zhaparov, 2009.

17Une seconde catégorie de Dounganes se fait embaucher par les hommes d’affaires chinois implantés au Kazakhstan et au Kirghizstan. Ceux-ci savent en effet que la vente au détail sur le bazar s’effectue plus facilement si le vendeur parle la même langue et dispose des mêmes références culturelles que l’acheteur. Cela évite également aux businessmen chinois d’apprendre le russe ou de faire venir des Chinois russophones. Les plus chanceux se font embaucher non comme simples vendeurs, mais comme assistants, intermédiaires ou traducteurs, grâce à leur connaissance, même dialectale, du chinois, et ce, d’autant plus qu’ils sont souvent et russophones, et kazakhophones/kirghizophones. Ces Dounganes proviennent majoritairement de milieux urbains et les jeunes générations y sont dominantes33. Cette petite bourgeoisie y voit un moyen de promotion, car l’engagement d’un jeune adulte dans le secteur du commerce offre des opportunités financières immédiates et des perspectives de création de sa propre entreprise sur le moyen terme. La logique d’engagement n’est donc plus familiale, mais individuelle, puisqu’est en jeu la réussite professionnelle des jeunes, mais l’impact financier se répercute sur l’ensemble de la famille. Dans ce cadre, le contact avec le monde chinois est plus direct : ils fréquentent quotidiennement les commerçants chinois du bazar, voire les accompagnent lors de leurs missions d’approvisionnement en Chine.

  • 34 Ibid.

18Une troisième catégorie a investi le secteur des agences touristiques : grâce, là encore, à leurs compétences linguistiques, ces Dounganes organisent les « shop-tours » (tourisme commercial) de leurs compatriotes en Chine et prennent en charge les formalités administratives ainsi que l’organisation du séjour. Certains se spécialisent dans le tourisme médical en Chine, qui connaît un succès croissant au Kazakhstan34. Leurs contacts avec la Chine sont donc non seulement directs, mais personnalisés : ils disposent en effet de partenaires côté chinois et se rendent souvent dans le pays.

  • 35 Entretien avec Husej Daurov.

19Enfin, une quatrième catégorie, probablement appelée à prendre de l’ampleur, s’est lancée dans le commerce en ouvrant un stand sur les bazars. Plusieurs domaines sont privilégiés : la chaussure, le vêtement et les matériaux de construction, tandis que les produits électroniques et électroménagers sont laissés aux Hans. Ainsi, le secteur de la chaussure est considéré à Almaty comme une spécialité doungane. Ceux qui disposent du plus gros capital de départ cherchent à signer des accords directement avec des usines chinoises de vêtements et de chaussures basées à Shenzhen et Guangzhou pour créer leur marque. Ceux qui se spécialisent dans les matériaux de construction se contentent de se rendre à Urumqi sans avoir besoin de rejoindre les provinces maritimes chinoises35.

  • 36 Entretien avec un homme d’affaires doungane gérant d’une société de transport de produits chinois e (...)

20Enfin, certains se lancent dans le transport routier (le transport ferroviaire, trop coûteux, est laissé aux marchandises à haute valeur ajoutée et est de toute façon contrôlée par des firmes étatiques) de marchandises jusqu’en Russie, profitant de réseaux transnationaux qui s’étendent parfois jusqu’en Europe occidentale : le réseau est alors triangulaire Asie centrale - Chine - Russie grâce à l’installation de membres de la famille dans les pays concernés, et nécessite certaines connections dans les milieux douaniers36. Dans ces derniers cas, seules les classes moyennes sont les plus concernées. L’autonomie commerciale nécessite en effet un capital de départ non négligeable, et les perspectives de promotion familiale sont importantes. Si la société réussit, plusieurs membres de la famille s’y engagent, puisque le fonctionnement est basé sur le réseau : un membre gère le bureau ou la firme à Almaty, un second s’installe dans la filiale ouverte en Chine, un troisième en Russie, etc. Le cercle de famille semble donc souvent à la base du réseau, qui s’étend ensuite à des personnes alors engagées dans un rapport clientélaire.

  • 37 Entretiens menés avec les chercheurs et hommes d’affaires de l’Association pour les contacts amicau (...)

