Version classiqueVersion mobile

Katô Shûichi ou penser la diversité culturelle

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Katô Shûichi et son époque

Étranger, ennemi, ami, co-initié, parent : un point de vue océanien

Maurice Godelier

Texte intégral

1Je n’ai pas de compétences pour analyser l’œuvre de Katô Shûichi ; j’ai lu son dernier livre avec intérêt et j’ai été un peu ébloui par les différents registres de sa culture – on passe de l’architecture à la symétrie chinoise, l’asymétrie japonaise, et entre les deux, une sorte de mixte occidental, les temps morts dans le nô, le problème de la linguistique : c’est tout à fait éblouissant.

2Je vais rendre hommage à cet auteur, que je n’ai pas connu, en reprenant sa distinction entre différents types de temps qu’il a développée dans sa première partie, et je vais essayer de voir si cela marche pour une société d’Océanie que je connais pour y avoir travaillé et vécu pendant sept années. Vous allez voir que pour elle dans le présent, il y a beaucoup de présents.

3J’ai donc travaillé dans une société de Nouvelle-Guinée, les Baruya ; je ne vais pas vous en dire beaucoup plus. C’était une tribu autonome avant que l’Australie ne la colonise en 1961 et que cette tribu ne perde sa souveraineté en une seule journée ; car dès que l’on est colonisé, votre avenir dépend des autres, et non plus de vous-même. Qu’est-ce qui se passait dans cette société ? Une société sans classes ni castes. Une société gouvernée par les hommes, donc domination masculine. Une société divisée en quinze clans. Une société petite : 2 000 personnes, qui contrôlent leur territoire, et exercent leur souveraineté en commun sur ce territoire.

4Alors, quelles sont leurs représentations du temps ? Au départ, il n’y a pas l’idée de création du monde ; pour eux, l’idée d’une création du monde n’avait pas de sens. Créer tout à partir de rien, c’est une vision occidentale qui se trouve dans le récit de la Genèse et s’est diffusée avec les trois religions monothéistes, celles des juifs, des chrétiens et des musulmans.

5Pour les Baruya, à l’origine le ciel et la terre étaient unis, et le ciel et la terre se disjoignent par la montée de deux astres divins, le soleil et la lune qui, en s’élevant, élèvent le ciel au-dessus de la terre. Parvenus très haut, Soleil et Lune s’arrêtent, le soleil se tenant loin au-dessus de la lune. Et, expliquent les Baruya, si le soleil se rapproche trop de la terre, tout est brûlé, si la lune se rapproche trop de la terre, tout devient pourri. Le rapport entre Soleil et Lune est donc pour eux comme le rapport entre le yin et le yang dans la pensée chinoise.

6À partir de cette première représentation, non pas de l’origine du monde, mais de l’origine du cosmos actuel, de l’ordre du monde actuel, se produit un deuxième grand moment, que les Baruya appellent le « temps des premiers hommes du rêve », des Wandjinia. Après la mise en ordre de l’univers arrive la mise en place des humains. Les humains ne sont pas créés par les dieux, les femmes existaient les premières, les hommes sont apparus ensuite sous forme de têtards. Mais le premier couple humain n’avait pas leurs organes sexuels ni leurs anus percés. Le soleil jeta dans le feu qu’il avait allumé un morceau de silex qui en explosant perça le pénis de l’homme et le vagin de la femme, de sorte que depuis ces temps les humains purent se reproduire.

7Commence alors un nouveau temps, qui est le temps de la domination des femmes. À l’origine, ce sont les femmes qui inventèrent les armes, les vêtements, etc., bref, la culture, mais elles chassaient ou faisaient tout avec excès, de sorte que les hommes furent obligés de leur voler les flûtes sacrées et les arcs, et de s’en approprier. À partir de ce vol, le règne des hommes commença et a duré jusqu’à maintenant. Ce règne des hommes et les événements qui l’ont fondé, c’est un temps que les initiations masculines vont reproduire sans cesse. Tous les trois ans, en effet, toute cette société se mobilise pour initier les garçons, les séparer des femmes, et recommencer la première disjonction, celle des hommes et des femmes, et celle de la subordination des femmes aux hommes. Ils reproduisent ce qui s’était accompli au temps des Wandjinia, comme ils disent.

