Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paradoxes de l’empathie

 | 
Patricia Attigui
, 
Alexis Cukier

Partie III. L’empathie dans les sciences sociales

Chapitre 4. L’empathie dans le partage social de l’émotion

Processus individuels et processus collectifs

Bernard Rimé et Dario Paez

Texte intégral

1Chez l’être humain, toute expérience émotionnelle entraîne des effets au niveau cognitif, au niveau émotionnel et au niveau social. Au niveau cognitif, il s’agit de pensées liées à la situation émotionnelle qui se manifestent sous forme de rumination mentale. Au niveau émotionnel, les affects suscités par l’épisode sont réactivés lors de chaque rappel de son souvenir. Au niveau social, une recherche de contact social et un besoin de parler de l’épisode s’accompagnent du « partage social de l’émotion » : l’individu évoque l’épisode émotionnel avec ses proches.

  • 2 Pour revue, voir : Rimé B., 2009, Le partage social des émotions et Rimé B., 2009, « Emotion elicit (...)
  • 3 Cf., notamment : Mesquita B., 1993, Cultural variations in emotion : A comparative study of Dutch, (...)

2Le partage social de l’émotion s’observe dans 80 à 95 % des épisodes émotionnels2. Il apparaît le plus souvent dès le jour où l’événement s’est produit et il est généralement répétitif. Les cibles sont principalement les personnes intimes. Plus l’expérience émotionnelle a été intense, plus le partage social se répète, de sorte que les épisodes d’intensité élevée sont généralement partagés à de nombreuses reprises. On rencontre le partage social de l’émotion quel que soit le type d’émotion impliqué dans l’expérience. Toutefois, la honte et la culpabilité sont associées à des taux plus réduits de communication. Également présent chez les hommes et les femmes, le partage social de l’émotion a été observé dans toutes les classes d’âges et de manière globalement analogue dans des populations européennes, nord-américaines et asiatiques (Corée, Japon, Singapour, Inde)3. C’est donc un phénomène d’une très grande généralité.

  • 4 Rimé B., « Emotion elicits the social sharing of emotion : Theory and empirical review », op. cit.
  • 5 Moscovici S., 1984, « The phenomenon of social representations ».

3Les émotions signalent des paradoxes4. Elles interviennent dans les moments où les attentes du sujet et son savoir sur le monde sont remis en question. Elles suscitent chez lui un processus de questionnement qu’il partage avec ses proches. Le processus de partage social de l’émotion dote ainsi l’être humain d’un avantage qui le distingue de toutes les autres espèces vivantes. Chaque épisode critique vécu par un membre du groupe est soumis à tous les autres. Les membres de la communauté sont de cette manière informés de ce qui peut arriver, de la manière dont on peut y réagir et des conséquences qui s’ensuivent. Les émotions constituent des occasions de croissance cognitive potentielle à la fois pour les individus et pour leur groupe. Par le processus de partage social, elles incitent ceux-ci à étendre, à transformer et à réparer leurs modèles de la réalité, leurs représentations d’eux-mêmes et du monde5. Mais sa contribution à la connaissance est loin d’épuiser l’apport du partage social de l’émotion. Le processus est également la source d’importants effets sur les liens sociaux, que ce chapitre tentera de mettre en évidence.

  • 6 De Waal F., 2008, « Putting altruism back to altruism : The evolution of empathy ».

4Nous examinerons d’abord le partage social de l’émotion tel qu’il s’inscrit dans les rapports de personne à personne. Nous porterons ensuite l’attention sur une conséquence inattendue de ce premier processus : le récit d’un épisode émotionnel formulé par un individu donné entraîne la propagation de ce récit dans sa communauté, à la manière du « téléphone arabe ». En troisième lieu, nous évoquerons les aspects spectaculaires du partage social de l’émotion qui se déroule à l’occasion d’événements qui touchent les individus collectivement. Nous terminerons par un tour d’horizon du partage collectif d’émotions dans les rituels sociaux. Nous verrons que dans tous les cas le partage de l’émotion implique en son centre l’empathie des acteurs. L’empathie peut s’y manifester sous les différents niveaux qui ont été distingués par de Waal6 : soit sous forme de la prise de perspective empathique dans laquelle un individu comprend l’autre et adopte son point de vue, soit sous forme de la préoccupation sympathique dans laquelle un individu apporte à l’autre soutien et consolation, soit enfin sous forme de contagion émotionnelle dans laquelle un individu est directement affecté par l’état émotionnel de l’autre.

