Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savoirs en action

 | 
Michel Durampart
, 
Françoise Bernard

Partie I. Enjeux de citoyenneté, de connaissances et d'actions dans l'espace social

Les étudiants en journalisme face au web 2.0

Une difficile conciliation entre culture participative et identité professionnelle

Nathalie Pignard-Cheynel et Mirela Lazar

Note de l’éditeur

Avec la collaboration de Patrick Amey, Marc Bassoni, Georgeta Drula et Nicolas pelissier. Et ont participé à la recherche : Nicolas Pélissier, Marc Bassoni, Serge Chaudy, Mamadou Diallo (I3M/IRSIC, Universités de Nice, Toulon et Aix-Marseille), Patrick Amey et Philippe Amez-Droz (Université de Genève), Nathalie Pignard-Cheynel (EJDG/CREM, Université de Lorraine), Claudine Carluer et Fedwa Jebli (EJDG/ELICO, Université de Lyon), Mirela Lazar, Georgeta Drula et Raluca Radu (SPARTA, FJSC, Université de Bucarest). Cette recherche a reçu en 2010 le soutien financier du Programme interdisciplinaire de recherches (PIR) de l’Institut des sciences de la communication (ISCC) du CNRS. Elle a par ailleurs été initiée dans le cadre du Réseau d’étude du journalisme (REJ) piloté par Denis Ruellan à l’IUT de Lannion, avec comme structure d’accueil les laboratoires I3M et IRSIC qui constituent le Pôle Sud-Est Méditerranée de l’ISCC du CNRS.

Texte intégral

  • 2 Des penseurs qui souvent mettent en pratique leur discours ; c’est le cas de Joël de Rosnay, auteur (...)
  • 3 Voir le baromètre annuel publié par le journal La Croix sur la confiance des Français dans les médi (...)

1À en croire les écrits produits depuis une dizaine d’années, en France mais également dans la littérature anglo-saxonne, la profession de journaliste serait entrée dans une nouvelle ère sous l’action conjointe de divers facteurs et contextes dont le plus prégnant est l’apparition dans les rédactions et les publics de nouvelles techniques et pratiques d’information et de communication (englobant des outils, des supports, des terminaux, etc.). Les qualificatifs pour définir cette évolution sont multiples et occupent une large palette sémantique, des plus enthousiastes, technico-déterminés et utopistes, et même « messianiques » (Rebillard 2007) aux plus mesurés et critiques. Ses promoteurs2 y voient l’émergence d’un « nouvel écosystème informationnel », une révolution et même une « révolte » (De Rosnay et Revelli 2006) contre le système médiatique tandis que les seconds observent plutôt des mutations et des transformations teintées de résistances dans un champ professionnel aux frontières bien floues (Ruellan 1993 ; 2007), changements qui amèneraient à définir un nouveau paradigme pour le journalisme (Brin, Charron et De Bonville 2004 ; Mercier 2010). L’un des aspects les plus fréquemment soulignés de ces métamorphoses est la montée en puissance de la participation de l’audience au système médiatique corrélativement à une perte de confiance3 et de la position hégémonique des journalistes, lesquels se voient menacer dans leur fonction de gatekeeper qui leur conférait jusqu’alors un monopole sur la sélection de l’information. Analysant ce déclin du gatekeeping, Axel Bruns l’explique notamment par la possibilité offerte aux publics, par Internet, d’accéder de manière désintermédiée aux informations, de s’en emparer voire d’exercer un contrôle critique des institutions médiatiques (Bruns 2003). Et Bowman et Willis (2003 : 7) de souligner : « La vénérable profession de journaliste se trouve à un moment rare de son histoire où, pour la première fois, son hégémonie en tant que gardien des informations [gatekeeper of the news] est menacée, non seulement par de nouvelles technologies et les concurrents, mais par son audience. »

  • 4 En ligne : http://archive.pressthink.org/2006/06/27/ppl_frmr.html.

2Audience pour les uns (ou ce que Jay Rosen qualifie de « The People Formerly Known as the Audience »4), citoyens pour les autres ou encore amateurs : l’un des points communs de ces études, discours et prophéties est bien le rôle nouveau des non-journalistes dans l’écosystème médiatique et la manière dont ils pèsent sur lui et le contraignent à évoluer.

3Notons toutefois que cette implication de l’internaute ordinaire n’est pas propre aux médias et qu’elle caractérise plus largement le « web 2.0 » fondé sur une culture participative entendue comme une culture de la création et de la circulation de contenus par les individus (Jenkins, 2006).

4Dans le champ journalistique, cela se traduit par diverses pratiques où la participation amateure est plus ou moins intégrée et liée à l’activité journalistique et s’étend du « journalisme citoyen » (où l’apport journalistique « professionnel » est faible comme c’est le cas pour Agoravox en France) au « journalisme participatif » (ce que Rue89, qui s’en réclame, nomme « l’information à trois voix ») ; des pratiques très diverses que Denis Ruellan préfère regrouper sous le qualificatif plus large mais plus heuristique de « journalisme ordinaire » (Ruellan 2007).

