Version classiqueVersion mobile

Politique du cinéma iranien

 | 
Agnès Devictor

Première partie. Politique culturelle, politique cinématographique, enjeux de pouvoir

Chapitre premier. Le Haut-Conseil de la révolution culturelle

Texte intégral

1Le Haut-Conseil de la révolution culturelle (Shurâ-ye ’âli-e enqelâb-e farhangi) – le HCRC – est le chef d’orchestre de la politique culturelle. Il est, tout au moins jusqu’à la réélection du président Khâtami en 2001, le principal acteur décisionnel en matière culturelle, ce qui justifie son étude et la mise à l’écart, provisoirement, du secteur cinématographique. Sa présentation et l’analyse de son fonctionnement se justifient d’autant plus qu’il a été jusqu’alors presque ignoré par la recherche. Les textes de la politique culturelle de la République islamique et le dispositif de sa mise en œuvre, à travers l’activité de ce Conseil, révèlent les priorités idéologiques ainsi que le mode de fonctionnement politique et institutionnel de ce régime.

LE HCRC, UN MODE DE GOUVERNEMENT1

Sa fonction

2Le HCRC succède en 1984, sur ordre de l’âyatollâh Khomeyni, à l’État-major de la révolution culturelle, institution provisoire créée lors du déclenchement de la révolution culturelle en 1980 et qui se pérennise dans cette nouvelle institution. Une activité culturelle étatique, ponctuelle, essentiellement de contrôle, est née de la révolution. Centrée sur l’université dans un premier temps, la révolution culturelle gagne une part importante du secteur culturel et social dès 1982, mais laisse de côté les questions liées à l’art.

3Comme dans de nombreux autres domaines, le système politique iranien a engendré un système de gouvernement par conseils (shurâ), qui complètent ou même supplantent les organes institutionnels officiels. Ces shurâ exercent un véritable pouvoir de décision et d’exécution, participent au processus de négociation des politiques publiques et parfois même les dirigent. Le conseil qui a autorité en matière culturelle est donc le Haut-Conseil de la révolution culturelle. Alors qu’il ne possède à l’origine aucune existence constitutionnelle, il a autorité sur le Parlement, le gouvernement et les institutions culturelles rattachées au Guide. Sa composition – de hauts personnages politiques et religieux, cooptés – et l’allégement des contraintes bureaucratiques dont il bénéficie visent à lui conférer une grande efficacité dans la prise de décision et dans l’exécution des mesures. Il se présente également comme une institution de liaison, dans un système politique polyarchique aux pouvoirs éclatés.

4Ce conseil, omnipotent, transcende les clivages entre organe présidentiel et organe du Guide de la révolution, entre Parlement et gouvernement. Il orchestre l’ensemble des secteurs culturel et éducatif, mais concentre particulièrement son action sur la politique universitaire.

  • 2 « Recueil des lois… », op.cit., t. II.

5En raison de l’étendue du domaine qu’il contrôle et sur lequel il légifère, le HCRC se dote dès sa naissance d’organes secondaires, comme le Conseil de culture générale (Shurâ-ye farhang-e o’mumi) et l’Institut des œuvres et des gloires culturelles (Anjoman-e âsâr-va mafâkher), mais sans jamais déléguer ses pouvoirs quant au secteur universitaire. Le HCRC est l’acteur décisionnel central (après l’âyatollâh Khomeyni) ordonnant l’ensemble du secteur culturel, mais, à partir de 1992, il se proclame explicitement le créateur de la politique culturelle du régime, dans un texte2 où il présente les objectifs de l’État, les institutions spécialisées chargées de mettre en œuvre cette politique et les budgets alloués à cette fin.

  • 3 Asghar Shirazi, The Constitution of Iran. Politics and the State in the Islamic Republic, London, (...)
  • 4 « Recueil des lois… », op.cit., t. I, 15-7-1365 (7-10-1986), p.107.
  • 5 Selon l’article 9 de son règlement de base, « les frais de surveillance et de contrôle doivent êtr (...)

6Depuis sa création, les résolutions de ce conseil ont force de loi, même si ce n’est qu’en janvier 1987, sur demande du président Khâmene’i, que l’âyatollâh Khomeyni lui confère officiellement l’autorité de formuler des directives, réglementations et lois, indépendamment du Parlement3. Il assure donc une fonction législative, parallèle à celle du Parlement : « Il conviendra d’informer l’État (dowlat), officiellement (rasman) et par écrit (katban), des votes du HCRC, considérés comme ayant force de loi. Les différents ministères doivent s’efforcer de définir un budget et les aides nécessaires pour l’application de ces votes et pour engager les personnes4. » Le Conseil est perçu par les acteurs du champ scientifique, universitaire et artistique comme l’autorité sans l’aval de laquelle aucun projet ne peut aboutir. Son activité ne subit aucun véritable contrôle. Certes, un Conseil de surveillance et de contrôle (Shurâ-ye nezârat va bâzresi) a été créé en 1985. Cependant, celui-ci est lui-même composé de représentants du HCRC, du Conseil central de la croisade universitaire (Jehâd-e daneshgâhi) et des membres des ministères qui sont également partie prenante du HCRC. Il s’agit donc plus d’une « autolimitation » que d’un véritable organe de contrôle, d’autant que ce Conseil de surveillance ne bénéficie d’aucune indépendance financière5. Il relève ainsi plus d’un vernis de modernisation institutionnelle que d’un véritable processus de contrôle de l’activité du HCRC.

Les conflits de compétence

7Face aux pouvoirs et à l’activité étendue du HCRC se pose la question du domaine d’intervention, des frontières de compétence et des rivalités avec le Parlement, les ministères concernés et les institutions culturelles rattachées au Guide qui jouissent d’une autonomie de décision dans leurs activités.

  • 6 « Recueil des lois… », op.cit., t. I, 8-1-1364 (28-4-1985).

8Le ministère de la Culture et de l’Orientation islamique (MCOI) est l’autorité politique avec laquelle le Conseil entretient la relation la plus étroite, alors qu’avec le ministère de la Culture et de l’Éducation supérieure le lien demeure beaucoup plus lâche. En effet, les membres du MCOI sont toujours sollicités pour intégrer, voire diriger des organes secondaires du HCRC qui lui présentent chaque année le bilan de leurs activités. Les organes secondaires siègent d’ailleurs au sein même du MCOI, jusqu’à l’Institut des gloires culturelles dont l’activité dépend pourtant davantage de la compétence du ministère de l’Éducation supérieure. Par ailleurs, la prééminence du MCOI sur tout autre ministère est également décelable dans la composition numérique de ces conseils, qui est toujours en faveur de ce ministère. Dès 1985, pour rééquilibrer cette situation, sur la demande du ministère de l’Éducation supérieure, des représentants du HCRC sont envoyés dans les commissions parlementaires pour améliorer la communication et les relations entre le HCRC, le Parlement et ce ministère sur les questions universitaires6.

