Version classiqueVersion mobile

Hollywood face à la censure

 | 
Olivier Caïra

Première partie. Le temps des listes (1915-1934)

Chapitre II. Naissance de l’autorégulation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’industrie riposte rapidement à la prolifération des instances locales. Rassemblés au sein du MPPDA (Motion Picture Producers and Distributors of America), les grands studios engagent en mars 1922 William Hays, un presbytérien, membre du Parti Républicain et ancien ministre des Postes, pour mener le lobbying contre les projets de censure locale et fédérale1. La première victoire du « Hays Office » sera l’échec du référendum sur la censure au Massachusetts en 1922.

Premières mesures

Parallèlement au lobbying, Hays mène une politique d’autorégulation fondée sur : le contrôle de la couverture par la presse de la vie des stars ; le dialogue avec les principaux interlocuteurs en matière d’acceptabilité ; la publication de listes de thèmes interdits.

À ces fins, il crée le Public Relations Committee, dirigé jusqu’en 1932 par le Colonel Jason Joy, ancien secrétaire national de la Croix Rouge Américaine.

L’étouffement des scandales

Il s’agit d’abord de mettre fin aux scandales qui ternissent la...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search