21Deux éléments centraux permettent l’appropriation de cette niche : 1) la connaissance du chinois, même dialectal et de bas niveau ; 2) l’ouverture d’esprit en direction de la Chine. Un grand absent est à noter : l’absence de lien avec des membres de la famille de l’autre côté de la frontière. Tous nos interlocuteurs ont en effet confirmé que les liens avec leur patrie d’origine avaient été réduits à néant par l’histoire sino-soviétique du xxe siècle. Il est très rare que des Dounganes d’Asie centrale puissent rétablir ces liens et s’en servir comme d’un moteur commercial. Lorsqu’ils se rendent en Chine, ils commercent soit avec des Hui rencontrés pour l’occasion, soit avec des Hans, très peu avec des Ouïgours. Historiquement, les relations entre Ouïgours et Hui du Xinjiang ont été régulièrement conflictuelles et les deux peuples ne jouent pas la carte de la solidarité musulmane. Confirmation de cette absence de réseaux familiaux en RPC, les Dounganes engagés dans le commerce avec la Chine travaillent quasi systématiquement avec le Xinjiang à cause de sa proximité frontalière, en particulier via le parc industriel d’Urumqi et les zones économiques libres aux frontières. Les plus aventureux ou ceux ayant des velléités commerciales de gros se rendent dans le Delta de la rivière des Perles. Mais bien que les Dounganes du Kirghizstan soient originaires du Gansu et ceux du Kazakhstan du Shaanxi, ils ne commercent pas avec dans leur province d’origine37.

Constitution en réseau, ramifications transfrontalières et réethnification

  • 38 Entretien avec un chercheur ouzbek d’origine ouïgoure spécialiste de la Chine, Ablat Hodžaev, Tachk (...)
  • 39 Entretien avec Ali Džon.

22Les Dounganes disposent d’une association dans chacun des quatre États centrasiatiques (Turkménistan excepté), mais celle-ci se limite à l’organisation d’activités folkloriques (chants, danse, cuisine) et, à Almaty et Bichkek, à l’édition de journaux associatifs et de manuels de langue et littérature dounganes pour les quelques écoles dounganophones du pays. Comme toutes les autres minorités nationales, les Dounganes sont dépendants de leur environnement : en Ouzbékistan, aucune activité politique ne leur est permise38, tandis qu’au Kirghizstan, plusieurs associations en concurrence jusqu’à leur unification en 2008 ont freiné l’organisation de la minorité et la recherche de mécènes privés39. Le Kazakhstan, quant à lui, dispose d’une seule association, membre de l’Assemblée du peuple et qui regroupe une dizaine de petits centres culturels implantés dans les régions. Les relations entre associations sont relativement mauvaises, en particulier entre celles du Kazakhstan et du Kirghizstan. Le créneau associatif se révèle souvent porteur de perspectives économiques. Ainsi, au début des années 1990, l’association doungane d’Ouzbékistan a tenté de développer ses contacts avec l’ambassade de Chine en recevant des enseignants chinois de doungane et une aide à l’agriculture, mais la suspicion des autorités ouzbèkes envers toute collaboration non contrôlée par l’État a rapidement mis fin à ces liens privilégiés.

  • 40 Entretien avec Husej Daurov.
  • 41 Entretien avec Ali Džon.

23Au Kazakhstan, le parcours du président de l’association des Dounganes est le plus révélateur de la niche commerciale en phase de constitution et de la multiplicité des réseaux en jeu. Ancien ingénieur, membre du Parti communiste dans son village de Šortûbe, Husej Daurov a monté dès 1992 une société privée, Šensi (Shaanxi), spécialisée dans la promotion de l’agriculture sous serre. Sans aucun contact avec les descendants de sa famille en Chine, il a dans un premier temps mené des recherches généalogiques afin de retrouver des cousins éloignés à Xi’an40. Dès la fin des années 1990, il a organisé à une échelle modeste des échanges culturels entre le Kazakhstan et les provinces du Shaanxi et du Gansu pour des Dounganes à la recherche de leurs racines et tente de développer les échanges scientifiques entre spécialistes de la culture hui/doungane. Dans les années 1990, le président de l’association des Dounganes du Kirghizstan avait été le premier à se rendre à Xi’an et au Ninxhia en demandant aux universités locales, dont la célèbre Xi’an Normal University, d’accueillir à tarif réduit des étudiants dounganes41. Si ce système fonctionne toujours, c’est toutefois au Kazakhstan qu’il a pris toute son ampleur.

  • 42 Entretien avec Nurik Ma et avec plusieurs étudiants kazakhstanais basés à Xi’an, octobre 2008.
  • 43 Observations de terrain à la sortie de la prière du vendredi, mosquée de Xi’an, octobre 2008.

