Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie des réseaux en Asie centrale

 | 
Svetlana Gorshenina
, 
Anne Ducloux
, 
Anna Jarry-Omarova

Partie I. Les réseaux complets

Le rôle des relations tribales dans la constitution des mouvements politiques kazakhs entre 1905 et 1918

Xavier Hallez

Résumé

Cet article montre la permanence du mode politique tribal dans la vie publique kazakhe au début du xxe siècle. L’intelligentsia kazakhe, moteur de la construction nationale, chercha à s’en départir, mais ses membres furent contraints d’activer leurs soutiens tribaux afin de mobiliser les Kazakhs derrière leur projet et de constituer une réelle force politique dans les steppes.

This article shows the permanence of the tribal political form in the kazakh public life at the beginning of the XXth century. The kazakh intelligentsia, mover of the national construction, was aiming at departing from it, but his members were forced to activate their tribal support in order to mobilize the Kazakhs for their project and create a real political force in the steppes.

Texte intégral

1Dans cet article, l’attention est portée sur la période 1905-1918, qui est encadrée par la première révolution russe et par celles de février et d’octobre 1917. Les Kazakhs passèrent du statut d’allogène au sein de l’Empire tsariste à celui de citoyen russe puis soviétique d’une république fédérative en construction. Nous nous sommes attardés plus particulièrement sur le rôle des relations tribales dans la constitution des mouvements politiques kazakhs pendant les deux premières décennies du xxe siècle. Nous tâcherons de mettre en corrélation les liens tribaux et les réseaux politiques au travers des principales figures kazakhes qui ont animé la vie publique durant la période étudiée.

2La difficulté méthodologique majeure résulte des sources disponibles. Durant toute la période soviétique, l’élément tribal a été largement gommé dans les études sur l’histoire politique du Kazakhstan. Les archives sont aussi le plus souvent muettes sur cet aspect. Il n’est ainsi pas toujours aisé d’établir le rôle des tribus et l’appartenance tribale des acteurs de la scène politique kazakhe du début du xxe siècle. Les travaux récents publiés au Kazakhstan apportent des éclairages, mais des zones d’ombre persistent. Hormis l’historiographie soviétique et kazakhe, notre analyse se fonde sur un recoupement de diverses données généalogiques, sur une étude de la presse kazakhe de l’époque et sur des documents d’archives.

Aperçu des structures politiques de la société kazakhe

3Avant d’aborder le sujet proprement dit, nous souhaitons présenter quelques éléments du tableau politique de la société kazakhe à l’aube du xxe siècle. Il reposait en grande partie sur la structure tribale, dont Aleksej Levšin donne une description vivante dans son ouvrage publié en 1832 :

  • 2 Levšin, 1996 (1832), p. 288-289.

Les légendes racontent qu’après la mort d’un de ses khans le peuple [kazakh] a été divisé entre trois parties données à ses fils. Celles-ci ont reçu la dénomination d’aînée, de moyenne et de cadette selon l’ordre d’aînesse des nouveaux souverains. […] Chacune d’entre elles s’est progressivement élargie et s’est divisée en lignages [patrilinéaires], prenant le nom de son chef ou préservant celui de ses antiques ancêtres. Des lignages sont nées les tribus, des tribus - les clans, les sous-clans et des segments de ceux-ci2.

  • 3 Les noms propres kazakhs dans le corps du texte sont retranscrits d’après leur orthographe russe, q (...)

4Deux remarques peuvent être faites par rapport à cet extrait. Premièrement, la présentation donnée par Levšin correspond à une vision idéale, telle qu’elle est retranscrite dans les généalogies. La réalité est bien plus complexe. Sandžar Asfendiârov3 donne une autre clé dans une publication de 1935 :

  • 4 Asfendiarov, (1935), 1998, p. 121-122.

La généalogie est celle de quelques familles puissantes s’étant accaparé la suprématie dans la “tribu” donnée et ayant adjoint à cette tribu les familles moins riches et moins fortes indépendamment du fait de savoir si elles appartenaient au lignage ou non. […] Il est intéressant que les Kazakhs n’aient que le terme indéfini de “ru” pour signifier la tribu, le clan, le sous-clan et les générations4.

  • 5 La žuz aînée comprend les tribus Kanly, Katagan, Žalajyr, Sirgeli, Saryujsin, Šakšam, Šapyrašty, Ys (...)

5Deuxièmement, il faut noter que l’origine de la scission des Kazakhs en trois hordes ou žuz aînée, moyenne et cadette reste inconnue. Elles regroupent chacune plusieurs tribus et la horde cadette a la particularité de se composer de trois ensembles distincts de tribus5. Chaque žuz occupait par ailleurs des zones géographiques distinctes qui regroupaient indépendamment les unes des autres l’ensemble des types de pâturages nécessaires à l’élevage nomade. La žuz cadette était présente essentiellement à l’ouest de l’actuel Kazakhstan, ce qui correspondait alors à la horde de Bukej, aux oblast’ [régions] d’Ural’sk et de Turgaj du Gouvernorat des steppes. La žuz moyenne occupait quant à elle les régions centrales et orientales des steppes kazakhes, à savoir les oblast’ d’Akmolinsk, de Semipalatinsk et de Turgaj du Gouvernorat des steppes. La žuz aînée se trouvait dans les régions méridionales incluses dans le Gouvernorat du Turkestan. Cette séparation administrative se répercuta dans la construction politique des Kazakhs. Bien qu’il y ait toujours eu des contacts entre les deux espaces, le champ du politique ne fusionna pas. Nous ne nous préoccuperons ici que du Gouvernorat des steppes et par conséquent des Kazakhs des žuz moyenne et cadette. Le tableau présenté correspond à la situation du début du xxe siècle. Le modèle n’était en effet pas figé et évolua pendant toute l’histoire des Kazakhs.

  • 6 Alihan Bukejhanov (1866-1937) (töre, lignée du khan Barak), originaire de l’oblast’ de Semipalatins (...)

6La politique coloniale russe n’eut de cesse depuis la fin du xviiie siècle d’affaiblir la cohésion politique des tribus kazakhes. À partir du milieu du xixe siècle, une nouvelle orientation fut prise dont le dessein était l’incorporation des steppes kazakhes dans le système administratif russe. Plusieurs mesures furent successivement prises pour transformer le mode politique kazakh (abolition du titre de khan, mixité des tribus dans les districts, etc.). Cependant, les fondements restèrent encore valides au début du xxe siècle. La différenciation des Kazakhs selon leur appartenance à l’un des trois žuz continua à être la base structurelle de la vie politique et sociale kazakhe. Comme le racontait Alihan Bukejhanov6 en 1910 :

  • 7 Bökejhan, 1995, p. 73.

à la question, “qui es-tu ?”, chaque Kazakh répond : “Üš žüzdìŋ balasymyn”, à savoir je suis un enfant des trois hordes. Si la question est posée par un Kazakh, l’interrogé nomme une des hordes ou l’une des tribus de celles-ci7.

7Le sentiment d’appartenance à un même peuple existait bien, mais il était largement supplanté par la conscience des intérêts tribaux. Les Kazakhs avaient ainsi recours à toute une échelle de référents identitaires, au centre desquels était la tribu. Celle-ci jouait un rôle prépondérant dans la vie politique. L’engagement des Kazakhs était non un choix individuel, mais le résultat d’une décision de la tribu. Rares étaient ceux à pouvoir se départir de l’impératif tribal.

  • 8 Concernant les lignages töre, les ouvrages d’Irina Erofeeva sont essentiels : Erofeeva, 2000, p. 11 (...)

8Avant l’intégration à l’Empire russe, il n’existait pas de structure étatique stable et continue. Tout en étant régi par des règles établies, le pouvoir n’en était pas moins dépendant de liens personnalisés. À la tête des tribus et des žuz étaient élus des khans, dont le pouvoir résultait d’alliances avec les élites tribales. Les descendants de khan, appelés töre, formaient une aristocratie des steppes. Tout Kazakh leur devait le respect. De part leur appartenance présumée à la lignée de Gengiskhan, ils n’étaient pas inclus dans le système tribal. La répartition territoriale des Kazakhs et la division entre les trois žuz ne les concernaient pas. Un töre pouvait être élu khan par n’importe quelle tribu. Ce statut particulier leur attribuait un rôle fédérateur au sein de la société kazakhe. La stabilisation politique et migratoire commencée dans la deuxième moitié du xviiie siècle et la colonisation russe au xixe siècle ont cependant renforcé leur territorialisation. Les lignages töre furent ainsi progressivement rattachés à l’une des trois žuz8.

