Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie des réseaux en Asie centrale

 | 
Svetlana Gorshenina
, 
Anne Ducloux
, 
Anna Jarry-Omarova

Partie I. Les réseaux complets

Une communauté de camarades de la promotion 1991 de l’Université de Tachkent : un réseau en cours de reconstruction ?

Svetlana Gorshenina

Résumé

Le présent article tente d’analyser le phénomène des réseaux sociaux virtuels construits en ligne à travers l’exemple des liens qui se sont noués, dans le cadre du site russe Odnoklassniki.ru, entre les membres de la promotion 1986-1991 de la faculté d’histoire de l’Université nationale de Tachkent [TašGU].

This paper aims to analyze the phenomenon of the virtual social networks built online, especially those created on the Russian Web site Odnoklassniki.ru, through the example provided by the 1986-1991 class of the Faculty of History of the National University of Tashkent [TašGU].

Texte intégral

Introduction2

  • 2 Je remercie chaleureusement Mme Virginie Symaniec et M. Claude Rapin pour leur relecture et les cor (...)
  • 3 De manière générale les relations entre anciens étudiants sont de nature fragile, tant dans l’espac (...)
  • 4 On ne connaît actuellement, tant en Occident, qu’en Russie ou dans les autres pays de la CEI, aucun (...)

1Comme dans la plupart des activités sociales, les études universitaires peuvent générer des liens entre camarades de promotion qui, dans certains cas, peuvent se maintenir avec succès durant toute la vie, voire contribuer - mais les cas sont plutôt rares - à réaliser une insertion professionnelle3. Même si ce champ d’études relevant de l’anthropologie n’est pas le nôtre (nous ne traitons généralement que de l’histoire et de l’histoire de l’art moderne de l’Asie centrale), nous avons pris ici l’initiative de présenter une expérience qui nous est personnelle. C’est donc en conformité avec l’un des objectifs de ce recueil d’articles - la réunion de témoignages sur les divers types de réseaux sociaux existant en Asie centrale contemporaine - que ce texte brossera une image des liens qui unissent aujourd’hui les étudiants qui, il y a près de deux décennies, ont partagé de 1986 à 1991 le même cycle d’études à la faculté d’histoire de l’Université nationale de Tachkent [Taškentskij gosudarstvennyj universitet : TašGU]4.

2Fondée sur un « vécu » personnel, sur une enquête de terrain auprès de nos ex-camarades et sur des observations menées pendant plus de deux ans sur les sites sociaux russophones (infra), cette étude vise un triple objectif :

  1. Retracer l’évolution des rapports entre les anciens étudiants de cette faculté de l’Université de Tachkent au cours des années qui ont suivi la fin de leurs études ;

  2. Analyser l’impact de la chute de l’Union soviétique sur le processus d’insertion professionnelle de ces étudiants, tant en Ouzbékistan qu’ailleurs dans le monde, et les réseaux qu’ils ont mis à profit ;

  3. Esquisser les moyens que les anciens étudiants mettent actuellement en œuvre dans l’entretien ou la reconstruction de ce réseau social, notamment à travers les réseaux sociaux virtuels de l’internet. Dans la présente étude, le rôle de ces réseaux a été abordé sur deux plans. D’une part, comme outils d’investigation ces réseaux ont fourni une information - qu’il est impossible d’obtenir autrement - sur l’état actuel de notre promotion. D’autre part, dans cette même étude, ils ont eux-mêmes fait l’objet d’une analyse qui montre que ce moyen de communication, marqué par des limites qui lui sont propres, a de par sa nature fortement influencé les résultats de notre recherche.

La faculté d’histoire de l’université de tachkent : entre perestroïka et fin de l’union soviétique

3Selon les habitudes de l’époque soviétique, la promotion ici en question avait reçu la dénomination de « promotion européenne/russe » [evropejskaâ/russkaâ grupa]. Cette dénomination généralisante supposait que ce groupe d’étudiants était composé de plusieurs « ethnies » [nacional’nost’], y compris des Ouzbeks de « souche », pour lesquelles le russe était la langue de communication et d’enseignement.

4Par opposition, il existait parallèlement une « promotion ouzbèke/nationale » [uzbekskaâ/nacional’naâ grupa], qui suivait un enseignement en langue ouzbèke et qui, de ce fait, représentait un groupe beaucoup plus homogène sur le plan ethnique. Les programmes d’enseignement adressés à ce groupe étaient légèrement distincts de ceux du premier en raison du fait que plusieurs enseignants, spécialistes de disciplines pointues et diplômés des grandes écoles de Moscou, ne parlaient pas l’ouzbek et ne pouvaient ainsi pas assurer de cours dans les groupes de la « promotion ouzbèke ». Cela y réduisait donc l’offre des matières enseignées. Le niveau d’enseignement différait également du fait que les « groupes nationaux » étaient généralement constitués de ressortissants qui provenaient de régions urbaines et rurales périphériques et qui maîtrisaient mal la langue russe, voire pas du tout, tandis que les « groupes européens » réunissaient les descendants des élites des grandes villes, notamment de la capitale Tachkent.

  • 5 Dans l’histoire de l’Asie centrale russo-soviétique, les changements du contexte géopolitique et so (...)

5De manière générale, on peut noter que le choix du qualificatif « européen » pour définir le premier groupe reflétait de manière non explicite un discours remontant aux premiers colons russes qui, à leur arrivée en Asie centrale, s’étaient souvent présentés comme des « Européens » chargés d’une « mission civilisatrice5 » ; on voit donc comment, de ce fait, la subdivision des étudiants en deux groupes trahit la nature coloniale du pouvoir soviétique par son appropriation de divers traits du pouvoir tsariste.

  • 6 L’effectif des garçons de la promotion a fluctué à cause des trois ans du service militaire obligat (...)
  • 7 Avant 1923 les termes « nacional’nost’ » (« nationalité ») et « narodnost’ » (« ethnicité ») étaien (...)
  • 8 En Union soviétique, les Juifs ont été considérés comme représentants d’une nationalité, sans qu’au (...)

6La promotion « européenne » ici présentée comptait quarante-cinq étudiants6 parmi lesquels, selon la liste des nationalités-ethnicités recensées en Union soviétique7, figuraient quatorze Ouzbeks, treize Russes, sept Tatars (y compris les Tatars de Crimée, de la République autonome en Ukraine), trois « Caucasiens » (dont deux Azéris), deux Ukrainiens, un Juif8, un Coréen, un Kazakh et trois Afghans.

  • 9 Le classement des facultés de l’Université de Tachkent s’est longtemps fait sur un plan subjectif e (...)
  • 10 L’insertion dans la vie universitaire de la jeunesse dorée, qui constituait la majorité des étudian (...)

7Comme dans toutes les communautés, les relations interpersonnelles entre les membres de la promotion ont varié en qualité durant la période des études : la dynamique du groupe a forgé certaines préférences amicales, souvent renforcées par des appartenances à des catégories sociales bien définies, voire à des clans, eux-mêmes par nature ethniquement définis et souvent fermés. Ainsi, plusieurs étudiants étaient liés depuis leur plus jeune âge par des relations de parenté ou par des rapports d’amitié entre leurs familles, lesquelles, par ailleurs, faisaient partie des élites nationales administratives et intellectuelles de Tachkent ; interconnecté au niveau des parents, un noyau issu de la jeunesse dorée tachkentoise a pu se former dans le cadre d’une faculté d’histoire au statut prestigieux9, après y avoir bénéficié d’un accès privilégié grâce aux passe-droits qu’offrait la corruption dans le système du concours d’entrée10.

  • 11 Martin, 2001.

8Cependant, à cette époque, les revendications nationalistes n’avaient pas encore acquis l’ampleur qu’elles allaient prendre au cours des années 1990 ; dans les salles de cours les discussions interpersonnelles ne faisaient pas encore entrer en jeu la question des « nationalités » ultérieurement invoquées pour prouver la « supériorité » d’une nation sur les autres et réclamer le « droit » à une place de choix dans le système politique ou culturel. La différentiation nationale faisait plutôt partie des non-dits de la forme soviétique très spécifique de ségrégation, dont la particularité se fondait initialement sur un processus de korenizaciâ (indigénisation) et une politique de « State-sponsoring11 ». Sans être explicitement affichée, cette question dictait cependant déjà fermement les codes de comportement des individus, en leur signalant quelles niches d’insertion professionnelle éventuellement viser et quel réseau essayer de mettre à profit.

9L’un des principes majeurs qui marquaient le processus de construction des relations personnelles rappelle en quelque sorte la « délimitation nationale » des années 1924-1936 : dans la promotion « européenne » ici décrite se côtoyaient deux cercles distincts, mais tout de même perméables (quatre étudiants étant d’ailleurs issus de mariages mixtes [ouzbeko-russo-tatare] et une étudiante ouzbèke s’étant par la suite mariée à un Russe).