  • 7 Au cours de mes différentes enquêtes, notamment lors d’entretiens avec des membres du Conseil de c (...)

9Les organes culturels dépendant du Guide de la révolution (alors que le MCOI et le ministère de l’Éducation supérieure sont rattachés à l’organe présidentiel) participent dans une moindre mesure à la définition de la politique culturelle au sein du HCRC. Avec le parallélisme institutionnel entre les institutions dépendant du Guide et celles dépendant du Président, qui paralyse souvent une politique culturelle, le HCRC doit faire preuve d’une activité de conciliation. Des comités d’harmonisation, suivant une logique sectorielle, ont été créés. Malgré cela, les résolutions importantes sont parfois bloquées par l’antagonisme des membres qui répondent à des logiques institutionnelles et politiques concurrentes ; parfois aussi, elles ne sont appliquées par aucune des parties. Le HCRC a alors créé des commissions chargées de domaines spécifiques pour concilier les parties, comme en 1997 le « Comité pour la programmation d’une politique cinématographique ». Mais le système n’est pas huilé pour autant. Ainsi, lors de la convocation de ce comité, le ministre de la Culture et de l’Orientation islamique de l’époque, Mostafâ Mir-Salim, percevant cette initiative comme une limitation de son pouvoir, n’a pas nommé son représentant, empêchant la constitution de ce comité. Cet exemple est significatif d’un blocage endémique des décisions issu de l’existence de centres de pouvoir différents et de volontés politiques divergentes. Cette situation rend particulièrement difficile la définition et l’exécution d’une politique publique de la culture7.

Un contrôle sur les activistes islamistes

10Si le HCRC a comme vocation de transcender les clivages inhérents au système politique iranien, son autorité cherche à s’exercer également sur des groupes d’activistes politiques difficiles à contrôler par l’État central (comme le Ânsâr-e velâyat, les basiji…). L’activité de ces groupes a été particulièrement intense dans le début des années 1990, après la mort de l’âyatollâh Khomeyni et alors que la légitimité de son successeur paraissait faiblement établie et que les velléités de liberté d’expression de la population prenaient de l’ampleur. Au nom de leur engagement religieux et politique et de leur parcours historique durant la révolution et la guerre, ces activistes sont intervenus, souvent violemment, dans la vie sociale.

  • 8 Texte daté du 24-8-1992 (2-6-1371), « Recueil des lois… », Op.cit., t. II.

11Le texte intitulé « La base de la politique culturelle du pays8 », dans ses « avertissements catégoriques » (monbahât), comprend une mise en garde adressée à ces activistes. Nous citons parmi ces avertissements ceux qui visent le plus directement ces groupes ; ils stigmatisent :

1/ une mauvaise interprétation de l’ascétisme et de la dévotion, d’une façon qui empêche l’évolution du progrès social ; […] 5/ l’inclination pour les solutions irréfléchies et violentes en cas de problèmes sociaux ; 6/ la transgression de la loi sous prétexte de religion ; 7/la dérobade devant l’ordre social sous prétexte de bonnes intentions ; […] 17/ l’insolence, l’effronterie, la violation de la loi et la désinformation de l’opinion, sous couvert de devoirs religieux ou d’œuvres révolutionnaires ; […] 20/ le péché commis pour en empêcher un autre ; […] 22/ l’orgueil qui consiste à se prendre pour une autorité en matière de bien et de mal, à interpréter la loi et à l’exécuter à sa façon sans en accepter la responsabilité ; […] 24/ le recours à la vulgarité et à la démagogie, sous prétexte de protéger les défavorisés et la défense de la religion.

12Ces avertissements, qui peuvent paraître peu explicites hors du contexte iranien, se réfèrent exclusivement à ces groupes d’activistes.

  • 9 Les mosquées jouissent d’une réelle autonomie, même si un représentant de l’État assiste chaque im (...)

13Par ailleurs, le HCRC insiste sur la nécessité de contrôler la production culturelle de groupes restés relativement autonomes par rapport au pouvoir politique depuis la révolution. C’est notamment le cas des activités culturelles des mosquées dépendantes de leur propre imam du vendredi et qui assurent un quadrillage territorial très dense, exerçant ainsi une influence directe sur la population9. La résolution du 10 avril 1993 (21-1-1372) sur « l’orientation et la renaissance du rôle primordial des mosquées dans la propagande contre l’invasion culturelle » fait passer les activités culturelles des mosquées (cours de dessin, langue, couture…) sous la dépendance du ministère de la Culture et de l’Orientation islamique.

LE HCRC, CHEF D’ORCHESTRE DE LA POLITIQUE CULTURELLE

  • 10 « Recueil des lois… », op.cit., t. I.
  • 11 Entretien du 16 janvier 1997 avec M. Jalâli, directeur des programmes de télévision en 1979-1980. (...)
  • 12 Ce texte du 2-6-1371 (24-8-1992) représente en persan une quinzaine de pages ; « Recueil de lois…  (...)

14La définition officielle de la politique culturelle, par un texte explicite, a pris du temps. Le texte de 1984 portant sur les « buts et tâches du HCRC » se limite à l’énonciation de quelques axes prioritaires d’intervention très généraux, comme « le développement de la culture islamique dans la société10 », sans pour autant définir une politique culturelle. La conception d’un texte porteur d’une véritable politique n’était pas prête à cette date : « Nous [les dirigeants culturels de l’époque] naviguions à vue, un projet à long terme ne signifiait pas grand-chose, il fallait s’occuper de chaque problème au coup par coup11 ». Le texte initial prévoit que ce sera au HCRC de définir les principes de la politique culturelle, devenant ainsi officiellement l’origine de toute action culturelle étatique. Mais ce n’est qu’en 1992 que le HCRC proclame officiellement le contenu de la politique culturelle du régime et formule une conception de la culture au sein de la République islamique dans le texte intitulé « Base de la politique culturelle du pays »12. Ses fonctions d’organe de décision dans le secteur culturel sont renforcées. Ce texte est novateur par son existence même, par son style lyrique (qui fait parfois songer à Malraux), par sa prise en compte de l’évolution de la société et du régime, et surtout par sa présentation de la politique culturelle de la République islamique. Il traduit également la volonté d’établir une conduite culturelle cohérente, « moderne », tout en revendiquant un ancrage dans une spécificité nationale et historique.