5De leur côté, les médias traditionnels sont confrontés à un impératif participatif et y répondent, que ce soit de manière choisie ou subie, en tentant de cadrer ces élans contributifs (Pignard-Cheynel et Noblet 2010). Une participation amateur qui d’ailleurs, au fil du temps, se manifeste de moins en moins dans la création de contenus au profit de pratiques liées, en amont, à l’alerte ou, en aval, aux commentaires sur les contenus journalistiques. Pour autant, la profession évolue et de nouveaux profils et compétences ont intégré les rédactions web, notamment la fonction, aujourd’hui très répandue, de community manager chargée de gérer ces audiences participantes.

6Les recherches en journalisme ont fortement investi cette question du « participatif », que ce soit à travers des approches conceptuelles ou des études de cas (notamment Lowrey et Anderson 2005 ; Deuze et al. 2007 ; Hermida et Thurman 2007 ; Ruellan 2007 ; Domingo et al. 2008 ; Rebillard 2008 ; Aubert 2008 et 2009 ; Pélissier et Chaudy 2009 ; Canu et Datchary 2010 ; Pignard-Cheynel et Noblet, 2010). L’une des questions récurrentes de ces travaux est de savoir « comment concilier “journalisme participatif” d’un côté et affirmation identitaire d’un journalisme professionnel (savoirs/savoir-faire) de l’autre » (Canu et Datchary 2010). Denis Ruellan concluant pour sa part son article relatif au journalisme citoyen (2007) avec la réflexion suivante :

7« L’intensification des relations des professionnels et des amateurs, la multiplication des productions ordinaires dans les produits médiatiques traditionnels et dans les offres alternatives, le développement des espaces mixtes de travail, sont de nature à infléchir la conception de ce que nous appelons un journaliste, sa professionnalité. »

8Notre travail s’inscrit dans cette continuité, se proposant de creuser un peu plus le sillon des études relatives aux relations « professionnel/amateur » dans le secteur du webjournalisme, en menant une enquête au sein d’un milieu très spécifique : les écoles de journalisme. Le postulat de départ est que la problématique de la difficile conciliation entre une identité professionnelle à défendre et la réponse à un impératif participatif prégnant est exacerbée dans les formations au journalisme, garantes de l’ethos journalistique.

9La population des étudiants en formation de journalisme présentait pour ce travail deux intérêts complémentaires. Le premier est relatif à la génération que nous projetions d’enquêter. Âgés en moyenne de 20 à 25 ans, les étudiants en école de journalisme font partie, a priori, de la génération des « digital native » (Prensky 2001) voire, dans leur rapport aux NTIC, des « early adopters ». Des études régulières (notamment celles du Pew Institute aux États-Unis) soulignent, sans surprise, que les adolescents et les jeunes adultes sont les plus impliqués dans le « web social », l’échange, la participation, les réseaux sociaux, etc. Dans le domaine du journalisme citoyen ou participatif également, les étudiants représentent le profil majoritaire des contributeurs amateurs (voir notamment Barbe 2006 et Aubert 2009 pour le cas d’Agoravox ; Kim et Hamilton 2006 pour celui d’Ohmynews). La seconde catégorie dominante parmi les participants étant celle des… journalistes. Nous pouvons donc faire l’hypothèse que de par leur âge, leur situation (étudiant) et le métier auquel ils se destinent (journaliste), les élèves en école de journalisme doivent être particulièrement impliqués dans les pratiques participatives, notamment celles émergeant dans le – ou en référence au – système médiatique.

10Le second intérêt est que ces étudiants sont inscrits dans une école de journalisme. Dans la lignée de précédents travaux (Siméant 1992 ; Marchetti 2003), nous l’envisageons comme le lieu où des étudiants acquièrent des compétences, élaborent des pratiques professionnelles mais surtout, consciemment et inconsciemment, se construisent une identité professionnelle journalistique et intègrent les représentations et les normes qui accompagnent cette identité. En ce sens, le concept de paradigme journalistique, proposé par Charron et De Bonville nous paraît particulièrement pertinent pour penser ce système normatif, souvent tacite et informel, à l’œuvre dans les écoles de journalisme. Le paradigme est ainsi « engendré par une pratique fondée sur l’exemple et l’imitation, constitué de postulats, de schémas d’interprétation, de valeurs et de modèles exemplaires auxquels s’identifient et se réfèrent les membres d’une communauté journalistique dans un cadre spatio-temporel donné, qui soudent l’appartenance à la communauté et servent à légitimer la pratique » (1996 : 58). Avec Colette Brin, ils soulignent, dans leur ouvrage de référence, le rôle joué par les formations en journalisme dans la perpétuation du paradigme : « les écoles de journalisme cherchent moins à transmettre des connaissances qu’à favoriser l’acquisition d’un savoir-faire d’ordre cognitif portant sur la manière de discerner des référents spécifiquement journalistiques […]. À la base de ce savoir-faire, des postulats généraux, des cadres d’interprétation, des valeurs, enfin et surtout des modèles dont on peut s’inspirer dans sa propre pratique » (Brin, Charron et De Bonville 2004 : 39). Et sur l’assimilation des préceptes par les étudiants, les auteurs notent que « le journaliste novice cherche plus à imiter qu’à se distinguer » (p. 39), l’initiation au journalisme consistant en « l’imitation et l’intériorisation de ce que font les journalistes » (p. 38). Dans le même esprit, Nicolas Pélissier et Denis Ruellan ont souligné la tendance des établissements de formation au journalisme à proposer une conception « protopositiviste » du métier (Pélissier et Ruellan 2003).