10Le premier cercle se composait de vingt-huit russophones nonouzbeks (Russes et non-Russes conjoints) qui, le plus souvent, ne parlaient ni l’ouzbek ni leur propre langue d’« origine » (tatare, coréen, ukrainien, hébreu, etc.). À deux exceptions près, ces étudiants représentaient la deuxième, voire la troisième génération des immigrants/colons installés en Ouzbékistan, avant de se retrouver classés comme représentants de minorités ethniques - lors de la dissolution de l’Union soviétique - sous les nouvelles appellations génériques d’« Ouzbekistanais » ou de « russophones ». Le second cercle était formé de quatorze Ouzbeks dits ethniques ou de « souche », également russophones et, comme produits ultimes de la russification lancée par le pouvoir soviétique, souvent pas complètement à l’aise dans leur propre langue. Beaucoup d’entre eux n’ont entrepris une étude approfondie de l’ouzbek que bien après l’indépendance, lorsque, dans tous les domaines, de l’administration à l’éducation, la connaissance de la langue s’est imposée comme incontournable pour s’assurer une réussite professionnelle ou pour accéder à des postes de responsabilité. On pourrait encore ajouter un troisième cercle, plus hermétique que les autres, représenté par les trois étudiants afghans qui, plus âgés que leurs camarades locaux, sont restés à l’écart de ces regroupements et n’ont pu établir de contacts durables d’amitié ou de collaboration.

  • 12 Dans le tronc commun de l’histoire, les étudiants de cette promotion ont eu la possibilité de chois (...)

11Alors que sur le plan général ils étaient assez superficiels, les liens entre camarades se sont noués (ou renforcés selon les cas) dans le cadre de petits groupes formés à l’intérieur des deux cercles, les uns réunissant les représentants de la jeunesse dorée, d’autres des ressortissants des villes ouzbékistanaises autres que Tachkent (inogorodnie) et résidents dans le foyer universitaire, d’autres encore des « activistes » du komsomol, etc. Parmi les groupes créés dans le cadre académique, les plus soudés se sont forgés dans le cadre des spécialisations12 qui n’ont compté que peu d’étudiants (jusqu’à trois en histoire de l’art) et ont impliqué de longs voyages ou des missions de terrain (en archéologie ou en histoire de l’art, par exemple).

12Alors que le déroulement des études avait déjà été fortement perturbé par la perestroïka (avec la négation de toute autorité, l’introduction en vrac d’une multitude d’approches et la révision ou réécriture totale de l’Histoire), la fin des études de la promotion coïncida en 1991 avec la chute de l’Union soviétique et le début des bouleversements qui se sont alors succédé dans tous les domaines. La violente crise économique qui toucha alors le pays déboucha sur la réorganisation des structures d’accueil académiques. Une rapide paupérisation des « travailleurs intellectuels » a alors très vite gommé le prestige dont jouissait le métier d’historien et, en barrant toutes les perspectives d’avenir, a découragé les étudiants en histoire de tenter une insertion professionnelle conforme à leur formation. On comprend ainsi comment, d’après l’information recueillie actuellement, seuls onze des quarante-cinq étudiants ont tenté de donner une suite à leurs études : ainsi, trois étudiants ont tenté de se lancer dans une carrière universitaire en commençant comme chargés de cours ; quatre autres ont entamé la préparation d’une thèse dans le cadre d’une école doctorale (aspirantura) ; un autre a été recruté aux Archives nationales et trois sont entrés dans l’enseignement secondaire. La majorité, en revanche, a choisi le domaine des affaires ou de la politique.

13Alors qu’il se serait bien mieux maintenu si l’époque avait connu stabilité et « normalité », le réseau général qui aurait dû subsister au sein de la promotion s’est, dans ce contexte historique, affaibli de manière à ne plus laisser place qu’à quelques liens bilatéraux ou trilatéraux entre anciens camarades, notamment dans le cadre d’une même activité professionnelle, ou dans le cadre des réseaux, plus serrés, des anciennes élites soviétiques.

Émigration

  • 13 Selon les données du Service fédéral des statistiques nationales de Russie, le nombre d’immigrants (...)

14Prenant une ampleur de plus en plus massive à partir de 1993-1994, l’émigration va porter un coup supplémentaire à l’unité de ce réseau d’anciens camarades. Le sujet reste en Asie centrale d’autant plus tabou que les chiffres relatifs au nombre des émigrants sont à l’évidence très élevés13. Tout en confirmant les tendances générales établies par les spécialistes en migration, le présent éclairage réalisé au niveau de la micro-histoire pourrait cependant être utile pour restituer des nuances qui se perdent souvent dans les reconstitutions à grande échelle.

15L’analyse sous cet angle des dossiers des quarante-cinq anciens étudiants donne l’image suivante : si l’on tient compte du fait que l’on manque d’informations pour une douzaine de camarades (quatre Russes, deux Ouzbeks, un des Ukrainiens, un des Tatars de Crimée, le Kazakh et les trois Afghans qui ont très certainement quitté l’Ouzbékistan, car aucun ressortissant afghan n’a reçu l’asile politique dans les pays ex-soviétiques quand les Talibans ont pris le pouvoir) et que trois autres sont décédés (un Russe, un Ouzbek et un Tatar), seuls une trentaine de camarades ont pu être intégrés dans l’étude. Les données sont donc les suivantes : les onze Ouzbeks du dernier total sont tous restés à Tachkent ; sur huit Russes, deux sont restés en Ouzbékistan, tandis que les autres sont partis : deux se sont installés en Russie et un en Biélorussie, deux en Europe occidentale et un en Israël ; sur les cinq Tatars de Crimée, deux sont restés à Tachkent, tandis que deux se sont installés à Simferopol (Ukraine) et un à Moscou ; les deux Azéris se sont installés à Bakou, tandis qu’un seul « Caucasien » est resté à Tachkent ; le Juif est passé par Israël avant de se fixer au Canada ; l’Ukrainien et le Coréen ont, quant à eux, choisi Saint-Pétersbourg.

16Autrement dit, en dehors des quinze camarades dont le destin reste inconnu ou qui sont décédés, on observe que seize anciens étudiants sur trente sont restés en Ouzbékistan (onze Ouzbeks, deux Russes, deux Tatars de Crimée et un « Caucasien ») ; cinq résident actuellement en Russie (deux Russes, un Tatar, l’Ukrainien et le Coréen sont répartis entre Moscou, Saint-Pétersbourg et Obninsk) ; les deux Azéris vivent en Azerbaïdjan (Bakou) ; deux Tatars de Crimée en Ukraine ; deux Russes en Europe occidentale (en France et en Allemagne) ; le Juif au Canada ; un Russe en Israël (établi dans le pays par mariage) et un autre en Biélorussie (Baranovi či). Bien que cet échantillon montre que l’on ne peut pas parler d’un exode total par rapport à toutes les nationalités présentes en Ouzbékistan, on observe toutefois que la chute, statistiquement inquiétante, du nombre des russophones suppose clairement une fuite importante des cerveaux, surtout si l’on tient compte du fait que ce processus n’est pas encore terminé : pour seize personnes restées à Tachkent, quatorze ont quitté le pays, ce qui donne un pourcentage de 53 contre 47. On constate que les représentants des « minorités » ayant une « patrie » d’origine - Russie, Crimée, Azerbaïdjan, Israël - se sont, dans leur majorité, réorientés vers elle, en dépit du caractère souvent mythique qu’ont revêtu ces « patries » dans les milieux cosmopolites. Alors que cinq représentants des « minorités » russophones vivent encore à Tachkent, quatorze sont partis définitivement, ce qui donne une proportion de 26,3 % contre 73,7 %. Les émigrants se sont majoritairement installés dans de grandes villes, si ce n’est des capitales (Moscou, Saint-Pétersbourg, Simferopol, Bakou, Paris).

17D’après les informations lacunaires disponibles, leur insertion professionnelle se présente de la manière suivante : sur les seize camarades de promotion restés en Ouzbékistan, trois travaillent dans une école supérieure ; trois, dont un Russe, sont entrés dans la haute administration étatique ; quatre sont dans les affaires, dont deux en tant que propriétaires d’un « petit business » ; un seul enseigne au niveau du secondaire. Sur les huit camarades résidant en Russie, en Ukraine et en Biélorussie, deux ont repris dans l’enseignement secondaire une activité qu’ils avaient déjà préalablement exercée en Ouzbékistan, deux « font du business » (un en tant que propriétaire d’un atelier de photographie), un autre travaille pour une radio chrétienne orthodoxe. Les trois camarades installés en Europe occidentale et au Canada exercent une profession dans la recherche scientifique. Le Russe installé en Israël est actif dans le tourisme.