Le caractère « classique » de la politique annoncée

  • 13 Pour une définition des politiques publiques et des politiques culturelles, se référer à Guy Saez, (...)

15Ce texte répond à la définition minimale de la politique publique : un projet particulier, des institutions spécialisées, un budget spécifique13 :

  • Un projet particulier : l’épanouissement de la « culture islamico-humaine » (ensâni-e dini), la diffusion de la révolution islamique dans la société iranienne et dans le monde, la réaffirmation de l’indépendance culturelle, la propagation des idéaux et des valeurs spirituelles de la culture islamique, le soutien de la culture du martyr dans un esprit de dévotion et de sacrifice, et l’approfondissement de la connaissance. Ces buts, vagues, définissent cependant les cibles privilégiées de l’intervention publique et soulignent la dimension politique contenue dans ses objectifs.
  • Des institutions spécialisées : « La responsabilité de la surveillance et de l’harmonisation de l’exécution des principes de politique culturelle appartient au HCRC, dirigé par le président de la République. Les ministères de la Culture et de l’Orientation islamique, de l’Éducation nationale, de la Culture et de l’Éducation supérieure, de la Santé, des Affaires étrangères, la Radiotélévision nationale et l’Organisation de l’éducation physique sont particulièrement les exécutants de la politique culturelle du régime. » Le HCRC, s’il supplante le Parlement dans la production d’une législation dans le secteur culturel, ne renie pas en revanche le pouvoir exécutif et considère les ministères comme les partenaires indispensables de l’intervention étatique.
  • Un budget spécifique : il dépend de fonds privés et de fonds publics. Le HCRC mentionne plusieurs nécessités : « encourager le peuple à donner de l’argent à l’État (sarmâye gozâri) […] et protéger les droits des donateurs ; […] définir une place appropriée au secteur de la culture dans le système budgétaire et accorder des crédits de façon que la stabilité financière s’établisse pour une programmation à long terme et que les activités et les programmes culturels ne soient pas soumis à des variations budgétaires ; […] Utiliser les possibilités des banques et des caisses de prêt sans intérêt (qarz olhasane) pour financer des écrivains, des artistes, des recherches dans les milieux culturels et artistiques ; créer des caisses de prêt sans intérêt, et accorder la sécurité sociale à chacun d’eux [artistes, écrivains, chercheurs]. » Deux mesures financières indirectes complètent ce volet financier, dans le domaine « de la réduction ou de l’exemption d’impôt et des frais de douane pour tous les responsables des affaires culturelles ».

16Des mesures propres aux politiques culturelles sont également mises en place suivant un modèle d’action proche du cas français. Ainsi, une professionnalisation des cadres culturels, une territorialisation de la culture (avec une tentative de déconcentration de l’action artistique), une politique de restauration du patrimoine, des activités d’entretien des équipements et une évaluation de l’activité culturelle étatique complètent cette intervention de l’État.

Originalité iranienne

17Le texte de 1992 révèle, à côté de dispositifs et d’objectifs classiques, une certaine singularité, notamment dans sa conception de la participation du peuple aux affaires culturelles et du rapport entre individus et communauté.

Le peuple

18La liberté des pratiques culturelles du peuple est affirmée, ainsi que la nécessité de sa participation aux affaires culturelles et artistiques. « L’auteur et le gardien de la culture humaine est le peuple. » Cette place dévolue au peuple dans l’introduction lyrique de ce texte rappelle nombre de déclarations ou de chartes culturelles, aussi bien dans les démocraties occidentales que dans les anciens régimes socialistes.

  • 14 Sur cette question, se référer à Asghar Shirazi, op.cit., p.12.

19Cependant, la notion de « peuple souverain » n’apparaît pas et c’est, en fait, aux dirigeants du pays d’élaborer avec « harmonie » et « concorde » une politique et un programme pour « accompagner le courant dense, profond et authentique de la culture dans la société et pour profiter pleinement de l’océan sans fin de la volonté et de la croyance spirituelle et divine (ellâhi) du peuple ». Comme au chapitre V, article premier, de la Constitution de 1979, suivant lequel la domination absolue sur les affaires de la cité appartient à Dieu, la souveraineté populaire est sujette à restriction de la part des autorités considérées comme les représentantes de Dieu (les juristes)14. « Les dirigeants […] sont avant tout les exécutants et les dépositaires du message de la politique culturelle du pays. » Rien ne nous indique a priori l’auteur de ce message. En fait, à côté du peuple et des dirigeants, le troisième acteur est l’âyatollâh Khomeyni. C’est de lui que viendrait ce « message culturel » : « Les pensées, les points de vue et les fatvâ de l’Imam Khomeyni, personnage suprême et représentant de l’islam originel de Mohammad, dominent la politique culturelle du régime de la République islamique d’Iran contre les multiples formes pseudo-islamiques, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. » Nous passons donc du peuple comme garant de la culture aux dirigeants comme décideurs, pour aboutir à la véritable autorité en matière de politique culturelle : l’âyatollâh Khomeyni (même après sa mort où ses dits ont force de loi).

L’individu et la communauté

20Il est tout d’abord affirmé dans le texte de 1992 que l’homme acquiert son statut et sa valeur par son appartenance à la communauté religieuse :

L’homme occupe une telle place dans son appartenance communautaire que l’Imam [Khomeyni] dit : « Si les hommes se réunissent sous le nom béni d’Allah, et s’ils cassent toutes les idoles, alors ils atteindront les buts les plus hauts… » Nous l’avons expérimenté… Quand nous ne prêtions pas collectivement attention à Dieu le Très Haut, même si nous le faisions à titre individuel, nous n’avons rien pu réaliser.

21Donc, seule la communauté d’êtres croyants peut être source de création.

  • 15 Pour une analyse de la société civile en Iran, se référer à Mas’ud Kazemzâdeh, « The State, Civil (...)

22Néanmoins, l’ensemble du texte fait la différence quant aux destinataires « individuel » et « collectif » et affirme la reconnaissance et la différenciation entre les « affaires individuelles » et les « affaires sociales » ou « collectives ». L’homme existe de façon ambivalente à la fois dans la condition exclusive de son appartenance à la communauté religieuse et dans une individualité reconnue : « La nature spirituelle et matérielle (mâddi) de l’homme et sa capacité d’épanouissement et d’évolution dans tous les domaines individuels et collectifs… » est toujours réaffirmée. C’est cela qui permet une interprétation différente du statut de l’individu dans les discours des intellectuels et qui conduira certains à écarter toute idée de société civile et d’autres, au contraire, à s’en prévaloir15.