8De ce fait, dans le présent de chaque initié, quel que soit son lignage, son village, en participant aux grandes cérémonies d’initiation, il y a la reproduction de l’origine de l’ordre cosmique et social où il vit et occupe sa place.

9Temps cyclique donc, mais ce temps cyclique n’est plus celui de la disjonction primaire, ce temps cyclique est désormais connecté avec un temps historique. Troisième temps, le temps historique, puisque les Baruya, comme tous les autres peuples, se préoccupent de leur histoire en se référant à des ancêtres glorieux, et comme les Baruya sont des gens qui ont conquis le territoire d’une autre tribu après en avoir massacré une partie, le temps historique commence par les massacres qu’ils ont subis ou fait subir et avec leurs victoires et la conquête de leur territoire actuel.

10On a donc ici plusieurs temps différents vécus par les individus, parce que dans les initiations, non seulement on leur raconte l’origine de l’ordre cosmique, non seulement on leur explique pourquoi les hommes doivent dominer les femmes, parce qu’avec les femmes c’est le chaos social, mais troisièmement on leur raconte la geste des grands guerriers qui leur ont donné leur territoire. Voilà comment un Baruya était formé (le Bildungsprozess), formé pour être un Baruya, homme ou femme, chacun à sa place au sein d’un ordre cosmique et social.

11Je viens de vous expliquer les grands moments de la formation d’un Baruya : pas de création du monde, mais une disjonction du ciel et de la terre, un temps de l’apparition de l’humanité, ensuite une reproduction cyclique de l’ordre social et cosmique, dont les hommes sont responsables. L’humanité est responsable de l’univers et d’elle-même par ses rites.

12Ayant dit cela, je vais vous expliquer en deux mots qu’au cours des initiations, Soleil et Lune se rapprochent des hommes et les quittent quand les initiations sont achevées. Les ancêtres également entourent les maisons d’initiation et viennent protéger leurs descendants, et enfin les esprits de la nature, des montagnes, des cours d’eau, du gibier. Donc chaque initiation rassemble autour des Baruya les puissances présentes dans leur univers et qui aident ainsi à leur reproduction. Voici grossièrement comment un individu se vivait, et vous allez voir la rupture produite par la colonisation, l’occidentalisation et surtout la christianisation.

13Deux mots sur l’espace pour les Baruya. Il y aurait beaucoup de choses à vous dire sur la perception des espaces chez les Baruya. On ne peut pas, comme dans la description japonaise qui nous est faite ici, penser à des univers clos, mais ouverts ; la maison, le jardin, la maison de thé, etc., complémentaires de la fermeture du village sur lui-même. Ce qui est fermé chez les Baruya, c’est le territoire de la tribu. Celui-ci était gardé aux frontières, de jour comme de nuit, par des hommes armés. Mais il était également gardé la nuit, aux frontières, par les chamanes. Chaque nuit, en effet, les chamanes Baruya prétendent ne pas dormir ou du moins que leurs esprits quittent leur corps endormi et s’envolent jusqu’à la cime des montagnes pour protéger la tribu des agressions des chamanes ennemis. Quant aux chamanes femmes, elles se transforment la nuit non pas en oiseaux comme les hommes mais en grenouilles, et vont tout le long des rivières protéger la tribu contre la sortie des esprits des Baruya qui franchiraient les frontières et risqueraient d’être dévorés par les esprits des chamanes ennemis.