Problématique et méthode

11Ce contexte et ces préalables posés, plusieurs questionnements émergent : les étudiants en écoles de journalisme légitiment-ils des pratiques qui tendent à court-circuiter voire à contester la fonction traditionnelle du journaliste ? Cautionner cette désintermédiation ne consiste-t-il pas, en quelque sorte, à nier la formation qu’ils suivent ? Les étudiants pensent-ils en lien les pratiques amateurs et professionnelles (que ce soit via une extension du territoire professionnel ou au contraire sa fragilisation par le « grignotage » de ses frontières) ou préfèrent-ils plus radicalement mettre à distance ces pratiques émergentes les reléguant à un « hors-champ journalistique » ? Participent-ils d’un mouvement d’ouverture voire d’éclatement de la profession ou s’érigent-ils au contraire en garants d’une unité (sans doute fantasmée) ? Face aux pratiques amateurs, sont-ils plutôt « innovateurs », « traditionalistes prudents » ou « puristes attachés au paradigme dominant », pour reprendre les catégories définies par Deborah Chung (2007) ? Et finalement, comment ces jeunes individus concilient-ils leur appartenance – supposée – à une génération pétrie de pratiques numériques et participatives avec les valeurs du professionnalisme journalistique véhiculées par les enseignements de leur formation ?

12Pour tenter de répondre à ces questionnements, nous avons choisi de conduire une série d’enquêtes dans plusieurs formations en journalisme de niveau master (École de journalisme de Grenoble, École de journalisme et de communication de Marseille, Master en journalisme de Genève et Faculté de journalisme et des sciences de la communication de Bucarest). Cet article s’attache à présenter les résultats de la première enquête, menée à l’automne 2009 auprès de 85 étudiants de première année de ces quatre formations. Il s’agit de « nouveaux entrants », en début de cursus, même s’il faut préciser que plusieurs d’entre eux ont déjà soit une formation en journalisme soit une expérience de stagiaire dans le domaine (mais souvent des stages plutôt courts et limités à de l’observation). À travers un questionnaire administré en début d’année, les étudiants ont été interrogés sur leurs usages des NTIC (notamment leur participation à la culture participative évoquée plus haut), sur leur éventuelle pratique (en ligne ou hors ligne) du journalisme dans un registre amateur, sur la crédibilité qu’ils accordent à différents médias et enfin sur leur perception de l’amateurisme journalistique sur Internet (blogs et sites participatifs en particulier). Précisons que deux autres enquêtes ont été et sont en cours de réalisation. La première a été menée auprès d’un échantillon d’enseignants à propos de leur perception et de leur traitement pédagogique du phénomène de l’amateurisme journalistique de masse sur le web. Tandis que la seconde a porté sur un échantillon composé d’étudiants en deuxième année de master afin de mesurer l’évolution de leurs pratiques et discours après plus d’une année de formation et de stages au sein de leur école.

Résultats

13Avant de présenter puis d’analyser les principaux résultats de notre enquête, nous souhaiterions avancer une précaution d’ordre méthodologique. Cette enquête concernant très directement (puisque c’est au cœur de la problématique) la question de l’identité professionnelle, il est possible que des réponses aient été formulées par les étudiants en vue de légitimer et de se conformer au modèle dominant (le « paradigme journalistique » enseigné dans ces écoles) au détriment de l’explicitation des pratiques réelles. Sans pouvoir démontrer cette présomption (puisque nous ne disposons justement que de discours sur les pratiques), nous pouvons nous appuyer sur notre expérience en tant qu’enseignants au sein de ces écoles et les observations que nous y menons, consciemment ou non, quotidiennement. Et nous faisons également référence au travail mené par Édith Rémond dans lequel elle a montré comment, dès le processus de sélection pour entrer dans une formation de journalisme, les candidats construisent, dans leurs lettres de motivation, un discours « très convenu » sans toujours « croire forcément ce qu’ils écrivent […] juge[ant] que c’était cela qu’il fallait écrire pour être sélectionné » (Rémond 1999 : 5). Cette conscience que des réponses ont pu être survalorisées nous amènera parfois, dans l’analyse, à relativiser certains résultats qui ne constituent que des pratiques déclarées.

