Version classiqueVersion mobile

Hollywood face à la censure

 | 
Olivier Caïra

Deuxième partie. Le temps du Code (1934-1968)

Chapitre VI. Les années 40 : premières batailles autour du Code

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À partir de 1941 apparaissent les premières failles du Code. Cette même année, John Huston signe, avec The Maltese Falcon, l’œuvre pionnière du film noir hollywoodien. Curieusement, ce n’est pas ce retour du crime à l’écran qui va déclencher les crises les plus graves.

Les débats des années 1940 naissent de deux « impuretés » du modèle d’autorégulation. La première se manifeste en l’absence du symbiote, dans un système dont il est la clé de voûte. La seconde, c’est l’existence de producteurs indépendants dans les interstices du studio system. Officiellement conçu comme un instrument de contrôle interne aux grands studios, le Code de Production est plusieurs fois mis à l’épreuve, dans sa force et dans sa légitimité, par des productions indépendantes. Le Sceau de la PCA verrouillant le marché des grandes chaînes de salles, toute œuvre à gros budget doit l’obtenir pour être rentable, qu’elle émane ou non d’un studio membre du MPPDA.

La drôle de guerre du film noir

Sous-tendue d’évolutions...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search