Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie des réseaux en Asie centrale

 | 
Svetlana Gorshenina
, 
Anne Ducloux
, 
Anna Jarry-Omarova

Partie I. Les réseaux complets

La Fondation Soros en Asie centrale : de l’auto-proclamation à l’autocritique

Catherine Poujol

Résumé

Depuis la fin de l’URSS, la Fondation Soros a développé une intense activité d’aide à la « transition démocratique » dans tout l’espace exsoviétique, l’Europe de l’Est et en particulier l’Asie centrale. Son domaine d’intervention vise la reconversion structurelle et économique, l’assistance culturelle, sanitaire et sociale. Elle privilégie le soutien aux structures éducatives, culturelles et scientifiques existantes, insistant sur la transmission des savoirs, la promotion de l’éducation à la « démocratie » et à la « bonne gouvernance ». Le but de cet article est de mettre en évidence le rôle de cette organisation non gouvernementale (ONG) internationale, son impact et sa façon de percevoir son action sur le terrain, sachant qu’on lui prête un rôle significatif dans l’organisation et le financement de la vague des « révolutions de couleur » qui ont touché plusieurs pays de l’espace ex-soviétique provoquant l’évincement de certaines élites politiques. Où l’aide humanitaire accélère la politique...

Since the collapse of the USSR, the Soros Foundation has developed an intensive activity to promote “Democratic Transition” in the whole post-Soviet space, Eastern Europe and Central Asia in particular. Its main target was structural and economic transformation, cultural, medical and social assistance, it mostly supported the educational, cultural and scientific current system, the promotion of democracy and good governance. The aim of this article is to highlight the role of this international NGO, its impact and its self-perception on the field, taking in account the fact that, it is considered as the significant actor in organizing and financing the wave of “coloured Revolutions” in many countries of the former Soviet Space, leading to the ejecting of some political elites. When Humanitarian speeds up politics...

Texte intégral

Introduction

1Parmi une multitude d’acteurs extérieurs agissant en Asie centrale depuis 1991, l’Open Society Institute, fondé par le financier philanthrope américain Georges Soros né en 1930, suscite un questionnement particulièrement pertinent et riche de conséquences aux niveaux local et global. Depuis quelques années, on lui prête un rôle non négligeable dans l’organisation et le financement de la vague des « révolutions de couleur » qui ont touché plusieurs pays de l’espace ex-soviétique provoquant l’évincement de certaines élites politiques.

  • 2 Sur l’implication de la Fondation Soros dans la lutte contre la toxicomanie en Asie centrale, voir (...)
  • 3 Drawing the Line, 2010.

2En effet, depuis la fin de l’URSS, la Fondation Soros a développé une intense activité d’aide à la « transition démocratique » dans tout l’espace ex-soviétique et les pays de l’Europe de l’Est, et notamment l’Asie centrale. Son domaine d’intervention vise en particulier la reconversion structurelle et économique, l’assistance culturelle, sanitaire2 et sociale. Il privilégie le soutien aux structures éducatives, culturelles et scientifiques existantes3, insistant sur la transmission des savoirs, la promotion de l’éducation à la « démocratie » et à la « bonne gouvernance ». Il a fallu toutefois un temps de maturation avant que cette nouvelle éducation citoyenne ne produise ses effets plus ou moins directs.

3Ainsi, pendant plusieurs années, le réseau d’« Instituts de la Société ouverte » (OSI) qui s’est organisé dans tout l’espace ex-soviétique, a réellement apporté un soutien financier, logistique et moral aux chercheurs locaux en déroute. La trajectoire de l’implantation de ces instituts au Kazakhstan et au Kirghizstan en 1995, en Ouzbékistan et au Tadjikistan en 1996 (l’OSIAF, Open Society Institute Assistance Fondation), le Turkménistan ayant refusé la proposition sans ambiguïté mériterait une étude en soi. Leurs réalisations culturelles concrètes (publications d’ouvrages, organisations de colloques, financement de films documentaires, de bourses d’études à l’étranger, etc.) et leur perception par les pouvoirs, ainsi que par les élites intellectuelles concernées sont aussi dignes d’intérêt. Elles fournissent un exemple particulièrement intéressant par ses multiples développements, de la mise en place d’un réseau exogène dans une zone qui lui était auparavant inaccessible.

  • 4 Voir plus loin, le rôle de l’OCS (Organisation de Coopération de Shanghai) et la position des exper (...)

4Un des objectifs poursuivis était d’identifier les acteurs locaux susceptibles de mettre en œuvre une stratégie de transformation des pratiques de recherche et de soutien des ressources intellectuelles existantes, stratégie qui produirait, à terme, une évolution des comportements citoyens vers le modèle de la société civile occidentale, ce que les voisins russes et chinois ont rapidement perçu comme une menace à l’encontre de leurs propres prérogatives4.

  • 5 Les événements d’avril 2010 au Kirghizstan, qui ont provoqué la démission du président Bakiev et la (...)

5Vingt ans après la chute du mur de Berlin, trois « révolutions de couleur » et un changement de régime plus tard (avec le départ du Kirghizstan le 18 avril 2010 du président Bakiev5), leurs activités, ainsi que celles des réseaux d’ONG qui leur sont affiliés, ont été réduites au Kazakhstan suite à des différents financiers et suspendues en Ouzbékistan, où il reste un forum soutenu par internet. La plupart des experts locaux qui y travaillaient comme cadres à Tachkent se sont installés à l’étranger, achevant de vider la région de ses ressources intellectuelles, problème que l’Institut cherchait précisément à résoudre. Le Turkménistan n’a pas modifié sa position de refus catégorique malgré l’arrivée au pouvoir d’un nouveau président, Kurbanguly Berdymuhammedov, en 2007. Le Tadjikistan et le Kirghizstan sont intégrés dans des projets intermittents ou à distance. Un programme très actif de soutien aux jeunes chercheurs s’est implanté à Bichkek, à travers la structure CARTI (Central Asian and Caucasus Research and Training Initiative) dont le quartier général est situé à la Central European University de Budapest financée par Georges Soros.

6La question se pose d’ailleurs de savoir quel a pu être l’impact des activités de l’OSI au Kirghizstan sur la maturation politique des citoyens kirghizes qui a conduit au renversement du président Bakiev le 7 avril 2010 dit « Révolution des tulipes 2 », sachant que l’implication des innombrables ONG au Kirghizstan a été avérée en mars 2005 lors de la « Révolution des tulipes 1 ». Il est encore trop tôt pour y répondre. Au Caucase, en Mongolie et dans les pays d’Asie où il n’y a pas ou plus de représentations de l’OSI, différents projets sont mis en place comme le Central Eurasia Project pour la promotion des droits de l’Homme et du progrès social.

