Version classiqueVersion mobile

Savoirs en action

 | 
Michel Durampart
, 
Françoise Bernard

Partie III. Regards sur des productions-réceptions-circulations médiatiques

Regards sur des productions-réceptions-circulations médiatiques

Texte intégral

1L’art, la culture, la création sont le reflet et les témoins d’une évolution du monde. L’enjeu de cette troisième partie est bien, cette fois-ci, de tenter de comprendre à la fois ce qui forge des identités et des initiatives sociales. L’objectif est aussi d’explorer les enjeux de mémoire, de connaissances, de traces, qui contribuent à organiser le rapport entre des communautés et des savoirs et qui se trouvent bousculés ou transformés par les évènements qui traversent la Méditerranée.

2Le premier texte (Araskiewiez et Mourkazel) est le fruit d’une collaboration établie par des chercheurs du pôle méditerranéen avec leurs homologues issus du Proche-Orient. Il est question d’une réflexion issue de la création cinématographique sur les guerres présentes et passées au Liban et du caractère construit ou plus implicite du regard porté sur ces conflits. Chaque guerre est ainsi limitée, désignée, souvent de manière plurielle et toujours inadéquate. La question soulevée par les auteurs est que cette façon de procéder représente peut-être un moyen pour les créateurs et les publics de circonscrire la réalité afin de se l’approprier.

3La contribution suivante (Renucci et Zenouda) présente deux œuvres d’Antoine Schmitt. L’analyse cherche à préciser le rôle métaphorique que jouent les modèles scientifiques et regarde de quelle manière ce créateur interroge la matière et l’imaginaire numérique. La référence à Lacan pose le contexte de réception des œuvres et marque le passage esthétique d’une intelligence artificielle à un inconscient artificiel, deux notions largement fantasmées et détournées.

4Le troisième texte propose une étude réflexive sur des documentaires réalisés en région PACA qui aborde la mise en scène des sciences (Adjiman et Sapiega). Le processus de création est analysé ici comme une « pragmatique » qui souligne les interactions entre des acteurs et des projets. « Mettre en scène les sciences », c’est insérer des technologies dans des projets qui mobilisent des acteurs en impliquant les publics dans le dispositif filmique.

5Le quatrième texte (Botti et Damoiseaux) retrace une démarche très comparable mais centrée, cette fois-ci, sur la question de la représentation scientifique. Il s’agit de montrer comment les scientifiques tentent de communiquer la dimension de l’invisible dans certains objets d’études relevant de l’infiniment grand et de l’infiniment petit. L’idée centrale est en fait de montrer que pour communiquer et favoriser la sensibilisation du public à la science et son appropriation, les communicants ont de plus en plus recours à certaines formes de mises en scène, aidés en cela par l’évolution des outils d’observation, mais aussi par des logiciels de création et par des savoir-faire créatifs spécifiques.

6Pour poursuivre l’étude de cette thématique, le dernier article (Doazan) nous invite à réfléchir au fait que l’association science et communication ne fait pas évidence. Au caractère expérimental de la démarche scientifique répond une caractérisation polysémique et compréhensive de la communication. Il s’agit aussi d’interroger l’appellation technoscience qui unit deux termes en un seul sans que les limites ou les contours de cette notion soient toujours explicitement définis.

7L’article de nos partenaires au Maghreb (Azzedine, Nadjia, Abdelmalek et Teboura) fait écho à cette troisième partie où la Méditerranée est présente dans ses frontières les plus larges. Le sujet en est la bibliothèque dans son rôle essentiel qui est de préserver et de conserver la mémoire de l’humanité, de ses cultures et de ses savoirs à travers les temps, et qui pour cela doit s’adapter et s’intégrer d’une façon active aux mutations de la société. À travers une approche descriptive, l’enquête réalisée auprès des bibliothécaires de la région de Constantine porte sur l’explicitation de leurs attitudes et leurs points de vue en identifiant la façon dont les savoirs évoluent ou se confrontent à une exigence pouvant conduire à une remise en cause ou un élargissement de leur activité initiale.

8Un texte choisi en postface (Rasse) nous invite à un questionnement sur l’identité culturelle en cheminant dans les pas de Fernand Braudel. L’auteur rappelle que la diversité des territoires et l’autarcie ont favorisé l’émergence d’une diversité de cultures caractéristiques des bords de la Méditerranée, qui a dynamisé l’échange et fait de cette région un des premiers grands espaces de « communication monde ». Le brassage des cultures a deux visages : d’une part, il encourage une diversité fertile mais, d’autre part, installée dans un melting pot relativement fermé, il peut, dans un effet de retournement, menacer cette diversité. L’histoire et l’anthropologie, comme regards nourris de mémoire et de temps long, peuvent nous aider à prendre du recul, de la hauteur vis-à-vis de mondes écrasés par la globalisation et la communication immédiate, en temps réel. Dans le même temps, l’Internet, à la différence des mass media plus traditionnels, offre des possibilités de résistance et d’organisation de nouveaux espaces publics propices à la défense, au renouveau et à la réinvention de la diversité culturelle, ce qu’illustrent parfois de manière forte certains évènements récents qui marquent la rive sud de la méditerranée. Réfléchir sur les enjeux de la diversité culturelle au prisme des technologies de l’information et de la communication est nécessaire, d’autant plus que ces technologies sont étudiées aussi dans les nouvelles frontières et exclusions qu’elles génèrent.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search