Des pratiques plutôt conventionnelles

Les pratiques de lecture et de consommation d’information

Les pratiques de lecture et de consommation d’information

Média privilégié par les étudiants

14Pour plus de 40 % des étudiants interrogés, Internet représente le premier média pour le suivi de l’actualité et la consommation d’information ; ils y suivent également la radio (pour 22 %) et la presse écrite (hors magazine) (pour 21 %). Toutefois, l’usage du net par les étudiants procède de manière dominante d’une stratégie de transfert de la presse papier à la presse en ligne avec une très nette préférence pour les sites d’information-déclinaisons d’un média classique (principalement les sites des quotidiens, des journaux de PQR ou des médias audiovisuels). Si la consultation des supports de journalisme participatif est citée, elle demeure quantitativement marginale. Dans le cas des pure players, les sites mentionnés sont essentiellement ceux qui ont acquis une certaine légitimité dans le champ journalistique (comme Rue89 ou Mediapart en France). Cet usage « conventionnaliste » de la toile par les étudiants se retrouve de facto au niveau des formats consultés, puisque l’article est très majoritairement le format privilégié (une minorité d’étudiants indiquant consulter également des vidéos et des podcasts). La tendance est donc plutôt à se tourner vers des sources « légitimes » en recherchant la norme journalistique, le standard professionnel.

15Cette intériorisation des canons du journalisme, nous la retrouvons également dans la pratique déclarée de croisement des sources pour vérifier la véracité des informations trouvées sur le net. Ils sont près des deux tiers à affirmer le faire régulièrement tandis qu’un nombre non négligeable d’étudiants indiquent également prendre connaissance des chartes éditoriales ou des codes déontologiques des sites qu’ils consultent. Sans remettre en cause la bonne foi des répondants, nous émettons quelques réserves quant à la réalité de ces pratiques. Il nous semble que ces réponses soulignent plutôt une intériorisation déjà forte de l’un des principes journalistiques les plus « rabâchés » dans les écoles de journalisme : la vérification et le croisement des sources. Aussi devient-il déontologiquement difficile pour un étudiant en journalisme, même en début de cursus – et même sous couvert d’anonymat ! –, de ne pas répondre qu’il croise régulièrement ses sources d’information, qui plus est lorsqu’elles proviennent d’Internet…

Les apprentis-journalistes : des amateurs peu productifs

  • 5 Observatoire Ifop des réseaux sociaux, octobre 2010 (résumé en ligne accessible sur le site de l’If (...)

16Les étudiants en journalisme sont assez conservateurs dans leur utilisation d’Internet lorsqu’il s’agit d’accéder à l’information. Mais qu’en est-il concernant leur utilisation plus générale du net ; sont-ils imprégnés de la culture expressiviste (Allard 2007) et participative (Jenkins 2006) ? En théorie, cette population devrait être très active sur les réseaux puisque cumulant deux particularités : son âge (la génération des « digital native ») et ses velléités à intégrer le champ journalistique et par conséquent à en cultiver les spécificités (narrer des événements, exprimer son opinion, fournir son expertise, témoigner, etc.). Concernant l’âge, diverses études soulignent que cette génération est la plus présente sur les réseaux sociaux ; une enquête de l’Ifop indique que 85 % des étudiants français sont sur Facebook5. Cette forte utilisation des réseaux socionumériques, à des fins privées et de loisirs essentiellement, s’est vérifiée dans notre population enquêtée. Toutefois, plus étonnants sont les résultats relatifs aux pratiques participatives.

17Ils ne sont que 15 % à tenir ou avoir tenu un blog consacré à l’actualité (le chiffre augmente légèrement si l’on prend également en compte les blogs purement personnels dédiés par exemple à un hobby). Ce chiffre paraît assez bas lorsqu’on le compare aux 18 % de 18-33 ans aux États-Unis qui disposent d’un blog (Zickuhr 2010). Étonnante également la faible proportion d’étudiants ayant une pratique, même irrégulière, de journalisme participatif ou citoyen lorsque l’on sait que leur profil est majoritaire sur ces sites (selon Aurélie Aubert, 18 % des contributeurs d’Agoravox sont des étudiants). Si l’on ajoute l’écriture de commentaires, nous avons un tiers des étudiants qui, malgré une présence forte sur les réseaux socionumériques, ne s’est jamais exprimé dans un cadre (pseudo-) journalistique sur le web alors même que les barrières techniques ou économiques à l’entrée sont faibles voire nulles.