  • 6 Fall, Open Society News, 2009 : www.soros.org.

7Les responsables de l’Open Society reconsidèrent leur stratégie, analysant les résistances inattendues engendrées par leur action, aussi bien de la part des autorités, ce qui n’étonne personne, que des simples citoyens qui en perçoivent, avec le recul des signes négatifs : par regret, dépit, rancœur, sursaut nationaliste ? Leur réflexion porte tant sur leur action menée dans tout l’espace ex-soviétique et les ex-pays de l’Est6 que sur les problématiques spécifiques à l’Asie centrale. Par contre, elle ne prend pas en considération les influences collatérales que peuvent subir les sociétés locales dans le cadre de leurs partenariats régionaux stratégiques, politiques et économiques.

8Le but de cet article est de faire le point sur une tentative exogène d’organiser un réseau d’influence en Asie centrale à court et moyen terme, la prise en compte récente totalement assumée de son échec relatif et les répercussions stratégiques globales qu’elle a engendrées, compte tenu des développements politiques qui ont touché la région ces dernières années.

  • 7 Il s’agit d’un audit réalisé par l’anthropologue russe de Moscou Sergej Abašin pour lequel deux con (...)

9L’analyse sera basée sur un audit commandé par l’Open Society, traitant précisément des avancées obtenues, mais surtout des problèmes rencontrés dans sa politique culturelle en Asie centrale depuis la dernière décennie7.

  • 8 Poujol, 1985a ; Poujol, 1985b ; Poujol, 1992 ; Poujol, 2005 ; Poujol, 2008 ; Gorshenina, 2003.

10Cette réflexion fait partie d’un projet de l’auteur, initié de longue date, concernant la perception endogène de l’Autre en Asie centrale. En effet, l’étranger séjournant dans cette partie du monde a souvent, dans l’histoire, été l’objet de suspicions, tant de la part des autorités que des populations locales8. À cet égard, on ne peut que remarquer l’étonnante adéquation entre le conformisme soviétique anti-occidental, par delà son évolution entre 1920 et 1991, et la tradition d’auto-immunisation contre le regard et l’entrisme des étrangers non musulmans, ancrée dans l’histoire des sociétés d’Asie centrale pré-coloniale.

11Cette tradition s’inscrit dans une trajectoire historique de « longue durée » qui fait des pays d’Asie centrale une zone où, par delà un discours récurrent sur les traditions d’hospitalité enracinées dans les pratiques sociales, c’est précisément une certaine culture de la circonspection vis-à-vis de l’Autre qui s’égrena le long des Routes de la Soie et des chemins de conquêtes, au cours des siècles. Nul doute que les populations appréciaient au plus haut point les produits ou concepts nouveaux apportés par les commerçants dans les bazars de Transoxiane, mais qu’ils ne voyaient pas d’un bon œil (du moins les autorités locales) le fait qu’ils puissent songer à s’y installer durablement.

  • 9 Poujol, 2008, p. 21-22.

12Les régions d’Asie centrale ont donc cultivé pendant des siècles une certaine ambivalence entre fascination pour les visiteurs étrangers et défiance qu’ils suscitaient invariablement. La période qui a suivi la chute de l’URSS n’a pas fait exception, impliquant la fin d’un cloisonnement presque étanche des frontières et l’apparition massive d’éléments extérieurs dans des sociétés auparavant repliées sur elles-mêmes, ou à certaines occasions, « projetées » dans l’espace soviétique (service militaire, congés payés, relations familiales)9.

  • 10 Ilkhamov, 2005, p. 297-317 ; Ruffin and Waugh, 1999.

13Il est un fait que l’arrivée des acteurs occidentaux en Asie centrale (ONG, organisations internationales, hommes d’affaires, personnel militaire ou technique, missionnaires religieux, etc.), leur activisme foisonnant, leur volonté de transformer les sociétés post-soviétiques le plus rapidement possible, a marqué une rupture majeure dans le fonctionnement de ce que l’on peut appeler, malgré toutes les polémiques en cours, la « société civile soviétique10 ».

14Jusqu’à la fin de l’époque Brežnev et surtout durant la perestroïka, les influences, les idées et les modes parvenaient à pénétrer l’espace soviétique officiellement cloisonné, protégé des influences néfastes de « l’Occident décadent », selon l’expression consacrée.

  • 11 Poujol, 2004, p. 7-19.
  • 12 Atlani-Duault, 2005a ; Atlani-Duault, 2005b ; Kandiyoti, 2004. Un grand nombre d’articles ont égale (...)

15Depuis 1991, une foule d’experts, de spécialistes, d’acteurs économiques, militaires, politiques, culturels et sociaux s’y précipitent avec plus ou moins de résultats aisément quantifiables. Il faut dire que la sidération dont ils ont été victimes à leur arrivée, sans en avoir forcément conscience, était au moins égale à celle des citoyens ex-soviétiques qui constituaient leurs interlocuteurs. Chacun ayant des présupposés négatifs sur l’autre pour des raisons historiques variées11, les Occidentaux ont continué pour la plupart à ne voir leurs interlocuteurs d’Asie centrale qu’à travers le prisme de la guerre froide et leur statut univoque de « victimes du socialisme », lesquelles ne voyaient en eux que des prédateurs opportunistes, cherchant à les endormir par leur discours sur l’inéluctabilité de leur intégration à la bonne gouvernance mondiale. Il a fallu du temps avant qu’un contact réel, fondé sur une relative inter-compréhension, ne se dégage, aboutissant à une pratique plus efficace, moins idéologique, plus en prise avec les réalités psychosociales du terrain12.

  • 13 Atlani-Duault et Poujol, 2008.

16Cependant, près de deux décennies plus tard et malgré une meilleure connaissance mutuelle, le constat est loin d’être positif, aussi bien pour les intervenants étrangers que pour les sociétés ciblées13.

17À partir de l’exemple de la Fondation Soros en Asie centrale, on peut ainsi mesurer concrètement l’impact d’un donateur étranger sur une situation stratégique, politique, économique et sociale donnée. On peut également évaluer sa prise de conscience d’un certain échec, semble-t-il assumé, d’une stratégie exercée de l’extérieur, malgré de sérieux atouts financiers, mais qui n’avait pas anticipé autant de résistance locale et qui, surtout, avait totalement occulté toute réaction internationale, notamment celle de ses principaux concurrents, la Russie, en perte de vitesse en Asie centrale durant la première décennie post-soviétique avant de se ressaisir à partir de 1999, la Chine, en progression constante depuis 1991.