  • 14 Dans les deux cas, il s’agit de la soutenance d’une seconde thèse, puisque, même si elles sont offi (...)

18Il est important de souligner que, dans cette situation où les forces ont dû se repositionner, huit personnes au minimum ont pu reprendre des études supérieures afin de compléter ou de réorienter leur compétence professionnelle (trois Ouzbeks, deux Tatars, le Coréen, le Juif et le Russe). Au niveau des thèses soutenues, les renseignements accessibles montrent que six thèses de doctorat [kandidatskaâ dissertaciâ] et deux thèses d’habilitation [doktorskaâ dissertaciâ] ont été à ce jour soutenues en Ouzbékistan, tandis que seules deux thèses de doctorat l’ont été en « Occident » (une en cotutelle entre la France et la Suisse, et une en Israël14). Parmi les camarades restés en Ouzbékistan, trois - deux Ouzbeks et un Tatar - sont passés par de hautes écoles occidentales en France (à l’Université de Rennes et à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris où l’un d’entre eux a soutenu un DEA) et aux États-Unis.

19Ces chiffres semblent montrer qu’il est possible a priori de dire que la crise économique, le bouleversement des valeurs fondamentales et l’émigration massive qui ont touché cette génération « perdue » n’ont pas entraîné un abandon général du métier d’historien, même si l’on compte un nombre important de détours vers d’autres secteurs d’activités.

20Cependant, malgré le fait que huit thèses aient été soutenues en Ouzbékistan, le vivier d’historiens est en réalité plutôt réduit. Les trois enseignants des hautes écoles ne travaillent plus dans le domaine de l’histoire, mais accordent leur préférence à la sociologie et à l’économie. Pour deux des « apparatčiks » de la haute administration, la soutenance d’une thèse (une kandidatskaâ pour l’un et une kandidatskaâ et une doktorskaâ pour l’autre) a été une condition incontournable pour monter en grade. Mais dans ce contexte la réalisation du travail est souvent confiée à des tiers et, si l’on tient compte de la nature du régime, le contenu découle généralement d’une demande politique directe et se place plutôt du côté des travaux idéologiques. Ces études n’ont donc pas beaucoup de rapport avec la recherche scientifique, dont on voit l’importance ici réduite. Ces deux personnes n’ont d’ailleurs pas de contacts professionnels avec le milieu académique international.

  • 15 La distinction entre l’« étranger proche » [bližnee zarubež’e], c’est-à-dire les pays de l’ex-URSS, (...)

21Même si les grandes écoles « occidentales » ne se sont jusqu’à présent pas ouvertes par l’octroi de postes durables aux anciens étudiants de l’Université de Tachkent immigrés vers un « étranger éloigné15 », trois d’entre eux exercent en Occident de la recherche « pure », sans avoir à enseigner dans les domaines où ils ont été initialement formés (deux des chercheurs en France et au Canada travaillent sur l’histoire et l’histoire de l’art de l’Asie centrale des xixe et xxe siècles et sur le destin des Juifs soviétiques, tandis qu’en Allemagne un archéologue travaille dans un service de fouilles d’urgence).

22En revanche, les départs pour la Russie - qui a également vécu des années de crise accompagnée d’un bouleversement du système académique - n’ont pas aidé les historiens dans la poursuite de leurs travaux au sein des hautes écoles ou dans des institutions pour la recherche (un ancien enseignant de l’Université de Tachkent s’y est reconverti dans la vente automobile).

23Pour conclure ce chapitre, il convient de souligner que l’insertion professionnelle des camarades qui ont émigré vers l’étranger « proche » ou « éloigné » n’a jamais pu bénéficier de l’ancien réseau - totalement mis à mal par la crise - de la promotion de 1991 (les relations les plus étroites qui peuvent avoir survécu ne dépassent pas le cercle des camarades ouzbeks de « souche » qui sont tous restés en Ouzbékistan). Les contacts personnels entre les étudiants « russophones » se sont souvent complètement effacés et, même dans des villes d’accueil comme Moscou et Saint-Pétersbourg, les anciens camarades ont souvent vécu pendant des années sans pouvoir échanger de nouvelles. Ces personnes ont dû évidemment construire d’autres réseaux professionnels et d’amitiés, sans rapport avec le métier de l’historien, ni même avec la période tachkentoise de leur vie. Les deux camarades ayant soutenu leur thèse en Occident ont poursuivi leur travail dans un nouveau contexte de recherche, dans lequel ils ont dû se créer d’autres réseaux professionnels.

La reconstitution d’un réseau virtuel d’anciens camarades ?

  • 16 Dans la panoplie des sites que propose l’internet (sites « commerciaux », « d’informations », « sci (...)
  • 17 IFOP Observatoire Réseaux Sociaux, janvier 2010 : http://www.slideshare.net/azizhaddad/ifop-observa (...)
  • 18 Voir le blog sur les réseaux sociaux russes : http://socseti.com/page/11/.
  • 19 Pour souligner le contraste, Facebook est actuellement disponible en 76 langues.
  • 20 Selon les dernières informations des media russes ce réseau d’espionnage russe, impliquant onze ou (...)

24Après avoir disparu pendant près de deux décennies, l’ancien réseau de la promotion universitaire de 1991 a pu retrouver une seconde vie dans le monde virtuel de l’internet à la suite du lancement, en 2004, du réseau Facebook de Mark Zuckerberg, avec l’apparition de la messagerie instantanée et des réseaux sociaux virtuels en ligne16. L’espace post-soviétique s’est rapidement couvert de plusieurs clones de MySpace, Facebook, Classmates.com (États-Unis) ou Copainsdavant.fr (France). Loin derrière MySpace et Facebook qui se disputent la première place parmi les sites sociaux17, ces sites post-soviétiques - Odnoklassniki.ru [Camarades de promotion], Vkontakte [En contact], Â v moem mire [Moi, dans mon monde], Mir tesen [Le monde est petit] - annoncent de très bons chiffres de fréquentation18. Même s’ils sont limités par le cyrillique depuis leur apparition en 200619, ils continuent à progresser sans que l’on s’y intéresse en « Occident » et sans qu’on parle « à la une » des événements liés à ces sites ou des « buzz » relancés par eux (le dernier scandale lié à la découverte aux États-Unis d’un réseau d’espionnage russe grâce à une prétendue analyse des sites sociaux russophones constitue une rare exception20). Personne ne les étudie au même titre que Facebook et on ne s’affronte pas à leur sujet entre experts, psychologues, journalistes et autres intellectuels pour prouver le caractère « décérébrant » de leurs actions ou pour les défendre en tant que lieux d’échanges sociaux importants et comme support d’écriture d’un portrait collectif de notre société. L’isolement de ces sites ne découle pas seulement de l’usage de l’alphabet cyrillique, mais aussi, entre autres, du fait qu’ils ont un caractère assez apolitique. Se maintenant à distance des mouvements civiques, ils n’ont pas généré de communauté d’internautes-citoyens politiquement actifs et capables de se faire entendre des hommes d’État. Ils contrastent sur ce point avec Facebook qui constitue une plateforme à partir de laquelle il est souvent possible de lancer des pétitions politiques, des appels à participer à des manifestations ou même à des révoltes, comme cela a été le cas en 2011 pour les révolutions du « printemps arabe ». Malgré les différences notables, on pourrait dire que les sites russophones actuels, à l’exception de l’exception de Vkontakte.ru, reflètent l’état de Facebook tel qu’il se présentait avant 2006, quand le site n’était encore qu’un « trombinoscope » pour étudiants.

  • 21 Popkov a lancé ce projet après avoir travaillé pour la compagnie britannique I-Cd Publishing au lan (...)

25En même temps, tout en restant apolitiques, ces sites reflètent les réalités des ex-républiques soviétiques : leur répartition géographique dans l’espace post-soviétique se fait conformément à la nouvelle configuration de la CEI. Ainsi, le principal portail social choisi par les utilisateurs originaires d’Asie centrale est actuellement celui d’Odnoklassniki.ru où, selon une statistique, le Kirghizistan occupe la 4e place pour la provenance des visiteurs et l’Ouzbékistan la 6e place. Avec quarante-cinq millions d’utilisateurs actifs en juillet 2010 et dix millions de visiteurs par jour, ce site lancé par Albert Popkov en mars 200621 s’est intégré dans les pratiques et les agendas d’une grande partie des anciens étudiants de l’Université nationale de Tachkent. En rappelant que la valeur d’un réseau est proportionnelle au nombre de ses utilisateurs, il est possible de dire que dans ce sens Odnoklassniki.ru a pu atteindre la « masse critique », surtout si l’on tient compte du fait que les populations des pays en voie de développement tardent encore à s’approprier massivement de l’internet jusqu’au même niveau que l’« Occident ».

