Version classiqueVersion mobile

Hollywood face à la censure

 | 
Olivier Caïra

Deuxième partie. Le temps du Code (1934-1968)

Un modèle de contrôle de la réception

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au terme de trois décennies de discours et d’action de la PCA, nous définirons la logique de contrôle de la réception comme suit :

  • Le public n’est plus considéré comme passif ; il est doué de capacités interprétatives.
  • Durant les premières années d’application du Code, il n’y a plus de séparation a priori entre différents publics ; un film doit être visible par tous ou modifié.
  • Le contrôle est réalisé par des cinéphiles.
  • Ces personnes préfèrent la réécriture des œuvres à la coupure.
  • L’effet indésirable de l’expérience cinématographique est le péché, la transgression de règles morales et non légales. Tandis qu’entre 1915 et 1934, on souhaitait dissuader les jeunes filles de tenter des aventures sexuelles en leur montrant que « cela finit mal », on affirme désormais que « c’est mal » par une rhétorique de la damnation.
  • La force du système repose sur la capacité de coercition du symbiote ; sa légitimité tient à sa capacité de dialogue, au retour d’expérience qu’il fournit à la production.

La ...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search