Point de départ de la réflexion

18Comme on le voit dans l’ouvrage de Laetitia Atlani-Duault, Au bonheur des autres (2005), le but des donateurs étrangers, à travers l’exemple d’une organisation onusienne, était de déconstruire le défunt système soviétique le plus rapidement possible afin de lui substituer une société civile ayant appris à ne « compter que sur elle-même », face à un État défaillant. Celle-ci devait faciliter la transition vers l’économie de marché, la « bonne gouvernance » et la globalisation des échanges, au moyen d’outils dont l’efficacité avait été mainte fois prouvée : la démocratie et les droits de l’homme, objectifs clairs pour l’accomplissement desquels on ne présupposait aucune résistance. Un autre aspect de leur volonté d’ancrage dans cette région hautement stratégique était la poursuite de leur propre stratégie sécuritaire, problème qui n’avait pas échappé aux autorités locales et qui fait partie des reproches formulés par les citoyens kirghizes à l’égard des États-Unis après les événements d’avril 2010 par exemple.

19La question que ne se posaient pas les nouveaux arrivants était celle qui aurait consisté à envisager la société soviétique comme une mosaïque de sensibilités variées, allant d’une masse fortement dépolitisée à des extrêmes, soit soutenant le régime, soit luttant contre : une véritable société. Ils ne doutaient pas non plus que leurs louables intentions pourraient être mal perçues par des citoyens sortis d’un modèle idéologique pour lequel le monde occidental constituait « le Grand Satan », si l’on peut oser un emprunt terminologique actuel en usage dans le monde musulman. Il est vrai qu’ils s’appuyaient sur un socle de certitudes selon lequel un État monolithique et totalitaire ne saurait engendrer la moindre « société civile » et que le modèle idéal qui convenait à toute société « en transition » découlait nécessairement de l’expérience démocratique occidentale.

20C’est sans doute cette première posture d’incompréhension basée sur une mauvaise connaissance de la sociologie soviétique qui a engendré chez de nombreux citoyens post-soviétiques une accumulation de vexations et de frustrations, par delà une utilisation pragmatique des subsides proposés (22 millions de dollars par l’OSI-Ouzbékistan entre 1996 et 2004), pour arriver vingt ans plus tard, à la situation de crise et de rejet ressentie par les donateurs eux-mêmes.

21L’autre question qu’ils ne se posaient pas ressemble à une certaine forme d’« autisme géostratégique ». Elle consistait à occulter toute réaction à l’entrisme occidental de la part de la Russie et de la Chine, comme si l’affaiblissement économique de la Russie sous Boris Eltsine et la sinophobie latente qui règne dans les États d’Asie centrale suffisaient à immuniser ces derniers contre une réaction concertée de la Russie et de la Chine qui ne manqueraient pas de vouloir renforcer leur influence grâce à l’avantage inespéré octroyé dans la zone par les événements du 11 septembre 2001.

  • 14 L’OCS compte la Chine, la Russie et les pays d’Asie centrale, sauf le Turkménistan, et comme observ (...)

22Il sera donc intéressant de mettre en parallèle les prises de conscience des acteurs locaux d’un côté, des donateurs américains de l’autre, au seuil d’une nouvelle période qui s’est ouverte après la mise en cause de Georges Soros et de sa Fondation dans l’organisation et le déroulement des déstabilisations politiques qui ont conduit au changement de pouvoir en Ukraine, en Géorgie et au Kirghizstan en mars 2005 (« Révolution des tulipes 1 »). On y ajoutera le point de vue de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), acteur extérieur de plus en plus présent sur la scène diplomatique, stratégique et économique14, ce qui permettra de compléter l’analyse russe fournie à Georges Soros, par la réaction chinoise aux modes opératoires occidentaux à l’œuvre en Asie centrale depuis 1991. On mettra ainsi en évidence les points de contact entre stratégies d’influence d’un réseau culturel extérieur et capacité d’interaction d’organisations internationales politiques, stratégiques et économiques dans une zone complexe autant que convoitée.

La prise de conscience des acteurs locaux : du culturel au politique, un lien indissociable

  • 15 Plusieurs travaux ont été réalisés ou sont en cours sur cette question des élites et leur renouvell (...)

23Les acteurs locaux impliqués se divisent en plusieurs catégories : ils comprennent les différents cercles du pouvoir, constituant, à l’exception des présidents et de quelques ministres directement issus de la nomemklatura soviétique reconvertie, les nouvelles élites politiques et économiques15. Les intellectuels relèvent également de plusieurs groupes selon qu’ils ont ou non profité de la transition postsoviétique, voire même selon qu’ils sont représentants de la nation éponyme, russes ou membres d’une diaspora ou d’un groupe ethnique ayant sa majorité dans une république voisine.

24Certains sont engagés dans des projets soutenus par des donateurs internationaux, ce qui les place de plus en plus dans une situation difficile par rapport au pouvoir local, d’autres, la majorité, sont laissés pour compte dans leur appauvrissement drastique et leur vaine nostalgie de l’époque socialiste. Quoi qu'il en soit, leur position semble plutôt convergente en ce qui concerne leur perception de l’aide internationale. Tous la ressentent comme une atteinte frontale à leurs valeurs culturelles et nationales, aussi variées qu’elles puissent être selon leur origine ethnique et sociale.

25Il est à noter que le fait de produire des discours consensuels d’apparente acceptation des valeurs promues par les donateurs, assortis de contrats et d’aides financières non négligeables, n’empêche en rien la posture de suspicion des autorités locales, tradition profondément ancrée dans la région comme on l’a vu plus haut.

26On peut même relever après une première décennie de contacts plus ou moins faciles, mais ressentis par les sociétés post-soviétiques comme inévitables, une méfiance croissante à l’égard des partenaires étrangers, notamment américains. L’analyse de l’ancien responsable local de Soros-Ouzbékistan, Aleksandr Džumaev est, à ce titre, particulièrement probante. On y décèle clairement ses positions de rejet du modèle exporté par l’Open Society Institute de Georges Soros, alors qu’il en était lui-même l’un des piliers locaux.

  • 16 Ces principales idées sont reprises dans Džumaev, 2008.
  • 17 Poujol, 2001.

27Dans le rapport établi à la demande de l’OSI pour expertiser l’audit de Sergej Abašin sur l’état de la stratégie culturelle de Georges Soros en Asie centrale et sur ce qui est formulé comme la crise de la « société civile ouverte16 », Aleksandr Džumaev critique Georges Soros en tant que « globalisateur », poussant à la déconstruction des liens entre les différents pays de l’espace ex-soviétique. Il explique pourquoi le concept même de « Société ouverte » a été discrédité par les intellectuels locaux, toutes sensibilités confondues, parallèlement à la réprobation attendue des autorités politiques, inquiètes a priori d’éventuelles déstabilisations politiques avant même que leurs craintes ne soient justifiées par les événements. Tous condamnent unanimement cette sorte d’utopie occidentale déifiant la démocratie17, plaquée sur les sociétés post-soviétiques, jusqu’à la considérer comme une véritable « invention de Georges Soros ».