26Les nouveaux supports technologiques de la sociabilité ont été assez rapidement appréhendés par les anciens camarades de l’Université de Tachkent qui ont saisi cette opportunité en moins d’une année. La majorité d’entre eux semblent être venus sur Odnoklassniki.ru en 2007 par le bouche à oreille ; en juillet 2010, vingt-trois (51 %) y possèdent déjà leur page. Ce chiffre est en progression comme le montre la comparaison avec la situation de février 2009, quand seules treize personnes avaient été repérées sur le site (29 %). Cela prouve également que pour les Centrasiatiques ce moteur reste le meilleur - et parfois l’unique - moyen de retrouver d’anciennes relations (sur les autres sites sociaux russophones la présence des camarades de la promotion de 1986-1991 est pour le moment plutôt épisodique).

  • 22 Chaque membre d’Odnoklassniki.ru peut afficher sur « le mur », à côté de sa photographie de présent (...)

27Outre la simple curiosité ou l’attraction exercée par l’effet de la mode, l’un des moteurs qui incitent les anciens camarades de promotion à se contacter à travers les réseaux sociaux virtuels est une recherche des racines perdues, qui prend notamment la forme d’un bilan de vie intermédiaire dans lequel chacun compare ses « vécus » et ses « réussites » avec ceux des autres. Cette vision comparatiste module en partie la structure et le caractère des pages des membres d’Odnoklassniki.ru. Quand ils transmettent leur identité - généralement réelle et non fantasmée - sur le web, les internautes s’exposent de manière très modérée et, surtout, maîtrisée. L’information sur soi-même reste très limitée : seules quelques courtes phrases révèlent le pays de résidence (pour certains, cette information est soit dissimulée, soit inventée et, de toute façon, facilement modifiable) et la situation familiale. Celle-ci apparaît essentiellement au sein des rubriques d’albums photographiques avec des légendes courtes telles que « ma famille », « mes enfants », « mes proches ». Les activités professionnelles ne sont que très rarement précisées et se limitent pour l’essentiel à des photographies professionnelles (« avec mes collègues », « dans mon bureau », etc.). À part les slogans sur le « mur22 », la nouvelle information passe essentiellement par les photographies et les légendes qui les accompagnent (« moi, mon épouse/mon époux, mes enfants, mes vacances, mes fêtes, ma voiture, ma maison, etc. »). Pour certains, la banque d’images peut ne pas changer pendant des années (dans ces cas, seules une ou deux photographies sont affichées) ; à l’opposé, les prises de vue peuvent se succéder au galop, fournissant des représentations susceptibles de traduire un bonheur personnel. Ces représentations - qui ressemblent à un concours de vanité - ne permettent pas de reconstituer la situation réelle des ex-camarades, dans la mesure où elles concernent toujours des épisodes festifs, plaisants ou glorieux et, de ce fait, structurent l’imaginaire d’une manière très subjective et en même temps conforme aux clichés représentatifs de la réussite sociale. Souvent, l’exposition de photographies anciennes avec les ex-camarades permet de reconstituer le point de départ des liens, tout en ajoutant aux pages une ambiance de nostalgie fréquemment renforcée par les commentaires. Dans ce cadre volontairement laconique, la comparaison - qui se fonde essentiellement sur la documentation iconographique - ne peut pas dépasser le niveau du simple constat d’une situation familiale, d’un lieu de résidence et de l’apparence physique (le fait d’apparaître jeune, beau et « branché » se traduit souvent, au niveau des clichés, en termes de succès social, ce qui explique que les pages d’Odnoklassniki.ru - en tout cas pour sa partie féminine - ressemblent à un défilé de top-modèles).

  • 23 Donath, 2007.
  • 24 Castells, 2002, p. 162.

28De manière générale, les contacts dans le monde virtuel d’Odnoklassniki.ru restent rares et peinent à se nouer véritablement : pour la majorité de ses utilisateurs le site ne constitue pas un véritable noyau d’amitiés, car les contacts avec les anciens camarades sont tellement faibles qu’il est plus judicieux de parler de contacts entre ex-camarades. À une ou deux exceptions près, les « ex » de l’Université nationale de Tachkent ne partagent pas le phénomène du « hanging out » (terme généralement utilisé à l’égard des sites sociaux de l’internet qui désigner le fait de passer du bon temps ensemble via la messagerie instantanée ou des jeux) ; ce site n’a en effet pas été initialement conçu comme un site de loisirs susceptible de réunir les gens et constituer une société virtuelle soudée par une communauté d’intérêts ou par une communauté d’objectifs (entre autres politiques) ; il ne propose pas non plus la création de blogs personnels, lesquels exigent une interactivité importante parmi les utilisateurs. La communication verbale sur ce site prend la forme de brefs messages qui, circulant entre Odnoklassniki (camarades), sont plus proches des SMS (« textos »), conformément à un format prévu par les concepteurs du site, que des messages plus consistants de la poste électronique ou des textes sur les blogs ; ces messages peuvent être décorés de petites figurines (« smiles ») en forme de fleurs, de bougies, de tourtes, etc. Bien qu’ils rendent ces messages plus affectifs, ils ne dévoilent rien de plus de la situation réelle de l’interlocuteur et n’ajoutent pas grand-chose à la profondeur des brèves discussions menées. Sur Odnoklassniki.ru, comme sur d’autres sites sociaux, on parle souvent pour ne rien dire : on fait plutôt un signe - souvent à travers le slogan exposé sur le « mur » - pour marquer le fait qu’un individu existe quelque part dans le temps/espace et qu’il est attentif aux autres, car il répond - « activisme nécessaire » selon Judith Donath23 - aux signaux transmis par les autres membres d’Odnoklassniki.ru (voir les commentaires des « statuts », des photographies, des vidéos, des félicitations à l’occasion des fêtes…). Les pages spéciales consacrées à l’Université de Tachkent, à la Faculté d’histoire (essentiellement tenues à jour par les membres des promotions récentes qui ont fini leurs études dans les années 2008-2010) ou à la promotion de 1986-1991 (cette dernière page ne relie que quinze ex-camarades) n’ont pas pu se transformer en lieux de rencontres véritables (le flux des échanges est extrêmement faible en raison du nombre limité de participants et de la basse fréquentation de ces pages). Dans ce sens, les observations que l’on peut faire ici à propos d’Odnoklassniki.ru confirment celles qui ont déjà été faites au sujet de Facebook : de nombreux experts considèrent que les liens qui se sont nouent entre « amis » - internautes ne peuvent être comparés aux liens de l’amitié au sens classique, et restent globalement faibles malgré une certaine efficacité. Pour reprendre les paroles de Manuel Castells au sujet de l’internet en général, on peut considérer le site Odnoklassniki.ru comme un support efficace « pour maintenir les liens faibles : sans lui, ils seraient sacrifiés, car l’apport de la communication ne vaut pas l’effort de communiquer physiquement (même par téléphone)24 ». Malgré ce constat sur la nature des liens entre « amis », les membres d’Odnoklassniki.ru vivent généralement mal leur éventuelle exclusion du cercle quand survient un problème de virus ou de non paiement.

  • 25 En Russie plusieurs hackers ont déjà été jugés et condamnés à des peines de prison pour l’usurpatio (...)
  • 26 La rumeur selon laquelle Yandex.ru aurait tenté d’acheter ces données a suscité un scandale, avant (...)

29Le maintien de ce réseau jusqu’au point d’organiser des voyages aux quatre coins du monde pour des visites réciproques est difficilement envisageable dans ce contexte en raison des limites financières qui touchent la majorité des utilisateurs-résidents en Ouzbékistan et en Russie. L’inefficacité du réseau dans ce sens est illustrée par le fait que l’organisation d’une réunion commune à Tachkent à l’occasion des 20 ans de la promotion est restée un vœu pieux, même si c’est grâce à ce même réseau que plusieurs rencontres ont pu se faire loin de Tachkent entre les ex-camarades émigrés ; ces dernières n’ont cependant pas pu être suivies d’échanges électroniques durables, ni d’autres interactions « physiques », contrairement au cas de l’ancienne jeunesse dorée qui a su mieux préserver les contacts en restant sur place à Tachkent. Le renforcement des liens à travers les activités professionnelles est également très difficile, dans la mesure où la majorité des anciens camarades a quitté le champ professionnel qui avait été prédéfini par les études. En outre, la possibilité de se rencontrer a été affaiblie par plusieurs vagues de virus informatiques, le viol des pages personnelles par des hackers qui ont usurpé l’identité des utilisateurs en vue d’une utilisation nuisible25, des rumeurs selon lesquelles les dossiers personnels seraient utilisés à des fins commerciales ou publicitaires26, ou enregistrés par les services secrets russes (Federal’naâ služba bezopasnosti : FSB) ; dans ce contexte, certains internautes ont été conduits à changer de nom (en le limitant souvent à un prénom ou à des initiales), d’âge et de lieu de résidence, ou à catégoriser l’information personnelle de manière à ne la rendre « accessible qu’aux amis » (ces pages ne deviennent consultables qu’après l’introduction de mots de passe), ce qui réduit considérablement l’efficacité des recherches et la probabilité de nouvelles rencontres. Les fausses identités qui inondent le site - les « pages personnelles » du premier ministre Vladimir Poutine, du président Dmitrij Medvedev ou du leader des extrêmes-droites russes Vladimir Zirinovskij s’y comptent par centaines - participent également au brouillage des identités. L’inscription payante introduite vers 2008 (et annulée vers le milieu de 2010) a pendant un moment également créé une barrière supplémentaire pour de nouveaux utilisateurs potentiels.