Les représentations des étudiants

Ce que le web apporte au journalisme

18Les étudiants tiennent un discours très positif lorsqu’on leur demande d’énumérer les apports du web au traitement de l’information. Ils mettent en avant plusieurs spécificités : l’approche multimédia permettant de décliner sous plusieurs formats et supports des contenus informationnels ; l’interactivité et le contact avec les lecteurs, terreau de la participation amateur ; la rapidité de diffusion permise par le support en ligne ; mais aussi, et de manière récurrente dans leurs réponses, la liberté d’expression et la « plus grande indépendance » conférée par le cyberespace. Animant des blogs en « complément de leur activité », les journalistes ne menacent d’aucune manière leur profession. Jugeant dans l’ensemble favorablement ces nouvelles formes d’expression journalistique, les étudiants réfutent dans l’ensemble l’idée qu’elles puissent conduire à un brouillage des frontières entre amateurs et professionnels. Ils défendent au contraire l’idée que les blogs de journalistes tendent à renforcer la profession, voire à en améliorer les pratiques. Selon eux, les blogs de journalistes offrent même l’opportunité d’une information plus « justifiée », plus « claire » et plus « approfondie et analysée » que dans les formats traditionnels, même « on-line ».

19La pratique du blogging par les journalistes apparaît alors comme un moyen d’asseoir un peu plus sa légitimité, apportant à l’usager un complément utile d’autant que l’avenir du métier semble pour de nombreux interrogés se trouver sur la toile. Cependant, si les étudiants comprennent voire encouragent ces pratiques de professionnels cherchant une tribune à l’extérieur de leur ligne éditoriale, ils n’y apportent que peu de légitimité dans leur propre pratique de consommation d’information, ne consultant pas de manière prédominante les blogs de journalistes, comme nous l’avons souligné dans la partie précédente.

Ce que les étudiants pensent du « journalisme amateur »

20Notons pour commencer que les réponses des étudiants révèlent le « flou » associé au statut de l’amateur, qualifié tantôt de « sources d’informations » (dont les contenus sont valorisés sous contrôle journalistique), d’« auteurs de commentaires », de « collaborateurs » (associés aux journalistes, un peu à la manière des correspondants locaux de presse) ou encore d’« experts ».

21Les répondants sont en revanche unanimes sur le fait que le journalisme participatif est le « journalisme du citoyen », qui bénéficie d’une liberté d’expression et de moyens techniques lui permettant de rendre publique une information, offrant différents points de vue et alimentant le débat. Dans leur très grande majorité (à 88 %), les étudiants considèrent que les amateurs ont la légitimité de s’exprimer publiquement sur l’actualité, selon le principe indiscutable de la liberté d’expression. La légitimité qu’ils leur confèrent est donc quasi « constitutionnelle » mais non journalistique. Et de manière claire, les étudiants rejettent massivement l’idée que des amateurs (blogueurs par exemple) se voient attribuer une carte de presse, bien qu’ils soient moins défavorables à l’idée d’en accréditer certains lors d’événements.

22La participation d’amateurs à la production journalistique n’est pas rejetée par les étudiants qui se montrent intéressés, par exemple, par les possibilités du crowdsourcing y voyant une possibilité de multiplier des points de vue et, selon le type d’investissement (« la motivation », « l’intérêt ») ou les méthodes de travail (« travailler ensemble », « participer ensemble à montrer l’information »), de rendre le traitement d’un sujet pertinent.

23A contrario, certains voient dans le journalisme amateur (ou citoyen) un journalisme « dégradé » (un étudiant allant même jusqu’à le définir comme un « journalisme de mauvaise qualité ») avec une référence fréquente au « journalisme assis » (les amateurs se contentant de commenter l’actualité sans s’appuyer sur un travail de terrain), même si certains jugent positivement ce travail de bureau, synonyme notamment de réflexion.

24Face à ces réponses formulées de manière spontanée par les étudiants (il s’agissait de questions ouvertes), nous voyons bien se dessiner en creux, et par opposition à une pratique jugée au final extérieure à la profession, une définition du paradigme journalistique dominant.

La référence à un idéal professionnel

25L’étude détaillée des réponses laisse apparaître une définition de journalisme amateur (que plusieurs qualifient de pratique de « loisir ») en opposition au journalisme « professionnel » (un étudiant parle même de « pratique antinomique »). Les limites inhérentes à cette expression de « l’audience » se révèlent prédominantes lorsqu’il s’agit de comparer le « journalisme professionnel » au « journalisme amateur », distinction que 80 % des étudiants déclarent faire de manière claire. La différence se fonde sur des critères identitaires (l’identité et le profil du rédacteur par exemple) mais également éditoriaux (tels que le contenu lui-même, la fiabilité des sources ou la qualité rédactionnelle). Et ce qui caractérise, selon eux, le professionnel par rapport à l’amateur, ce sont : les compétences du journaliste (connaissance des sujets traités, choix de l’angle, techniques d’écriture : « il faut un minimum de culture et de qualité rédactionnelle pour être journaliste »), l’existence d’une rémunération (qui, en France notamment, caractérise juridiquement le cadre professionnel du journalisme), le respect de règles éthiques et déontologiques, l’expérience et le savoir-faire ou encore la formation (« pour le bien et la crédibilité de la profession, il faut des personnes ayant réalisé des études »). D’un point de vue qualitatif, les étudiants manifestent une nette différence d’appréciation, les contenus produits par les professionnels étant évalués selon une échelle allant de « moyenne » à « élevée » tandis que les contenus amateurs s’échelonnent de « faible » à « moyenne ». De manière peu étonnante (pour des étudiants en école de journalisme), la référence au terme de « métier » (« le journalisme est un métier ») est prégnante dans le discours des répondants.