Quelques remarques lexicologiques

23Le terme d’« harmonisation » (hamâhengi) revient à sept reprises dans le texte, s’imposant comme une priorité de la politique culturelle. Ainsi, « l’unification des méthodes et l’harmonisation culturelle entre les différents appareils du régime de la République islamique […] » se pose comme une nécessité. Cette harmonisation institutionnelle signale en fait la difficulté, en pratique, de la répartition des compétences au sein de l’organisation étatique et la concurrence institutionnelle et politique qui en résulte. Ainsi, « la responsabilité de la surveillance et l’harmonisation dans l’exécution des principes de la révolution culturelle appartient au HCRC… ».

  • 16 Qânun-e asâsi signifie littéralement « loi constitutionnelle ».

24La référence récurrente à la Constitution (Qânun-e asâsi)16 témoigne de la volonté de s’ancrer à une modernité politique, inscrite dans le mouvement du constitutionnalisme amorcé au xixe siècle en Occident et au début du xxe siècle en Iran. « La constitution incarne un nouveau côté de la culture islamique, un nouvel aspect des pensées et des réflexions de l’Imam, et consolide la politique culturelle. » Cependant, la Constitution n’est pas posée comme texte suprême, comme garant absolu du droit, elle est la traduction des pensées du chef spirituel et politique.

25Parmi les notions spécifiquement islamiques, le terme de jehâd (guerre sainte) est très employé. Il est utilisé métaphoriquement dans le domaine culturel, où il symbolise un combat culturel, saint, légitime et non-violent : « Pour réformer un pays, il faut commencer par la culture, nous espérons que l’homme atteindra un niveau où les fusils se changeront en plumes. L’islam lui aussi a ordonné de faire le jehâd… l’essentiel est de défendre le droit et de remplacer les fusils par le droit et la science. » Les rédacteurs entendent par jehâd le fait d’accomplir des efforts dans le domaine de la culture, efforts effectués à titre de devoir divin. Jehâd, dont le sens premier est celui de la guerre sainte au cours de laquelle on verse son sang, signifie ici les efforts culturels pour lesquels on répand son encre.

  • 17 Le tasbih ressemble à un chapelet que l’on égrène d’une main.

26L’adjectif monâseb revient dans nombre de textes et de résolutions du HCRC. Littéralement, il signifie « conforme », « convenable », « approprié ». Le texte ne dit jamais à qui ni à quoi, ni même convenable en tant que quoi. C’est dans la vie quotidienne qu’il faut chercher des éclaircissements. Par exemple, en ce qui concerne le choix des enseignants qui doivent être « conformes », cela signifie que l’enseignant doit avoir une croyance déclarée en la religion musulmane et dans le principe du velâyat-e faqih. L’adjectif concerne aussi l’apparence extérieure : pas de cravate, chemise à col rond, barbe de trois jours, tasbih17 dans la main…

  • 18 Volontaire engagé lors de la révolution et de la guerre contre l’Irak.

27En revanche, l’absence d’un des acteurs sociaux emblématiques du régime, « le déshérité » (mostaz’af), est surprenante dans ce texte. Le basij18 et même la « culture basiji » sont mentionnés, mais à aucun moment les « déshérités » ne sont cités ; bien plus, les quelques allusions à une démocratisation de la culture ne font pas référence aux déshérités comme destinataires privilégiés d’une politique culturelle ou comme acteurs de ce « renouveau » culturel. Alors que les jeunes, les Iraniens de l’étranger et les femmes sont pris en compte par les nouvelles mesures de 1992, en revanche rien ne s’attache à cette catégorie sociale. Plusieurs explications à cette absence : le HCRC décide ostensiblement de ne pas « empiéter » sur le terrain de la très puissante Fondation des déshérités dont l’activité, culturelle notamment, est consacrée à cette population ; ce texte exprime la volonté délibérée de ne pas inscrire de référence socio-économique ; treize ans après la révolution, le régime préfère ne plus avoir recours, pour justifier son pouvoir, aux déshérités qui auraient dû accéder à une classe économique et sociale supérieure, alors qu’ils sont restés les laissés-pour-compte de la société.

LES ORGANES SECONDAIRES DU HCRC

28Le Conseil de Culture Générale et l’Institut des Œuvres et des Gloires Culturelles sont les deux organes secondaires les plus actifs du HCRC. Même s’ils bénéficient d’une certaine autonomie, aucun d’eux ne dispose d’un pouvoir complet de décision. Rattachés institutionnellement au HCRC, ils trouvent leur raison d’être dans la déconcentration des activités de ce conseil, victime d’une inéluctable bureaucratisation, conséquence de l’étendue de ses activités.

Le Conseil de culture générale (CCG)

29Créé en 1985, sa fonction première est de « définir les buts et les principes de la politique de la culture générale du pays pour développer la culture islamique, lutter contre les symboles décadents des cultures étrangères […] ». Or, aucune définition de la « culture générale » n’est donnée. En fait, c’est par recoupements et déductions entre les tâches déléguées au CCG et celles dont le HCRC garde l’entière prérogative que la « culture générale » peut être définie comme l’ensemble des activités artistiques et des loisirs : tout ce qui ne dépend pas du domaine de la connaissance académique, des activités de recherche scientifique et de toutes les disciplines universitaires qui restent sous l’entière compétence du HCRC. L’une des tâches administratives les plus prenantes du CCG est sans doute celle du vote des statuts des « centres culturels ». L’organisation de festivals et l’attribution de gratifications artistiques lui sont aussi dévolues.

  • 19 Le CCG se compose du ministre de la Culture et de l’Orientation islamique, président ; d’un membre (...)

30La tâche la plus délicate du CCG consiste en la conciliation et la coordination de l’activité des institutions culturelles dépendant du Guide (OPI) et du Président (MCOI). La composition du CCG reflète la nécessité de prendre en compte ces différents pouvoirs culturels pour mener à bien une politique19. Cependant, les membres du gouvernement et surtout du MCOI dominent la composition de ce conseil.

L’Institut des œuvres et des gloires culturelles

  • 20 Il se compose du ministre de la Culture et de l’Éducation supérieure ; de trois personnalités des (...)

31Créé en 1987, il contribue à la définition de la politique de recherche du pays en complétant les activités du HCRC dans ce domaine. Il se compose d’acteurs politiques, universitaires et religieux20.