L’intelligentsia kazakhe

9Les töre furent les premiers à intégrer un nouveau groupe social affilié à l’intelligentsia qui commença à se former au sein de la société kazakhe dans la seconde moitié du xixe siècle. Le critère définissant l’appartenance à celui-ci est un parcours scolaire dans des établissements russes. Sa fonction première pour l’Empire était de servir d’intermédiaire entre l’administration tsariste et les steppes kazakhes. Les intelligenty, maîtrisant la langue russe, devaient être le relais des idées et de la politique russe au sein de la population nomade.

10Introduite dans les milieux politiques et intellectuels russes, l’intelligentsia kazakhe en partagea les réflexions et fut notamment sensible aux débats sur la modernité et sur l’idée nationale. En effet, au début du xxe siècle, ces questions revêtaient une importance toute particulière devant la grave crise économique et sociale qui touchait les steppes kazakhes. L’intelligentsia en chercha la solution dans la modernisation de la société nomade. Les divisions tribales furent alors perçues comme un frein à celle-ci, qui devait, selon le modèle européen, s’incarner dans la constitution d’un sentiment national.

La révolution de 1905 : l’entrée en politique de l’intelligentsia

  • 9 Bahytžan Karataev (1860-1934) (töre, lignée de Nuraly premier fils du khan Abulhair), originaire de (...)

11L’intelligentsia kazakhe accentua son empreinte sur la scène politique au travers des changements institutionnels provoqués par la révolution de 1905. La première étape fut la publication de l’ukaz du 18 février 1905 qui autorisait l’envoi de pétitions au Tsar. À l’instar des autres populations de l’Empire, des rassemblements, initiés par les intelligenty kazakhs, eurent lieu dans les steppes durant l’été. Seule intermédiaire possible avec les autorités russes, l’intelligentsia joua un rôle central dans les débats. Cependant, le poids des élites tribales et religieuses resta prédominant dans la formulation des revendications. Modérées dans leur ton, les pétitions abordèrent en priorité les questions religieuses et agraires. Malgré une relative unité de contenu, les nombreuses pétitions qui furent établies ne furent pas présentées conjointement et aucun front commun n’exista entre leurs instigateurs. Elles portèrent en effet la marque des divisions tribales, comme en témoigne les deux principales : la pétition de Karkaralinsk, signée en juillet 1905 par 14 500 kazakhs de la žuz moyenne, et celle d’Ural’sk, rassemblant quarante-quatre noms de dignitaires de la žuz cadette. Elles avaient été rédigées sous l’influence de deux töre membres de l’intelligentsia, Alihan Bukejhanov pour la première et Bahytžan Karataev9 pour la seconde. Ils appartenaient respectivement à une lignée de khan de la žuz moyenne et à une de la žuz cadette.

  • 10 Muhamedžan Tynyšpaev (1879-1937) (žuz moyenne, tribu Najman) né dans l’oblast’ du Semireč’e, fut le (...)

12Des exigences furent aussi formulées à l’intention du pouvoir tsariste. Dans une lettre adressée en 1905 au président du conseil des ministres russe, Muhamedžan Tynyšpaev10, une des principales figures de l’intelligentsia kazakhe, appelait à une révision des règlements tsaristes qui avaient institué un état d’exception pour les steppes. Les généraux-gouverneurs avaient notamment le droit de récuser tout représentant kazakh élu et de nommer un remplaçant. Cet arbitraire était renforcé par les conflits entre les tribus pour le contrôle des administrations locales (« tribunaux nationaux », conseil des aqsaqal [les « sages »] et le poste de gouverneur de volost’ [district]). Tynyšpaev dénonçait cette situation dans laquelle les tribus puissantes imposaient leurs volontés à celles plus faibles. Il demandait ainsi l’établissement d’un état de droit analogue à la Russie qui permette de dépasser les rivalités entre les tribus et d’œuvrer à la prospérité du peuple kazakh dans son entier. Ce souhait était largement répandu au sein de l’intelligentsia kazakhe.

  • 11 Voir en général sur les rapports des Kazakhs avec les Doumas d’État : Ozganbaj, 2000.

13La deuxième étape fut le manifeste du 17 octobre 1905 qui instituait une Douma d’État11. La population kazakhe bénéficia de ces nouvelles libertés politiques accordées par le Tsar, ayant reçu le droit d’élire des représentants régionaux pour siéger dans la nouvelle assemblée impériale. Le droit électoral n’avalisait cependant que les candidats parlant le russe, ce qui réservait de fait la députation aux seuls membres de l’intelligentsia. Des réunions furent organisées pour préparer les élections à la Douma. Dans leur région respective, Bukejhanov et Karataev furent très actifs pour les promouvoir. Les manifestations ainsi organisées dans toutes les steppes avaient pour objectif de politiser la population kazakhe, dont l’expérience politique était limitée à deux éléments constitutifs : l’appartenance tribale et l’islam. Leur dessein était de donner un corps politique réel à la nation kazakhe qu’ils étaient en train d’imaginer. Chaque Kazakh devait prendre part à la vie politique nationale au-delà de sa propre tribu. L’intelligentsia tentait de fonder un mouvement national, dont la légitimation s’ancrait dans la défense d’un intérêt général des Kazakhs. Ce mouvement prenait son sens dans une critique de la politique coloniale tsariste, dont toute la population nomade subissait les effets. L’unité dans la conscience d’une nation kazakhe était revendiquée par cette intelligentsia, qui peina cependant à la rendre effective.

14Diverses tentatives furent engagées suite aux événements révolutionnaires en Russie. S’inspirant du modèle du parti constitutionnel-démocrate russe (KD : konstitucionno-demokratičeskaâ partiâ), Karataev et quelques intelligenty kazakhs se réunirent en décembre 1905 pour en créer une filiale nationale. Celle-ci devait représenter la population kazakhe devant la Douma. Le projet avorta faute d’unité. Les principaux acteurs politiques de la žuz moyenne et notamment Bukejhanov ne participèrent pas à la réunion de décembre, n’accordant pas leur soutien effectif à ce premier projet de parti. Aucun programme commun ne fut ainsi établi. Un nombre important d’intelligenty kazakhs adhérèrent par contre individuellement au parti KD.

15En l’absence d’autres formes d’adhésion politique, le choix des candidats pour la Douma reposa sur deux facteurs : le prestige personnel et la décision des élites tribales. Un exemple parfait est donné dans le cas de l’oblast de Semipalatinsk. La candidature de Bukejhanov y fut l’objet de discussions houleuses entre les représentants des deux principales tribus de l’oblast’, les tribus Argyn et Najman. Les Najmans défendaient un candidat issu de leur rang, tandis que les Argyns soutenaient Bukejhanov. La tribu Argyn, qui était la plus puissante tribu parmi les Kazakhs et a fortiori dans l’oblast de Semipalatinsk, imposa finalement son candidat. Ce choix portait aussi la marque d’une permanence de l’ancien schéma politique kazakh. Le prestige de Bukejhanov était lié à son statut de töre. À l’image de celui-ci, les députés kazakhs à la première Douma étaient majoritairement töre.

Divergences politiques et division tribale

  • 12 La première Douma d’État siégea d’avril à juillet 1906. Elle fut dissoute par le Tsar et la seconde (...)

16À la première Douma, les députés kazakhs siégèrent aux côtés du groupe KD, qui dominait largement l’assemblée. La représentation kazakhe changea son orientation politique avec le renouvellement partiel de ses élus à la IIe Douma et choisit de s’associer à la fraction musulmane12. Privés de leurs propres représentants aux IIIe et IVe Doumas par ukaz impérial, les Kazakhs durent se reposer sur cette fraction jusqu’à la révolution de 1917 pour exprimer leurs préoccupations auprès du pouvoir central russe.

  • 13 Les Kazakhs furent dénommés kirghizes jusqu’en 1925 dans toutes les publications et les sources en (...)
  • 14 Žihanša Sejdalin (1877-1923) (töre, lignée de Nuraly premier fils du khan Abulhair), né dans la vil (...)