  • 27 Au niveau juridique, cette situation pousse à repenser les codes d’utilisation de l’internet en vue (...)

30Un autre problème auquel se trouvent confrontés les membres d’Odnoklassniki.ru et des sites sociaux en général est lié au fait qu’en cas de décès, une page personnelle peut rester ouverte pendant des années sans que tous les membres soient avertis de cet événement de la vie « réelle » ; même si, le cas échéant, l’information passe parmi les « amis », la page d’une personne décédée continue à rester en ligne avec un affichage iconographique ou verbal proclamant que « tout va bien ! », sous la protection d’un mot de passe que son inventeur a entraîné avec lui dans la tombe27.

Les réseaux d’Odnoklassniki.ru

31L’analyse de ce site social ne saurait se limiter à un cercle de connaissances liées par un unique épisode de la vie en esquivant les autres types de liens entre camarades d’école, de service militaire, de travail, ou entre voisins et proches. Même si la moyenne des contacts préférés (« amis ») chez les personnes les plus actives en ligne se situe entre quarante et cent noms, il apparaît que les liens les plus solides et soutenus se maintiennent dans un cercle de dix-quinze personnes au maximum, de préférence entre les membres des familles qui, souvent et conformément à la réalité post-soviétique, se sont dispersés dans plusieurs États différents. Dans ce cas, l’internet sert plutôt à renforcer des relations qui étaient initialement déjà fortes, et le bavardage, pas plus efficace sur le plan de l’échange d’informations, tisse des liens supplémentaires dans les familles disloquées. L’organisation assez confidentielle de la messagerie instantanée de ce site et la fréquence élevée et régulière des consultations (même si les utilisateurs se contentent souvent de regarder passivement les pages personnelles des autres pour ne repérer que les nouvelles photographies) font d’Odnoklassniki.ru l’un des canaux préférés d’un système de communication qui continue à échapper au contrôle des pouvoirs autoritaires de la région centrasiatique. À l’instar des autres réseaux sociaux et parallèlement au maintien des anciens contacts, ce site offre également la possibilité d’établir de nouvelles rencontres dans le cadre de groupes ou de forums spécialisés sur des sujets particuliers. Des guides détaillés prennent en charge les utilisateurs dans la recherche d’« âmes-sœurs » dans tous les domaines, entre autres celui de la gastronomie qui occupe indiscutablement le haut du palmarès des pages traitées par les participants actifs et les simples visiteurs. Certaines- rares- personnes s’activent jusque dans 120 ou 130 groupes, mais d’une manière générale le nombre de groupes que l’on fréquente varie entre 10 et 30. La configuration de ces groupes, les variations dans leur composition et dans la fréquentation des pages révèlent une sociabilité à géométrie variable.

  • 28 Les groupes affichés sur le site dépassent tous la cinquantaine de participants (données datant de (...)

32Les utilisateurs comptant dans leurs rangs un pourcentage élevé d’émigrés, un très grand nombre de groupes orientent leur attention sur les pays, villes, quartiers, rues et maisons d’origine. Ainsi, près de 260 groupes sont consacrés à l’Ouzbékistan, plus de 300 à Tachkent, un peu moins de 200 à Samarcande et environ 60 à Boukhara28. Toutes les informations étant les bienvenues, ces pages à tonalité nostalgique comprennent surtout des collections photographiques. Les groupes qui fonctionnent comparativement le mieux sont ceux qui parlent de la vie des émigrants dans les pays d’accueil et qui mettent l’accent sur l’insertion dans les villes, sur les problèmes des femmes-migrantes, sur les aspects culturels des « secondes patries » ou sur le mécanisme de l’émigration (on compte, par exemple, 280 groupes consacrés à la vie des immigrants aux États-Unis, 190 pour la France et 80 pour le Canada). De fréquentes tentatives sont faites pour commercialement exploiter ce site, notamment comme plateforme publicitaire pour diverses activités lucratives, comme celles liées à l’immigration.

  • 29 En suivant l’exemple d’autres sites sociaux, le lancement de programmes de jeux pendant l’été 2010 (...)
  • 30 Les « actions » sont réalisées par la superposition, sur les photographies principales des membres (...)
  • 31 Favorisant le voyeurisme, cette pratique, qui constitue pourtant l’essence des sites sociaux, a été (...)
  • 32 Balagué et Fyaon, 2010.
  • 33 Pour une description des logiciels d’analyse des réseaux sociaux voir http://en.wikipedia.org/wiki/ (...)

33Comme les autres sites sociaux, Odnoklassniki.ru se bâtit volontairement comme un véritable réseau destiné à resserrer les liens personnels entre utilisateurs et jeter des ponts vers de nouvelles connaissances. Au niveau des pages personnelles, les gestionnaires détaillent chacun des gestes des « amis » du cercle (nouvelles photographies, nouveaux contacts préférés, jeux29 ou « actions30 », messages publics sur « le mur », etc.)31. Ils fournissent également des indications exactes sur ceux qui ont aidé à établir des contacts avec d’autres « amis », des renseignements sur les « amis des amis » et leurs jours d’anniversaire, des précisions en temps réel sur la présence des « amis » sur le site, etc. La densité du réseau de ce site a suscité une certaine inquiétude lorsque, en 2009, les services secrets russes ont constaté qu’il est possible, grâce aux informations personnelles, de retracer les listes exhaustives des anciens régiments de l’armée, de décoder des opérations, d’identifier des objets et des personnes tenus pour secrets (des visages de speznaz [russe : podrazdeleniâ special’nogo naznačeniâ], généralement cachés par les media, s’ouvrent sur les pages personnelles en compagnie des collègues). Même si les internautes ne donnent que peu d’informations à caractère privé, l’ensemble des documents iconographiques, les légendes accompagnatrices, les contacts personnels exposés comme « amis » permettent de faire un certain nombre d’observations facilement interprétables. De manière générale, ce côté informatif des réseaux sociaux virtuels est déjà utilisé avec succès par les entreprises32, les services publics33, ou les chercheurs. Ainsi, dans la présente étude, il a également été utilisé pour tenter de reconstituer les trajectoires des ex-camarades pendant ces vingt dernières années.

  • 34 Chukhovich, 2006.
  • 35 Castells, 2002, p. 162-166.

34À l’évidence, l’espace virtuel des ex-camarades ne se limite pas au seul site d’Odnoklassniki.ru, orienté essentiellement vers le passé : de plus en plus fréquemment, ce milieu dispersé entre plusieurs continents recourt en parallèle à plusieurs sites sociaux, tant russophones qu’internationaux (avec, en tête, Facebook, dont Hollywood, entre autres, favorise l’extrême médiatisation). Comme l’a d’ailleurs noté le critique d’art Boris Chukhovich à partir de l’analyse des diasporas artistiques centrasiatiques, la présence sur la Toile - qui se fonde sur la multiplication des contacts virtuels et la densification des réseaux de connaissances à travers la poste électronique, les blogs, les sites sociaux, les pages personnelles ou les forums - est pour les émigrants post-soviétiques une des clés de l’intégration et de la réussite34. En même temps, l’actuelle panoplie des supports techniques de la sociabilité ne fait que renforcer un individualisme désormais en réseau35.

En guise de conclusion

  • 36 Voir l’introduction d’A. Ducloux.

35En facilitant aisément les contacts entre anciens élèves ou étudiants, le but initial du site Odnoklassniki.ru est globalement atteint : plusieurs réseaux de diverses promotions se sont formés en ligne, à la suite de quoi certaines personnes ont réussi à organiser des rencontres réelles. La promesse des retrouvailles entre anciens camarades a donc été tenue. Les rencontres virtuelles par cette voie se font actuellement de manière très simple : en une soirée, un nouvel arrivant peut rétablir ses anciens cercles relationnels, sans laisser pratiquement aucune lacune, en passant d’une page personnelle à l’autre, avant de choisir les personnes avec lesquelles il aurait plaisir à renouer des contacts un peu plus poussés. L’opération devient encore plus simple si l’on a la chance de très vite dénicher la page de l’« activiste » qui, comme le disent les analystes des relations sociétales comme Mark S. Granovetter, constitue le « trou structural » du réseau36. Donner une suite à ces relations est cependant loin d’être facile, comme en témoigne le cas de la promotion des historiens de 1986-1991.