28L’embellie ouzbéko-américaine, qui a suivi les événements de 2001 contre le World Trade Center et a été marquée par l’engagement net de l’Ouzbékistan du côté de la coalition menée par les États-Unis contre Ben Laden, a certes engendré un certain activisme des ONG américaines dans le pays. Mais la permissivité relative des autorités ouzbèkes n’a duré que jusqu’à l’automne 2003. Le déclenchement des « Révolutions de couleur » qui ont touché l’Ukraine, la Géorgie, puis le Kirghizstan a mis fin à cette tolérance.

  • 18 Pour les détails sur la réaction du gouvernement ouzbek, voir Ilkhamov, 1999.

29La réaction des présidents d’Asie centrale a été immédiate dès les premières semaines après la « Révolution des roses » en Géorgie durant l’automne 2004, soit un an après les événements en Ukraine. Dans une conférence de presse de décembre 2004, Islam Karimov critiquait avec virulence la « technologie politique » de l’Ouest visant à déstabiliser les États issus du bloc de l’Est18. Une campagne médiatique était lancée en Ouzbékistan contre les ONG internationales et leurs employés désignés comme traîtres à la patrie, le tout aboutissant à une fermeture rapide de l’OSI de Tachkent et de la plupart des ONG internationales agissant dans le pays. Les ONG locales, quant à elles, voyaient leurs financements disparaître et devaient toutes se réenregistrer auprès du ministère de la Justice.

  • 19 Voir les rapports d’Amnesty International sur l’Ouzbékistan « Les droits humains en République d’Ou (...)
  • 20 Citons à titre d’exemple une interview de l’auteur par Radio Vatican au début juin 2005, évoquant l (...)
  • 21 Selon la version officielle des autorités ouzbèkes, pour les reactions occidentales, voir Hill and (...)

30Par la suite, la situation ne s’est guère améliorée dans la région, surtout après le départ précipité à Moscou du président kirghize Askar Akaev en avril 2005, suite à la première « Révolution des tulipes », préparée par quelques citoyens formés aux techniques du « soft power » prônées par les ONG occidentales agissant dans l’ex-bloc de l’Est, mais réalisée par le personnel politique en place, ayant compris l’intérêt de l’exercice. Ce soubresaut politique spectaculaire, mobilisant, au plus, quelques centaines de personnes, qui a abouti à un changement de président au Kirghizstan, a précédé d’un mois les événements d’Andižan du 13 mai dans la vallée de Fergana19. Il n’est donc pas étonnant que les médias occidentaux aient considéré ces derniers comme un prélude à une « Révolution de couleur » manquée20, la réaction du gouvernement ouzbek, quant à elle, ne laissant aucun doute sur ses craintes de déstabilisation majeure, et sa volonté de démontrer par la force qu’aucune aventure « suscitée par des éléments extérieurs21 » ne pouvait se produire dans le pays.

  • 22 Sous la pression de l’OCS, réunie le 5 juillet 2005.
  • 23 McDermott, 2006.

31Les unes après les autres, les structures politiques, économiques et culturelles de l’Union européenne implantées à Tachkent sont fermées avec la bénédiction des autorités russes et chinoises, satisfaites de retrouver le partenaire ouzbek bien disposé envers elles et dont elles obtiennent un revirement stratégique décisif portant atteinte aux intérêts américains dans la région. L’Ouzbékistan demande aux militaires américains, accusés de collusion avec les extrémistes jugés officiellement responsables des événements tragiques d’Andižan du 13 mai 2005, d’évacuer la base qu’ils occupaient à Hanabad-Karši, imposant leur repli au Kirghizstan22. Le président ouzbek Islam Karimov se tourne alors vers la Russie pour renouveler un partenariat stratégique sans contre-partie23. Dans le même temps, le pouvoir chinois obtient l’ouverture d’Instituts Confucius en Ouzbékistan et dans d’autres pays d’Asie centrale, et poursuit par ailleurs sa « conquête de la Sibérie », rebaptisant par exemple l’Université d’État de Yakoutsk du nom de Confucius.

32Par ailleurs, le changement de donne au Kirghizstan en avril 2010 avec la démission du président Bakiev suite à des manifestations populaires ayant fait plus de 80 victimes ne va pas rassurer les pouvoirs des États voisins d’Asie centrale, qui vont y voir la preuve tangible de ce qu’ils appelaient la « technologie politique » de déstabilisation par les organisations gouvernementales ou non gouvernementales occidentales. L’avenir des ONG semble nettement s’assombrir dans la région où elles sont pourtant fort nombreuses.

  • 24 Džumaev, 2008. On pourrait dire également de « pipolisation ».

33De plus, une certaine prise de conscience de la corruption généralisée au sein de la « caste des experts » recrutée par Georges Soros a contribué également à discréditer la structure, quelques affaires judiciaires ayant été largement médiatisées. Enfin, outre le volet politique et stratégique de promotion de la démocratie et des droits de l’homme, la stratégie de valorisation culturelle prônée par l’OSI s’est révélée inadaptée aux attentes en ce domaine de certaines élites locales, ce qui a sans doute été un facteur aggravant. Celles-ci, tout en magnifiant officiellement les valeurs de leur passé national, se sont placées dans une posture de « glamourisation à l’occidentale24 ». Ceci ne les empêche pas, au-delà de leur engouement pour les palaces de la Côte d’Azur, de New York ou de la Californie, de vouloir reprendre en main la scène culturelle locale totalement déstructurée depuis la fin de l’URSS, pour renforcer leur légitimité en perte de vitesse. Il n’est donc pas étonnant qu’un Forum de la culture et de l’art en Ouzbékistan ait été fondé en février 2004, quelques mois avant la fermeture de l’Institut Soros-Ouzbékistan. C’est à partir de cette structure officielle que doit s’opérer l’intégration de l’Ouzbékistan dans la culture mondialisée (via l’Unesco, les fondations internationales, etc.).

34Politique, culture et finance sont donc, comme partout, intrinsèquement liées en Asie centrale ; la première influe sur la deuxième qui doit lui servir de faire-valoir, ou en tout cas, ne pas la desservir, la troisième réglant l’intégralité de l’addition. L’entrisme culturel des acteurs étrangers est naturellement interprété, tant par les cercles du pouvoir que par les intellectuels, comme une éventuelle menace à l’intégrité politique ou pour le moins à la souveraineté nationale, surtout quand les événements politiques et sociaux viennent corroborer cette posture de défiance.