24Dans les années 1990, l’association kazakhstanaise envoyait elle aussi, sur son propre argent, quelques étudiants dounganes originaires de Šortûbe au Shaanxi, puis Husej Daurov a réussi à négocier, en 1998-1999, que ceux-ci soient accueillis grâce à des bourses chinoises. En 2003, soucieux de répondre à une demande de l’Assemblée des peuples, mais également d’éviter les critiques communautaristes, l’association s’est lancée dans l’envoi massif d’étudiants en Chine, sans critère de nationalité. Elle gère aujourd’hui directement tous les étudiants kazakhstanais installés à Xi’an, soit plus de 600 personnes. Le bureau ouvert sur place est tenu par le neveu de Husej, Nurik, qui dispose également d’une petite boutique au marché d’Almaty vendant des produits venus du Xinjiang : une fois encore, les liens culturels sont recréés avec la province d’origine, mais le commerce de détail se fait avec le Xinjiang. Ce bureau local a pour mission d’aider les étudiants à choisir leur spécialisation et leur université (Normal University, Université de langues étrangères, Université des transports et des communications, Université du gaz et du pétrole, etc.) et d’encadrer leur scolarité sur place. Partir via l’association permet de bénéficier d’un tarif réduit, 1 500 dollars l’année d’inscription, sans le coût de la chambre en cité universitaire. Si les Dounganes y sont prioritaires (une centaine de personnes par an sont entièrement prises en charge financièrement), le programme fonctionne pour l’ensemble des étudiants kazakhstanais42. Quelques étudiants dounganes sont également envoyés à l’Institut des nationalités à Pékin et l’association a négocié des tarifs préférentiels pour les grandes Universités de Shanghai, bien plus coûteuses. L’encadrement religieux, s’il est demandé, est également fourni : de nombreux étudiants kazakhstanais se retrouvent par exemple à la sortie de la mosquée de Xi’an et l’association se charge de surveiller discrètement la bonne tenue publique de ses ouailles43.

  • 44 Entretien avec Husej Daurov.

25Dans les années 2000, avec l’explosion des échanges sinokazakhstanais, Husej Daurov a décidé de découpler l’association, qui ne gère plus que les échanges culturels et universitaires, d’une société privée qu’il dirige et qui est devenue un important intermédiaire des relations commerciales entre les deux pays. Il a alors su profiter des entrées qu’il s’était créées au Shanxi. La province a par exemple financé le transfert de technologies liées à la culture sous serre, qui était la spécialisation première de sa société. Daurov a ensuite élargi son domaine de compétences aux matériaux de construction avec l’ouverture d’une joint-venture de fabrication de briques vers Tokmak dès les années 1990 et une autre vers Džambul dans les années 2000, toujours grâce à des financements chinois. Il a également servi d’intermédiaire entre les autorités kazakhstanaises, la société de chemin de fer du Kazakhstan, Kazakhstan Temir Joly, et la China Railway New Express Transportation Equipment Co. du Shaanxi durant les négociations de 2006 pour l’achat de wagons chinois. Il a ensuite contribué à régler le scandale qui a suivi cet achat, puisqu’une partie des wagons n’était pas aux normes de sécurité kazakhstanaises44. Il a encore participé aux négociations entre Astana et la Banque nationale du développement de Chine pour la construction de la centrale hydroélectrique de Mojnak, première centrale « clé en main » du Kazakhstan indépendant.

  • 45 Entretiens avec le représentant, resté anonyme, de sa société à Lanzhou, 4 octobre 2008.

26Il aide aujourd’hui plusieurs hommes d’affaires kazakhstanais à trouver des partenaires commerciaux en Chine et a pour cela ouvert des représentations dès 2003 à Xi’an, et depuis 2005-2007 à Shenzhen, Pékin, Shanghai, Lanzhou, Urumqi et Yinchuan45. Sa société est devenue actionnaire dans plusieurs joint-ventures spécialisées en matériaux de construction (tuiles et briques), en nanotechnologies et en emballages plastiques. Il participe toujours au transfert de technologies agricoles venues de Chine, expérimentées par plusieurs fermes majoritairement dounganes du district de Kordaj, près de Džambul.

  • 46 Mahin, 2004.
  • 47 « Vystuplenie prezidenta associacii dungan Kazahstana H. Daurova », 2001, p. 34.
  • 48 Observation de terrain, Lanzhou, octobre 2008.

27Husej Daurov a donc su devenir un intermédiaire quasi incontournable des relations sino-kazakhstanaises non seulement par son statut au sein de l’Assemblée du peuple, qui lui garantit ses entrées dans l’administration centrale, mais également par sa connaissance des cercles économiques et plusieurs rencontres avec le président kazakh Nursultan Nazarbaev. Ainsi, il est membre du conseil interétatique sino-kazakhstanais des entrepreneurs, faisait partie de la délégation de Kassymžomart Tokaev qui a négocié la démarcation de la frontière dans les années 1990, et de celle qui a accompagné Nursultan Nazarbaev en Chine en 200446. En 2001, il a organisé la visite de l’akim (gouverneur) de Džambul à Xi’an, et la visite retour d’une délégation du Shaanxi dirigée par le président du Comité aux affaires des minorités de la province, lui-même Hui47. Il a été le principal organisateur du pavillon kazakhstanais à l’exposition commerciale de Xi’an en 2004. À l’automne 2008, il a accompagné le père du Premier ministre Karym Masimov, Kažymkan Masimov, en visite non officielle en Chine pour l’achat de technologies nouvelles48.