32La politique de recherche du pays se fonde sur la grandeur de la civilisation musulmane « développée au cours de quatorze siècles ». Cet état de fait, suivant les concepteurs de la politique scientifique, résulte de la place centrale accordée par le Coran au domaine scientifique et à la pensée. L’Institut insiste sur la tradition scientifique des Iraniens au sein de la communauté musulmane. Les qualificatifs « iranien » et « musulman » sont placés côte à côte et notons que jamais le mot « arabe » n’est utilisé ; par ailleurs, le passé pré-islamique de l’Iran n’est pas pour autant renié.

  • 21 Madjmu-e-ye mosavvabât-e shurâ-ye ‘ali-e enqelab-e farhangi (Recueil des lois notées par le Haut-C (...)
  • 22 Allusion à la maîtrise de l’énergie atomique, acquisition technologique revendiquée par les pays d (...)
  • 23 Article 1er, alinéa C.

33La science et la recherche dont il est question concernent les « sciences dures » (mathématiques, sciences physiques et sciences naturelles) alors que les sciences sociales ne sont pas même mentionnées. La politique de recherche témoigne des applications précises et de la reconnaissance scientifique internationale que la République islamique attend21. Suivant un objectif d’indépendance nationale, l’Iran doit former des chercheurs de haut niveau pour maîtriser toutes les technologies modernes22. Des budgets sont alors accordés en conséquence23.

LE CONTRÔLE DES ÉLITES ET LIBERTÉ D’EXPRESSION

La politique universitaire

  • 24 Citons Mashhad comme exemple.
  • 25 T. I, 6-5-1366 (28-7-1987), p.162.

34L’objectif du HCRC, dans le prolongement de la révolution culturelle, est de réformer le savoir, d’éradiquer de l’université tout les ferments d’un enseignement occidentalisé et « laïcisant », et d’imposer strictement les normes islamiques. Jusqu’en 1999, l’université demeure l’une des façades de l’identité islamique du régime. Symbole évident, les femmes et jeunes filles y sont plus voilées qu’ailleurs, portant parfois le châdor sur le manteau et le foulard. Les hommes aussi doivent porter des tenues « correctes » et, dans certaines universités24, la barbe est de rigueur, même si aucun texte ne l’impose. Avec l’interdit absolu de la mixité, l’impossibilité des relations homme-femme y atteint son paroxysme jusqu’en 1997 tout au moins : l’espace de récréation est, par exemple, séparé par une ligne imaginaire, avec les garçons d’un côté, les jeunes filles de l’autre ; dans les salles de cours ou les amphithéâtres, les filles occupent un côté et les garçons l’autre, les conversations mixtes sont extrêmement surveillées, sans parler des allées et venues en couple. Toutes les structures académiques, tous les éléments de la vie universitaire sont organisés et surveillés par le HCRC dont le règlement sur les « normes islamiques » (âddâb-e eslâmi) constitue le principal outil, alors même qu’il ne les définit pas25.

  • 26 T. I, 5-12-1363 (24-2-1985), p.8.

35L’un des buts du HCRC est « de diriger les universités, écoles, lycées, centres culturels et artistiques vers la vraie culture islamique ; et [de favoriser] leur développement afin d’instruire des spécialistes engagés (mote’ahed), des islamologues spécialisés, des têtes pensantes (maghzhâ-ye motefaker), des patriotes (vatanrâh), des professeurs, des instituteurs et des enseignants croyant en l’islam et en l’indépendance du pays26. »

36Pour ce faire, le HCRC détient le monopole de la sélection des enseignants universitaires, des responsables administratifs et des étudiants, il confirme ou non les candidats que le ministère de la Culture et de l’Éducation présente aux postes de présidents des universités, soulignant bien ainsi l’autorité absolue dont il fait usage face à ce ministère.

  • 27 Cela donne lieu à un véritable marché noir, où s’échangent et se vendent des places universitaires
  • 28 Op.cit., t. 1, Règlements de base du 17-2-1364 (7-5-1985), p.14.
  • 29 Cette politique de quota sera remise en cause en 1999.
  • 30 T. I, 14-3-1366. (4-6-1987).
  • 31 T. I, 30-11-1363 (19-2-1985), p.7.
  • 32 T. I, 3-3-1367 (24-5-1988), p.228.
  • 33 T. I, 16-1-1367 (5-4-1988), p.209.
  • 34 Il en est de même dans le milieu cinématographique. Nous retrouvons ainsi parmi les réalisateurs ( (...)

37Pour devenir étudiant dans une université d’État, les bacheliers doivent passer un concours. En fonction du nombre de points obtenus, ils accèdent à une université, dans telle ou telle région du pays27. Le concours est très difficile et les places sont restreintes, notamment par rapport à la démographie galopante qui génère une population étudiante croissante. Cette sélection dépend cependant pour une large part du HCRC28. En effet, par une politique de quotas, il décide du choix des effectifs et des diplômés de demain29. Des places sont réservées aux victimes de la guerre (familles de martyrs, basiji, anciens prisonniers et handicapés), aux membres de la Jehâd-e sâzandegi (la Croisade de la reconstruction), aux habitants de régions défavorisées30, dont les nomades31, à l’armée (artesh)32, et à l’armée des Gardiens de la révolution (Sepâh-e pâsdârân)33. La compétence scientifique de l’étudiant admis par quota se révèle souvent être en deçà du niveau universitaire requis ; néanmoins, il conserve généralement un passe-droit pour les examens jusqu’au diplôme final34. La loi du HCRC prévoit de « donner des diplômes aux étudiants martyrs ». Ainsi, un étudiant victime de la guerre, mort alors qu’il était en première année de physique, se retrouve aux portes de l’au-delà docteur en physique nucléaire ! Politique, qui, plus qu’une consolation apportée aux familles, tend à faire du « peuple des martyrs » une élite, alors que la masse des victimes de guerre était constituée des défavorisés, sous-diplômés.

  • 35 T. I, Règlements de base 17-2-1364 (21-4-1985), p.14.
  • 36 T. I, Création de SAMT, 7-12-1363 (2-3-1985), p.10

38Les règlements de base du HCRC comprennent aussi la « définition des principes généraux d’enseignement » et « le vote des critères culturels d’islamisation des universités35. » Encadrée par des professeurs « idéologiquement corrects », l’élite universitaire doit être formée par des manuels contrôlés par le HCRC36. Tous les domaines de la vie universitaire sont sous la législation du HCRC, de la création d’un bureau de traducteurs à l’ouverture d’un club de joueurs d’échecs.