La prise de conscience des réticences locales par les donateurs américains

35En 2008, l’Open Society Institute a donc commandé un audit à Sergej Abašin intitulé « Cultural processes and transcultural influences in Central Asia ». Par delà son titre clairement orienté vers une problématique culturelle et l’impact des réseaux transculturels, la question que se posait l’équipe dirigeante des OSI était en filigrane celle du rejet du modèle occidental de « société ouverte », voire plus grave, de l’affaiblissement de l’influence occidentale par rapport à celle des deux voisins stratégiques de poids que sont la Chine et la Russie. À ce stade, l’inscription de la problématique culturelle, dans le cadre plus global des contingences politiques inhérentes à la zone, devenait une évidence.

  • 25 Tynan, 2008.

36Sur le site internet de l’OSI se trouvait durant l’année 2008 une longue interview radiophonique d’un spécialiste américain de stratégie sous le titre « Pourquoi nous avons perdu l’Asie centrale ». Il est vrai que cet aveu de revers stratégique intervenait quelques années après la fermeture de la base américaine de Hanabad-Karši en Ouzbékistan, on l’a vu plus haut. Par ailleurs, en juin 2008, une journaliste américaine, Deirdre Tynan, publiait un article sur Eurasianet (l’organe informatique financé par l’OSI), intitulé « Central Asia : Western Democracy enable “petro-authoritarianism25” ». Pour comprendre le processus de maturation de cette problématique du rejet, il faut voir une certaine incidence des péripéties américano-kirghizes à propos de la base militaire américaine de Manas, qui s’étalent sur plusieurs années et qui vont connaître une nouvelle phase avec l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement provisoire à Bichkek. Pour les acteurs étrangers à la zone, il est désormais impossible de dissocier leur action culturelle des contraintes politiques et stratégiques dans lesquelles elles s’inscrivent.

  • 26 Voir l’interview du secrétaire général de l’Organisation de Coopération de Shanghaï, Zhang Deguang (...)
  • 27 Voir la conférence de presse du secrétaire général Zhang Deguang à la veille du Ve sommet de l’OCS, (...)
  • 28 Voir interview de John Kerry, responsable des relations internationales au Sénat américain le 20 av (...)

37La prise de conscience américaine semble parvenue à son terme. Elle a commencé à intégrer la réponse locale des autorités kirghizes après mars 200526 et ouzbèkes après mai 200527, et doit opérer un virage notoire depuis avril 2010. Il semble que la politique américaine ait fini par concilier dans son discours son combat pour la « démocratie et la stabilisation » en Asie centrale avec son souci de « ne pas imposer son système politique aux autres peuples28 ».

38La réaction des États-Unis aux changements politiques et sociaux au Kirghizstan qui intervient quarante-huit heures après la reconnaissance du nouveau gouvernement provisoire par la Russie montre à l’évidence leur souci primordial de stabiliser le plus rapidement possible leur principale base opérationnelle en direction de l’Afghanistan. Elle montre aussi un changement d’approche, avec la volonté d’impliquer les acteurs internationaux comme l’OSCE dont le Kazakhstan a assumé la présidence de janvier à décembre 2010 et qui a participé à l’exfiltration du président Bakiev, et la prise en compte de la capacité d’action relative de l’OCS, actuel porte-voix de la Russie et de la Chine contre l’influence occidentale, en particulier américaine, mais qui doit aujourd’hui également réagir à la nouvelle nécessité stratégique de restaurer la stabilité régionale.

La réponse des acteurs extérieurs : l’approche pragmatique chinoise

39Les exemples qui suivent sont emblématiques, s’accordant sur l’idée que la problématique culturelle est mineure par rapport au fait que les ONG américaines sont perçues comme cherchant par tous les moyens à affaiblir l’influence russe et chinoise dans la région.

  • 29 La Chine et la Russie se présentent comme « codirigeantes » de l’OCS : Zhang, 2009, p. 274, note 35 (...)

40À travers les déclarations et les prises de position de l’OCS qui rassemble les deux grands voisins stratégiques de l’Asie centrale, la Russie et la Chine29, on perçoit nettement la volonté de ces derniers de protéger l’Asie centrale des « tendances démocratiques » qui pourraient la conduire à une perte de stabilité politique pour tous ses membres.

  • 30 Ambrosio, 2005, p. 80-89.

41Cette organisation régionale, depuis sa création en tant que Forum de Shanghai en 1996 et refondé en juin 2001, se veut l’incarnation la plus élargie et pragmatique d’un monde multipolaire en opposition à la « prééminence globale américaine30 ». Elle appelle ainsi à des normes et valeurs communes à ses membres (la nature autoritaire de leur régime notamment), ce qui exclut précisément la démocratie et les droits de l’homme invoqués par l’Occident.

  • 31 Voir la conférence de presse du secrétaire général de l’Organisation de Coopération de Shanghaï Zha (...)
  • 32 Zhang, 2009, p. 445.
  • 33 Foot, 2006.

42Afin de contrer l’influence américaine, ou plus largement occidentale, un concept a même été forgé, celui de « Shanghai spirit31 », esprit de Shanghai, comprenant « un élément de consolidation, une source d’unité et de force spirituelle, […] un concept commun de sécurité, une formule de civilisation, un concept de développement et un système de valeurs32 ». Ce « nouveau concept de sécurité » de la Chine qu’elle a fait adopter à tous les membres de l’OCS semble avoir été créé par opposition au « cheval de Troie démocratique » du système international actuel dominé par les États-Unis33.

  • 34 Ambrosio, 2005. Cité par Zhang Yike, 2009, p. 447.

43La véritable problématique de l’aide internationale à la reconversion des sociétés postcommunistes a bien été mesurée par le voisin chinois qui a donc construit sa réponse amplifiée par celle de la Russie, à travers le cadre pragmatique de l’OCS, en allant jusqu’à invoquer la nécessité d’établir un « nouvel ordre démocratique, juste, rationnel, pour la politique internationale34 ». L’essentiel est de maintenir la stabilité des États et des gouvernements, et d’éviter les changements de régime. À cet égard, les dirigeants chinois ont fortement réagi à la vague de « révolutions de couleur » en ex-URSS, comme l’a indiqué l’expert chinois Xing Guangcheng dans une interview :

  • 35 En date du 19 mai 2005, http://news.sohu.com/20050519/n225633787.shtml. Cité par Zhang Yike, 2009, (...)

