Version classiqueVersion mobile

Savoirs en action

 | 
Michel Durampart
, 
Françoise Bernard

Partie II. Réseaux et formes interorganisationnelles élargies

Réseaux et formes interorganisationnelles élargies

Texte intégral

  • 1 M. Akrich et B. Latour (éd.), 2006, Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Presse (...)

1Dans cette deuxième partie, il est question de s’attacher aux collaborations et aux innovations en réseau mais aussi de montrer comment ces dynamiques de collaboration et de coopération sont reçues et analysées par des chercheurs. Les pôles de compétitivités, les incubateurs et les réseaux scientifiques peuvent représenter des cadres d’action favorisant l’innovation, l’émergence de synergies favorisées entre réseaux humains, les technologies et les démarches de projets. Ces contributions prises dans leur ensemble peuvent être lues en références aux travaux de la sociologie de l’innovation et de l’acteur-réseau1. Les textes réunis ont ainsi le mérite de donner des éclairages locaux enracinés dans les cultures méditerranéennes. Comme nous le rappelle le texte portant sur l’incubateur Belle de Mai, « la région PACA est le troisième pôle TIC en France derrière Paris et Rhône-Alpes. L’identité territoriale forte attachée à « la création » et le positionnement de plate-forme d’échanges euro-méditerranéenne ont plaidé en faveur du développement du secteur du multimédia de contenu en région PACA. Des actions, engagées depuis 1999, ont eu pour effet de déployer un véritable maillage régional des acteurs des produits et services numériques ». La position des chercheurs impliqués dans ces projets pose la question de « l’utilité sociale de la recherche » avec ses richesses, ses contraintes et ses tensions.

2Dans cette perspective, le texte portant sur l’étude des dynamiques de projets collaboratifs (Pelissier et Benamor) dans les pôles de compétitivité en Région PACA met en relief l’apport de ces projets aux dynamiques d’innovation. Par ailleurs, ces réseaux sont aussi scientifiques ; il s’agit bien de dialogues, de passerelles entre mondes académiques et non-académiques.

3Ainsi, l’analyse réflexive du réseau TICEMED (Bonfils et Dumas) retrace l’évolution des concepts, des pratiques et des affinités qui ont accompagné son histoire. La référence à la Méditerranée dessine le cadre scientifique et politique dans lequel s’inscrit ce réseau : celui d’une coopération collective d’acteurs méditerranéens cherchant à mieux se connaître, se comprendre et agir en structurant une communauté historiquement et géographiquement située.

4« L’Euro-méditerranée sous la plume des bloggeurs » (Boutin et Youssef) signale que la connaissance partagée, activée en réseau, peut être tracée, identifiée et représentée à partir d’outils statistiques retravaillés dans le champ des sciences humaines et sociales.

5Le texte suivant centré sur l’incubateur multimédia Belle de Mai (Gaste et Liautard) montre les dispositifs sociotechniques en action. Les réseaux sont aussi ancrés dans l’interface entre pratiques organisationnelles issues de « l’ingénierie » et de l’innovation partagée. La question pertinente est de savoir s’il est possible de recueillir des traces représentatives de l’innovation dans la durée qui soient par ailleurs exploitables au plan scientifique. Dans cet exemple, pratiques entrepreneuriales et méthodes de recherche se rencontrent.

6Pour conclure cette partie, nos collègues du sud de la Méditerranée (Ghaoui et Gdoura) montreront que le développement de contenus numériques a eu des implications significatives sur les modes de production et d’accès aux connaissances. Leur contribution consiste aussi à analyser les perspectives d’évolution des écoles et départements de culture arabe en information et communication et les représentations des acteurs sur la diffusion de l’information pédagogique en ligne. Les pratiques d’enseignement à distance se situent-elles en rupture ou en continuité avec les pratiques antérieures ?

7La cohésion de cette partie est bien de mettre en évidence des dynamiques méditerranéennes au croisement entre des mobilisations interprofessionnelles et des pratiques de recherche liées aux innovations organisationnelles, info-communicationnelles et aux mutations culturelles.

Notes

1 M. Akrich et B. Latour (éd.), 2006, Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Presses des Mines, coll. Sciences sociales.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search