17Ce déplacement des libéraux russes vers une politique commune avec les musulmans de Russie provoqua le mécontentement d’une partie de l’intelligentsia kazakhe, dont Bukejhanov fut le porte-parole. En 1910, dans son ouvrage Kirgizy (Les Kirghizes)13, il oppose deux courants au sein de l’intelligentsia : l’un « national-religieux », dans le sens d’une union des Kazakhs avec les autres musulmans, et l’autre « d’orientation occidentale ». Sans être explicitement énoncée, la division établie entre ces deux courants répercutait la scission des žuz cadette et moyenne et l’inimitié existante entre certaines lignées de khan des deux žuz. Le premier courant était en effet incarné par Karataev et Žihanša Sejdalin14, töre de la lignée d’Abulhair, khan de la žuz cadette, et le second par Bukejhanov, descendant de Barak, khan de la žuz moyenne. Une hostilité toute particulière existait entre les deux lignées des khans Abulhair et Barak. Après de longues années de concurrence entre eux, le second avait en effet assassiné le premier en 1748 et fut lui-même empoisonné deux ans après. Ces inimitiés lignagères, même si elles n’étaient plus aussi vives, restaient actives.

  • 15 Hallez, 2002.

18La divergence au sujet de l’islam prenait source dans une conception différente de la société kazakhe entre les intelligentsias des žuz moyenne et cadette. La première avait des contacts privilégiés avec les régionalistes sibériens et défendait à la fois une kazakhisation et une occidentalisation de leur société15. Bukejhanov rejetait une présence trop forte de l’islam dans la sphère publique, situation associée par ce dernier à ce qu’il définissait comme le conservatisme et l’archaïsme des sociétés d’Asie centrale. Il n’était cependant pas question de remettre en cause l’islamisation des Kazakhs. Bukejhanov mettait seulement en doute la validité de l’islam à répondre aux exigences politiques contemporaines. Selon lui, les Kazakhs devaient construire leur avenir par un développement des contacts avec le monde européen et par une limitation de l’influence des mollahs à la sphère privée. L’éveil politique des Kazakhs ne devait pas s’exprimer à travers l’idée d’une communauté musulmane mais par l’activation d’une conscience nationale centripète. Bukejhanov avait notamment dénoncé l’incapacité des députés musulmans à défendre les intérêts kazakhs à la Douma d’État.

19Le courant dit « national-religieux », plus proche des milieux musulmans tatars et turkestanais, ne défendait pas une conception panmusulmane du futur des Kazakhs mais insistait sur la place centrale que devait jouer les préceptes religieux dans la vie politique et sociale. Une des polémiques importantes fut celle de la primauté de la charia sur l’adat (droit coutumier) revendiquée par ce courant. Le IVe Congrès pan-russe des musulmans, qui eut lieu en 1914 à Saint-Pétersbourg, cristallisa les conflits entre les délégués kazakhs autour de la place que devait avoir l’islam dans les revendications kazakhes. Ces altercations marquèrent une rupture définitive entre les deux courants susnommés. Une de celles-ci est la célèbre déclaration de Bukejhanov au ton provocateur qui affirmait que les Kazakhs n’étaient pas musulmans ou étaient au mieux à moitié musulmans. Karataev accusa alors Bukejhanov de soutenir la politique de christianisation et de russification des autorités impériales.

20Un autre sujet sensible opposait les deux groupes : la question agraire qui se posait en effet de manière urgente. Si Karataev et Sejdalin défendaient une sédentarisation rapide des Kazakhs pour préserver les terres fertiles distribuées aux paysans, Bukejhanov critiquait cet empressement qui aurait, selon lui, un résultat inverse à celui désiré. La sédentarisation aurait mené les Kazakhs à un abandon forcé de leur activité sans proposer de nouvelles alternatives. La divergence dans l’appréciation de la sédentarisation reflétait aussi la différence dans les situations entre les régions orientale et occidentale des steppes kazakhes. L’activité agricole était plus développée dans la première que dans la seconde. Dans l’oblast d’Ural’sk et dans la horde de Bukej, les familles influentes, notamment celles de Sejdalin et de Karataev, menaient déjà un mode de vie sédentaire ou semi-sédentaire.

Naissance d’une presse kazakhe : écho des luttes politiques et diffusion des idées nouvelles dans les steppes

21Ces clivages politiques ne sont pas entrés sur la scène publique avant les années 1910, lorsqu’une presse kazakhe apparaît. Elle fut une tribune exceptionnelle pour l’intelligentsia kazakhe qui en était à l’origine. Les débats qui y furent soulevés se diffusèrent dans toute la population, en y promouvant l’idée d’une communauté nationale. Hormis l’actualité de la vie dans les steppes, de nombreux articles concernaient l’histoire, l’orature et la littérature kazakhe comme fondements de l’identité nationale.

22À travers ses écrits, l’intelligentsia tentait de forger un caractère national et d’édifier les symboles de la future nation. Le nom d’« Alaš » joua en ce sens un rôle central. Il est considéré comme l’ancêtre mythique des Kazakhs. Reflet de leur unité, il est censé avoir été aussi le cri de guerre des Kazakhs au xviiie siècle au moment des difficiles campagnes militaires contre les Djoungares. Au début du xxe siècle, certains l’utilisèrent en tant que synonyme de « kazakh » pour nommer le peuple dans son entier. Ce terme entra progressivement en usage au sein de l’intelligentsia pour symboliser la nation kazakhe.

  • 16 AJQAP, 1995.
  • 17 Ahmet Bajtursunov (1873-1937) (žuz moyenne, tribu Argyn), originaire de l’oblast’ de Turgaj, entra (...)
  • 18 Mir-Âkub Dulatov (1885-1935) (žuz moyenne, tribu Argyn), originaire de l’oblast’ de Turgaj, étudia (...)

23La revue Ajqap, publiée de 1911 à 1915, fut la seule publication périodique à caractère « national » jusqu’en 191316. Ses collaborateurs appartenaient aux trois žuz. Les principales personnalités spirituelles et les plus influents poètes et écrivains kazakhs y ont été publiés. Cependant, l’influence politique de la žuz cadette et des töre de la lignée d’Abulhair s’y fit toujours fortement sentir. Hormis Ahmet Bajtursunov17 et Mir-Âkub Dulatov18, tous deux Argyns et présents dans les pages d’Ajqap jusqu’en 1913, les principales figures politiques de l’intelligentsia de la žuz moyenne n’y publièrent aucun article. Suite aux polémiques sur la religion et sur la sédentarisation, la rupture apparut de plus en plus évidente.

  • 19 QAZAQ, 1998.

24Le lancement par Bajtursunov du journal Qazaq en 1913 marqua un tournant important, car la žuz moyenne eut ainsi sa tribune19. La composition du collectif d’auteurs ne laisse, en effet, aucun doute sur l’orientation du journal, bien que cette réalité n’ait été ni revendiquée ni affichée. Les contributeurs appartenaient presque exclusivement à la žuz moyenne et plus particulièrement à la tribu Argyn. À l’inverse, les collaborateurs « réguliers » d’Ajqap, issus de la žuz cadette, n’apparurent pas dans les pages du journal Qazaq. Une exception est intéressante pour notre propos. Halel Dosmuhamedov, membre du groupement Bajuly de la žuz cadette, collabora épisodiquement au journal Qazaq et fut par contre absent des pages d’Ajqap. Il existait au sein de la žuz cadette un clivage historique persistant entre certaines élites tribales et les lignées de khan. Dans les années 1910, Karataev fut d’ailleurs accusé par certains membres de l’intelligentsia kazakhe de vouloir rétablir les khans dans les steppes, en mettant l’accent sur ses origines töre.

25Durant leurs deux années d’existence concomitante, les polémiques publicistes furent nombreuses entre Ajqap et Qazaq. Une de celles-ci concerne l’idée, lancée par Sejdalin en juin 1913, d’organiser un congrès pan-kazakh. Il apparaissait nécessaire de définir des orientations politiques communes sur les trois points sensibles : la question agraire, la religion et la justice. Comme nous l’avons vu ci-dessus, il n’existait pas de consensus entre les différentes composantes de l’intelligentsia sur ces points. Vers 1912, soit avant la rupture de 1914, Karataev avait écrit une lettre à Bukejhanov, dans laquelle il lui demandait de le rencontrer pour rechercher une position unitaire, notamment sur la réforme agraire. Il y reconnut l’influence prédominante de Bukejhanov sur les Kazakhs, lui concédant le rôle de leader. Aucune réponse n’est connue à cette lettre. Bukejhanov publia par contre une « lettre ouverte » en réponse aux articles de Sejdalin. Soutenant le principe d’un congrès pan-kazakh, il estimait que le moment n’était pas propice et que les autorités russes n’autoriseraient pas la tenue d’un tel congrès. Il mettait en avant l’impréparation des Kazakhs pour rendre fructueux un congrès général. Le projet de Sejdalin resta lettre morte.

