Version classiqueVersion mobile

Hollywood face à la censure

 | 
Olivier Caïra

Première partie. Le temps des listes (1915-1934)

Chapitre premier. L’institutionnalisation de la censure

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 10-20, la censure passe progressivement des mains de fonctionnaires de police à celles de commissions ad hoc. Ce mouvement d’institutionnalisation est validé et encadré par la Cour Suprême, qui définit les motifs et les conditions du contrôle.

L’arrêt Mutual Film Corporation v. Industrial Commission of Ohio

Souvent résumé de façon lapidaire, l’arrêt mérite un examen approfondi. Sa lecture permet de relever les arguments ouvrant la voie à un demi-siècle de censure locale, mais aussi de préciser quelle conception du cinéma prévaut alors à Washington.

Contexte

En 1915, dans les trois États dotés d’une commission de censure (Pennsylvanie, Kansas, Ohio), le distributeur doit payer pour l’examen de son film, qui conduira éventuellement à des coupures ou à une interdiction. Lors du lancement de The Birth of a Nation, de D.W. Griffith, le studio Mutual Film refuse de verser ses droits à la commission de l’Ohio. L’objectif est d’obtenir pour le cinéma une protection identique à c...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search