Le poids normatif de la formation : le cas spécifique de l’École de journalisme et de communication de Marseille et la question d’un modèle « méditerranéen » de journalisme

26Dans l’échantillon retenu de quatre formations au journalisme, les étudiants de l’école de Marseille (interrogés par des chercheurs des laboratoires IRSIC et I3M constitutifs du Pôle Méditerranée de l’Institut des sciences de la communication du CNRS) se sont distingués des trois autres, tant dans leurs pratiques que dans leurs représentations du journalisme amateur. Ils semblent dans l’ensemble avoir très tôt intégré les normes du journalisme professionnel qui peinent à légitimer la participation amateur. Ainsi, ils sont très peu nombreux à s’adonner à la pratique expressiviste sur le web ou même à consulter des productions amateurs. L’une des explications à ce décalage est à chercher dans la formation elle-même et le cadre normatif qu’elle engendre et dont s’imprègnent les étudiants. Si Florence Le Cam et Olivier Tredan ont montré que les formations au journalisme se sont déjà, depuis quelques années, emparé de la question des nouveaux outils et pratiques journalistiques (2008), Camille Laville pense au contraire qu’elles ne sont pas un terreau fertile et que la représentation du journalisme qu’elles véhiculent est plutôt archaïque, conservatrice et « mythique » (2008). Le discours réservé voire critique des enseignants face au web (Pélissier et al. 2010) induit progressivement le cadre de pensée du journalisme pour les étudiants qu’ils encadrent. Lors d’entretiens approfondis, menés un an après la première enquête, les étudiants de l’école de Marseille sont revenus sur le rôle joué par leur formation dans l’évolution de leur perception du web et des pratiques participatives. Ils font référence à leurs enseignants professionnels qui leur « ont ouvert les yeux » quant au professionnalisme, intervenants qui « montrent une prudence, une certaine réserve » par rapport au journalisme participatif et plus généralement au web. Les répondants reconnaissent qu’un discours normatif est à l’œuvre dans leur établissement qui tend à un « formatage » des étudiants (critique récurrente vis-à-vis des écoles de journalisme, notamment depuis la parution de l’ouvrage Les petits soldats du journalisme de François Ruffin).

27La question reste alors de savoir si ces résultats ne sont imputables qu’à la politique pédagogique spécifique d’un établissement ou si on peut aussi les expliquer par l’influence, sur les étudiants et enseignants, d’un modèle territorial de journalisme centré sur les professionnels légitimes, les médias traditionnels et accordant une faible place à la participation des citoyens. Cette deuxième explication possible reste une piste à explorer, car l’EJCM reste une école récente qui n’est pas forcément la plus représentative, par rapport à des établissements plus anciens tels que le CFJ, l’ESJ ou le CUEJ, du « moule professionnaliste » évoqué plus haut.

28D’autant plus que les résultats obtenus à l’EJCM se rapprochent beaucoup plus de ceux obtenus à Bucarest (capitale d’un autre pays latin de l’Euroméditerranée), où la confiance vis-à-vis de l’audiovisuel reste forte et la défiance vis-à-vis de la production amateur est très vive. On ne peut donc pas exclure l’hypothèse de l’influence de la culture politique régionale et nationale sur les conceptions véhiculées par les établissements de formation professionnelle. Dans le cas de Genève, l’importance d’une culture locale de la démocratie participative (Windisch 2009) va de pair avec une représentation plutôt favorable de la contribution des amateurs, même si les médias traditionnels locaux jouissent d’une solide réputation nationale et internationale. Dans le cas de Grenoble, nous avons aussi affaire à un territoire caractérisé dans son histoire récente par de nombreuses expérimentations en matière de médias communautaires et où le tissu associatif est très riche (voir notamment les travaux d’Yves de La Haye puis d’Isabelle Pailliart). Un exemple est celui de la chaîne de télé locale Télé-Grenoble, dont la promesse, à sa naissance en 2005, était de créer une « télé participative » s’ouvrant notamment aux vidéos des citoyens. Grenoble est également l’une des rares grandes villes de France où le journal de presse régionale en position de monopole (le Dauphiné Libéré) a lancé un bi-média (hebdomadaire gratuit et site web) dont la cible est un public jeune et étudiant, projet qui bénéficie d’un succès public.