  • 20 La publication de la revue Ajqap s’arrêta pour des raisons financières.

26Entre 1913 et 1914, le clivage politique s’était cristallisé entre l’intelligentsia des žuz moyenne et cadette, malgré l’idée partagée de « nation kazakhe », qui aurait dû abolir les distinctions tribales. L’unité n’a pu être réalisée. Les conceptions de la future société kazakhe « moderne » étaient différentes et les impératifs tribaux restaient omniprésents. Avec la fermeture d’Ajqap en 191520, les polémiques publiques s’arrêtèrent. Qazaq resta la seule presse à caractère « national », s’assurant un prestige immense dans les steppes. Le groupe constitué autour du journal Qazaq se consolida dans les années prérévolutionnaires à la différence de celui d’Ajqap, dont la cohésion politique ne put se renforcer. Le paysage politique kazakh resta ainsi très éclaté, sans qu’un mouvement national structuré n’apparaisse réellement. Le pouvoir tsariste s’efforça aussi d’empêcher son éclosion.

La rébellion de 1916 dans les steppes kazakhes

  • 21 Témoignage de S. Mendešev : Arhiv Presidenta Respubliki Kazahstan [Les Archives présidentielles de (...)

27La chute du tsarisme fut précédée par une rébellion qui se déclencha suite à la mobilisation des Kazakhs pour les travaux sur le front. Le décret, qui en établissait les conditions, fut publié le 25 juin 1916. La réaction des Kazakhs fut un refus général d’envoyer les jeunes loin de leur « patrie », participer à une guerre qu’ils estimaient ne pas les concerner. La révolte toucha progressivement toutes les steppes, mais la situation fut différente d’une région à l’autre et il faudrait même dire d’une tribu à une autre. Il est en effet impossible de parler d’une rébellion « nationale » ou de l’existence d’un front uni. Le mouvement prit plus généralement la forme d’une désobéissance civile massive orchestrée par chaque tribu indépendamment. Le rôle politique des tribus s’affirma avec force durant tout l’été. Aucune action ne fut entreprise sans une consultation des conseils tribaux. Comme en témoigne un des leaders kazakhs en 1931, « la rébellion eut un caractère local. Chaque région avait sa propre organisation. À sa tête, il y avait soit un émir, soit un khan, soit juste un chef21. » Dans toutes les steppes, plus de cinquante khans furent élus au cours de la révolte, qui fut brutalement réprimée à partir de la fin de l’été 1916.

  • 22 Alibi Džangil’din (1884-1953) (žuz moyenne, tribu Kipčak), originaire de l’oblast’ de Turgaj, étudi (...)

28Deux exemples sont édifiants. Aux frontières des oblast de Turgaj et d’Akmolinsk, un khanat fut formé par des clans de la tribu Argyn de la žuz moyenne. Mais dès le mois de septembre, le khan élu décida d’arrêter la rébellion. Au début de l’été, plusieurs membres de l’intelligentsia de l’oblast de Turgaj appartenant à la tribu Argyn, notamment Bajtursunov et Dulatov, s’étaient en effet adressés aux Kazakhs et plus particulièrement à leur tribu pour les engager à se soumettre au décret. Cet appel ne fut par contre pas entendu dans un autre khanat, constitué au cœur de l’uezd de Turgaj par des clans de la tribu Kipčak de la žuz moyenne et qui perdura jusqu’en février 1917. Ce soulèvement fut critiqué par le journal Qazaq qui, tout en appelant au calme la population de l’uezd, s’attaqua à la personnalité d’Alibi Džangil’din22, un intelligent de la tribu Kipčak qui avait rejoint le khanat.

La chute du tsarisme : politisation des steppes à travers la création des premiers organes de représentation kazakhs régionaux

29Dans ce contexte, la nouvelle de la révolution de Février 1917 fut accueillie avec beaucoup d’espoir dans les steppes kazakhes. La première déclaration du Gouvernement provisoire en date du 6 mars 1917 proclamait l’égalité de tous les citoyens. L’élection d’organes locaux autonomes et la convocation d’une Assemblée constituante étaient aussi promises. L’intelligentsia kazakhe fut cependant confrontée à son échec à constituer un mouvement unitaire avant 1917. Aucun projet commun n’avait pu être élaboré. Les tentatives pour créer un parti kazakh n’avaient pas pu être réitérées après 1906 et comme nous l’avons mentionné, les principales figures de l’intelligentsia avaient adhéré à des partis russes. Ce phénomène ne concerna toutefois qu’un nombre très limité d’intelligenty kazakhs, car la population nomade y resta totalement étrangère avant la révolution. La conquête de l’autonomie politique était néanmoins conditionnée par la structuration du mouvement national dans les steppes. Les groupes informels constitués avant 1917 autour de Qazaq, d’Ajqap et des associations étudiantes s’investirent dans cette tâche. Leur pratique politique reposait bien entendu sur les affinités politiques qui s’étaient révélées avant 1917. Pour autant, malgré l’aspiration de l’intelligentsia à générer une conscience nationale dépassant les frontières des tribus et des žuz, l’activation de soutiens tribaux resta au cœur du jeu politique.

30En ce printemps 1917, l’urgence était à l’élection d’organes légitimes et à la définition d’orientations politiques pour la population kazakhe. La voie devait être celle de la convocation de congrès régionaux kazakhs. Le premier congrès fut initié par Bukejhanov, fraîchement nommé commissaire du gouvernement provisoire pour l’oblast de Turgaj. Seuls des délégués des oblast’ d’Ural’sk et de Turgaj y avaient été invités, mais lorsque le congrès se tint en avril 1917, des délégués des autres régions s’y présentèrent. L’attente d’un congrès pan-kazakh, dont il avait déjà été question en 1913, était telle que l’annonce de la tenue de ce premier congrès kazakh, publiée dans le journal Qazaq, provoqua une forte agitation dans toute la steppe. Il eut dès lors une signification qui dépassa son cadre officiellement régional. Un bureau fut d’ailleurs nommé pour se charger de la préparation d’un congrès pan-kazakh. Il comprenait huit membres, dont Bukejhanov, Bajtursunov et Dulatov. La tribu Argyn de la žuz moyenne y était surreprésentée et à l’inverse Sejdalin, Karataev et leurs partisans furent absents du bureau et des différentes commissions. Bukejhanov s’était assuré une mainmise sur la direction du mouvement national kazakh, ayant réuni autour de lui un groupe solide face à des opposants plus marginalisés et politiquement dispersés. Il avait, de plus, réussi à rallier les élites tribales.

  • 23 Žihanša Dosmuhamedov (1887-1938) (žuz cadette, groupement Bajuly) originaire de l’oblast’ d’Ural’sk (...)
  • 24 Halel Dosmuhamedov (1883-1939) (žuz cadette, groupement Bajuly) originaire de l’oblast’ d’Ural’sk, (...)
  • 25 Bahtygerej Kul’manov (1859-1919) (töre, lignée de Bukej-khan fils de Nuraly premier fils d’Abulhair (...)
  • 26 Valid-han Tanašev (1887-1968) (žuz cadette, groupement Bajuly), originaire de la horde de Bukej, ét (...)

31Au cours des mois d’avril et de mai, des congrès furent organisés dans les autres oblast de l’ancien Gouvernorat des steppes. Ces congrès marquèrent l’exclusion progressive de certains leaders politiques kazakhs au profit d’une part des partisans de Bukejhanov et d’autre part d’un groupe formé autour de Žihanša Dosmuhamedov23 et de Halel Dosmuhamedov24, les premiers représentant la žuz moyenne et le second la žuz cadette. Le leadership du töre Bukejhanov reposait en partie sur l’alliance avec la tribu Argyn, qui domina les congrès dans les oblast de Turgaj, d’Akmolinsk et de Semipalatinsk. Dans l’oblast’ d’Ural’sk, les töre, Sejdalin et Karataev, avaient été écartés au profit de représentants du principal groupement de l’oblast’, le groupement Bajuly de la žuz cadette, auquel appartenaient les deux Dosmuhamedov. La horde de Bukej était un peu à l’écart et fut représentée durant toute l’année 1917 par un töre, Bahtygerej Kul’manov25, nommé commissaire du gouvernement provisoire pour la horde, et par Valid-han Tanašev26, appartenant au groupement Bajuly.

Les deux congrès pan-kazakhs : du parti alaš au conseil national d’alaš orda

  • 27 Alaš orda, (1929), 1992 ; Amanžolova, 1994 ; Qojgeldiev, 1995.