Partage social de l’émotion et relations interpersonnelles

  • 7 Rimé B., Noël M. P. et Philippot P., 1991, « Épisode émotionnel, réminiscences mentales et réminisc (...)
  • 8 Langston C. A., 1994, « Capitalizing on and coping with daily-life events : expressive responses to (...)
  • 9 Gable S. L., Reis H. T., Impett E. A. et Asher E. R., 2004, « What do you do when things go right ? (...)

5L’évocation d’une expérience émotionnelle positive réactive des émotions positives7. En reparler constitue un moyen simple et efficace pour l’émetteur d’augmenter momentanément sa dose d’affectivité positive et d’alimenter ainsi sa propre bonne humeur. Langston parle à ce sujet d’un processus de « capitalisation8 » : le détenteur du « capital-mémoire » que constitue un souvenir émotionnel positif en retire régulièrement des bénéfices affectifs en le racontant à nouveau. Les études montrent que l’émetteur n’est pas le seul bénéficiaire de l’exploitation de son capital-mémoire positif. La personne à laquelle il adresse son récit enregistre un bénéfice affectif analogue. Gable, Reis, Impett et Asher ont observé que lorsque le rappel d’épisodes positifs intervient de manière habituelle dans une relation, la qualité de la relation elle-même en est affectée positive ment9. Lorsque les partenaires d’un couple pratiquent ce type d’échange, ils manifestent une satisfaction de leur vie commune et un niveau d’intimité supérieurs à ceux des couples qui n’ont pas cette habitude. Il semble ainsi que le partage social d’émotions positives a pour effet de rapprocher les partenaires et de consolider leurs liens sociaux.

  • 10 Rimé B., Noël M. P. et Philippot P., « Épisode émotionnel, réminiscences mentales et réminiscences (...)
  • 11 Christophe V. et Rimé B., 1997, « Exposure to the social sharing of emotion : Emotional impact, lis (...)
  • 12 Rimé B., « Emotion elicits the social sharing of emotion : Theory and empirical review », op. cit.
  • 13 Collins N. L. et Miller L. C., 1994, « Self-Disclosure and liking : A meta-analytic review ».
  • 14 Laurenceau J.-P., Feldman-Barret L. et Pietromonaco P. R., 1998, « Intimacy as an interpersonal pro (...)
  • 15 Espitalier M., Tcherkassof A. et Delmas F., 2002, « Partage social des émotions et cohésion de grou (...)
  • 16 Peters P. et Kashima Y., 2007, « From social talk to social action : shaping the social triad with (...)

6Qu’en est-il pour le partage des épisodes émotionnels négatifs ? Celui-ci implique la réactivation de sentiments négatifs10, ce qui devrait logiquement entraîner des réponses aversives chez les auditeurs. Mais les études montrent qu’une dynamique très particulière se développe entre le locuteur et l’auditeur dans le partage social de l’émotion négative11. La réponse la plus caractéristique est l’intérêt considérable que l’auditeur manifeste pour le récit de l’épisode émotionnel auquel le partage social l’expose. Le récit de l’émotion suscite une fascination12. Une autre réponse très caractéristique de l’auditeur est, précisément, l’empathie. Plus un récit est chargé d’émotion, plus l’auditeur est ému. Ces émotions de l’auditeur en écho à celles de l’émetteur engendrent généralement un climat de communion ou de fusion émotionnelle. En conséquence de ce climat, l’auditeur développe une orientation pro-sociale. Plus il est ému, plus il se montre chaleureux et plus il manifeste du soutien. Une troisième réponse apparaît dans l’attraction. Plus un récit appelle l’intérêt et le soutien de l’auditeur, plus augmentent les affects positifs de celui-ci pour l’émetteur. Et cela est également vrai dans l’autre direction : plus l’émetteur reçoit de l’intérêt et du soutien, plus il développe des affects positifs pour son auditeur. Le partage social des émotions entraîne donc un resserrement des liens entre les partenaires de l’échange. Cette constatation est en cohérence avec la littérature. Une revue métaanalytique de l’étude des situations de confidence13 a en effet établi des faits analogues. Plus une personne se livre à des confidences intimes, plus la personne qui l’a écoutée exprime ensuite de l’affection pour elle. Et de même, ceux qui se livrent à des confidences développent de l’affection pour ceux qui les écoutent. Laurenceau, Feldman-Barrett, et Pietromonaco ont mis en évidence le rôle crucial joué par l’émotion à cet égard : « la révélation à autrui [ self disclosure] de ses expériences émotionnelles s’est avéré être un marqueur d’intimité plus important que la révélation à autrui de faits et d’informations14. » Espitalier, Tcherkassof et Delmas ont démontré qu’on peut induire la cohésion au sein de petits groupes en induisant le partage social d’émotions15. Dans la même ligne, Peters et Kashima ont constaté que le partage de l’émotion suscite une coalition entre le narrateur et ses auditeurs16.

