Version classiqueVersion mobile

Hollywood face à la censure

 | 
Olivier Caïra

Troisième partie. Le temps des cotations (1968-200?)

Chapitre X. Le système de classification

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La clôture provisoire du débat constitutionnel sur la notion d’obscénité variable en 1968 constitue autant un danger qu’une opportunité pour l’industrie hollywoodienne.

Danger réel car la Cour Suprême vient de valider le principe d’un contrôle des entrées sur le critère de l’âge. Si le problème de la censure est quasiment résolu, celui de la rentabilité du film devient central. Sous l’effet de la concurrence de la télévision, le public du cinéma s’est considérablement rajeuni. En 1968, la moitié des places sont vendues à des personnes âgées de 16 à 24 ans1. La sortie au cinéma est souvent le fait d’un groupe d’amis : la présence d’un seul mineur peut modifier la décision collective.

L’opportunité réside dans l’incomplétude des systèmes locaux de protection de la jeunesse. Peu d’États ou de municipalités se sont encore dotés d’instances de classification : des projets existent dans l’État de New York et en Californie, et la Ville de Dallas corrige son ordonnance suivant les préconisati...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search