  • 37 Par exemple, en offrant ses pages à des sites interdits comme celui d’information et d’actualité Fe (...)

36Quel pronostic faire pour ce réseau renouvelé et dans quelle mesure peut-on qualifier de réseaux ces relations encore épisodiques ? La brièveté de leur existence - un peu plus d’un an, au maximum deux ans et demi - suppose qu’il faudra probablement bien plus de temps pour approfondir cette étude préliminaire. En même temps, on peut se demander si des sites sociaux post-soviétiques comme Odnoklassniki.ru pourront préserver leur vitalité à travers des restructurations tout en gardant l’atout essentiel de leur russophonie (souvent limités dans la connaissance des langues occidentales, les ex-camarades désertent actuellement plus ou moins les sites « internationaux »). Sinon, faut-il, au contraire, penser qu’Odnoklassniki.ru suivra l’exemple négatif déjà livré par des sites « occidentaux » comme MySpace et Friendfeed, avec leur repli progressif jusqu’à la fermeture d’un certain nombre de bureaux et le licenciement de leurs salariés ? Enfin, les espaces russophones laisseront-ils bientôt leurs membres passer progressivement sur Facebook ou Twitter, deux des sites actuellement les plus dynamiques, à la fois cosmopolites, faciles à utiliser et efficaces pour un échange rapide des informations37 ?

37Une chose est sûre : dans le monde digitalisé de nos jours, les contacts ne cessent de se multiplier tout en se nouant sur un plan de plus en plus virtuel, qui raccourcit les distances et le temps ; bien que les relations restent dans ce cadre généralement superficielles et laconiques et donc de moins bonne qualité, ce type de réseaux sociaux a à coup sûr déjà gagné une place non négligeable dans le monde « réel » de plusieurs générations d’internautes. C’est à eux que l’on doit en effet la mise en place d’une nouvelle délinéation géographique, thématique et politique, où les frontières s’estompent et les distances se compressent de manière à contourner les contrôles politiques.

Bibliographie

Bibliographie

Bertrand Frédéric, « Une science sans objet ? L’ethnographie soviétique des années 20-30 et les enjeux de la catégorisation ethnique », Cahiers du Monde russe, vol. 44 (1), 2003, p. 93-110.

Balagué Christine et Fayon David, Facebook, Twitter et les autres… : Intégrer les réseaux sociaux dans une stratégie d'entreprise, Pearson Village Mondial, 2010.

BOYD Danah M. and Ellison Nicole B., “Social Network Sites : Definition, History, and Scholarship”, Journal of Computer-Mediated Communication, 13 (1), 2007.
url
http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/boyd.ellison.html.

Blum Alain et Gousseff Catherine, « Nationalités, groupes ethniques, peuples : la représentation des nationalités en Russie », in Rallu Jean-Louis, Courbage Youssef et Piché Victor, Old and New Minorities/Anciennes et nouvelles minorités, Paris-Montrouge, Institut National d'Etudes Démographiques [INED] - John Libbey Eurotext, 1997, p. 49-71.

Castells Manuel, La Galaxie Internet, trad. de l'anglais par Paul Chemla, Paris, Fayard, 2002.

Conklin Alice L., A Mission to Civilize : The Republican Idea of Empire in France and West Africa, 1895-1930, Stanford, Standford University Press, 1997.

Chukhovich Boris et Gorshenina Svetlana, « Srednââ Aziâ kak fenomen čistogo orientalističeskogo èksperimenta (1860-1990-e gg.) » [L’Asie centrale comme phénomène du véritable orientalisme, 1860-1990], in Transoxiana. History and culture, Taškent, Institut Iskusstvoznaniâ Akademii hudožestv Uzbekistana, Institut Otkrytoe Občestvo (Fonds Soros), Centr po pravam čeloveka, 2004, p. 339-346.

Chukhovich Boris, « La critique d’art et les diasporas virtuelles : le cas de l’Asie centrale », Nouveaux modes de l’évaluation critique, Actes du 40e Congrès de l’Association des critiques d’art [AICA], Paris, AICAPress, 2006. URL : http://www.aica-int.org/IMG/pdf/02.061130.BChukhovic.pdf.

Donath Judith, “Signals in Social Supernets”, Journal of Computer-Mediated Communication, 13 (1), 2007.
url
:http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/donath.html

Hirsch Francine, “The Soviet Union as a Work-in-Progress : Ethnographers and the Category Nationality in the 1926, 1937, and 1939 Censuses”, Slavic Review, vol. 56, no°2, 1997, p. 251-278.

Hirsch Francine, Empire of Nations : Ethnographic Knowledge & the Making of the Soviet Union, Ithaca-London, coll. “Culture and Society After Socialism”, Cornell Univ. Press, 2005.

Laruelle Marlène (dir.), Dynamiques migratoires et changements sociétaux en Asie centrale, Paris, coll. « Sociétés et cultures postsoviétiques », Éditions Petra, 2010.

Lefebvre Alain, Les Réseaux sociaux. Pivot de l’Internet 2.0, Paris, MM2 Éditions, 2005.

Martin Terry Dean, The Affirmative Action Empire : Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca N.C. [etc.], Cornell Univ. Press, col., The Wilder House series in politics, history and culture, 2001.

Sahadeo Jeff, Russian Colonial Society in Tashkent, 1865-1923, Bloomington, Indiana University Press, 2003.

Real del Sarte Louis Serge, Les réseaux sociaux sur Internet : [Facebook, Twitter, MySpace, Viadeo, Youtube, etc.], Monaco, Alphée-Jean-Paul Bertrand, 2010.

Rissoan Romain, Les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Linkedin, Viadeo : comprendre et maîtriser ces nouveaux outils de communication, ST-Herblin, coll. Objectif Solutions, ENI, 2011.

Thorez Julien, « ’Xopoшo гдe hac het’. L’émigration des “Russophones” d’Asie centrale », ÉchoGéo, no°9, mis en ligne le 12 juin 2009. URL : http://echogeo.revues.org/index11212.html. Consulté le 30 juin 2010.

Notes

2 Je remercie chaleureusement Mme Virginie Symaniec et M. Claude Rapin pour leur relecture et les corrections qu’ils ont apportées à ce texte.

3 De manière générale les relations entre anciens étudiants sont de nature fragile, tant dans l’espace post-soviétique qu’en « Occident » en raison des changements d’orientation professionnelle survenant souvent après les diplômes. Les réseaux sont rarement de caractère homogène et ne laissent plutôt la place qu’à des relations choisies dictées par des intérêts spécifiques. Les seules exceptions s’enregistrent dans le cadre des écoles de prestige qui forment par nature des hautes élites qui doivent par définition être interconnectées.

4 On ne connaît actuellement, tant en Occident, qu’en Russie ou dans les autres pays de la CEI, aucun système officiel multilatéral d’équivalence pour les diplômes (post) soviétiques, et le plus grand arbitraire règne dans ce domaine : un même diplôme de thèse soviétique dite kandidatskaâ ou de Ph.D. post-soviétique peut, en France, donner accès à des bourses post-doctorales, à l’obtention d’une qualification aux fonctions de maître de conférences, à des postes universitaires ou du CNRS, mais son importance peut aussi être réduite à celle d’un Master de trois ans. Présente dans tous les pays occidentaux, cette situation souvent frustrante trouve une correspondance dans les pratiques d’équivalence adoptées dans l’espace post-soviétique : on peut, comme exemple, signaler que l’Université de Saint-Pétersbourg ne reconnaît pas les thèses françaises comme équivalentes des thèses kandidatskaâ, alors qu’elle accepte les thèses suisses. Sachant que la « guerre froide » - dans le sens figuré du terme - n’est pas encore terminée dans ce domaine, nous proposons d’établir ici quelques parallèles, bien entendu arbitraires, entre les systèmes (post-) soviétique et français, afin de simplifier la lecture du présent article : à l’époque soviétique le cycle des études supérieures nécessitait cinq années de cours consécutifs qui aboutissaient à un diplôme universitaire dont la valeur équivalait à peu près à l’ancienne maîtrise française ; avec l’aspirantura (école doctorale), l’étape suivante aboutissait après trois ou cinq ans à la soutenance d’une thèse dite kandidatskaâ, équivalente des thèses de doctorat nouveau régime ; la thèse suivante, doktorskaâ, correspondait enfin plutôt à une habilitation à diriger des recherches.

