Version classiqueVersion mobile

Hippolyte Carnot - 1801-1888

 | 
Rémi Dalisson

Préface

Claude Lelièvre

Texte intégral

1Cet ouvrage comble à l’évidence un vide. Certes, compte tenu d’un contexte politique finalement défavorable en 1848, Hippolyte Carnot n’a pu marquer directement de son empreinte l’histoire des politiques scolaires menées tout au long du xixe siècle, contrairement à ses illustres prédécesseurs (Napoléon, Guizot), son adversaire (Falloux) ou ses successeurs non moins illustres (Duruy et surtout Ferry). Mais sa tentative très construite d’instaurer une école primaire obligatoire et gratuite, dégagée de toute influence confessionnelle, a marqué les esprits, et n’a pas été pour rien dans l’instauration postérieure de l’école républicaine et laïque à laquelle il a d’ailleurs activement participé.

2Rémi Dalisson a le mérite de nous le rappeler, de le mettre en évidence de façon convaincante, tout en profitant de la recherche nécessaire des influences qui se sont exercées lors de sa formation sur Hippolyte Carnot et de la mise au jour de ses productions intellectuelles (car il a vécu longtemps, et il a beaucoup écrit) pour nous donner à voir, de façon sensible, certaines des évolutions majeures du xixe siècle. Car, comme l’auteur de cette biographie le souligne en une très bonne formule, « d’un point de vue théorique, la longue vie du ministre de 1848 fut d'abord une admirable métaphore de son siècle, dans les domaines philosophique et politique ». Il participa notamment, en effet, aux évolutions du libéralisme, du christianisme et du républicanisme.

3Et cela a amené Rémi Dalisson à mettre l’accent de façon opportune sur le troisième terme de la trilogie républicaine : la « fraternité », au moment où certains politiques ou intellectuels y portent à nouveau attention, une « valeur » à laquelle Hippolyte Carnot a été très attaché, non seulement durant le moment « quarante-huitard », mais tout au long de sa vie.

4On peut penser que ce livre réparera en quelque sorte une injustice historique. Car l’Histoire n’a guère été bonne fille avec Hippolyte Carnot : la perspective du vote de son projet de loi a été anéantie par les conséquences politiques des journées de juin 1848 ; et il aurait pu avoir des funérailles nationales qu’il méritait si, juste à ce moment, fin mars 1888, le défi boulangiste n’avait pris un tour aigu et n’avait amené les dirigeants républicains à se préoccuper dans l’urgence d’autre chose.

5Enfin, c’est justice qu’un historien s’intéresse tout particulièrement à lui ; car il s’intéressait, lui, tout particulièrement à l’histoire. C’était en effet l’une de ses deux passions avec l’ethnographie. Il a été le premier président de la « Société d’histoire de la Révolution française » fondée en juillet 1881. Et il a écrit l’article inaugural de la revue « La Révolution française, revue historique » dont elle s’est immédiatement dotée.

6In fine, ce ne serait donc que justice que cet ouvrage rencontre un succès historique mérité.

Auteur

Professeur émérite d’histoire de l’éducation (Paris V)

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search