32Après la tenue de ces congrès régionaux, la vie politique dans les steppes se cristallisa durant l’année 1917 autour des deux congrès pan-kazakhs qui se tinrent en juillet et en décembre27. Le premier Congrès pan-kazakh siégea du 21 au 28 juillet à Orenburg. Le bureau, mentionné ci-dessus, se chargea de son organisation et marqua de son empreinte tout le congrès. Celui-ci se prononça pour une république russe démocratique parlementaire et fédérative, dans laquelle s’insérerait une autonomie kazakhe dont les termes seraient à formuler en fonction des particularités nationales et du mode de vie des Kazakhs. Ces larges principes furent adoptés sans apporter de plus amples détails. Bukejhanov souleva aussi la question de la création d’un parti kazakh. Cette discussion avait été motivée par la tenue des élections à l’Assemblée constituante panrusse, dont la date avait été fixée pour le 17 septembre. Bukejhanov estimait qu’il était nécessaire de fonder un parti pour unifier les forces politiques kazakhes en vue d’obtenir l’autonomie.

  • 28 Les deux oblast’ d’Akmolinsk et de Semipalatinsk étaient peuplés majoritairement par la tribu Argyn (...)

33L’idée ayant été adoptée par le congrès pan-kazakh, Bukejhanov s’efforça de la réaliser. Il nomma le nouveau parti Alaš pour insister sur l’idée d’une unité nationale. Il en rédigea le programme et les premiers Comités régionaux furent créés pour les oblast de Semipalatinsk et d’Akmolinsk en août. Celui de Turgaj ne vit le jour qu’en novembre et Bukejhanov échoua à en constituer dans les autres régions. Ainsi, malgré les dires du journal Qazaq, le parti Alaš n’existait à la fin de l’année 1917 que dans la žuz moyenne et concernait surtout la tribu Argyn28. Il n’y eut donc pas de liste unitaire kazakhe pour les élections à l’Assemblée constituante.

  • 29 L’autonomie sibérienne fut proclamée le 2 décembre 1917 lors d’un congrès pan-sibérien extraordinai (...)

34Les élections virent le succès du parti Alaš dans les oblast’ orientaux et celui des partisans des Dosmuhamedov dans la partie occidentale. Afin de préparer l’Assemblée constituante russe et d’organiser l’autonomie kazakhe, un comité, comprenant toujours Bukejhanov, Bajtursunov et Dulatov, organisa un second Congrès pan-kazakh, qui eut lieu du 5 au 13 décembre 1917 à Orenburg. Les discussions portèrent essentiellement sur les formes et sur l’organisation de l’autonomie kazakhe. L’ensemble des participants s’accordait sur l’intégration de cette autonomie dans une république fédérative russe, mais la prise du pouvoir par les Soviets, la convocation incertaine de l’Assemblée constituante et la proclamation des autonomies sibérienne et turkestanaise29 laissaient planer de nombreuses incertitudes sur l’avenir politique des Kazakhs. Face à cette situation, deux courants se sont opposés au congrès. Le premier, mené par Kul’manov et les Dosmuhamedov et représentant majoritairement la žuz cadette, prônait une proclamation immédiate de l’autonomie kazakhe, qui devait s’unir à celle du Turkestan, arguant de leur proximité culturelle et sociale. Le second courant, animé par Bukejhanov et représentant la žuz moyenne, désirait attendre l’Assemblée constituante avant de s’engager sur la voie de l’autonomie. Il privilégiait une union avec la Sibérie, considérant que le Turkestan était trop enclin au conservatisme religieux. Un compromis fut finalement atteint. La proclamation même de l’autonomie fut reportée d’un mois, en attendant la décision des Kazakhs du Turkestan sur leur union avec les oblast de l’ancien Gouvernorat des steppes. Le débat houleux, qui agita le congrès au sujet de la délimitation de l’autonomie, montre bien l’extrême fragilité de l’unité nationale kazakhe.

35Un Conseil national, dénommé Alaš orda, fut formé pour préparer, diriger et organiser l’autonomie. Bukejhanov en fut élu président. Les deux autres candidats avaient été Kul’manov et Turlybaev, tous deux töre. Officiellement, le choix des autres membres répondit à un critère régional et non à des considérations tribales. Parmi les quinze membres élus, dix appartenaient tout de même à la žuz moyenne ainsi surreprésentée, et quatre à la žuz cadette. Cet équilibre relevait à la fois du poids démographique de la žuz moyenne et de sa prédominance politique dans le mouvement national. Semipalatinsk fut choisie pour être le siège du Conseil national et donc la future capitale de l’autonomie kazakhe.

36Cette tentative d’union de tous les Kazakhs marqua rapidement le pas. En janvier 1918, le Congrès kazakh de l’oblast du Syr-darya refusa de s’unir aux oblast du nord, préférant rester au sein de l’autonomie turkestanaise. Il n’y eut pas de congrès équivalent pour l’oblast du Semireč’e, l’autre région du Turkestan largement peuplé de Kazakhs, mais le résultat fut identique considérant la question posée. La séparation administrative entre l’ancien Gouvernorat des steppes et le Turkestan fut maintenue. L’identité turkestanaise et l’affiliation à la žuz aînée avaient été privilégiées.

37Par la suite, le Conseil national fut contraint d’accepter l’existence d’une branche occidentale quasi indépendante. L’éloignement de Semipalatinsk et la guerre civile avaient favorisé cette scission. En septembre 1918, Alaš orda entérina la constitution du gouvernement, dénommé Uilskij Ualaât et basé dans l’oblast d’Ural’sk. Il fut présidé par Ž. Dosmuhamedov. Hormis sa définition territoriale, il représentait clairement la žuz cadette. Il avait autorité sur la horde de Bukej, l’uezd de Mangyšlak, l’oblast d’Ural’sk et les uezd d’Aktûbinsk et d’Irgiz de l’oblast de Turgaj. Ces deux uezd comprenaient exclusivement les groupements Alim-uly et Žetiru de la žuz cadette, alors que les deux autres uezd de l’oblast étaient peuplés par les tribus Argyn et Kipčak de la žuz moyenne.

Le ralliement des Kazakhs aux Soviets

38Sur l’ensemble de l’ancien Gouvernorat des steppes, le groupement Bajuly de la žuz cadette et la tribu Argyn de la žuz moyenne, qui avaient investi Alaš orda, dominaient toute la sphère politique. La mainmise de Bukejhanov, des intelligenty argyns et des Dosmuhamedov sur le mouvement national kazakh avait exclu un certain nombre d’intelligenty. Ceux-ci formaient un ensemble hétéroclite, comprenant d’une part des töre écartés du pouvoir au cours de l’année 1917 et d’autre part des membres de tribus moins puissantes. Si certains, comme Sejdalin, décidèrent de se retirer de la politique suite à la révolution d’Octobre, la majorité profita du changement de pouvoir en Russie pour réapparaître dans le champ politique. Nous n’entrerons pas dans les détails du ralliement de Kazakhs aux Soviets, qui est un processus complexe. Nous citerons juste les principaux acteurs en liaison avec la problématique. Il n’est, bien sûr, pas possible de résumer les engagements politiques à une appartenance tribale. Celle-ci, malgré tout, paraît être un facteur non négligeable. Elle est d’autant plus prégnante que la grande majorité des Kazakhs n’était pas politisée. L’orientation politique d’un intelligenty avait ainsi une incidence sur son clan voire sur sa tribu.

  • 30 Muhamed’âr Tungačin (1888-1942) (töre, lignée d’Ajčuvak quatrième fils du khan Abulhair), originair (...)
  • 31 Sakipgirej Argančeev (1887-1938) (tölengit), originaire de l’oblast’ d’Ural’sk, termina en 1904 l’é (...)
  • 32 Les tölengit étaient les personnes au service des khans et n’entraient ainsi pas dans le système tr (...)
  • 33 Abdrahman Ajtiev (1886-1936) (žuz cadette, groupement Žetyru), originaire de l’oblast’ d’Ural’sk, t (...)

39Dans le cas des töre, les deux principales figures furent Karataev et Muhamediâr Tungačin30. Rien dans leurs activités prérévolutionnaires ne les disposait à rejoindre le pouvoir soviétique. Leurs prises de position politique ne semblent pas non plus en avoir été la cause. Dans sa fronde par rapport au mouvement national, Karataev s’associa à un de ses proches, Sakipgirej Argančeev31, tölengit32, et à Abdrahman Ajtiev33 du groupement Žetyru de la žuz cadette. Ils constituèrent le noyau du pouvoir soviétique kazakh dans l’oblast’ d’Ural’sk et intégrèrent le Comité révolutionnaire kazakh entre 1919 et 1920. Durant la guerre civile, le clan d’Ajtiev le soutint clairement contre Alaš orda.