Les États-Unis s’efforcent de promouvoir leur conviction dans le monde, mais cela ne veut pas dire qu’ils peuvent toujours réussir à changer “la couleur” d’un pays à souhait…35

  • 36 Pour une analyse occidentale de la position de l’OCS sur cette question voir Kellner, 2008.
  • 37 Le ministre russe de la Défense, Sergej Ivanov, a indiqué que la Russie allait réagir négativement (...)

44Malgré quelques divergences, Chinois et Russes se sont ainsi accordés sur la nécessité de contrer toute « révolution colorée » en ex-URSS36 et, en toute logique, de limiter les activités des ONG diffusant « les technologies de l’information et des communications ». On connaît la suite en Russie37 et en Asie centrale, où pourtant le récent cas kirghize montre une inflexion dans la stratégie russe qui, tout en reconnaissant un changement de pouvoir conduit par une opposition « dite démocratique », nie qu’il s’agisse d’une « Révolution de couleur » et veut surtout affirmer son retour dans le Grand Jeu centrasiatique.

45Jusqu’en mars 2010, la Chine établissait une différence entre la situation politique en Europe de l’Est où la chute du communisme a introduit de véritables changements démocratiques, et celle qui prévalait dans les pays de l’OCS, dont les régimes sont considérés naturellement et nécessairement « autoritaires ».

46Deux articles publiés dans les Nouvelles de Chine (no 2, novembre-décembre 2005) par l’Académie des Sciences de Shanghaï sont particulièrement parlants. Intitulés respectivement « Les ONG américaines : vecteurs de la démocratie politique en Asie centrale ? » et « L’échiquier stratégique des ONG américaines en Asie centrale », on y voit leur très grande méfiance à l’égard de toute action menée par les États-Unis dans la région, depuis notamment le 11 septembre 2001. Ils évoquent ce qu’ils nomment le caractère subversif des ONG américaines en Asie centrale et au Caucase, disant qu’elles sont un défi à la stabilité sociale, voire d’essence révolutionnaire, ce qui correspond parfaitement à l’opinion officielle des pays membres de l’OCS.

47Ainsi, sur les 2 014 ONG américaines recensées par ces experts en 2005, 1010 étaient en activité au Kirghizstan, 699 au Kazakhstan, 595 au Tadjikistan, 472 en Ouzbékistan et 138 au Turkménistan. Ils les divisent en quatre catégories dont :

  • Les forums de discussions, tels Freedom House, Silk Road Foundation ; -les Réseaux de participation en ligne, tels CA Gateway ;

  • les collecteurs d’informations considérant les Open Society Institutes comme ayant encouragé les « révolutions multicolores » ;

  • les intervenants sur le terrain, comme l’ICG (International Crisis Group).

  • 38 Cf. la « Déclaration des chefs des États membres de l’OCS », 5 juillet 2005.

48Quoi qu'il en soit, qu’elle émane de ses experts ou des déclarations conjointes avec la Russie dans le cadre de l’OCS, l’analyse chinoise met fortement l’accent sur l’aspect stratégique de l’implication américaine en Asie centrale, sa finalité et ce qu’elle considère comme ses capacités de nuisance, sans accorder le moindre intérêt à la résistance développée par les sociétés d’accueil à l’entrisme américain. Le volet culturel n’est guère abordé, autrement que comme instrument pragmatique de visées politiques et géostratégiques, pouvant éventuellement justifier une ingérence politique, ce que s’interdit la charte de l’OCS38.

49Pourtant, une nouvelle redistribution des cartes s’est produite en avril 2010 dont personne ne connaît l’issue, ni même le degré exact d’implication des différents acteurs internationaux, en marge de l’insatisfaction sociale montante au Kirghizstan depuis des mois, voire des années. Les autorités chinoises semblent prendre leur temps pour réagir au changement de pouvoir (tout en exfiltrant ses milliers de travailleurs dès les premiers jours), lequel doit organiser de nouvelles élections parlementaires et présidentielles en octobre 2010. La responsabilité de la Fédération de Russie, membre phare de l’OCS, est invoquée, ainsi que la cogestion de la crise avec les États-Unis et le Kazakhstan. À cet instant précis, et dans l’attente d’une souhaitable restauration de la stabilité à l’échelle régionale, les objectifs culturels étaient clairement relégués au second plan.

50On passe ainsi de la dimension locale à la portée globale de l’aide internationale, de ses objectifs culturels à ses implications politiques. Les acteurs locaux et globaux du Grand Jeu centrasiatique semblaient apparemment immunisés contre la « pandémie démocratique », du moins jusqu’aux récents développements kirghizes dont il est trop tôt pour connaître les effets sur le terrain et dans les pays limitrophes. Il n’en est pas forcément de même pour les nouveaux citoyens chinois de la nouvelle prospérité. L’avenir dira si l’Asie centrale ne connaîtra pas l’étrange expérience de la double pression démocratique, par l’Ouest et par l’Est, à moins qu’elle ne vienne par le Sud, dans le sillage inattendu du « printemps arabe ».

Conclusion

51À travers cette courte esquisse relatant les tentatives plus ou moins fructueuses d’une structure culturelle occidentale de s’implanter en Asie centrale, et d’influer sur les bases de l’organisation sociale et politique jusqu’à la prise de conscience de son échec relatif et de la nécessité de changer sa stratégie, on mesure les capacités de résistance de ces sociétés et leur ambivalence profonde qui les rendent difficile à comprendre pour le monde extérieur.

52Les réticences, voire la désapprobation à l’égard de l’entrisme de Georges Soros, développées par certains intellectuels, chercheurs en quête de nouvelles perspectives, ne représentent donc pas uniquement la réponse pragmatique des présidents de ces États ou de leurs conseillers, éventuellement « aux ordres de Moscou ou de Pékin », ni leurs regrets pour un système défunt dans lequel ils étaient également en souffrance. Nul ne pourrait nier l’indépendance d’esprit d’Aleksandr Džumaev, contraint de s’exiler à l’étranger pour poursuivre ses activités d’homme de culture. L’analyse présentée par Sergej Abašin, bien que ne pouvant échapper à un certain formatage culturel commun hérité de la période précédente, démontre également le souci de coller aux réalités multiples du paysage culturel local, sans se focaliser sur les pressions extérieures.

53La nostalgie d’une certaine idée de la culture répandue pendant les décennies soviétiques est bien présente dans ce qui reste des couches intellectuelles soviétiques, n’en déplaise aux donateurs internationaux prêts à tout pour effacer cette mémoire, sans pour autant parvenir à faire accepter, sans arrière-pensée, le modèle occidental comme étalon culturel, idéologique et sociétal. Quoi qu'il en soit, le modèle chinois n’est pas près de remplacer le russe, sauf s’il connaît une mutation considérable, au prix de lourdes déstabilisations politiques.