5 Dans l’histoire de l’Asie centrale russo-soviétique, les changements du contexte géopolitique et social sont intervenus en plusieurs vagues que l’on peut résumer par les termes suivants : « européanisation », russification et soviétisation. Les guillemets appliqués à la notion d’« européanisation » restent nécessaires et découlent de la manière dont les Russes ont été perçus ou se sont eux-mêmes perçus : alors que les premiers colons - des administrateurs coloniaux, des militaires et des intellectuels - se faisaient voir comme de « vrais Européens » en construisant dans les villes du Turkestan de nouveaux quartiers « européens » où ils ouvraient des bibliothèques, des théâtres et des cinémas « européens » pour satisfaire la population « européenne » et où ils se vêtaient à l’« européenne » dans les boutiques parisiennes, etc., l’« européanité » qu’ils exposaient cachait mal une certaine « russicité » ; l’hybridation de l’« européanité » n’a jamais été pleinement acceptée par les Occidentaux et a été à plusieurs reprises stigmatisée par l’intelligentsia centrasiatique elle-même : Sahadeo, 2003 ; Chukhovich et Gorshenina, 2004. Cela n’a pas empêché par la suite, à l’époque soviétique, de maintenir une certaine synonymie entre les adjectifs « européen » et « russe » dans la définition des institutions liées à l’éducation : dans les années 1970-1990 un établissement secondaire assurant l’enseignement en russe pouvait encore être qualifié autant comme « russe » que comme « européen » ; il en allait de même pour l’enseignement supérieur. Pour une bonne définition de la notion de « mission civilisatrice » voir Conklin, 1997.

6 L’effectif des garçons de la promotion a fluctué à cause des trois ans du service militaire obligatoire : dès la deuxième année de cours, la majorité des jeunes gens ont été appelés à rejoindre l’armée, tandis que leur place était comblée par le retour d’ex-soldats. L’échantillon présenté ici totalise l’ensemble des étudiants de la promotion, même si certains n’ont suivi les cours que pendant une seule année.

7 Avant 1923 les termes « nacional’nost’ » (« nationalité ») et « narodnost’ » (« ethnicité ») étaient considérés comme synonymes et aucun critère strict n’a été élaboré pour définir le terme de « nationalité » jusqu’au premier recensement pansoviétique de 1926 ; de même on constate que le nombre d’« ethnicités » n’avait alors pas été fixé de manière stable, d’autant plus que des identités tribales ou claniques ont été parfois volontairement confondues sous l’étiquette « nationalité-ethnicité » dans le cadre du schéma évolutif qui considérait que le passage du stade « tribal » au stade « national » devait finir par aller de soi dans les objectifs de la politique du « State-sponsoring » (Martin, 2001). Vers 1927, 172 « ethnicités » avaient été reconnues en Union soviétique, avant d’être réduites au nombre de 166. En 1937, les passeports soviétiques ne comptaient que 106 « nationalités », auxquelles étaient cependant subordonnées un nombre bien plus élevé d’« ethnicités » : Bertrand, 2003, p. 93 ; Hirsch, 1997, p. 251, 260, 264, 266, 269 ; Hirsch, 2005, p. 174. Sur l’utilisation en Russie impériale, puis en Union soviétique des concepts définissant les races, les groupes ethniques et les nationalités, voir également Blum et Gousseff, 1997.

8 En Union soviétique, les Juifs ont été considérés comme représentants d’une nationalité, sans qu’aucune allusion à la religion hébraïque n’intervienne ouvertement dans le processus de catégorisation.

9 Le classement des facultés de l’Université de Tachkent s’est longtemps fait sur un plan subjectif en fonction de considérations relevant du prestige social et dans la perspective des débouchés possibles dans les mondes diplomatique, universitaire, juridique ou de la haute administration. Ainsi, les facultés d’histoire (Istfak), de jurisprudence (Ûrfak) et des langues orientales (Vostfak) constituaient les centres d’études les plus convoités (avec, par exemple, pour accéder à la faculté d’histoire, de quarante à soixante candidatures pour chaque place d’étudiant). Les facultés des sciences dures étaient, quant à elles, celles qui avaient le moins besoin de filtrer leur accès lors des concours du fait que les candidats y étaient peu nombreux.

10 L’insertion dans la vie universitaire de la jeunesse dorée, qui constituait la majorité des étudiants de la faculté, se faisait par l’intermédiaire d’un ou plusieurs réseaux de parents et selon la modalité des dons/contre-dons, parfois exprimable en valeurs financières (insertion po blatu) ; cependant, la formation des groupes universitaires se faisait également conformément à la législation qui facilitait l’accès à l’éducation supérieure, dans un cadre limité et explicitement défini, aux anciens militaires, orphelins et handicapés (insertion po limitu). Les étudiants admis aux concours selon leurs capacités et connaissances constituaient un pourcentage finalement assez insignifiant de l’ensemble.

11 Martin, 2001.

12 Dans le tronc commun de l’histoire, les étudiants de cette promotion ont eu la possibilité de choisir entre diverses spécialisations : 1) L’histoire soviétique (celle de l’Ouzbékistan comprise), que l’on considérait comme la « plus simple » car dogmatique, mais qui était aussi la « moins prometteuse », car les débouchés étaient essentiellement limités à l’enseignement secondaire, et, par rapport à l’histoire de l’Ouzbékistan, la « moins intéressante », car, selon les valeurs russo-centristes établies par le système soviétique, elle ne présentait que des cas d’importance locale. Cette dernière perception semble d’autant plus surprenante que l’histoire locale constituait le seul champ d’étude possible pour les historiens professionnels de l’Ouzbékistan à l’époque soviétique, qui étaient dotés d’instituts de l’Académie des sciences spécialisés dans la recherche centrasiatique (l’Institut des études orientales et l’Institut d’histoire) : en restant en Ouzbékistan, ils ne pouvaient en effet exercer aucune activité de recherche par rapport aux autres régions de l’Union soviétique, ni sur d’autres aires culturelles internationales ; 2) L’histoire « étrangère » [zarubežnaâ istoriâ] était essentiellement réduite à l’Europe occidentale, même si, dans l’idéal, il avait été prévu dans ce cadre d’assurer un enseignement d’histoire universelle (hors Union soviétique), allant des Amériques à l’Afrique. Cette spécialisation était perçue comme prestigieuse à cause de sa supposée proximité avec le monde diplomatique et l’éventuelle possibilité d’effectuer un stage à l’étranger, où il était pratiquement impossible d’aller jusqu’à la fin de l’époque soviétique. Les échanges ont cependant été d’une rareté extrême, tandis que les compétences des spécialistes dans ce domaine correspondaient plus aux exigences d’un enseignement pas trop pointu, qu’à celles d’une activité de recherche ; 3) L’archéologie de l’Asie centrale a été considérée comme plus difficile à suivre en raison des travaux à réaliser sur le terrain et, surtout, de la tradition d’études intenses que le fondateur du département, M. E. Masson, avait introduite et que ses successeurs avaient développée en soulignant combien cette disciple relevant par sa nature de l’« érudition pure » devait être considérée comme la plus « scientifique » de toutes les branches enseignées ; 4) L’histoire de l’art, enfin, était jugée trop élitiste et extrêmement compliquée (partiellement à cause du fait que la spécialisation était en grande partie assurée par des enseignants de l’Université de Moscou qui imposaient des exigences plus strictes). 5) La spécialisation en histoire médiévale, essentiellement de l’Asie centrale, a été d’autant plus rarement abordée, que l’enseignement des langues avait été relégué à la faculté des langues orientales (Vostfak). 6) La spécialisation en histoire du Parti communiste a, quant à elle, été totalement écartée des possibilités, car il existait parallèlement à ce groupe une promotion exclusivement consacrée à ce domaine qui, à l’époque, était considéré comme le meilleur ascenseur social.

13 Selon les données du Service fédéral des statistiques nationales de Russie, le nombre d’immigrants venus de l’Asie centrale en Russie aurait totalisé 4 586 746 (pour l’Ouzbékistan, ce chiffre aurait été de 2 427 618 de personnes) : Thorez, 2009, p. 21 ; Laruelle, 2010. Il n’existe pas de statistiques fiables par rapport aux pays occidentaux en raison du statut clandestin d’une grande partie des émigrants (surtout aux États-Unis et en Belgique), même s’il s’agit de plusieurs milliers de personnes.

14 Dans les deux cas, il s’agit de la soutenance d’une seconde thèse, puisque, même si elles sont officiellement reconnues, les thèses kandidatskaâ soviétiques et post-soviétiques n’offrent en « Occident » aucun débouché, le marché du travail étant tributaire d’autres réseaux internes ou de chapelles.