29Cela reviendrait-il donc à en déduire que les formations en journalisme de Marseille et Bucarest privilégient une conception du journalisme plus élitaire, moins ouverte et participative, c’est-à-dire plus centrée sur le noyau dur du système médiatique, soumis aux pressions des acteurs institutionnels en tous genres, que ses périphéries jugées encore floues et parasitaires ? Les résultats globaux sont plus nuancés, mais la piste mérite à coup sûr d’être approfondie dans des recherches ultérieures.

Conclusion

30Le programme financé par l’ISCC et dans lequel s’est inscrite cette enquête s’intitulait « Tous journalistes ? Le défi de la formation des étudiants au professionnalisme journalistique face aux nouvelles pratiques informationnelles d’expression amateur sur le Web ». À l’issue de la première étape de ce programme, nous pouvons répondre sans détour que l’imaginaire du « tous journalistes » n’est pas validé dans les représentations (pas plus que dans les pratiques) de la majorité des étudiants questionnés. Plus étonnamment, ces étudiants, qui constituent les journalistes de demain, s’investissent peu dans l’écriture sur le web et sont loin de constituer une « génération web 2.0 ». Dans leurs pratiques comme dans leurs discours, les étudiants sont en grande majorité légitimistes, favorisant les productions professionnelles. Et s’ils justifient voire encouragent l’existence des contributions amateurs, c’est pour mieux les reléguer dans un « hors-champ journalistique ». Enfin, la formation en tant qu’institution semble jouer un rôle non négligeable de façonnage de leurs discours et pratiques, ce qu’ils reconnaissent eux-mêmes.

31Au final, et pour reprendre les catégories proposées par Deborah Chung (2007), les étudiants des écoles de journalisme se situent plutôt dans un continuum entre les « puristes » qui défendent le paradigme dominant des médias traditionnels et les « traditionnalistes prudents » qui, s’ils ne s’opposent pas catégoriquement aux évolutions du paradigme, n’œuvrent pas non plus en ce sens. Mais surtout, dans la population interrogée, il ne ressort pas de profils d’« innovateurs » qui agiraient – et penseraient – « de manière révolutionnaire l’intégration des fonctions interactives dans le journalisme » (p. 52).

32Ces résultats sont particulièrement révélateurs dans le cas des formations en journalisme des écoles de Marseille, mais aussi de Bucarest. Ce constat nous conduit, dans des recherches à venir menées dans le cadre de l’ISCC en collaboration avec le Réseau Méditerranéen des Centres de Formation Multimédia (Cornu, Hassanaly et Pélissier 2010), à explorer plus avant l’hypothèse de l’influence de la culture politique (représentation vs participation) sur les modèles d’enseignement d’établissements de formation situés dans les pays du bassin méditerranéen et de l’arc latin. L’hypothèse retenue d’un modèle de journalisme « régional » élitaire et centré sur des médias traditionnels sous influence des pouvoirs politiques et économiques reste à valider, d’autant qu’elle a été sérieusement remise en cause par les récentes « révolutions numériques », dites précisément « 2.0 » en raison d’une forte implication de citoyens n’appartenant pas à la sphère du journalisme professionnel, qui se sont récemment déroulées dans plusieurs pays du bassin méditerranéen.

Bibliographie

Bibliographie

L. Allard, 2007, « Blogs, Podcast, Tags, Mashups, Locative Medias. Le tournant expressiviste du web », MédiaMorphoses, no 21, p. 57-62.

A. Aubert, 2009, « Le paradoxe du journalisme participatif. Motivations, compétences et engagements des rédacteurs des nouveaux médias », Terrains et travaux, no 15, p. 170-190.
— 2008, « Les logiques participatives des usagers des médias. De la réception à la production de contenus », Actes du colloque Médias09, Aix-en-Provence Université Paul Cézanne, 14-15 décembre 2009.

L. Barbe, 2006, « Wikipedia et Agoravox : des nouveaux modèles éditoriaux », Actes du colloque Document numérique et société, Fribourg, 20-21 septembre 2006.

S. Bowman et C. Willis (eds.), 2003, We media : How audiences are shaping the future of news and information, Arlington, The Media Center at the American Press Institute.

C. Brin, J. Charron et J. De Bonville, 2004, Nature et transformation du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’université Laval.

A. Bruns, 2003, “Gatewatching, not gatekeeping : Collaborative online news”, Media International Australia Incorporating Culture and PolPolicy : New York, quarterly journal of media research and resources, no 107, p. 31-44.

R. Canu et C. Datchary, 2010, « Journalistes et lecteurs-contributeurs sur Mediapart. Des rôles négociés », Réseaux, no 160-161, p. 195-223.

J. Charron et J. De Bonville, 1996, « Le paradigme du journalisme de communication : essai de définition », Communication, vol. XVII, no 2, p. 51-97.

D. Chung, 2007, “Profits and perils : online news producers’ perceptions of interactivity and uses of interactive features”, University of Sunderland, UK, Convergence, 13 (1), p. 43-61.