  • 37 Signifie littéralement « idolâtre » ; se dit péjorativement de tout ce qui a trait à l’ancien régi (...)
  • 38 Entretiens avec des étudiants de la faculté des sciences réalisés en automne 1996.
  • 39 Sur la question des manifestations de 1999 et 2000, se référer à Delphine Minoui (dir.), Jeunesse (...)

39Commencée en 1980, l’islamisation des universités est paradoxalement réaffirmée au début de l’été 1996 par une politique de « réislamisation » (eslâmi kardan). Cette politique activiste a consisté en un train de licenciements de professeurs jugés peu conformes à la ligne idéologique, ou plus exactement dont le comportement ne correspondait pas à une conduite islamique exemplaire. Les « normes islamiques » sont renforcées à l’université. Cette politique a désorienté la jeunesse universitaire : « Ça veut dire quoi, réislamisation des universités ? Depuis dix-sept ans, nous ne pouvons pas dire que nous soyons dans une ambiance tâquti37 à la fac38. » Pour d’autres cette réislamisation signifie, avant tout, la défaite d’une politique entreprise au lendemain de la révolution. Quoi qu’il en soit, la réislamisation a contribué à décrédibiliser encore davantage les dirigeants politiques, avant que les mouvements de 1999 et 2000 n’entraînent une déstabilisation des activités du HCRC dans l’université, à travers des mouvements associatifs, des manifestations, des revues contestataires39

Le contrôle du champ d’expression : exemple de l’édition

  • 40 T. I, 20-2-1367 (10-5-1988), p.223.

40Les résolutions du HCRC dans « Les buts politiques et les règlements pour la publication des livres40 » soulignent toute l’ambiguïté d’une politique qui se veut à la fois garante des libertés et détentrice d’un contrôle étroit de tout moyen d’expression.

  • 41 Cette question du contrôle du contenu de l’œuvre et de son créateur se posera de façon identique d (...)
  • 42 T. I, 20-2-1367 (10-5-1988), p.223.

41Savants, chercheurs, écrivains et traducteurs compétents et conformes (monâseb) sont invités à publier des ouvrages dont le but est « d’exécuter les politiques d’orientation et de protection du régime de la République islamique ». La conformité concerne non seulement le contenu des ouvrages, mais aussi les auteurs, jusqu’aux traducteurs41. Le HCRC précise qu’un sujet « non conforme », par exemple la sexualité, peut devenir « conforme » à condition qu’il traite du problème de « façon scientifique » et dans une perspective pédagogique. Citons par exemple l’alinéa 2 : « [Il faut] formuler les questions nécessaires à la société dans les domaines moraux et sexuels sans provoquer la vulgarité, avec une méthode scientifique (be shive-ye ’elmi) pour l’éducation et la connaissance42. » Voilà qui rend donc possible, en théorie, la publication d’ouvrages traitant de questions « hors normes islamiques ». Il en est de même pour les sujets politiques. Par exemple, ceux qui évoquent les doctrines socialistes, ou plus généralement les idéologies d’opposition, sont tolérés à condition de les condamner. Cette démarche, semblable à celle de la censure cinématographique, révélera ses limites, notamment dans le cinéma.

42Les conditions de « conformité » étant remplies, le but premier de la promotion de la culture et de la science est « l’approfondissement des bases de la révolution » en assurant « la liberté de publication du livre », « la liberté d’expression écrite », et en « garantissant la liberté de pensée dans la communauté islamique ». Un des objectifs récurrents dans ce texte est celui de l’« indépendance culturelle » : « Lutter efficacement et utilement contre les invasions politiques et culturelles, extérieures et intérieures, qui menacent les valeurs et les buts islamiques. » Au titre de cette préservation de l’indépendance culturelle, toute littérature peut ainsi être favorisée et à l’inverse, tout ouvrage qui contiendrait le moindre élément positif en rapport avec une pensée ou un pays occidentaux peut être interdit. Ce chef d’accusation est souvent prétexte à l’interdiction d’un ouvrage dérangeant sur d’autres points pour les autorités.

43Par ailleurs, la politique de publication met en garde contre les dysfonctionnements possibles entre les différents services étatiques : « […] aucun responsable ne peut, en exerçant des pressions, choisir de publier ou de ne pas publier des livres et des revues autorisés ». La concurrence au sein des appareils d’État et les enjeux idéologiques entraînent en effet parfois un dédoublement de la censure, où les décisions du ministère de la Culture et de l’Orientation islamique d’interdire un ouvrage ne sont pas appliquées par des organismes indépendants de ce ministère, comme l’Organisation

44de la propagande islamique par exemple, donnant une chance à des œuvres interdites par le MCOI de voir le jour. À l’inverse, des institutions peuvent choisir d’écarter des livres de leur organe de diffusion bien qu’ils aient été approuvés en principe. Cette situation est aussi apparue dans le secteur cinématographique.

  • 43 Op.cit., t. I, 20-2-1367 (10-5-1988), p.223.

45Le texte intitulé « Buts politiques et réglementation de la publication du livre » est ambigu sur la notion de liberté. Après l’article premier qui proclame la « liberté de publication du livre », des restrictions apparaissent, car : « La publication peut à la fois être le symbole et l’incarnation des libertés sociales et humaines et être l’objet d’une mauvaise utilisation, avec la diffusion de pensées perverses qui vont à l’encontre du droit général43. » Toute liberté doit donc être encadrée, et les livres censurés :

Les livres définis ci-contre et qui vont à l’encontre des principes islamiques et du droit général ne sont pas publiables :

  • ceux qui diffusent l’hérésie (elhâd44) et incitent au reniement des principes religieux ;
  • ceux qui incitent à la débauche et à la corruption morale (fahshâ) ;
  • ceux qui incitent à la révolte contre le régime de la République islamique ;
  • ceux qui propagent les idéologies des groupes opposants, fauteurs de troubles et pernicieux, qui défendent le régime monarchique, despotique et impérialiste ;
  • ceux qui sèment la discorde entre les tribus, les ethnies et les clans religieux ou vont à l’encontre de l’unité de la société et de l’intégrité territoriale du pays ;
  • ceux qui ridiculisent et affaiblissent le sentiment national et patriotique, et créent une aliénation à la culture, à la civilisation et aux régimes occidentaux ou orientaux ;
  • ceux qui encouragent la dépendance vis-à-vis d’une des puissances mondiales et s’opposent à l’indépendance du pays45.

46Si la restriction à la liberté d’expression ne présente aucun trait original dans l’analyse d’un régime autoritaire, en revanche, l’ordre prioritaire des interdictions et leur contenu révèlent que les dangers premiers pour la République islamique visent : 1/la religion, 2/la morale islamique, 3/la politique, 4/le sentiment et l’unité nationaux 5/l’indépendance politique et culturelle.