  • 34 Sejitkali Mendešev (1882-1937) (Qalmaq-tölengìt), originaire de la horde de Bukej, entra en 1898 à (...)
  • 35 Les Qalmaq-tölengìt ont une toute autre origine que les tölengit mentionnés précédemment. Ils serai (...)

40Dans la horde de Bukej, le transfert d’autorité eut lieu dès le mois de décembre 1917 avec l’aide de bolcheviks russes. Les Kazakhs, ralliés aux Soviets, profitèrent de l’absence des deux leaders, Kul’manov et Tanašev partis au IIe Congrès pan-kazakh, pour renverser le comité kazakh. Le nouvel homme fort était Sejtkali Mendešev34, un Qalmaq-tölengìt35, alors que la horde de Bukej avait une population à plus de 90 % du groupement Bajuly.

41La situation était plus compliquée dans l’oblast de Turgaj, où les deux žuz cadette et moyenne étaient représentées. Le pouvoir soviétique fut instauré en janvier 1918. La direction politique fut donnée par Lénine à Džangil’din, Kipčak et seul bolchevik kazakh avant 1917. Celui-ci s’adjoignit le concours de Kipčaks et d’intelligenty écartés des congrès pan-kazakhs et notamment de Tungačin. Ce groupe domina les organes soviétiques kazakhs jusqu’à la fin 1919.

  • 36 Kol’baj Togusov (1879-1919) (žuz moyenne, tribu Najman), originaire de l’oblast’ de Semipalatinsk, (...)
  • 37 Tögìsov, 2003 ; El’keev, 1991.

42Dans les oblast de Semipalatinsk et d’Akmolinsk, Kol’baj Togusov36, qui appartenait à la tribu Najman, créa en octobre 1917 le second parti kazakh, dénommé Uš žuz (les Trois žuz)37. Son dessein était de contrecarrer le parti Alaš. Bien que l’union des musulmans « turko-tatares » et l’islam soient au cœur de ses préoccupations, le parti Uš žuz rallia les organes soviétiques régionaux dès le mois de décembre 1917. Il ne put cependant rivaliser avec le parti Alaš et disparut au printemps 1918. Plusieurs de ses membres importants étaient Najmans, mais il n’existe pas encore d’étude plus approfondie de l’histoire et de la composition du parti Uš žuz.

  • 38 Netaliev, 2007, p. 99-117.

43La tribu Adaj, essentiellement concentrée dans l’uezd de Mangyšlak, présente un cas particulier. Ses membres avaient autrefois conquis leur terre sur les Turkmènes et étaient renommés et craints pour leurs qualités guerrières. Elle avait toujours marqué sa différence et son indépendance par rapport aux autres tribus kazakhes38. De fait, les Adajs se tinrent à l’écart du jeu politique jusqu’à la fin de 1918. Džangil’ din se rendit spécialement à l’automne 1918 dans l’uezd pour négocier leur ralliement aux Soviets et obtint le soutien des conseils tribaux.

Conclusion

44L’intégration des Kazakhs dans la sphère russe offrit à une intelligentsia minoritaire une place privilégiée dans l’évolution politique des steppes kazakhes entre 1905 et 1918. Cette intelligentsia chercha à constituer un mouvement national unitaire et à introduire un nouveau mode politique. Son dessein était de forger une nation « moderne », mais le contenu de celle-ci fut l’objet de conflits importants. Deux groupes antagonistes autour des publications Qazaq et Ajqap se formèrent dans les années prérévolutionnaires. Les points d’achoppement étaient la place de l’islam et la sédentarisation, mais la tension résulta aussi d’inimitiés personnelles et lignagères. La scission des deux groupes reflétait celle existant entre les žuz cadette et moyenne.

45Le projet unitaire se heurta aussi à la réalité politique kazakhe. L’activation du facteur tribal resta un élément prépondérant de la lutte politique. Si les intelligenty avaient élaboré un discours national effaçant les divisions entre les tribus, la majorité de la population kazakhe continuait à voir la structure tribale comme la base de son rapport au politique. La perception d’une communauté kazakhe ou musulmane était présente, mais elle concernait avant tout sa relation avec l’extérieur. Les représentants des žuz moyenne et cadette maintinrent clairement leur zone d’influence respective. La žuz aînée refusa de rejoindre le projet politique des deux précédentes, préférant s’insérer dans celui du Turkestan.

46Si les enjeux politiques n’avaient pas été cruciaux durant la période 1905-1917, les années révolutionnaires ouvraient la voie à l’autonomie kazakhe. Le combat politique fut âpre. Le mouvement national kazakh se construisit en 1917 autour des groupes de Bukejhanov et des Dosmuhamedov, qui représentaient les deux principales tribus respectivement des žuz moyenne et cadette. Le groupe de Karataev et d’autres intelligenty, qui en avaient été exclus, rallièrent le pouvoir soviétique après la révolution d’Octobre. Ils s’efforcèrent de liquider le mouvement national en le remplaçant par des organes soviétiques kazakhs. Il s’agissait majoritairement de membres des tribus Kipčak et Najman de la žuz moyenne, de certains töre, de tölengit et du groupement Žetyru de la žuz cadette. Il est aussi apparu que le rôle particulier des töre avait perduré jusqu’en 1917.

Bibliographie

Archives

Arhiv Presidenta Respubliki Kazahstan [Les Archives présidentielles de la République du Kazakhstan] : f. 811, op. 20, d. 752.

Bibliographie

Alaš orda, (1929), Almaty, Ajqap, 1992.

Ajqap, Almaty, Qazaq ènciklopediâsy, 1995.

Amanžolova D. A., Kazahskij avtonomizm i Rossiâ [L’autonomisme kazakhe et la Russie], Moscou, Rossiâ molodaâ, 1994.

Asfendiarov Sandžar, (1935), Istoriâ Kazahstana [L’histoire du Kazakhstan], Almaty, Sanat, 1998.

Bökejhan Ä. [Bukejhanov A.], Taŋdamaly [Les œuvres choisies], Almaty, Qazaq ènciklopediâsy, 2005.

Elkeev B., « Partiâ Uš-žuz i eë deâtel’nost’ v period ustanovleniâ Sovetskoj vlasti v Kazahstane » [Le parti Uš-žuz et son activité durant l’établissement du pouvoir soviétique au Kazakhstan], in Istoriâ Kazahstana : belye pâtna [Histoire du Kazakhstan : les tâches blanches], Almaty, Kazahstan, 1991, p. 49-76.

Erofeeva Irina V., « Kazahskoe hanstvo i vlast’v tradicionnom obščestve kazahov » [Le khanat kazakh et le pouvoir dans la société traditionnelle kazakhe], in Istoriâ Kazahstana. Narody i kul’tury [Histoire du Kazakhstan. Peuples et cultures], Almaty, Dajk-Press, 2000, p. 113-190.

Erofeeva Irina V., Rodoslovnye kazahskih hanov i koža xviii-xix vv. [Les généalogies des khans kazakhs et des koža aux xviiie et xixe siècles], Almaty, TOO Print-S, 2003.

Hallez Xavier, “G. N. Potanin et l’intelligentsia kazakhe : entre politique et traditions orales”, CEMOTI, no°34, 2002, p. 12-41.

Kudajberdy-uly Šakarim, (1911), Rodoslovnaâ Tûrkov, Kirgizov, Kazahov i hanskih dinastii [La généalogie des Turks, des Kirghizes, des Kazakhs et des dynasties de khan], Almaty, Žazušy, 1990.

Kul’baev Tleu et Raušan Ajtieva, Abdrahman Ajtiev - žizn’polnaâ mužestva i tragedii [Abdrahman Ajtiev, une vie pleine de courage et de tragédies], Almaty, Arys, 2006.

Netaliev Maqsut, Kiši žuz šežiresi [La généalogie de la žuz cadette], Almaty, « Arys », 2007, p. 99-117.

Levšin Aleksej, (1832), Opisanie Kirgiz-Kazač’ih, ili Kirgiz-Kajsackih, ord i stepej [Description des hordes et de la steppe des Kirghizes-Kazakhs ou Kirghize-Kaïsak], Almaty, Sanat, 1996.