  • 17 Christophe V. et Rimé B., op. cit.
  • 18 Rimé B., « Emotion elicits the social sharing of emotion : Theory and empirical review », op. cit.
  • 19 Cf., par exemple, Miljkovitch R., 2001, L’attachement au cours de la vie.
  • 20 Herbette G. et Rimé B., 2004, « Verbalization of emotion in chronic pain patients and their psychol (...)

7Nous avons de même observé, avec Véronique Christophe, que lorsque des émotions intenses sont partagées, l’auditeur restreint le recours aux réponses verbales et fait appel à des comportements non verbaux de réconfort : se rapprocher, toucher, étreindre la personne source17. Ceci suggère que la situation de partage social de l’émotion favorise l’émergence de comportements de contacts qui sont typiques de la relation d’attachement. On a ainsi émis l’hypothèse que l’expérience émotionnelle négative active chez les individus le schème développemental de l’attachement18. Au long de son développement, chaque individu humain a vécu dans la dépendance des personnes qui ont pris soin de lui. C’est ainsi que la plupart des expériences de détresse émotionnelle ont été réduites par le contact interhumain. Dans les dernières décennies, on a abondamment montré que, loin de s’éteindre avec l’enfance, le processus de l’attachement se maintient tout au long de l’existence19. Il n’est donc pas étonnant que dans les épisodes émotionnels négatifs, chacun se tourne vers ses proches à la recherche de soutien et de contact. Les données évoquées ci-dessus suggèrent que chacune des interactions ainsi suscitées se solde par un resserrement des liens qui unissent les partenaires. En somme, le partage social de l’émotion apparaît comme un puissant outil de rafraîchissement des relations interpersonnelles. Le processus a évidemment des limites, notamment quand l’épisode à partager comporte des éléments de menace pour la cible. C’est ce qui se produit souvent pour les personnes qui vivent d’importants problèmes de santé. On a montré que la menace qu’un tel état réduit la disponibilité à l’écoute de ceux qui y sont exposés20.

La propagation du partage social de l’émotion

  • 21 Christophe V. et Rime B., op. cit.
  • 22 Curci A. et Bellelli G., 2004, « Cognitive and social consequences of exposure to emotional narrati (...)

8Un épisode qui suscite un état émotionnel chez un individu particulier se diffuse ensuite largement dans son groupe social. Ce principe découle très logiquement des constatations qui précèdent. Si l’écoute d’un récit émotionnel suscite l’émotion chez l’auditeur et si l’émotion conduit au partage social de l’émotion, alors on doit s’attendre à ce que l’émotion éprouvée à l’écoute du récit conduise l’auditeur à partager à son tour ce récit avec d’autres personnes. C’est le partage social secondaire21. L’étude d’individus placés dans le rôle d’auditeur du récit d’une expérience émotionnelle a révélé que ceux-ci avaient ensuite pratiqué un partage social secondaire dans deux tiers des cas. La transmission avait généralement été initiée le jour même. Selon la réponse modale, le partage secondaire s’était manifesté « trois ou quatre fois », avec « trois ou quatre personnes ». Comme pour le partage primaire, la fréquence du partage social secondaire augmentait de manière linéaire avec l’intensité de l’émotion ressentie lors de l’écoute. Des recherches menées sur de larges échantillons de personnes au moyen notamment de techniques de journal quotidien par Curci et Bellelli ont pleinement confirmé la réalité du partage social secondaire : 75 % de tous les épisodes qui avaient été entendus par les répondants avaient ensuite été partagés par eux-mêmes22. Selon les études, les taux de partage social secondaire enregistrés ont ainsi varié entre 66 % pour l’estimation la plus basse et 86 % pour l’estimation la plus élevée. C’est donc un phénomène qui revêt une importance considérable dans la vie sociale.