L. Cornu, P. Hassanaly et N. Pelissier (dir.), 2010, Information et nouvelles technologies en Méditerranée : 20 ans de coopération en réseau, Paris, L’Harmattan.

J. De Rosnay et C. Revelli, 2006, La révolte du pronétariat : Des mass média aux média des masses, Paris, Fayard.

M. Deuze, A. Bruns et C. Neuberger, 2007, “Preparing for an Age of Participatory News”, in Journalism Practice, vol. I, no 3, p. 322-338.

D. Domingo, T. Quandt, A. Heinonen, S. Paulussen, J. B. Singer et M. Vujnovic, 2008, “Participatory Journalism Practives in the Media and Beyond”, Journalism Practice, 2 (3), p. 326-342.

A. Hermida et N. Thurman, 2007, “Comments please : How the British news media are struggling with user-generated content”, en ligne : http://city.academia.edu/NeilThurman/Papers.

H. Jenkins, 2006, Convergence Culture : Where Old and New Media Collide, New York University Press.

E.-G. Kim et J. W. Hamilton, 2006, “Capitulation to capital ? OhmyNews as alternative media”, Media Culture Society, vol. XXVIII, no 4, p. 541-560.

C. Laville, 2008, « Journalisme : former au changement. Comment les formations se saisissent des transformations du journalisme », Paris, Médiamorphoses, no 24, p. 92-96.

F. Le Cam et O. Tredan, 2008, « Journalisme et web : quelles formations ? », Médiamorphoses, no 24, p. 105-112.

W. Lowrey et W. Anderson, 2005, “The journalist behind the curtain : Participatory functions on the Internet and their impact on perceptions of the work of journalism”, Journal of Computer-Mediated Communication, 10(3), en ligne : http://jcmc.indiana.edu/vol10/issue3/lowrey.

D. Marchetti, 2003, « Les ajustements du marché scolaire au marché du travail journalistique », Hermès, no 35, p. 81-90.

A. Mercier, 2010, « Défis du nouvel écosystème d’information et changement de paradigme journalistique », en ligne : http://obsweb.net,décembre.

N. Pelissier et S. Chaudy, 2009, « Le journalisme participatif et citoyen sur Internet : un populisme dans l’air du temps ? », Quaderni, no 68, p. 89-103.

N. Pelissier et D. Ruellan, 2003, « Les journalistes contre leur formation ? », Hermès no 35, p. 91-99.

N. Pelissier et alii, 2010, « Tous journalistes ? Les établissements de formation au défi du Web participatif », Les Cahiers du journalisme, no 21, p. 176-190.

N. Pignard-Cheynel et A. Noblet, 2010, « L’encadrement des contributions “amateurs” au sein des sites d’information : entre impératifs participatifs et exigences journalistiques », in F. Millerand, S. Proulx et J. Rueff (dir.), Web social. Mutation de la communication, Québec, Presses de l’université du Québec, p. 265-282.

M. Prensky, 2001, “Digital Natives, Digital Immigrants”, On the Horizon, vol. IX, no 5, octobre.

F. Rebillard, 2007, Le web 2.0 en perspective. Une analyse socioéconomique de l’internet, Paris, L’Harmattan.
— 2008, « Le journalisme participatif. De l’idéologie à la pratique », Argumentum, no 6, p. 11-23.

É. Remond, 1999, « Pourquoi veulent-ils devenir journalistes ? », Communication et langages, no 119, p. 4-23.

D. Ruellan, 1993, Le professionnalisme du flou. Identité et savoir – faire des journalistes français, Grenoble, PUG.
— 2007, « Penser le “journalisme citoyen” », Cahier de recherche M@rsouin, Université de Rennes 1, en ligne : http://www.marsouin.org/IMG/pdf/Ruellan_13-2007.pdf.

J. Simeant, 1992, « Déontologie et crédibilité : le réglage des relations professionnelles au CFJ », Politis, no 19, p. 37-55.

K. Zickuhr, 2010, Generations 2010, Rapport pour le Pew Research Internet, décembre.

Notes

2 Des penseurs qui souvent mettent en pratique leur discours ; c’est le cas de Joël de Rosnay, auteur de La Révolte du pronetariat. Des mass média aux média des masses et co-fondateur d’Agoravox ou encore aux États-Unis de Dan Gillmor, auteur de We, the Media. Grassroots Journalism By the People, For the People et créateur du site Bayosphere.

3 Voir le baromètre annuel publié par le journal La Croix sur la confiance des Français dans les médias.

4 En ligne : http://archive.pressthink.org/2006/06/27/ppl_frmr.html.

5 Observatoire Ifop des réseaux sociaux, octobre 2010 (résumé en ligne accessible sur le site de l’Ifop : http://www.ifop.com).

Table des illustrations

Titre Les pratiques de lecture et de consommation d’information
Légende Média privilégié par les étudiants
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540