Ozganbaj Omirzak, Gosudarstvennaâ Duma Rossii i Kazahstan (1905-1917 gg.) [La Douma d’État russe et le Kazakhstan, 1905-1917], Almaty, Arys, 2000.

Qazaq, Almaty, Qazaq ènciklopediâsy, 1998.

Qojgeldiev M. K., Alaš qozġalysy [La révolte d’Alaš], Almaty, Sanat, 1995.

Tögìsov K. [Togusov], Šyġarmalar žinaġy [Recueil de publications], Almaty, Alaš, 2003.

Notes

2 Levšin, 1996 (1832), p. 288-289.

3 Les noms propres kazakhs dans le corps du texte sont retranscrits d’après leur orthographe russe, qui est celle la plus usitée dans l’historiographie. Les auteurs et les titres des publications citées en notes ou mentionnées dans la bibliographie préservent par contre la transcription de la langue originale.

4 Asfendiarov, (1935), 1998, p. 121-122.

5 La žuz aînée comprend les tribus Kanly, Katagan, Žalajyr, Sirgeli, Saryujsin, Šakšam, Šapyrašty, Ysty, Ošakty, Alban, Suan et Dulat. La žuz moyenne réunit les tribus Argyn, Kipčak, Najman, Konyrat, Kerej et Uak. Enfin, la žuz cadette rassemble les groupements Älim-uly, comprenant six tribus, Bajuly, se composant de douze tribus et Žetyru, unissant sept tribus : Kudajberdy-Uly, (1911), 1990.

6 Alihan Bukejhanov (1866-1937) (töre, lignée du khan Barak), originaire de l’oblast’ de Semipalatinsk, suivit l’enseignement de l’école russo-indigène [russko-tuzemnaâ škola] de Karkaralinsk. Il s’inscrivit ensuite à l’Institut technologique d’Omsk, puis continua ses études à l’Institut forestier impérial de Saint-Pétersbourg. De retour à Omsk, il travailla dans l’administration pour les colons. En 1906, il fut élu député à la première Douma d’État. Arrêté en décembre 1907 pour avoir signé l’appel de Vyborg (appel signé en septembre 1906 par des députés essentiellement du parti constitutionnel-démocrate (K D : konstitucionno-demokratičeskaâ partiâ) pour protester contre la dissolution de la Douma d’État), il fut déporté à Samara, avant de s’installer en 1916 à Orenburg. Après la révolution de 1917, il fut l’un des organisateurs des congrès pankazakhs et devint le président d’Alaš orda. Toujours opposé aux Soviets, il dut rallier le nouveau pouvoir en décembre 1919. En 1922, il fut exilé à Moscou.

7 Bökejhan, 1995, p. 73.

8 Concernant les lignages töre, les ouvrages d’Irina Erofeeva sont essentiels : Erofeeva, 2000, p. 113-190 ; Erofeeva, 2003.

9 Bahytžan Karataev (1860-1934) (töre, lignée de Nuraly premier fils du khan Abulhair), originaire de l’oblast’ d’Ural’sk, étudia d’abords au gymnasium (établissement scolaire du second degré) d’Orenburg avant d’entrer à la faculté de droit de l’Université de Saint-Pétersbourg. Il travailla comme juge en Géorgie pendant de nombreuses années avant de retourner dans l’oblast’ d’Ural’sk, où il opta pour une carrière d’avocat. Il fut élu à la IIe Douma d’État. Après la révolution de février 1917, Karataev organisa le Comité provisoire kazakh de l’oblast’ d’Ural’sk, mais il ne participa pas aux différents congrès kazakhs. Rallié aux Soviets, il fut élu au Comité exécutif régional des Soviets de l’oblast’. Il adhéra au parti communiste en 1919, puis fut nommé au Comité révolutionnaire kazakh, où il resta jusqu’en mai 1920. En 1927, il quitta le parti communiste et mourut à Aktûbinsk en 1934.

10 Muhamedžan Tynyšpaev (1879-1937) (žuz moyenne, tribu Najman) né dans l’oblast’ du Semireč’e, fut le premier kazakh à être diplômé de l’Institut des ingénieurs des transports de Saint-Pétersbourg. Il fut élu à la IIe Douma. En 1917, il participa aux deux Congrès pan-kazakhs et fut élu au Conseil national d’Alaš orda. En 1919, il rallia le pouvoir soviétique et travailla dès lors dans diverses administrations.

11 Voir en général sur les rapports des Kazakhs avec les Doumas d’État : Ozganbaj, 2000.

12 La première Douma d’État siégea d’avril à juillet 1906. Elle fut dissoute par le Tsar et la seconde Douma eut aussi une brève existence de février à juin 1907.

13 Les Kazakhs furent dénommés kirghizes jusqu’en 1925 dans toutes les publications et les sources en russes.

14 Žihanša Sejdalin (1877-1923) (töre, lignée de Nuraly premier fils du khan Abulhair), né dans la ville de Kustanaj, étudia d’abord au Corps des cadets Neplûev d’Orenburg, puis il s’inscrivit au gymnasium d’Orenburg. Après avoir terminé la faculté de droit de l’Université de Saint-Pétersbourg, il fut nommé dans le Caucase dans l’administration judiciaire. En 1910, il rentra dans la guberniâ [région] d’Orenburg et exerça comme avocat. Après la révolution de Février Février 1917, il ne participa à aucun Congrès pan-kazakh. Il ne rallia pas non plus les Soviets en octobre 1917, préférant se retirer de la politique.

15 Hallez, 2002.

16 AJQAP, 1995.

17 Ahmet Bajtursunov (1873-1937) (žuz moyenne, tribu Argyn), originaire de l’oblast’ de Turgaj, entra à l’école russo-kazakhe de Turgaj, puis intégra l’École normale d’Orenburg. À partir de 1895, il enseigna dans différentes écoles des steppes. En 1910, il dut s’installer à Orenburg où il vécut jusqu’en 1917. Après avoir collaboré au journal Ajqap, il fonda en 1913 son propre journal, Qazaq. Après la révolution de Février 1917, il participa aux deux Congrès pan-kazakhs et fut membre du parti Alaš. Il rallia les Soviets en avril 1919, mais n’adhéra au parti communiste qu’en avril 1920.

18 Mir-Âkub Dulatov (1885-1935) (žuz moyenne, tribu Argyn), originaire de l’oblast’ de Turgaj, étudia dans une école russo-indigène à Turgaj, puis devint instituteur à Zajsan, Karkaralinsk et Omsk. Il collabora aux journaux Ajqap et Qazaq, dans lesquels il publia des articles et ses œuvres poétiques. Son plus célèbre poème fut « Oân, Qazaq » (Éveilles-toi, Kazakh) publié en 1911 et qui lui valut deux ans de prison. Il participa à l’organisation des Congrès pankazakhs en 1917 et fut inclus dans le Conseil national d’Alaš Orda. Dans les années 1920, il travailla au Commissariat du peuple à l’éducation.

19 QAZAQ, 1998.

20 La publication de la revue Ajqap s’arrêta pour des raisons financières.

21 Témoignage de S. Mendešev : Arhiv Presidenta Respubliki Kazahstan [Les Archives présidentielles de la République du Kazakhstan], f. 811, op. 20, d. 752, l. 9.

22 Alibi Džangil’din (1884-1953) (žuz moyenne, tribu Kipčak), originaire de l’oblast’ de Turgaj, étudia d’abord à l’école russo-indigène de Kustanaj avant d’entrer au séminaire d’Orenburg. Il continua ses études à l’École normale de Kazan. Entre 1909 et 1912, il effectua un long voyage de l’Europe occidentale à l’Asie. Il adhéra au parti bolchevik en 1915. En juillet 1916, il retourna dans l’oblast’ de Turgaj pour participer à la rébellion. Après la révolution de Février 1917, il obtint un mandat pour organiser les Soviets dans ce même oblast’, puis il en fut nommé commissaire suite à la révolution d’Octobre. En 1919, il participa à la création du Comité révolutionnaire kazakh, dont il devint membre. Au Congrès constitutif de la République autonome kazakhe, il fut élu vice-président du Praesidium du Comité exécutif central. Il occupa ce poste jusqu’en 1942.