  • 23 Christophe V., 1997, op. cit.

9On s’est également demandé si le récepteur d’un partage social secondaire en parlerait à son tour à des tierces personnes. Véronique Christophe a étudié cette question23 en invitant des répondants à rechercher dans leurs souvenirs une situation où ils avaient été la cible d’un partage social secondaire et en examinant s’ils avaient procédé ensuite à un « partage social tertiaire ». Cela s’est produit dans 64 % des cas — à plusieurs reprises dans 31 % des cas, et à une seule reprise dans 33 % des cas. Le partage tertiaire fut initié le jour même où avait eu lieu le partage secondaire dans 31 % des cas. Le partage social tertiaire est donc confirmé. En somme, selon les données de l’étude du partage social primaire, une personne confrontée à une expérience émotionnelle d’une certaine intensité en parlera ensuite avec quatre ou cinq autres individus. Ceux-ci entreprendront un partage social secondaire à raison de trois ou quatre personnes par cible, et les nouvelles cibles s’adresseront à leur tour à une, deux ou trois autres personnes. Si cinq personnes sont touchées par l’information dans le premier cercle, il y en aura 18 dans le deuxième, et 30 dans le troisième, ce qui signifie que plus d’une cinquantaine de personnes seront informées de l’événement qui a touché un membre de leur communauté. La personne à la source de l’événement est nécessairement un proche de celles qui diffusent l’information. Chacun des relais a au moins un lien indirect avec elle. Puisque la plus grande part du partage social a lieu le jour même, cette diffusion se développe en quelques heures.

  • 24 Harber K. D. et Cohen D. J., 2005, « The emotional broadcaster theory of social sharing ».

10La réalité de ce processus de propagation a été confirmée dans une étude de terrain au cours de laquelle Harber et Cohen ont suivi les communications de 33 étudiants universitaires que leur professeur avait emmené visiter une morgue d’hôpital24. L’intensité des réactions émotionnelles éprouvées par les étudiants au cours de la visite a permis de prédire non seulement le nombre de personnes avec lesquelles chacun de ces étudiants a partagé cette expérience à son retour de la visite (partage primaire), mais également le nombre de personnes auxquelles les récepteurs ont ensuite communiqué à d’autres ce qu’on leur avait raconté (partage secondaire), ainsi que le nombre de personnes auxquelles les nouveaux récepteurs s’étaient ensuite adressés à leur tour (partage tertiaire). L’étude a montré que dans un délai de quelques jours, près de 900 personnes avaient entendu parler de cet événement.

  • 25 Heath C., Bell C. et Sternberg E., 2001, « Emotional selection in memes : The case of urban legends (...)

11Ces observations sont en cohérence avec les données de la recherche sur les rumeurs et les légendes urbaines25. Celle-ci montre que la circulation des histoires est fonction d’une sélection émotionnelle plutôt que d’une sélection informationnelle. À véracité et à utilité constante de l’information, les gens s’avèrent d’autant plus disposés à transmettre les histoires qu’elles suscitent davantage d’émotion. En outre, plus les légendes sont émotionnelles, plus large est leur diffusion. La vitesse de propagation de ce type d’information étant fonction de son impact émotionnel, on doit s’attendre à une diffusion particulièrement rapide quand il s’agit d’un événement à haut impact émotionnel. Enfin, à très fort impact, l’information de bouche à oreille sera prise en relais par les moyens de diffusion de masse. La communauté concernée n’est alors plus seulement locale. Elle devient, selon le cas, régionale, nationale, ou internationale. On entre alors dans le registre des épisodes émotionnels collectifs.

Le partage social des événements émotionnels collectifs

  • 26 Rimé B., 2007, « The social sharing of emotion as an interface between individual and collective pr (...)

12Les effets sociaux des émotions sont particulièrement spectaculaires quand il s’agit d’un épisode émotionnel collectif. C’est ce qui se produit quand une collectivité est directement touchée par un événement tel qu’une victoire ou une défaite (sportive, politique…), une perte, une catastrophe ou une menace. Dans ces conditions, l’expérience directe des individus et généralement prise en relais pas les médias. Le nombre des individus et des communautés qui se sentent concernés par l’événement peut alors s’étendre considérablement. Ainsi, le tsunami survenu dans l’océan Indien en 2004 et le tremblement de terre qui a frappé Haïti en 2010 ont affecté directement de larges communautés. Mais leur médiatisation a suscité l’empathie à l’échelle de la planète entière. De même, par l’effet combiné de la médiatisation de l’événement et du prestige dont ces personnalités bénéficiaient dans le monde entier, la mort de la princesse Diana ou du chanteur John Lennon a affecté les individus bien au-delà des communautés directement concernées par leur perte. Dans tous les cas qui répondent à ces différents exemples, un abondant partage collectif de l’émotion se développe. Il présente des particularités spectaculaires26.