14Donc, chaque jour, les gens vivent dans cette fermeture de l’espace tribal, et pensent qu’ils ont à se protéger collectivement contre les autres. J’ai vécu sept ans parmi eux et vous découvrez que la région et l’espace qui entourent le territoire des Baruya sont structurés de la façon suivante : vous avez à un bout de cet espace une tribu qui est votre ennemi héréditaire, pôle négatif ; vous avez à un autre bout une tribu qui est votre allié héréditaire, pôle positif ; et tous vos autres voisins, les autres tribus sont, selon les époques, soit votre allié pour un temps, soit votre ennemi pour un autre. Et ainsi constamment les gens sont en guerre avec l’un ou l’autre de leurs voisins. Ceci explique pourquoi les initiations des garçons sont destinées à faire de tous les hommes des guerriers, mais cette fois sans l’aide des femmes.

15Qu’est-ce qui s’est passé avec la colonisation ? On assiste à une formidable rupture. Pour les Baruya, j’allais oublier de vous dire une chose importante à propos de leur conception de la fabrication des enfants avant l’arrivée des Européens et des missionnaires. Un homme et une femme ne sont pas seuls à fabriquer un enfant. L’homme le conçoit avec son sperme. La femme n’est qu’un réceptacle. Mais le sperme de l’homme ne fabrique qu’un fœtus. C’est le soleil qui intervient dans le ventre des femmes pour donner aux fœtus forme humaine et y introduire le souffle. Les Baruya, lorsqu’ils prient Soleil, l’appellent noumwé, « père ». L’enfant appartiendra au clan de son père. Le système de parenté est patrilinéaire, d’où le rôle attribué au sperme. Mais le soleil est en même temps le père de tous, au-delà de toutes les divisions de clans. Un enfant, garçon ou fille, n’existe socialement que quand il/elle a reçu son nom du clan de leur père. Le nom, c’est le nom d’un ou d’une ancêtre du clan. Chaque individu reproduit donc toutes les deux générations un membre de son clan décédé dont il porte désormais le nom. Il ne se vit donc pas comme une singularité absolue, comme un Occidental seul devant Dieu. Les noms sont transmis au sein d’un clan de génération alterne à génération alterne, des grands-parents aux petits-enfants, et à chaque fois avec son nom, c’est l’esprit d’un ancêtre qui s’incorpore à l’enfant. Donc je suis moi et plusieurs mois. Comme dans le présent, il y a plusieurs présents.

16Pour terminer : la christianisation des Baruya. Aujourd’hui, quarante ans après mon séjour chez eux, tous les Baruya sont devenus protestants. Ils appartiennent à sept sectes protestantes différentes, en majorité américaines. Certains missionnaires, provenant par exemple de Caroline du Sud, n’ont pas d’autre culture que la Bible : les Baruya pensent maintenant que leur avenir est devant eux et est associé à la Résurrection des morts. Ils ont découvert qu’ils étaient pécheurs, qu’ils étaient non seulement noirs de peau mais aussi noirs dans l’âme par leurs croyances en de faux dieux, et qu’il fallait maintenant qu’ils deviennent blancs dans l’âme tout en restant noirs de peau. Ils ont donc un nouvel avenir qui est de mourir hors du péché et de renaître auprès de Dieu ; voilà pour eux un temps nouveau, un temps linéaire progressant vers une fin, qui est l’enfer ou le paradis ou le purgatoire (pour les sectes qui y croient).