  • 49 Abrašitova, 2007.
  • 50 Entretiens menés avec les chercheurs et hommes d’affaires de l’Association pour les contacts amicau (...)

28Les principaux partenaires de Husej Daurov ne sont plus uniquement des hommes d’affaires hui ou han, mais des institutions officielles, par exemple les « Associations pour les contacts amicaux avec les pays étrangers » qui existent auprès des administrations provinciales, dans son cas celles du Gansu et du Shaanxi. Créées en 1984, ces associations travaillent sous le contrôle du ministère des Affaires étrangères chinois, apportent leur concours aux pouvoirs locaux dans leur recherche de partenaires internationaux, servent d’intermédiaires aux hommes d’affaires étrangers qui souhaitent s’implanter dans la province et étudient les projets de coopération avec l’étranger. En 2007, les échanges commerciaux Gansu-Asie centrale ont été d’environ 500 000 dollars, dont les trois quarts avec le Kazakhstan. Outre le commerce métallurgique entre Lanzhou et Astana, ainsi que la joint-venture entre la Eurasian Natural Ressources Corporation d’Aleksandr Maškevič et le complexe métallurgique JISCO basé dans la ville de Jiayuguan au Gansu49, les échanges commerciaux d’ampleur plus modeste sont en partie aux mains de Husej Daurov. Ainsi, sur 2009, celui-ci a mis en place la vente de fourrage pour bétail par une société chinoise du Gansu et établi une joint-venture sino-kazakhstanaise spécialisée dans le secteur des fruits et légumes, destinés à être importés au Kazakhstan via le Xinjiang50.

  • 51 Mašanlo.
  • 52 Ismailov, 2007.
  • 53 «Sto samyh bogatyh lûdej Kirgizii. Opros kirgizskoj gazety Fergana», 2002.

29Daurov souhaite dorénavant mettre en place des stratégies collectives qui ne soient plus limitées au Kazakhstan et étendre son dynamisme à l’ensemble de l’Asie centrale. En 2005, le gouvernement local du Gansu a d’ailleurs accueilli en délégation officielle les représentants des Dounganes du Kazakhstan, du Kirghizstan et d’Ouzbékistan51. En 2008, pour le jubilé des cent trente ans de l’arrivée des Dounganes en Asie centrale, Husej Daurov a lancé l’idée d’une Association mondiale des Dounganes, dont l’objectif principal sera de prendre contact non plus avec les Hui de Chine continentale, mais avec ceux de Malaisie et de Hong Kong, là encore dans une perspective de développement économique. Médiation économique et passage culturel semblent donc aller de pair. Ainsi, au Kirghizstan, Esen Ismailov, président de l’association des Dounganes, a fait carrière en tant que fondateur de la première école de kung-fu d’Union soviétique, directeur d’un grand centre de formation aux arts martiaux à Bichkek, et a obtenu le titre d’artiste-sportif national du Kirghizstan. Ses relations clientélaires avec certains milieux politiques et économiques lui ont permis d’être élu député entre 1995 et 200052 et d’être classé parmi les 100 hommes les plus riches de la république53, mais il a également joué un rôle de médiateur culturel en promouvant les sports asiatiques, à la mode parmi la jeunesse d’Asie centrale.

  • 54 Entretien avec Husej Daurov.

30Si Daurov n’est pas implanté dans le domaine des arts martiaux, il vise d’autres niches symboliques de la sinité. Il a ainsi passé accord avec des sociétés chinoises pour construire des infrastructures hôtelières de taille modeste dans deux régions de peuplement dounganes compact, vers Džambul et vers Šortûbe54. Ce tourisme censé apporter des revenus supplémentaires aux milieux ruraux dounganes se base sur la folklorisation de la culture : les hôtels seront construits en style chinois de l’époque Qing et proposeront des activités « traditionnelles » comme des fêtes en costume doungane. L’objectif de Daurov est donc de transformer son village d’origine, Šortûbe, en une porte d’entrée symbolique de la culture chinoise au Kazakhstan.