23 Žihanša Dosmuhamedov (1887-1938) (žuz cadette, groupement Bajuly) originaire de l’oblast’ d’Ural’sk, entra à l’école russo-indigène de sa volost’ [district]. Il partit ensuite étudier à l’école secondaire militaire d’Ural’sk, où il rencontra Halel Dosmuhamedov. En 1906, il intégra la faculté de droit de l’Université de Saint-Pétersbourg. Il travailla brièvement comme avocat à Ural’sk, puis fut déporté en Sibérie suite à un article sur la réforme agraire. Après la révolution de Février 1917, il retourna à Ural’sk. Il participa aux deux Congrès pan-kazakhs de 1917 et fut élu au Conseil national d’Alaš Orda. En 1918, il devint le président du gouvernement de la branche occidentale d’Alaš Orda. Après de longues négociations entre 1919 et 1920, son gouvernement rallia les Soviets. Il fut exilé à Tachkent, puis à Moscou.

24 Halel Dosmuhamedov (1883-1939) (žuz cadette, groupement Bajuly) originaire de l’oblast’ d’Ural’sk, étudia de 1895 à 1902 à l’école secondaire militaire d’Ural’sk. Il continua ensuite sa formation à l’Université militaire impériale de médecine de Saint-Pétersbourg. À partir de 1909, il devint médecin dans différentes garnisons. Dès mars 1917, il entra en politique aux côtés de Žihanša Dosmuhamedov et participa aux deux Congrès pan-kazakhs. Il fut un des leaders du gouvernement de la branche occidentale d’Alaš orda. En 1920, il fut exilé à Tachkent.

25 Bahtygerej Kul’manov (1859-1919) (töre, lignée de Bukej-khan fils de Nuraly premier fils d’Abulhair), originaire de la horde de Bukej, étudia d’abords à l’école ouverte par le khan Džangir, puis à la faculté orientale de l’Université de Saint-Pétersbourg. De 1890 à 1903, il fut le gouverneur de la volost’de Kamys-Samar de la horde de Bukej. Il fut élu député aux deux Doumas d’Etat en 1906 et en 1907. Après la révolution de Février 1917, il fut nommé commissaire du gouvernement provisoire de la horde de Bukej et participa aux deux Congrès pan-kazakhs de 1917. Il fut élu au Conseil national d’Alaš orda. En 1918, il quitta les steppes kazakhes, refusant le nouveau pouvoir soviétique.

26 Valid-han Tanašev (1887-1968) (žuz cadette, groupement Bajuly), originaire de la horde de Bukej, étudia au gymnasium d’Astrakhan et entra ensuite à la faculté de droit de l’Université de Saint-Pétersbourg. Entre 1913 et 1917, il officia comme avocat à Kazan’. Après la révolution de Février 1917, il fut un des organisateurs du Comité kazakh de la horde de Bukej. Elu au Conseil national d’Alaš Orda, il ne rallia les Soviets qu’en décembre 1919.

27 Alaš orda, (1929), 1992 ; Amanžolova, 1994 ; Qojgeldiev, 1995.

28 Les deux oblast’ d’Akmolinsk et de Semipalatinsk étaient peuplés majoritairement par la tribu Argyn. La situation dans l’oblast’ de Turgaj était plus partagée. La région comprenait quatre uezd, ceux de Turgaj et de Kustanaj qui concentraient deux tribus de la žuz moyenne (Argyn et Kipčak) et ceux d’Aktûbinsk et d’Irgiz qui étaient habités par des tribus de la žuz cadette. Par ailleurs, le centre administratif de l’oblast’ était Orenburg, où résidaient plusieurs intelligenty kazakhs influents et tout particulièrement Bukejhanov.

29 L’autonomie sibérienne fut proclamée le 2 décembre 1917 lors d’un congrès pan-sibérien extraordinaire à Tomsk. L’autonomie turkestanaise, le plus souvent appelée autonomie de Kokand, fut proclamée le 28 novembre 1917 lors du IVe congrès des musulmans du Turkestan, qui s’était tenu dans la ville de Kokand.

30 Muhamed’âr Tungačin (1888-1942) (töre, lignée d’Ajčuvak quatrième fils du khan Abulhair), originaire de l’uezd d’Irgiz dans l’oblast’ de Turgaj, termina l’École normale de Kazan et travailla ensuite comme interprète et traducteur auprès du gouverneur d’Orenburg jusqu’en 1917. Après la conquête d’Orenburg par les Soviets, il devint l’adjoint de Džangil’din et adhéra alors au parti communiste. De mai 1918 à juillet 1919, il dirigea le Bureau kazakh du Commissariat aux nationalités. Il fut écarté du pouvoir en décembre 1919.

31 Sakipgirej Argančeev (1887-1938) (tölengit), originaire de l’oblast’ d’Ural’sk, termina en 1904 l’école professionnelle d’Ural’sk et partit étudier à l’Institut d’aide-soignant à Voronež. Pendant la révolution de 1905, il entra au parti socialiste-révolutionnaire. Arrêté en 1907 pour ses activités politiques, il fut déporté dans la guberniâ d’Irkutsk. En février 1917, il revint dans les steppes de l’Ural’sk et se rapprocha des bolcheviks. En février 1920, il fut nommé au Comité révolutionnaire kazakh et il fit aussi partie du premier Bureau d’organisation kazakh du parti communiste en avril et resta au Praesidium jusqu’en 1923.

32 Les tölengit étaient les personnes au service des khans et n’entraient ainsi pas dans le système tribal kazakh. Ce service était ensuite attaché à leur descendance et ils ont gardé cette dénomination après l’abolition des titres de khan. Il en existe parmi les trois žuz.

33 Abdrahman Ajtiev (1886-1936) (žuz cadette, groupement Žetyru), originaire de l’oblast’ d’Ural’sk, termina en 1901 l’école russo-indigène de Kara-Oba. Il travailla ensuite dans diverses administrations locales. Elu à la direction de sa volost’après février 1917, il intégra aussi en mars aux côtés de Karataev le Comité civil de l’oblast’ d’Ural’sk. Ayant rallié les Soviets à l’été 1917, il entra au parti communiste au début de 1918. Lors du Congrès des Soviets de l’oblast’ d’Ural’sk en mars 1918, il devint vice-président du Comité exécutif régional des Soviets. Nommé en février 1920 au Comité révolutionnaire kazakh, il entra en avril au Bureau d’organisation kazakh du parti communiste et fut membre ensuite du Praesidium du Bureau régional kazakh du parti jusqu’en 1923. Kul’baev et Ajtieva, 2006.

34 Sejitkali Mendešev (1882-1937) (Qalmaq-tölengìt), originaire de la horde de Bukej, entra en 1898 à l’Ecole normale de Kazan. Il devint ensuite instituteur dans plusieurs écoles de la horde de Bukej. Après la révolution d’Octobre 1917, il participa à la destitution du Comité régional kazakh et intégra le Comité révolutionnaire provisoire de Bukej. En 1919, il adhéra au parti communiste et fut nommé en juillet au Comité révolutionnaire kazakh. Au Congrès constitutif de la république kazakhe en octobre, il fut élu président du Comité exécutif central, poste qu’il occupa jusqu’en 1925.

35 Les Qalmaq-tölengìt ont une toute autre origine que les tölengit mentionnés précédemment. Ils seraient les descendants de Kalmouks faits prisonniers par les Kazakhs pendant les guerres du xviiie siècle. Ils se retrouvent tout comme les tölengìt parmi les trois žuz, mais ils ne sont rattachés à aucune des tribus kazakhes.

36 Kol’baj Togusov (1879-1919) (žuz moyenne, tribu Najman), originaire de l’oblast’ de Semipalatinsk, fit ses études à l’école agricole de Zajsan. Il aurait terminé la faculté de droit de l’Université de Saint-Pétersbourg en externe. En mars 1917, il entra dans l’organisation de Tachkent de Šura-i-islam et participa au Congrès pan-musulman de mai 1917 à Moscou. En novembre 1917, il fonda le parti Uš žuz. Rallié aux Soviets en décembre 1917, il intégra le Comité exécutif des soviets de Sibérie occidentale. En avril 1918, il fut arrêté par les Soviets sur les accusations d’Alaš orda et fut fusillé au début de l’année 1919 par les blancs.

37 Tögìsov, 2003 ; El’keev, 1991.

38 Netaliev, 2007, p. 99-117.

Auteur

Historien de l’Asie centrale russe et soviétique qui travaille actuellement sur la finalisation de la thèse intitulée « Communisme national et mouvement révolutionnaire en Orient : parcours croisé de trois leaders soviétiques orientaux (Mirsaid Sultan-Galiev, Turar Ryskulov et Elbegdorž Rinčino) dans la construction d’un nouvel espace géopolitique, 1917-1926 ». xnjhallez@yahoo.com.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540