  • 46 L’importance accordée par le régime à cette menace a été illustrée dans les médias durant l’hiver (...)

47Cet ordre trouve un écho dans les interdits, moins clairement formulés, des réglementations cinématographiques. Il confirme que les interdits politiques sont moins forts que ceux relatifs à la « morale islamique ». La censure politique cite clairement les monarchistes et fait allusion aux Mojâhedin dans les « groupes opposants fauteurs de troubles »46.

  • 47 Chiffre avancé par un écrivain ayant déposé son manuscrit (entretien du 4 janvier 1997) et confirm (...)

48En 1997, entre 15 000 et 20 000 ouvrages auraient attendu dans les bureaux du MCOI leur autorisation de publication47. Un autre moyen de pression pour le MCOI, indépendamment de la politique de publication du HCRC, est la sélection des ouvrages qui bénéficieront du papier subventionné, mesure classique dans tout système de censure. Pour les revues, l’obtention de papier subventionné reste une condition économique essentielle pour la publication ; pour les livres, cela se vérifie dans une moindre mesure. Les revues (hebdomadaires, mensuels…) ne sont pas régies par la loi sur les publications d’ouvrages, mais par la loi sur la presse, qui n’impose pas d’autorisation préalable de publication. En conséquence, il est moins risqué de publier par épisodes un roman ou un essai littéraire ou scientifique dans une revue, que de tenter la publication sous forme de livre. Les kiosques regorgent de journaux qui entament, après l’élection en 1997 du président Khâtami, un vif débat politique entraînant leur interdiction, puis leur réapparition sous un autre nom.

***

49Dans la pratique, le HCRC témoigne du rôle effectif qu’il occupe dans la définition, l’application et le contrôle de la politique culturelle du pays, alors que, dans son texte fondateur, une fonction moindre lui était assignée.

  • 48 Émanation du Hezbollâh, ces groupes constituent une mouvance informelle. Cependant, Ânsâre hezboll (...)

50Il supplante le Parlement dans la formulation de l’activité culturelle et dans l’adoption de « lois ». Sa longévité et l’omnipotence dont il jouit dans ce secteur sont à rapprocher du Conseil national de sécurité (Shurâ-ye amniyat-e melli) dans un autre domaine. Le HCRC a eu pour ambition de soumettre la moindre parcelle d’activité et d’expression culturelles à son contrôle, rendant difficile, voire impossible, l’expression de tout groupe « non conforme » et encadrant également les propres partisans du régime – devenus trop autonomes, comme Ansâr-e hezbollâh ou Ansar-e velâyat48 – dans leur participation aux activités culturelles.

51Par ailleurs, les évolutions politiques – élections du président Khâtami en 1997 et manifestations étudiantes en 1999 – ont néanmoins ébranlé ce conseil, mettant en cause son omnipotence, notamment dans le domaine universitaire.

52Le HCRC s’est très peu prononcé sur les activités cinématographiques au sein de la politique culturelle. Nous allons donc à présent tenter de définir les différentes institutions qui concourent à la formulation, à l’application de la politique cinématographique de la République islamique et à la répartition du pouvoir qui s’effectuent entre les différentes institutions publiques concurrentes.

Notes

1 Le corpus de cette recherche est constitué de deux tomes publiés rassemblant l’ensemble des résolutions votées par le HCRC : Madjmu’e-ye mosavvabât-e shurâ-ye ‘ali-e enqelâb e farhangi (« Recueil des lois votées par le Haut-Conseil de la révolution culturelle »), tome 1 : 1363-1367 (19841988), et tome 2 : 1367-1372 (1988-1993), éd. Edare-ye kol qavânin va moqarrât-e keshvâr, Tehrân, 1373/1994.

2 « Recueil des lois… », op.cit., t. II.

3 Asghar Shirazi, The Constitution of Iran. Politics and the State in the Islamic Republic, London, New York, Tauris, 1997, p.65.

4 « Recueil des lois… », op.cit., t. I, 15-7-1365 (7-10-1986), p.107.

5 Selon l’article 9 de son règlement de base, « les frais de surveillance et de contrôle doivent être inscrits dans le budget du secrétariat du HCRC. Tous les frais de surveillance et de contrôle sont engagés sous le contrôle du Shurâ ».

6 « Recueil des lois… », op.cit., t. I, 8-1-1364 (28-4-1985).

7 Au cours de mes différentes enquêtes, notamment lors d’entretiens avec des membres du Conseil de culture générale, à la question « Peut-on parler aujourd’hui d’une politique culturelle en République islamique ? », mes interlocuteurs ont tous répondu par la négative, arguant de l’existence de trop d’organes décisionnels en matière culturelle, qui ne dépendent pas d’une même source. Entretiens réalisés en mai 1997 auprès de trois membres du CCG.

8 Texte daté du 24-8-1992 (2-6-1371), « Recueil des lois… », Op.cit., t. II.

9 Les mosquées jouissent d’une réelle autonomie, même si un représentant de l’État assiste chaque imam du vendredi.

10 « Recueil des lois… », op.cit., t. I.

11 Entretien du 16 janvier 1997 avec M. Jalâli, directeur des programmes de télévision en 1979-1980. Cet entretien recoupe l’un de mes entretiens informels avec un membre du premier comité de censure des films, le 14 juillet 1997.

12 Ce texte du 2-6-1371 (24-8-1992) représente en persan une quinzaine de pages ; « Recueil de lois… », op.cit., t. II.

13 Pour une définition des politiques publiques et des politiques culturelles, se référer à Guy Saez, « Les politiques publiques de la culture », in Grawitz M., et Leca J., Traité de science politique, t. IV, Paris, PUF, 1985, p.386-422 ; Philippe Urfalino, L’Invention de la politique culturelle, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, La Documentation française, 1996 ; Pierre Muller et Yves Surel, L’Analyse des politiques publiques, Paris, Montchretien, 1998 ; Jean-Claude Thoenig, « L’analyse des politiques publiques », in Grawitz M., et Leca J., Traité de science politique, t. IV, Paris, PUF, 1985, p. 1-60.