Conclusion

31Le commerce avec la Chine est devenu un créneau professionnel prometteur en Asie centrale, particulièrement au Kazakhstan et au Kirghizstan, où la connaissance du chinois est comprise comme une garantie de promotion sociale rapide, dans le secteur public comme privé. Certaines communautés marginalisées sur de nombreux points (ruralité dominante, exclusion de la fonction publique, etc.) ont donc réussi à s’inscrire dans des phénomènes de globalisation nouveaux, en développant des stratégies transfrontalières et en jouant de flux migratoires pendulaires et de « diasporas » aptes à servir de passerelles entre deux mondes. Si les Dounganes ne sont pas appelées à modifier en profondeur les relations sino-centrasiatiques - les Ouïgours étant quant à eux destinés à rester les otages ou les pions de jeux diplomatiques qui les dépassent - elles n’en connaissent pas moins, au niveau anthropologique, de profondes évolutions et retrouvent leur rôle historique de passeur culturel entre mondes centrasiatique et chinois. À la différence des Ouïgours, les Dounganes ne sont pas soupçonnés d’activités islamistes et ne suscitent pas la réprobation des gouvernements tant chinois que centrasiatiques. Étant une minorité « politiquement correcte », par ailleurs bien intégrée en Asie centrale et souvent appréciée, ils disposent d’un environnement favorable au développement de leur niche économique. Même si celle-ci reste de taille modeste au regard du commerce sino-centrasiatique global, elle constitue un élément important des stratégies sociales mises en œuvre par la communauté.

  • 55 Information communiquée par Husej Daurov.

32Des personnalités au caractère entreprenant comme Husej Daurov ont ainsi su mettre à profit leur position associative et transformer des échanges culturels en partenariat commercial. Une partie des revenus tirés de son entreprise sert aujourd’hui à financer les activités culturelles de l’association, son mécénat s’appliquant aux échanges estudiantins, à l’édition de manuels scolaires sur la culture doungane et à la mise en valeur touristique de son village d’origine. En quelques années, il est passé d’une sphère non-gouvernementale au domaine gouvernemental, aussi bien du côté kazakhstanais que chinois, apparemment encouragé par les autorités elles-mêmes. Ainsi, en 2001, lors d’une rencontre avec Nursultan Nazarbaev, celui-ci lui aurait demandé d’activer le rôle de la minorité doungane dans les relations avec la Chine55. Pour atteindre ce stade gouvernemental-national, les soupçons de communautarisme doivent être évités : c’est pourquoi l’association insiste aujourd’hui sur le fait qu’elle envoie à Xi’an des centaines d’étudiants sans critère ethnique, et que le commerce n’est pas mené de manière discriminatoire en faveur des Dounganes/Hui. Les plus gros contrats commerciaux sont de toute façon signés entre businessmen kazakhs et hans ayant des relations directes avec les cercles au pouvoir, non entre Dounganes et Hui. Pour être rentable, la société de Daurov a donc tout intérêt à être « désethnicisée » sur le plan commercial et à travailler au maximum avec les nationalités éponymes et les Hans. Daurov a ainsi mené une politique similaire à celle de l’Aga Khan au Pamir : l’aide à la communauté s’effectue dans un contexte bien plus large, celui des sociétés de haute montagne pour l’Aga Khan, et non des seuls Ismaéliens ; celui du commerce sino-kazakhstanais, voire centre-asiatico-asiatique pour Daurov, si les projets avec la Malaisie voient le jour.

  • 56 Enquêtes de terrain au Kazakhstan, février-mars 2008.

33Les réseaux mis en place sont donc multiples, enchevêtrés, imbriqués les uns dans les autres, susceptibles d’évolutions et de reconfiguration permanente. Les niveaux sont en effet à la fois familiaux, locaux, ethniques et nationaux : Daurov joue la carte familiale en plaçant ses proches à des postes importants ; la carte locale puisque la promotion de son village de Šortûbe est au cœur de plusieurs projets et que les salariés de sa société privée comme de l’association en sont souvent originaires ; celle de l’ethnicité puisque les Dounganes en tant que communauté au Kazakhstan, mais aussi plus largement en Asie centrale, sont utilisés comme moteur premier de création de liens avec la Chine et l’Asie ; mais également celle de l’État-nation puisque le Kazakhstan et les provinces chinoises frontalières, Shaanxi, Gansu et Xinjiang, font partie des acteurs majeurs de son réseau. Depuis quelques années, on voit également apparaître de nouveaux réseaux croisés en direction de la Corée du Sud via des alliances commerciales entre Dounganes et Coréens du Kazakhstan56. La carte de la solidarité ethnique, recréant de toutes pièces des liens entre la diaspora doungane kazakhstanaise et ses provinces d’origine, a donc servi de démarreur à la mise en place d’un réseau bien moins étriqué, qui a su éviter le piège du seul « business ethnique » et cherche à s’ouvrir sur l’Asie, de la Malaisie à la Corée. Husej Daurov semble ainsi être le centre d’un réseau personnel vers lequel convergent cercles familiaux, réseaux clientélaires à base ethnique ou économique, et groupes de « partenaires » commerciaux.

