Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie des réseaux en Asie centrale

 | 
Svetlana Gorshenina
, 
Anne Ducloux
, 
Anna Jarry-Omarova

Avant-propos

Svetlana Gorshenina

Texte intégral

1Ce livre esquisse l’anthropologie de trois types de réseaux en Asie centrale. Il rend compte de la situation de quelques-uns des pays issus de l’Union soviétique, tels que l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Kazakhstan et le Kirghizistan. En rompant en même temps avec une tradition enracinée dans les pratiques scientifiques depuis l’époque soviétique, le diapason géographique de cette publication dépasse l’Asie centrale stricto sensu : la Mongolie et le Touva sibérien sont ici également inclus parmi les objets analysés, de même que certains espaces géographiques plus éloignés, que l’on peut qualifier d’« étranger proche » ou « lointain » et avec lesquels les Centrasiatiques ont tissé des liens de nature diverse.

2À la veille du vingtième anniversaire de leur indépendance, les pays d’Asie centrale sont en France toujours mal connus, même si des événements tragiques - qui prennent, hélas, un caractère déjà répétitif - comme l’explosion de violence qui s’est produite dans le sud du Kirghizistan en juin 2010 peuvent momentanément amener la région sous les projecteurs des médias occidentaux. Ébranlés par la chute du système soviétique, ces pays peinent à sortir d’une profonde crise économique, qui s’aggrave en raison de la politique de leurs régimes autoritaires et des lourds défis sécuritaires auxquels ils doivent faire face.

3À l’exception d’une étude qui, traitant de la situation du début du xxe siècle, ajoute une certaine profondeur historique à l’analyse des réseaux, la majorité des articles se réfère à des sociétés postcommunistes en mutation permanente. Après avoir rompu avec l’isolationnisme de l’époque soviétique, mais sans perdre toute leur méfiance à l’égard des étrangers, elles se trouvent emportées - et souvent déstabilisées - par des processus de mondialisation perceptibles à plusieurs niveaux. On voit des tentatives qui visent à importer les principes de la « société démocratique » comme celles - qui ont tourné au fiasco - de la Fondation Soros en Ouzbékistan, mais aussi des interventions plus efficaces comme celles que connaissent les pratiques chamaniques de Touva au contact des organisations ésotériques occidentales. D’autre part, nombre d’Ouzbeks, intellectuels compris, se laissent emporter par les vagues de l’émigration économique qui touchent toute la région, tandis que, sur une base ethnique, les Dounganes des États centrasiatiques ex-soviétiques (le Turkménistan excepté) établissent des passerelles commerciales en direction de la communauté doungane établie du côté chinois, au moment même où les musiciens tadjiks essaient de « conquérir » le monde au moyen de leur art. Enfin, tant les rites traditionnels que les relations intercommunautaires subissent les profondes mutations provoquées par les changements socio-économiques, politiques ou culturels, eux-mêmes liés à une paupérisation croissante, au renouveau des pratiques religieuses, à la réinvention des traditions, à l’informatisation, etc. La perception du monde devient tout autre, l’espace se contracte, l’« étranger proche » se superpose à l’« étranger lointain » avec un effacement des limites exactes, tandis que les consciences nationales et/ou ethniques regagnent en netteté… Ces bouleversements de taille se reflètent dans les observations menées en direct par les spécialistes occidentaux. Le fait même que ces derniers puissent être présents sur ce terrain permet de réaliser quelle a été la profondeur des changements : l’observation participante sur la durée, que les auteurs du recueil ont choisie comme principe méthodologique de base, n’était même pas pensable à l’époque soviétique. Malgré l’ouverture partielle de ce terrain d’investigation - principalement à travers des archives qui, malheureusement, sont en train de redevenir inaccessibles -, les réalités de l’Asie centrale ne facilitent pas les études anthropologiques. Les articles présentés ici par des anthropologues épaulés par des historiens et des politistes en sont le témoignage.

4Cependant, les difficultés du terrain sont loin de constituer des obstacles incontournables pour la jeune école anthropologique française d’Asie centrale (la majorité des auteurs de ce recueil sont des doctorants et des post-doctorants) : cette école est aujourd’hui l’une des plus dynamiques de l’ensemble des études centrasiatiques en France, comme en fait foi le nombre des thèses soutenues entre 1991 et 2007 (27 des 98 thèses consacrées à la région en sciences humaines et sociales). L’objet d’étude ici choisi - l’anthropologie des réseaux, eux-mêmes difficilement saisissables - est loin d’être des plus simples pour l’apprivoisement du terrain et ne réussit pas toujours à adapter de manière cohérente les outils méthodologiques nécessaires aux données centrasiatiques. C’est ce qui explique donc la diversité des approches qu’on rencontre dans ce livre, une première par rapport au monde post-soviétique.

5Pour conclure, je tiens, en tant que coéditrice scientifique de l’ouvrage, à remercier toutes les personnes qui, à différentes étapes, ont participé à l’élaboration de ce volume : Mme Anne Ducloux qui a lancé l’idée et élaboré les enjeux scientifiques de cette problématique, M. Jean-François Sabouret, directeur du Réseau Asie, qui a accueilli dans le programme de son équipe la table-ronde à l’origine de cette étude, ainsi que la publication qui en a résulté, Mme Anne Jarry-Omarova qui a prêté son concours à la correction de l’ensemble des textes, Mme Lyse Lebrat, MM. Claude Rapin et Stéphane Dudoignon pour leur relectures, Mme Roberte Hamayon pour son soutien constant du projet, ainsi que CNRS Éditions pour avoir assuré la publication de cet ouvrage.

6Décembre 2010

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site