14 Sur cette question, se référer à Asghar Shirazi, op.cit., p.12.

15 Pour une analyse de la société civile en Iran, se référer à Mas’ud Kazemzâdeh, « The State, Civil Society and the Prospects of Islamic Fundamentalism », Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, Albany (New York), vol.XVI, n° 1, 1996, p.59-61; Hooshang Amirhamadi « Emerging Civil Society in Iran », SAIS (School of Advanced International Studies) Review, Summer-Fall 1996, vol.XXI, p.87-107; Moustafa Torkzahrani, « Iran after Khatami: Civil Society and Foreign Policy », The Iranian Journal of International Affairs, vol.IX, n° 4, Winter 1997/1998, p.499-512; Mehdi Mozzafari, « Jâme’e-ye madani-e eslâmi: tarfandi-ye digar », Kayhan, London, 1-1-1998, p.7.

16 Qânun-e asâsi signifie littéralement « loi constitutionnelle ».

17 Le tasbih ressemble à un chapelet que l’on égrène d’une main.

18 Volontaire engagé lors de la révolution et de la guerre contre l’Irak.

19 Le CCG se compose du ministre de la Culture et de l’Orientation islamique, président ; d’un membre du HCRC, du président de l’Organisation de la propagande islamique ; d’un des membres du conseil dirigeant de la Radio-télévision ; d’un des membres de la commission du MCOI du Parlement ; du ministre de la Culture et de l’Éducation supérieure ; du ministre de l’Éducation nationale ou de son suppléant ; d’un des membres du conseil central de la jehâd-e dâneshgâhi (« Croisade universitaire »), au fait des problèmes culturels et artistiques et choisi par le CCG ; d’un spécialiste des sciences et des connaissances islamiques, délégué par le ministre de la Culture et de l’Orientation islamique et élu par le HCRC ; de trois à cinq personnes parmi les notabilités du monde des arts et de la culture, présentées par le MCOI et acceptées sur vote du HCRC ; d’une des notabilités de la presse (président, propriétaire ou rédacteur en chef d’un journal), présentée par le MCOI et acceptée sur vote du HCRC. Sa composition au 21 janvier 1986 (1-11-1364) était la suivante : Amid Zandjâni (mollah), Dr Hasan Habibi (vice-président de la République, Ali Akbar Rafsanjâni), Dr Abdol Karim Sorush (intellectuel alors proche du régime, mais qui tombera en disgrâce), Dr Âdineh Nadimi (devenu recteur de l’université Shahid-Beheshti), Seyyed Mohammad Asghari, Jalâl Rafih (représentant de la presse) et le Dr 'Ali Shari’at Madari (représentant du HCRC) ; Résolution du HCRC, op.cit. t. I, 1-11-1364 (21-1-1986), p.61.

20 Il se compose du ministre de la Culture et de l’Éducation supérieure ; de trois personnalités des milieux universitaires présentés par ce même ministère, avec approbation du HCRC ; de trois personnalités choisies parmi des responsables religieux, culturels et artistiques, présentées par le MCOI et approuvées par le HCRC ; le président de cet Institut est le président de la République et le ministre de la Culture et de l’Orientation islamique en est également membre.

21 Madjmu-e-ye mosavvabât-e shurâ-ye ‘ali-e enqelab-e farhangi (Recueil des lois notées par le Haut-Conseil de la révolution culturelle), Téhéran, édition : Edare-ye Kol qavanin va moqarrât-e Keshvar, 1373/1994 ; t. I p.269 et t. II p.8.

22 Allusion à la maîtrise de l’énergie atomique, acquisition technologique revendiquée par les pays d’Asie au titre de l’indépendance nationale.

23 Article 1er, alinéa C.

24 Citons Mashhad comme exemple.

25 T. I, 6-5-1366 (28-7-1987), p.162.

26 T. I, 5-12-1363 (24-2-1985), p.8.

27 Cela donne lieu à un véritable marché noir, où s’échangent et se vendent des places universitaires.

28 Op.cit., t. 1, Règlements de base du 17-2-1364 (7-5-1985), p.14.

29 Cette politique de quota sera remise en cause en 1999.

30 T. I, 14-3-1366. (4-6-1987).

31 T. I, 30-11-1363 (19-2-1985), p.7.

32 T. I, 3-3-1367 (24-5-1988), p.228.

33 T. I, 16-1-1367 (5-4-1988), p.209.

34 Il en est de même dans le milieu cinématographique. Nous retrouvons ainsi parmi les réalisateurs (mais cela est vrai pour tous les domaines de la profession) beaucoup de diplômés des facultés de cinéma entrés grâce à la politique de quotas, dont les compétences cinématographiques sont mise en question dès leur première expérience.

35 T. I, Règlements de base 17-2-1364 (21-4-1985), p.14.

36 T. I, Création de SAMT, 7-12-1363 (2-3-1985), p.10

37 Signifie littéralement « idolâtre » ; se dit péjorativement de tout ce qui a trait à l’ancien régime.

38 Entretiens avec des étudiants de la faculté des sciences réalisés en automne 1996.

39 Sur la question des manifestations de 1999 et 2000, se référer à Delphine Minoui (dir.), Jeunesse d’Iran, Autrement, H.S., n° 126, Paris, 2001.

40 T. I, 20-2-1367 (10-5-1988), p.223.

41 Cette question du contrôle du contenu de l’œuvre et de son créateur se posera de façon identique dans le cinéma.

42 T. I, 20-2-1367 (10-5-1988), p.223.

43 Op.cit., t. I, 20-2-1367 (10-5-1988), p.223.

44 Elhâd signifie également « athéisme ».

45 Ibid. t. I, 20-2-1367 (10-5-1988), p.223.

46 L’importance accordée par le régime à cette menace a été illustrée dans les médias durant l’hiver 1997, quand une chaîne de télévision des Mojâheddin a diffusé depuis l’Irak quelques heures de programme quotidien, dans un but de « subversion politique » d’après les Iraniens d’Iran. La diffusion, à la même époque, des programmes d’une chaîne américaine émis par les Iraniens de Los Angeles est passée presque inaperçue dans les milieux des dirigeants culturels, tant la menace des Mojâheddin leur paraissait imminente. J’ai eu plusieurs entretiens dans des bureaux officiels (notamment au Howze-ye honari) lors de la transmission des programmes des Mojâhedin, et mes interlocuteurs gardaient un œil braqué sur le poste de télévision câblée.

47 Chiffre avancé par un écrivain ayant déposé son manuscrit (entretien du 4 janvier 1997) et confirmé par un interlocuteur du MCOI, section cinématographique.

48 Émanation du Hezbollâh, ces groupes constituent une mouvance informelle. Cependant, Ânsâre hezbollâh s’est constitué en parti politique lors de son premier congré du 13 farvardin 1375 (2 avril 1996). Cf. Resâlat, 18 ordibehesht 1375 (8-5-1996).

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search