Version classiqueVersion mobile

Savoir et Matières

 | 
Martine Groult

Partie III. Les Matières. L’Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières. De l’ordre encyclopédique à l’ordre analytique

Les Matières

L’Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières. De l’ordre encyclopédique à l’ordre analytique

Texte intégral

1À la fin du XVIIIe siècle l’esprit philosophique prend radicalement un tournant scientifique. On pourrait dire que le rêve de d’Alembert, dans le sens que ne l’imaginait pas Diderot, se réalise. L’empire de la science est assurément installé. Plus on avance vers le XIXe siècle, plus les progrès scientifiques sont considérables et fulgurants, ce qui va entraîner le détachement de la philosophie par rapport à la science pour être déclarée elle-même une science. Le discours philosophique s’installe en systèmes – les philosophies allemandes sont les plus évidentes – et la pensée scientifique va constituer une voie particulière dans laquelle la philosophie se développe à partir de la science comme nous l’avons expliqué précédemment. En effet, nous avons exposé la théorie de la connaissance comme une « suite » philosophique à la pensée scientifique explicitée par d’Alembert dans l’Encyclopédie. C’est d’ailleurs ainsi qu’Otto Neurath présente son projet philosophique au Cercle de Vienne. Nous reviendrons sur cet aspect de la théorie de la connaissance dans ce chapitre dont l’objet est de situer l’Encyclopédie méthodique comme une entreprise qui, dédiée à la science, remplace l’ordre encyclopédique par un ordre analytique.

  • 1 Pour plus de détails nous nous permettons de renvoyer à notre édition : Prospectus et Mémoires de (...)
  • 2 Nous avons commencé nos recherches dans le cadre du CNRS avec Jacques Roger et la publication de l (...)

2L’Encyclopédie méthodique1 a été initiée par le grand libraire Charles-Joseph Panckoucke (1736-1798) qui se pose en héritier de Diderot et d’Alembert. Le lien avec l’Encyclopédie est pratique puisqu’il s’agit de continuer l’œuvre des Lumières qui, selon les éditeurs eux-mêmes, était à modifier. L’amélioration qu’il va mener jusqu’à l’exhaustivité de la nomenclature va entraîner un gigantisme dans la dimension des volumes. Commencée en 1782, la publication de l’Encyclopédie méthodique s’achèvera en 1832 avec deux cent trois tomes pour quarante-trois matières. Cette œuvre hors du commun comporte une différence profonde avec l’Encyclopédie des Lumières, à savoir qu’elle est construite sur un « ordre de matières » et non plus selon un ordre encyclopédique. Pour paraphraser Diderot, n’y cherchez pas l’enkuklios paideia, elle n’y est pas. Toutefois il y a bien la construction d’un édifice dédié au savoir. Il s’agit d’une nouvelle composition qui utilise non plus le mode encyclopédique issu de l’enkuklios paideia mais le mode analytique issu de la sémantique. Ce mode articule deux aspects qui sont des tableaux analytiques et un Vocabulaire encyclopédique. Ce dernier est une histoire du vocabulaire scientifique qui reste à découvrir2. Il était crucial pour que tous les dictionnaires méthodiques construisent une encyclopédie. Enfin l’autre intérêt de la Méthodique consiste dans la période des cinquante années traversées du XVIIIe au XIXe siècle qui fut une des périodes les plus prolifiques pour l’avancée des sciences et les plus marquantes pour la politique. L’Histoire et l’histoire des sciences connaissent des bouleversements sans précédent dont l’Encyclopédie méthodique porte le témoignage.

  • 3 Encyclopédie méthodique. Manufactures, Arts et Métiers, par Roland de la Platière, Seconde partie, (...)