17Mais les Baruya ont surpris tout le monde. Pendant dix-sept ans, ils avaient arrêté de célébrer leurs initiations, et depuis trois ans, ils les ont remises en marche. Donc aujourd’hui, tous les Baruya sont devenus des protestants appartenant à différentes confessions – car les Baruya n’ont pas de problèmes théologiques : ils changent fréquemment d’appartenance à une secte. Et en 1981, ils m’avaient expliqué les raisons de leurs choix : « Maurice, nous voulons être des hommes nouveaux. » Alors je leur ai demandé : « Qu’est-ce que c’est qu’un homme nouveau, une femme nouvelle ? » Ils m’ont répondu : « C’est très simple, c’est deux choses : suivre Jésus et faire du business. » Les Baruya sont donc devenus « globalisés » et même « Bushisés », puisque c’est la pensée de Georges W. Bush, suivre Jésus et faire du business, et ceci en pleine Nouvelle-Guinée. Donc on assiste à une transformation profonde de la société et des mentalités et, en même temps, paradoxe, les Baruya viennent de recommencer les initiations qui n’ont quand même rien à voir avec le christianisme. Alors, je me suis posé la question : « Pourquoi ? »

18Depuis l’indépendance, les Baruya sont devenus des citoyens d’une nation, une réalité qu’ils n’avaient jamais pu imaginer au sein de leur culture traditionnelle. Cette nation est gouvernée par un État post-colonial qui est gouverné par une élite issue des différents groupes ethniques et tribaux formant cette nation. Le régime politique de cette nation est une démocratie parlementaire selon le modèle occidental. Mais les différences ethniques, les luttes tribales, continuent de peser sur cette démocratie, de la façonner. Les kalachnikovs sont entrés en masse à partir de la Chine ; les guerres tribales ne se font plus avec des arcs et des flèches, mais avec des kalachnikovs qui font des dizaines de morts qu’on ne peut plus arriver à compenser. Les Baruya sont donc plongés dans cette post-indépendance, cette situation post-coloniale, et je pense qu’ils ont eu l’intelligence de se servir à nouveau de certains éléments de leur culture pré-coloniale, parce que dans les initiations comme on me l’expliquait, les Baruya s’appuient sur leurs racines, et en s’appuyant sur leurs racines, ils peuvent aller dans les villes, être des chômeurs, avoir faim, ne pas avoir de femme… C’est donc comme m’a dit un jour, devant tous les initiés et les initiateurs, un jeune homme qui était allé dans une école de la mission Luthérienne : « Maurice, regarde, ce que nous faisons c’est ce que vous les Blancs (il n’y a pas là d’agression vis-à-vis de moi) vous appelez “culture”, nous nous appuyons sur notre “culture”, comme vous. » Il me semble qu’il me donnait déjà l’explication de cette combinaison rare de protestantisme tourné vers la Résurrection, de culture du café tournée vers le marché mondial et de résurrection des initiations pour faire face aux difficultés à affronter le temps présent, la solitude des villes, les kalachnikovs et la présence des morts et des esprits qui sont toujours présents dans leurs montagnes.

19L’ici et maintenant de ces peuples, c’est cela. Les Baruya ont eu la chance de ne pas complètement éliminer par eux-mêmes, ou sous la pression des missionnaires, leur propre culture. Et c’est eux-mêmes qui choisissent aujourd’hui de prendre quelque chose du passé, de prendre autre chose du présent, pour se créer un avenir. Ils font comme nous : choisir dans le passé ce qu’on veut en garder, et l’ajouter à ce que l’on fait aujourd’hui pour faire du passé et du présent un avenir possible.

Auteur

Anthropologue, spécialiste de l’Océanie, Maurice Godelier est directeur d’études émérite de l’École des hautes études en sciences sociales. Parmi ses nombreux et importants ouvrages, on citera parmi les plus récents, L’Énigme du don (Paris, Éditions Fayard, 1986), Métamorphoses de la Parenté (Paris, Fayard, 2004) et Au fondement de la société humaine : ce que nous apprend l’anthropologie (Paris, Éditions Albin Michel, 2007), Horizons anthropologiques (Paris, CNRS Éditions, 2009) et Communauté, société, culture. Trois clés pour comprendre les identités en conflit (Paris, CNRS Éditions, 2009). Entre autres distinctions, il a reçu la médaille d’or du CNRS pour l’ensemble de son œuvre.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search