15 La distinction entre l’« étranger proche » [bližnee zarubež’e], c’est-à-dire les pays de l’ex-URSS, et l’« étranger éloigné » [dal’nee zarubež’e], qui sousentend l’« Occident » (États-Unis et Europe occidentale), conserve un sens qui suppose que la migration vers les pays de la CEI a été initialement perçue comme plus aisée et qu’il est plus simple de s’insérer dans ce cercle exsoviétique encore soudé par la russophonie et les souvenirs d’un passé commun. Cependant, comme le montre dans ce recueil les articles de S. Massot et d’A. Zevaco, la configuration spatiale de ces « étrangers » et l’évaluation du succès de leur émigration commencent à se modifier.

16 Dans la panoplie des sites que propose l’internet (sites « commerciaux », « d’informations », « scientifiques », « personnels », « gouvernementaux », etc.), les « sites sociaux » occupent une place à part dans la mesure où ils sont destinés avant tout à établir et entretenir des relations interpersonnelles entre les utilisateurs de l’internet et peuvent être définis dans ce sens comme des outils de réseautage social et un lieu de sociabilisation. Ces sites se regroupent par spécialités en sites de loisirs proposant divers thèmes tournant autour de pôles d’intérêts préalablement définis (cinéma, voyages, cuisine, etc.), en sites de jeux en ligne, en sites de rencontres amoureuses, en sites de mise en relations professionnelles, de messageries instantanées ou de blogs, ou en sites-moteurs de recherche, qui aident à renouer et garder des contacts perdus ou à constituer des contacts professionnels. Ces sites sociaux donnent naissance à des réseaux virtuels dont les membres ne sont pas nécessairement liés par une connaissance personnelle préalable faite dans le monde « réel », mais maintiennent dans le monde virtuel de l’internet une relation momentanée ou plus ou moins stable. De manière générale, en occupant une place de plus en plus large dans la vie des internautes, ces sites deviennent un lieu de socialisation sans cesse plus important. Pour une analyse approfondie de la nouvelle sociabilité en ligne, voir Castells, 2002, p. 147-170. Pour un historique du terme « réseaux sociaux » en rapport avec l’internet voir Lefebvre, 2005, qui fait remonter les premières communautés virtuelles vers 1973 en partant de l’idée que depuis l’apparition de l’internet son moteur essentiel de développement repose sur la création des liens sociaux (p. 23-29 ; pour une typologie des sites sociaux voir p. 42-4). Voir également Boyd et Ellison, 2007 ; Real Del Sarte, 2010 ; Rissoan, 2011.

17 IFOP Observatoire Réseaux Sociaux, janvier 2010 : http://www.slideshare.net/azizhaddad/ifop-observatoire-rseaux-sociaux janvier-2010 (notamment le diapositif 5) ; http://www.clubic.com/actualite-270602-facebook-top-classement-reseaux-sociaux-europe.html. Comme le rapporte Alain Lefebvre (Lefebvre, 2005, p. 54), « les utilisateurs de MySpace passent au moins une heure et 43 minutes sur le site chaque mois », tandis que sur Facebook ils ne restent que 34 minutes. En juillet 2010 Facebook annonce 500 millions d’utilisateurs, un chiffre qui selon les experts est exagérément gonflé : http://fr.wikipedia.org/wiki/Facebook.

18 Voir le blog sur les réseaux sociaux russes : http://socseti.com/page/11/.

19 Pour souligner le contraste, Facebook est actuellement disponible en 76 langues.

20 Selon les dernières informations des media russes ce réseau d’espionnage russe, impliquant onze ou douze personnes, a été dévoilé par le colonel du FSB Alexandre Poteev : http://www.gazeta.ru/politics/2011/06/27_a_3677345.shtml. Cependant, ce sujet a été rapidement repris par les créateurs des jeux en ligne qui ont fabriqué un jeu intitulé « Vojnuška » [La petite guerre] avec, pour héros, Vladimir Putin et la présumée espionne russe, Anna Chapman, qui a été expulsée des États-Unis en juillet 2010. Le jeu est actuellement disponible sur Odnoklassniki.ru et Vkontakte.ru.

21 Popkov a lancé ce projet après avoir travaillé pour la compagnie britannique I-Cd Publishing au lancement sur le web de Passado, un réseau social semblable à Odnoklassniki.ru (années 2000-2006). La compagnie a par la suite accusé Popkov de vol intellectuel (2008), ce que le créateur d’Odnoklassniki.ru a réfuté. Comme beaucoup d’autres sites, l’histoire de la création d’Odnoklassniki.ru repose sur une légende, comme celle qui veut que Popkov se serait lancé dans la réalisation de ce projet à la suite d’un grand amour déçu pour une camarade d’école qu’il aurait voulu absolument retrouver après des années de silence. Ce site occupe actuellement en Russie la 6e place en nombre de visites et la 108e place dans le monde : voir l’état du 11 juin 2010 dans http://socseti.com/category/odnoklassniki/.

22 Chaque membre d’Odnoklassniki.ru peut afficher sur « le mur », à côté de sa photographie de présentation, une phrase (slogan, « status ») qui traduit ses pensées du moment et peut être lue de tous les utilisateurs du site.

23 Donath, 2007.

24 Castells, 2002, p. 162.

25 En Russie plusieurs hackers ont déjà été jugés et condamnés à des peines de prison pour l’usurpation d’identités et leur utilisation délictueuse.

26 La rumeur selon laquelle Yandex.ru aurait tenté d’acheter ces données a suscité un scandale, avant que l’information soit démentie par les gestionnaires d’Odnoklassniki.ru.

27 Au niveau juridique, cette situation pousse à repenser les codes d’utilisation de l’internet en vue de pouvoir agir de manière posthume sur les pages personnelles des internautes, tout en sachant que la protection de la personnalité, affichée comme principe de base des réseaux sociaux, s’étend au-delà du décès des personnes concernées, qui restent les seuls titulaires des pages, sans transmission possible à des héritiers. Plusieurs réseaux sociaux et messageries tentent de trouver des solutions par des actions diverses comme la fermeture des blogs personnels avec l’accord des parents (Skyblog), ou l’ouverture d’un « mémorial » à la demande des proches, en limitant l’accès de la page personnelle aux seuls « amis » (Facebook), ou par une action dictée par un juge sur la base d’un certificat de décès (Yahoo ! et Hotmail ont été contraintes de transmettre les messages, mais uniquement sur CD, sans libérer l’accès aux comptes), ou par la suppression des comptes en cas de longue inactivité (Gmail). Face à ce dilemme entre la perspective d’une vie éternelle dans l’espace virtuel de l’internet et la menace d’un effacement intégral des traces d’une personne allant à l’encontre du « devoir de mémoire numérique », certains notaires recommandent actuellement de traiter clairement le destin posthume des pages web lors de la rédaction des testaments, avec la mention des codes d’accès. Odnoklassniki.ru n’a pas donné de précisions à cet égard et, dans notre exemple, les camarades peuvent toujours visiter la page personnelle intacte d’un ancien étudiant décédé il y a deux ans.

28 Les groupes affichés sur le site dépassent tous la cinquantaine de participants (données datant de juillet 2010).

29 En suivant l’exemple d’autres sites sociaux, le lancement de programmes de jeux pendant l’été 2010 montre comment ce site change de caractère en diversifiant les offres pour tenter de réattirer l’attention des clients. De manière plus générale, cette diversification fait partie de la stratégie de marketing connue sous le nom de CRM (Customer Relation Management) qui pousse les gestionnaires des sites sociaux, comme tous les autres entrepreneurs, à penser à la fidélisation des clients et à leur satisfaction.

30 Les « actions » sont réalisées par la superposition, sur les photographies principales des membres d’Odnoklassniki.ru, d’images liées à l’actualité comme les fêtes ou les célébrations (comme celles de la fin de la Seconde Guerre mondiale), ou des événements d’exception (comme la Coupe du monde de football) ; par le partage d’un souvenir ou d’une passion, elles marquent virtuellement l’appartenance à un cercle très large d’internautes.

31 Favorisant le voyeurisme, cette pratique, qui constitue pourtant l’essence des sites sociaux, a été sévèrement critiquée par les utilisateurs qui ont demandé à l’administration du site de la supprimer gratuitement, afin que ce service ne finisse pas par se faire payer pour une soi-disant « offre spéciale ». Pourtant, beaucoup d’internautes présentent comme un atout la particularité qui fait que les réseaux virtuels permettent de rester au courant des activités des autres sans s’afficher soi-même et sans être obligé de participer ou de répondre.

32 Balagué et Fyaon, 2010.

33 Pour une description des logiciels d’analyse des réseaux sociaux voir http://en.wikipedia.org/wiki/Social_network_analysis_software.

34 Chukhovich, 2006.

35 Castells, 2002, p. 162-166.

36 Voir l’introduction d’A. Ducloux.

37 Par exemple, en offrant ses pages à des sites interdits comme celui d’information et d’actualité Ferghana. ru, Facebook constitue actuellement un bon moyen pour contourner le contrôle exercé sur les media par les gouvernements centrasiatiques.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540