Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Politique du cinéma iranien

De l’âyatollâ Khomeyni au président Khâtami

Hors collection

Éditeur : CNRS Éditions

Lieu d’édition : Paris

Publication sur OpenEdition Books : 19 juin 2013

Collection : Hors collection

Année d’édition : 2004

Nombre de pages : 310


Présentation

Par le nombre et la qualité des œuvres réalisées, la variété des thèmes explorés et le foisonnement de ses réalisateurs, le cinéma iranien s’affirme comme l’un des plus dynamiques du monde. Depuis le début des années 80, il ne cesse d’accumuler les plus hautes distinctions dans les festivals internationaux. Cette vitalité est aussi remarquable que paradoxale. Rien ne laissait supposer que ce cinéma survivrait à l’épreuve de la révolution islamique de 1979, à laquelle ont succédé huit années de guerre. Rien ne laissait supposer non plus que la République islamique, mise en place par l’âyatollâh Khomeyni, attacherait une telle importance au secteur culturel, et notamment au cinéma, au point de vouloir en faire un des principaux outils de l’islamisation de la société et ce, au moins jusqu’à l’élection du président Khâtami en 1997. Pour rendre compte de cette aventure cinématographique, ce livre recourt à un mode d’analyse original : il s’appuie sur une approche politique et institutionnelle.
Politique du cinéma iranien
retrace les enjeux que représente le cinéma au sein de ce régime, et la façon dont s’est élaborée une politique du cinéma sans équivalent. Sur la base d’une analyse filmographique de plus de trois cents titres, l’auteur recense par ailleurs les thématiques et les personnages marquants du cinéma iranien, ainsi que leur évolution depuis l’établissement de la République islamique. Face à un système de censure d’un puritanisme inégalité, qui empêche par exemple, toute relation tactile entre homme et femme à l’écran, elle met en lumière les réponses apportées par des réalisateurs aussi différents qu’Abbas Kiarostami, Jafar Panahi, Ebrahim Hatamikia, Rakhshan Bani Etemad ou Mohsen Makhmalbaf. Partant du cinéma, cet ouvrage offre aussi une lecture des rouages et des dynamiques à l’œuvre dans l’État iranien, et permet de saisir les enjeux majeurs qui structurent cette société.


Sommaire

Première partie. Politique culturelle, politique cinématographique, enjeux de pouvoir

Deuxième partie. L’islam à l’épreuve des films


Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.