34En grande partie désethnicisée, la niche économique des Dounganes est cependant facteur d’une forme de ré-ethnicisation, puisqu’elle est légitimée par leur rôle de médiateur culturel, qui à la fois précède le commerce dans le temps (les contacts ont d’abord été culturels avant de devenir économiques), mais en ressort accentué par la suite. Les connaissances linguistiques sont ainsi devenues un enjeu crucial au succès économique de la communauté, d’autant plus que l’apprentissage du chinois se développe dans toute l’Asie centrale parmi les nationalités titulaires. L’association des Dounganes du Kazakhstan prône ainsi la réduction de l’éducation en dialecte doungane en faveur d’un passage rapide au mandarin, seule garantie d’un bilinguisme nécessaire au contrôle de la niche commerciale. La communauté connaît également une forme de retraditionalisation : afin d’apparaître comme l’intermédiaire le plus naturel avec la Chine, les Dounganes ont tout intérêt à mettre en avant des traits culturels considérés comme chinois - sinisation accentuée des costumes et des habitats, pratique des arts martiaux, importation des modes culturelles (musicales par exemple) ou technologiques venues de Chine - pour se poser en maillon incontournable des échanges sino-centrasiatiques. Niche économique et multiplicité des réseaux permettent ainsi, dans un même temps, de cultiver des traits identifiés par les sociétés centrasiatiques comme traditionnels, folkloriques, spécifiques aux minorités, et des mécanismes d’insertion dans des structures globalisées, transnationales, suivant des logiques éminemment modernes.

Bibliographie

Bibliographie

Abrašitova Svetlana, « My očen’ ždali etoj vstreči ! » [Nous étions impatients de cette rencontre !], Ekspress K, no°153, 21 juillet 2007, <http://www.express-k.kz/show_article.php?art_id=11218> (consulté le 15 juin 2008).

Alekseenko Aleksandr N., « Respublika v zerkale perepisej naseleniâ » [La République au miroir du recensement de la population], http://www.ecsocman.edu.ru/images/pubs/2005/06/13/0000213102/010Alekseenko.pdf consulté le 15 juin 2008).

Allès Elisabeth, “The Chinese-speaking Muslims (Dungans) of Central Asia : A Case of Multiple Identities in a Changing Context”, Asian Ethnicity, vol. 6, no°2, 2005, p. 121-134.

Bekturganova B., “Ujgurskij ekstremizm” v Central’noj Azii : mif ili real’nost’ ? (sociologičeskij analiz problem) [‘L’Extrémisme ouïgour’ en Asie centrale : mythe ou réalité (analyse sociologique des problèmes)], Almaty, Kompleks, 2002.

Brubaker Rogers, Nationalism Reframed. Nationhood and the National Question in the New Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Chuah Osman, “Muslims in China : the Social and Economic Situation of the Hui Chinese”, Journal of Muslim Minority Affairs, vol. 24, no°1, 2004, p. 155-162.

« Čislennost’i razmeŝenie dungan v respublike Kyrgyzstana » [Importance numérique et répartition géographique des Dounganes dans la république du Kirghizstan], Dungane, no°1, 2001, p. 40-43.

Clarck William and Kamalov Ablet, “Uighur Migration Across Central Asian Frontiers”, Central Asian Survey, vol. 23, no°2, 2004, p. 167-182.

« Dungane begut. Sozdana Kir. Pravitel’stvennaâ komissiâ po uregulirovaniû situacii v sele ‘Iskra’ » [Les Dounganes en fuite. Une Commission gouvernementale kirghize a été créée afin de réguler la situation dans le village d’Iskra], CentrAsia, 8 février 2006, <http://www.centrasia.ru/newsA.php?st=1139379480> (consulté le 12 juin 2008).

Fierman William (dir.), Soviet Central Asia. The Failed Transformation, San Francisco, Oxford, Boulder, 1991.

Gladney Dru, Dislocating China : Reflections on Muslims, Minorities, and Other Subaltern Subjects, Chicago, University of Chicago Press, 2004.

Ismailov E., « Narod Kyrgyzstan - odna sem’â » [Le Peuple du Kirghizstan forme une seule famille], Kabar, 6 mars 2007, <http://kabar.kg/internetconference/index.php?vop=27&dop=1>, consulté le 12 juin 2008).

Itogi pervoj nacional’noj perepisi naseleniâ Kyrgyzskoj respubliki 1999 g. [Résultats du premier recensement de la population de la république kirghize, 1999], Bichkek, Nacional’nyj statističeskij komitet [Comité national aux statistiques], 2000, <http://www.stat.kg/Rus/Home/census.pdf> consulté le 15 juin 2008).

Kaminski Bartłomiej and Raballand Gaël, “Entrepôt for Chinese Consumer Goods in Central Asia : The Puzzle of Re-exports through Kyrgyz Bazaars”, Eurasian Geography and Economics, vol. 50, 2009, p. 581-590.

