Version classiqueVersion mobile

Hollywood face à la censure

 | 
Olivier Caïra

Troisième partie. Le temps des cotations (1968-200?)

Chapitre IX. Comment s’impose l’impératif de protection de la jeunesse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À partir de 1945, le débat sur la censure et l’autorégulation passe progressivement de l’idée d’un contrôle des œuvres à celle d’un contrôle des publics. La Cour Suprême permet le démantèlement de la censure et l’ouverture du marché aux productions indépendantes et étrangères. Elle doit alors statuer sur des films nettement plus controversés que les productions familiales d’Hollywood et sa jurisprudence va tendre vers un impératif de protection des mineurs.

Parallèlement, la Ligue de la Décence s’oriente vers une logique d’information des spectateurs, et particulièrement vers celle des parents : au lieu de condamner et de faire couper les films, on préfère désormais orienter des catégories de publics vers des catégories d’œuvres.

L’industrie du cinéma répugne néanmoins à s’imposer des barrières d’âge. En étudiant les conflits des années 1960, on montrera pourquoi la cotation tarde à s’imposer à Hollywood.

Le débat constitutionnel sur l’obscénité

À partir de 1952, la Cour Suprême a progr...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search