54Par contre, les rares acteurs culturels persistants issus d’une époque révolue sont aux prises avec la désaffection par leurs élites politiques de ce qu’ils considèrent comme leurs valeurs culturelles non négociables, face à la marchandisation d’une « culture glamour » à l’usage d’une frange très réduite de la société.

55Il est donc souhaitable que l’autocritique récente de la Fondation Soros aille dans le sens d’une meilleure adaptation et collaboration entre les différents acteurs politiques et culturels, tout en renonçant à appliquer contre vents et marées son logiciel démocratique à des sociétés qui sont loin de pouvoir l’accepter tel quel. De profondes adaptations doivent être envisagées et elles sont peut-être déjà à l’œuvre.

56Le but serait en particulier d’éviter la poursuite des processus en cours, à savoir la désertification culturelle pour la masse de la population et l’usage immodéré des paillettes occidentales pour la nouvelle élite locale, ou autre possibilité également observable sur place, l’hyper-nationalisme comme sanctuaire culturel face à la mondialisation.

57Il reste donc certainement une carte à jouer pour ce « miroir du Grand Jeu » qu’est la Fondation Soros en Asie centrale, du moins dans certains pays qui y croient encore et à condition de mieux respecter le socle des valeurs locales et ce qui peut être accepté comme intrusion-transformation, sans y voir l’unique intérêt stratégique des donateurs. Il lui faudra toutefois mesurer avec exactitude comment anticiper la réaction des voisins, également concurrents dans la lutte d’influence qui se rejoue dans la région depuis vingt ans et pour longtemps encore.

Abréviations

58CARTI : Central Asian and Caucasus Research and Training Initiative

59ICG : International Crisis Group

60OCS : Organisation de Coopération de Shanghaï

61ONG : Organisation non gouvernementale

62OSI : Open Society Institute

63OSIAF : Open Society Institute Assistance Fondation

Bibliographie

Bibliographie

Ambrosio Thomas, “Challenging America’s Global Preeminence : Russia’s Questi for Multipolarity”, Ashgate Publishing, April 2005, p. 80-89.

Ambrosio, “Catching the Shanghai Spirit : how the Shanghai Cooperation Organization Promotes Authoritarian Norms in Central Asia”, Europe-Asia Studies, vol. 60, no°8, 2008, p. 1321-1344.

Amnesty International, “Uzbekistan : lifting the Siege on the Truth About Andizhan”, eur 62/021/2005, 20 sept. 2005, url : http:/web.amnesty.org/library/Index/engeur620212005.

Atlani-Duault Laetitia, Au bonheur des autres. Anthropologie de l’aide humanitaire, Paris, Société d’ethnologie, 2005a.

Atlani-Duault Laetitia (éd.), Les ONG à l’heure de la « bonne gouvernance », numéro spécial de la revue Autrepart, vol. 35, 2005b.

Atlani-Duault Laetitia, « Sur les cendres des révolutions de couleur : drogue et démocratisation en Asie centrale postsoviétique », Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, vol. 38, no°1, 2007, p. 29-44.

Atlani-Duault Laetitia, Poujol Catherine, « L’aide internationale en question. Enjeux d’une résistance coloniale, soviétique et postsoviétique en Asie centrale », Tiers-monde, numéro thématique, Éclats d’empire et aide internationale en Asie centrale et Transcaucasie, no°193, 2008, p. 37-53.
Déclaration des chefs des États membres de l’OCS, 5 juillet 2005, www.sectsco.org/html/00500.html.

Džumaev Aleksandr, “Can we find ourselves in the current of change ?”, Družba Narodov, no°4, 2008.
Drawing the Line : Parental Informal Payments for Education across Eurasia, Azerbaïdjan, Georgia, Kazakhstan, Latvia, Moldova, Slovakia and Tajikistan, OSI, March 2010, http://www.soros.org/initiatives/esp/articles_publications/publications/education-payments-eurasia-20100308.

Foot R., “Chinese Strategies in a US-Hegemonic Global Order : Accomodating and Hedging”, International Affairs, vol. 82, no°1, 2006, p. 77-94.

Fourniau Vincent, De l’indigénisation à l’indépendance, Sciences sociales et sociétés 1945-1991, Paris, EHESS, 2012.

Gorshenina Svetlana, Explorateurs en Asie centrale. Voyageurs et aventuriers de Marco Polo à Ella Maillart, Genève, Éditions Olizane, 2003.

Hill F. and Jones K., “Fear of Democracy or Revolution : The reaction to Andijon”, The Washington Quaterly, Summer, 2006, p. 111-125.

Ilkhamov A., “The Thorny path of Civil Society in Uzbekistan”, Central Asian Survey, vol. 24, no°3, 2005, p. 297-317.

Kandiyoti D., Post Soviet Institutional Design, NGO’s and Rural Livelihoods in Uzbekistan, Civil Society and Social Movements (2000-2005), Programme Paper 11, Geneva, UNRISD, 2004.

Kellner T.-A., « La Chine, L’organisation de Coopération de Shanghai et les “Révolutions colorées” », Hérodote, vol. 2, no°129, 2008, p. 167-182.

Kerry John, « SŠA gotovy podderžat’novuû vlast’Kyrgzystana v provedenii demokratičeskih reform [Les États-Unis sont prêts à soutenir le nouveau pouvoir du Kirghizstan pour mettre en œuvre les réformes démocratiques] », le 20 avril 2010. http://www.ferghana.ru/news.php?id=14556

McDermott R., “Tashkent Seeks New Military Assistance”, Eurasia Daily Monitor, vol. 3, no°4, le 6 janvier 2006.
Open Society News, “Open Society News : Eastern Europe - Where do Open Societies Stand 20 years later”, Fall, 2009. OSI : www.soros.org.

Poujol Catherine, L’Asie centrale, voyages et expéditions de 1700 à 1840, thèse de 3e cycle, Paris III Sorbonne-Inalco, 1985a.

Poujol Catherine, « Les voyageurs russes en Asie centrale : naissance et déclin de deux mythes, les réserves d’or et la voie vers l’Inde », Central Asian Survey, Oxford, vol. 4 (3), 1985b, p. 59-73.

Poujol Catherine, Boukhara, Khiva, Kokand et la Russie de 1700 à 1840 : le contact pré-colonial à travers l’expérience russe du voyage, thèse de doctorat en histoire orientale, Paris III Sorbonne Nouvelle-Inalco, 1992.