3Roland de la Platière n’hésite pas à commencer un de ses nombreux discours préliminaires par cette affirmation : « De toutes les connaissances qu’enfante le génie & que cultive la raison, les Sciences occupent le premier rang3. » Leur examen sera effectué, matière par matière, par des scientifiques de talent. Nous venons de voir des cheminements philosophiques proposés dans la science qui insistaient sur la méthodologie et nous allons assister à un renversement de perspective qui va conduire à la recherche de l’unité des sciences par l’analytique des mots. Il convient de voir de quelle manière la pensée scientifique a conservé jusqu’au XXIe siècle la représentation de l’Encyclopédie pour maintenir un lien étroit avec la philosophie. Dans ce mouvement important de la pensée philosophico-scientifique, il m’est apparu qu’au XIXe siècle la suite de cette pensée logique fondée sur la science passe par l’Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières. Cette dernière traverse un des moments les plus décisifs de l’histoire de France, moment pendant lequel les changements de la société sont considérables et période pendant laquelle l’éducation revêt les caractéristiques que nous lui connaissons encore aujourd’hui. La recherche de la vérité a laissé place à l’instruction publique.

4Pour circonscrire l’œuvre exposée dans cette partie, il faut conserver en mémoire l’esprit scientifique et politique dans lequel les auteurs travaillaient :

  • 4 Encyclopédie méthodique. op. cit., Roland de la Platière, Girondin célèbre, ministre de l’intérieu (...)

Au train des choses en ce moment, chaque jour je vieillis de dix ans. J’ai désiré des changements ; j’ai demandé des réformes ; j’ai démontré la nécessité de celles-ci, j’ai préconisé l’évènement de celles-là ; & voilà que plusieurs d’entr’elles vont sembler être arrivées avant même que j’en aie parlé. Cependant, lorsque j’écrivais, il y a un an, deux ans, trois ans, car on ne jette pas au moule des volumes de la nature & de la grosseur de ceux que je publie, on paraissait aussi éloigné de présumer des changements tels & aussi prompts, qu’on a été surpris de l’attaque & de la prise de la Bastille : révolution à laquelle, peut-être, toutes les autres tiennent. Ainsi, quand on lira cet Ouvrage, que l’on ne soit pas étonné de ce qu’il contient, puisque je le suis beaucoup moi-même de tout ce qui est arrivé depuis qu’il est composé4.

Notes

1 Pour plus de détails nous nous permettons de renvoyer à notre édition : Prospectus et Mémoires de l’Encyclopédie méthodique, Vol. I, Le Prospectus général précédé de la Préface au Grand Vocabulaire François, Publications de l’Université de Saint-Etienne, Coll. « Lire le Dix-huitième Siècle », 2011.

2 Nous avons commencé nos recherches dans le cadre du CNRS avec Jacques Roger et la publication de l’ouvrage Transfert de Vocabulaire dans les sciences, Paris, Éditions du CNRS, 1988, et nous sommes en train de développer dans le cadre de notre équipe THETA du Centre Jean Pépin un projet scientifique sur l’Encyclopédie méthodique qui doit conduire à la réalisation numérique du Vocabulaire encyclopédique.

3 Encyclopédie méthodique. Manufactures, Arts et Métiers, par Roland de la Platière, Seconde partie, Tome Troisième, Paris, Panckoucke-Liège, Plomteux, 1790. Ce Dictionnaire méthodique comporte sur la page de titre les deux citations suivantes en exergue : « L’histoire des arts mécaniques est la branche la plus importante de la vraie philosophie » Bacon, et « Le mécanisme des arts contient plus de vraie philosophie que les systèmes des philosophes », Locke. Nous verrons que les auteurs de dictionnaires méthodiques devaient écrire un discours préliminaire au début du premier tome. Certains le repoussent à la fin des volumes, d’autres ne l’écrivent pas ou en changent le nom. Quant à Roland de la Platière, il en écrit plusieurs en raison des événements historiques qui modifient l’organisation des manufactures.

4 Encyclopédie méthodique. op. cit., Roland de la Platière, Girondin célèbre, ministre de l’intérieur de ce ministère et élu à la Convention (poste qu’il refusera), fait état au tome second de la première partie de son désarroi face aux événements si exceptionnels dans un « Avis de l’Auteur ».

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search