Version classiqueVersion mobile

Hollywood face à la censure

 | 
Olivier Caïra

Troisième partie. Le temps des cotations (1968-200?)

Chapitre XI. Crise du dispositif (1990-200 ?)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parler de « crise » d’un système en fonctionnement est toujours risqué. Faute d’autopsie, nous pointerons quelques symptômes du dépérissement de la cotation. Contre l’arbitraire du Code, la CARA devait garantir une évaluation équitable des films. La cote devait permettre à chaque film de trouver son public, par exclusion graduelle des mineurs les plus fragiles. Or, ces deux principes, maintes fois énoncés par Valenti, suscitent de vives critiques.

Opacité et transparence : les critiques correctives de la cotation

Une critique corrective ne vise pas les fondements du contrôle, mais sa mise en œuvre. Dans le cas de la cotation, deux objections s’opposent : l’opacité de l’épreuve – le refus d’en expliciter les critères – engendre de constantes accusations d’injustice ; mais elle est aussi jugée trop transparente par ceux qui dévoilent des lignes de régularité dans les verdicts.

Une accusation constante : le « double standard »

« Lynn Harris [vice-présidente de la production aux studios New...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search