Kamalov Ablet, “Uighur Community in 1990s Central Asia : A Decade of Change”, in Atabaki Touraj and Mehendale Sanjiot (ed.), Central Asia and the Caucasus : Transnationalism and Diaspora, Londres, Routledge, 2005, p. 148-168.

Khamraeva-Aubert Assale, Migration, colonisation et formation d’une identité nationale chez les Ouïgours d’Asie centrale, mémoire de DEA, Paris, 2005, EHESS.

Laruelle Marlène and Peyrouse Sébastien, China as a Neighbor. Central Asian Perspectives and Strategies, Washington D, Central Asia and Caucasus Institute, 2009.

Mackerras Colin, China’s Ethnic Minorities and Globalisation, Londres - New York, RoutledgeCurzon, 2003.

Mašanlo Kemar, « Dungane - huejczu : prikosnovenie k istokam » [Les Dounganes-Hui : retour aux sources], Bajterek, <http://www.baiterek.kz/index.php?journal=6&page=216> (consulté le 22 juillet 2008).

Mahin V., « Narodnaâ diplomatiâ v dejstvii » [La Diplomatie populaire en action], Kazahstanskaâ pravda, 21 avril 2004, <http://www.kazpravda.kz/index.php?uin=1151984397&act=archive_date&day=20&month=4&year=2004> (consulté le 22 juillet 2008).

Martin Terry, The Affirmative Action Empire. Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2001.

Oka Natsuko, “Transnationalism As a Threat to State Security ? Case Studies on Uighurs and Uzbeks in Kazakhstan”, in Uyama Tomohiko (ed.), Empire, Islam, and Politics in Central Eurasia, Sapporo, Slavic Research Center, Hokkaido University, 2007, p. 351-368.

Peyrouse Sébastien, « Les Russes d’Asie centrale : une minorité en déclin face à de multiples défis », Revue d’études comparatives Est-Ouest, no°1, 2008, p. 149-177. Raballand Gaël and Andrésy Agnès, “Why should Trade between Central Asia and China Continue to Expand ?”, Asia Europe Journal, vol. 5, no°2, 2007, p. 235-252.

Roberts Sean R., “The Uighurs of the Kazakstan Borderlands : Migration and the Nation”, Nationalities Papers, vol. 26, no°3, 1998, p. 511-513.

Roberts Sean R., Uyghur Neighborhoods and Nationalisms in the Former Sino-Soviet Borderland. An Historical Ethnography of a Stateless Nation on the Margins of Modernity, PhD, Los Angeles, University of Southern California, 2003.

Statistiques de l’Union européenne, 2009 : <http://ec.europa.eu/trade/trade-statistics/> (consulté le 17 juin 2010).

« Sto samyh bogatyh lûdej Kirgizii. Opros kirgizskoj gazety Fergana » [Les Cent personnes les plus riches du Kirghizstan. Enquête du journal kirghize Fergana], Ferghana. ru, 20 octobre 2002, <http://www.ferghana.ru/article.php?id=1004> (consulté le 15 juin 2008).

« Stolknoveniâ na severe Kirgizii : konflikt meždu kirgizami i dunganami » [Affrontements au nord du Kirghizstan : le conflit entre Kirghizes et Dounganes], <www.regnum.ru/news/kirghizia/585294.html> (consulté le 15 juin 2008).

Syroežkin Konstantin L., Mify i real’nost’ etničeskogo separatizma v Kitae i bezopasnost’ Central’noj Azii [Mythes et réalités du separatism ethnique en Chine et sécurité en Asie centrale], Almaty, Daik-Press, 2003.

« Vystuplenie prezidenta associacii dungan Kazahstana H. Daurova » [Déclaration du président de l’Association des Dounganes du Kazakhstan, H. Daurov], Dungane, no 2, 2001, p. 34.

Zhaparov Amantur, “The Issue of Chinese Migrants in Kyrgyzstan”, The China and Eurasia Forum Quaterly, vol. 7, no 1, 2009, p. 79-91.

Notes

2 Cette politique d’indigénisation, débutée dans les années 1920, a été stoppée par Staline mais a repris à partir des années 1960 pour s’accentuer sous Leonid Brežnev. Cf. Martin, 2001 ; Fierman, 1991.