Poujol Catherine, « Le concept de démocratie est-il applicable à l’Asie centrale post-soviétique ? Réflexions sur la transition démocratique », Défense, dossier, L’Asie centrale, espace et domination, no°91, janvier-février, 2001, p. 32-36.

Poujol Catherine, “How we can use the concept of transition for central Asian Post-Soviet History, an Attempt to set a new Approach”, Cimera, The illusions of Transition ; which perspective for Central Asia and the Caucasus, Genève, 2004, p. 7-19.

Poujol Catherine, Ouzbékistan, la croisée des chemins, Paris, Éditions Belin, 2005, p. 81-84.

Poujol Catherine, « Perception et traitement de l’aide internationale, en Asie centrale depuis 1991, trajectoire d’une suspicion », Hérodote (numéro spécial sous la direction de Boris Petric), no°129, 2008, p. 21-37.

Ruffin M. H. and Waugh D., Civil Society in Central Asia, Seattle-Londres, The Central Asia-Caucasus Institute, 1999.

Tynan Deirdre, “Central Asia : Western Democracy enable ‘petro-authoritarianism’”, Eurasianet, juin, 2008. http://www.eurasianet.org/taxonomy/term/1440

Zhang Yike, La Chine en Asie centrale à travers l’étude de l’Organisation de Coopération de Shanghaï, thèse de doctorat, Paris IV, 2009.

Notes

2 Sur l’implication de la Fondation Soros dans la lutte contre la toxicomanie en Asie centrale, voir Duault, 2007.

3 Drawing the Line, 2010.

4 Voir plus loin, le rôle de l’OCS (Organisation de Coopération de Shanghai) et la position des experts chinois sur cette question.

5 Les événements d’avril 2010 au Kirghizstan, qui ont provoqué la démission du président Bakiev et la mise en place d’un gouvernement provisoire dirigé par Roza Otunbaeva, seront évoqués dans cet article bien que d’une actualité ne permettant pas le recul nécessaire à une analyse prospective.

6 Fall, Open Society News, 2009 : www.soros.org.

7 Il s’agit d’un audit réalisé par l’anthropologue russe de Moscou Sergej Abašin pour lequel deux contre-expertises ont été demandées par l’Open Society : l’une à un ancien cadre de Soros-Ouzbékistan, l’historien musicologue, Aleksandr Džumaev, l’autre à l’auteur du présent article, en tant qu’expert extérieur. Les rapports d’Abašin et de Džumaev servent de base à la présente analyse.

8 Poujol, 1985a ; Poujol, 1985b ; Poujol, 1992 ; Poujol, 2005 ; Poujol, 2008 ; Gorshenina, 2003.

9 Poujol, 2008, p. 21-22.

10 Ilkhamov, 2005, p. 297-317 ; Ruffin and Waugh, 1999.

11 Poujol, 2004, p. 7-19.

12 Atlani-Duault, 2005a ; Atlani-Duault, 2005b ; Kandiyoti, 2004. Un grand nombre d’articles ont également été consacrés à l’aide internationale au Caucase.

13 Atlani-Duault et Poujol, 2008.

14 L’OCS compte la Chine, la Russie et les pays d’Asie centrale, sauf le Turkménistan, et comme observateurs, la Mongolie, l’Iran, l’Inde et le Pakistan.

15 Plusieurs travaux ont été réalisés ou sont en cours sur cette question des élites et leur renouvellement. En Asie centrale, voir Fourniau (à paraître), ainsi que les doctorats en cours d’Asel Dolotkeldieva sur les élites au Kirghizstan, celui de Thomas Huet sur les élites kazakhes, et celui achevé de Marie Dumoulin sur le Kazakhstan.

16 Ces principales idées sont reprises dans Džumaev, 2008.

17 Poujol, 2001.

18 Pour les détails sur la réaction du gouvernement ouzbek, voir Ilkhamov, 1999.

19 Voir les rapports d’Amnesty International sur l’Ouzbékistan « Les droits humains en République d’Ouzbékistan », 2006, 2007, 2008.

20 Citons à titre d’exemple une interview de l’auteur par Radio Vatican au début juin 2005, évoquant le tour de l’Ouzbékistan dans l’enchaînement des « Révolutions de couleur ».

21 Selon la version officielle des autorités ouzbèkes, pour les reactions occidentales, voir Hill and Jones, 2006, p. 111-125 ; Amnesty International, “Uzbekistan : lifting the Siege on the Truth About Andizhan”, 2005.

22 Sous la pression de l’OCS, réunie le 5 juillet 2005.

23 McDermott, 2006.

24 Džumaev, 2008. On pourrait dire également de « pipolisation ».

25 Tynan, 2008.

26 Voir l’interview du secrétaire général de l’Organisation de Coopération de Shanghaï, Zhang Deguang dans le journal russe Diplomatičeskij vestnik sur la lutte contre les « trois fléaux : le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme ».

27 Voir la conférence de presse du secrétaire général Zhang Deguang à la veille du Ve sommet de l’OCS, le 6 juin 2006.

28 Voir interview de John Kerry, responsable des relations internationales au Sénat américain le 20 avril 2010, sur le site Ferghana.ru.

29 La Chine et la Russie se présentent comme « codirigeantes » de l’OCS : Zhang, 2009, p. 274, note 357.

30 Ambrosio, 2005, p. 80-89.

31 Voir la conférence de presse du secrétaire général de l’Organisation de Coopération de Shanghaï Zhang Deguang, le 6 juin 2006, à la veille du Ve anniversaire du Sommet de l’OCS ; Ambrosio, 2008.

32 Zhang, 2009, p. 445.

33 Foot, 2006.

34 Ambrosio, 2005. Cité par Zhang Yike, 2009, p. 447.

35 En date du 19 mai 2005, http://news.sohu.com/20050519/n225633787.shtml. Cité par Zhang Yike, 2009, p. 442.

36 Pour une analyse occidentale de la position de l’OCS sur cette question voir Kellner, 2008.

37 Le ministre russe de la Défense, Sergej Ivanov, a indiqué que la Russie allait réagir négativement « à l’exportation de la révolution pour les États de la CEI peu importe (l’endroit) et la couleur - rose, bleue, à votre gré », Discours inaugural annuel sur la Russie et les relations américano-russes, Federal News Service, 13 janvier 2005. Cité par Zhang Yike, 2009, p. 454.

38 Cf. la « Déclaration des chefs des États membres de l’OCS », 5 juillet 2005.

Auteur

Professeur à l’INALCO, elle y enseigne l’histoire et la civilisation de l’Asie centrale depuis 1982. Elle est actuellement directrice du département Eurasie et co-directrice de l’Observatoire des États post-soviétiques. cpoujol34@numericable.fr.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540