Version classiqueVersion mobile

Hollywood face à la censure

 | 
Olivier Caïra

Deuxième partie. Le temps du Code (1934-1968)

Chapitre VII. Crise du dispositif (1948-1968)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De 1934 à la fin des années 40, l’autorégulation traverse plusieurs crises, mais celles-ci ne font que confirmer la solidité d’ensemble du dispositif :

  • les conflits entre la Ligue et les grands studios – Two-Faced Woman (1941) et Forever Amber (1946) – résultent de l’absence de Breen et confortent donc sa position ;
  • les querelles autour des films indépendants – Gone With the Wind (1939), The Outlaw (1943), Duel in the Sun (1946) – valident a contrario le choix de la Ligue d’exercer sa pression sur une production très concentrée plutôt que sur les distributeurs ou exploitants de salles.

On peut parler de crises régulatrices : les symbiotes et l’espace de négociation sont épargnés ; rien ne permet encore de construire une alternative au Code. À partir des années 50, ce système centralisé et personnalisé perd de sa pertinence. Avec la concurrence de la télévision et des cinématographies étrangères, l’activité des studios ralentit : de 1950 à 1959, la production annuelle passe de 320 à 189...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search