3 Peyrouse, 2008.

4 Brubaker, 1996.

5 Brubaker, 1996.

6 Oka, 2007.

7 Laruelle et Peyrouse, 2009.

8 Statistiques de l’Union européenne, 2009.

9 Ibid.

10 Kaminski et Raballand, 2009.

11 Le terme d’ouïgour n’est apparu dans la région qu’avec le recensement soviétique de 1926 et a, peu à peu, remplacé les deux termes jusqu’alors usités, Kachgari (originaires de la région de Kachgar) et Tarantchi (tous les musulmans turcophones originaires de la vallée de l’Ili), qui ont disparu. Au Kazakhstan, la communauté se divise en deux groupes aux identités fortes, les yerliklär (locaux), nés au Kazakhstan et dont les parents, voire les grands-parents, sont présents au Semireč’e depuis la fin du xixe siècle ou le début du xxe siècle, et les kegänlär (nouveaux arrivants), venus lors des dernières vagues de migrations des années 1950-1960 et qui ont souvent encore de la famille sur place. Pour plus de détails, cf. Khamraeva-Aubert, 2005 ; Roberts, 1998.

12 Gladney, 2004.

13 Roberts, 2003.

14 Je remercie Rémi Castets de m’avoir transmis cette information.

15 Syroežkin, 2003.

16 Bekturganova, 2002.

17 Kamalov, 2005 ; Clarck et Kamalov, 2004.

18 Raballand et Andrésy, 2007.

19 Observations de terrain en Chine, juin 2008, septembre-décembre 2008.

20 Entretien avec les chercheurs et hommes d’affaires de l’Association d’amitié avec les pays étrangers de la province du Gansu, Lanzhou, 3 octobre 2008.

21 Entretiens menés au Xinjiang, septembre 2008.

22 Mackerras, 2003.

23 Chuah, 2004.

24 Itogi pervoj nacional’noj perepisi naseleniâ Kyrgyzskoj respubliki 199 g.

25 « Čislennost’i razmeŝenie dungan v respublike Kyrgyzstan », 2001, p. 40-43.

26 Alekseenko, 2005.

27 « Stolknoveniâ na severe Kirgizii : konflikt meždu kirgizami i dunganami » ; « Dungane begut […] », 2006.

28 Entretien avec Husej Daurov, Almaty, 6 juin 2008.

29 Allès, 2005.

30 Entretien avec Ali Džon, chercheur au département d’études dounganes de l’Académie des Sciences du Kirghizstan, Bichkek, 22 février 2008.

31 Entretien avec Nurik Ma, représentant de l’Association des Dounganes du Kazakhstan à Xi’an, Xi’an, 11 octobre 2008.

32 L’étude qui suit est fondée sur les observations de terrain menée au sein de la communauté doungane au Kazakhstan, février-mars 2008, et en Chine, septembre-décembre 2008.

33 Zhaparov, 2009.

34 Ibid.

35 Entretien avec Husej Daurov.

36 Entretien avec un homme d’affaires doungane gérant d’une société de transport de produits chinois en direction de l’Europe occidentale, Astana, 13 mars 2008.

37 Entretiens menés avec les chercheurs et hommes d’affaires de l’Association pour les contacts amicaux avec les pays étrangers de la province du Gansu, Lanzhou, 3 octobre 2008.

38 Entretien avec un chercheur ouzbek d’origine ouïgoure spécialiste de la Chine, Ablat Hodžaev, Tachkent, 22 mars 2008.

39 Entretien avec Ali Džon.

40 Entretien avec Husej Daurov.

41 Entretien avec Ali Džon.

42 Entretien avec Nurik Ma et avec plusieurs étudiants kazakhstanais basés à Xi’an, octobre 2008.

43 Observations de terrain à la sortie de la prière du vendredi, mosquée de Xi’an, octobre 2008.

44 Entretien avec Husej Daurov.

45 Entretiens avec le représentant, resté anonyme, de sa société à Lanzhou, 4 octobre 2008.

46 Mahin, 2004.

47 « Vystuplenie prezidenta associacii dungan Kazahstana H. Daurova », 2001, p. 34.

48 Observation de terrain, Lanzhou, octobre 2008.

49 Abrašitova, 2007.

50 Entretiens menés avec les chercheurs et hommes d’affaires de l’Association pour les contacts amicaux avec les pays étrangers de la province du Gansu, Lanzhou, 3 octobre 2008.

51 Mašanlo.

52 Ismailov, 2007.

53 «Sto samyh bogatyh lûdej Kirgizii. Opros kirgizskoj gazety Fergana», 2002.

54 Entretien avec Husej Daurov.

55 Information communiquée par Husej Daurov.

56 Enquêtes de terrain au Kazakhstan, février-mars 2008.

Auteurs

Research Professor à l’Institute for European, Russian and Eurasian Studies (IERES) de George Washington University ; Sébastien Peyrouse est Senior Research Fellow au Central Asia-Caucasus Institute & Silk Road Studies Program de Johns Hopkins University’s School of Advanced International Studies, Washington DC. marlenelaruelle@yahoo.com,speyrouse@silkroadstudies.org.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540