13Les expériences privées ont une source unique et la propagation de l’information s’effectue dans une direction excentrique. L’empathie et l’émotion s’atténuent alors à mesure qu’on s’éloigne du centre, ce qui favorise l’extinction de la diffusion. Lors d’un événement émotionnel collectif par contre, il y a autant de sources de partage social de l’émotion qu’il y a de membres dans le groupe social concerné par l’événement. La propagation se diffuse alors dans toutes les directions. En outre, chaque moment de partage réactive chez chacun des récepteurs l’émotion qu’il a éprouvée lors de l’événement, ce qui a pour effet de réarmer à chaque fois le besoin de partage, et avec lui, le processus de propagation. Un événement émotionnel collectif peut donc induire une diffusion qui rappelle les réactions en chaîne produites dans les centrales nucléaires. Cette effervescence émotionnelle entraîne temporairement un climat d’empathie réciproque et de fusion émotionnelle collective, induisant ainsi une sorte de lune de miel au sein des communautés concernées.

  • 27 Pennebaker J. W., 1993, « Social mechanisms of constrain ».

14La focalisation quasi exclusive sur l’épisode émotionnel partagé ne pourrait que maintenir ces communautés à l’écart de leurs activités habituelles. Des processus naturels de freinage doivent se mettre en place pour éviter cet écueil. Pennebaker en a rapporté un exemple très illustratif alors qu’il étudiait les communications dans une communauté américaine qui venait d’être frappée par un tremblement de terre27. Au cours des premiers jours, les manifestations de partage social de l’émotion entre les sinistrés avaient été très abondantes. Après un certain temps cependant, une partie des victimes a manifesté un renversement d’attitude et celui-ci s’est exprimé d’une manière spectaculaire. Ces personnes ont arboré des T-shirts sur lesquels on pouvait lire : « Merci de ne pas partager avec moi votre expérience du tremblement de terre. » En fait, chacun était toujours autant disposé à raconter les choses de son propre point de vue, mais on n’avait plus envie d’écouter les avatars d’autrui. Dans les premiers jours, l’intérêt des uns et des autres pour les récits des voisins était considérable. Mais la répétition inhérente à la situation collective a progressivement érodé cet intérêt. Il ne restait alors plus que les émotions négatives que chaque révocation ravivait chez l’auditeur jusqu’à saturation.

  • 28 Pennebaker J. W. et Harber K. D., 1993, « A social stage model of collective coping : the Loma Prie (...)
  • 29 Cf. Páez D., Basabe N., Ubillos S. et Gonzalez J. L., 2007, « Social Sharing, Participation in Demo (...)

15Un modèle des réponses psychosociales aux événements émotionnels collectifs, proposé initialement par Pennebaker et Harber28, a été confirmé par plusieurs études29. Selon ce modèle, immédiatement après l’événement, s’installe la période initiale ou période d’urgence. Au cours de cette période d’une durée approximative d’un mois, des réactions émotionnelles intenses sont observées chez les différents membres de la communauté. Elles s’accompagnent d’une rumination mentale abondante et de manifestations sociales intensives sous forme de communication (partage social, médiatisation), de liens spontanés, et de marques de solidarité. Cette phase de communion émotionnelle correspond à la lune de miel évoquée plus haut. Elle est suivie d’une période intermédiaire sous forme de plateau, également d’un mois. Au cours de cette deuxième phase, le partage social de l’émotion et la médiatisation de l’événement disparaissent tandis que la rumination mentale se maintient. Enfin, une période finale intervient après deux mois. Les manifestations sociales (liens spontanés, solidarité) déclinent, la rumination mentale disparaît, et on assiste à un retour à la normale. On peut considérer que l’agent essentiel de ce retour à la normale réside dans la saturation qui s’installe progressivement.

  • 30 Páez D., Basabe N., Ubillos S. et Gonzalez J.L., op. cit., et Rimé B., Paez D., Basabe N. et Martin (...)

16Ce modèle des réactions psychosociales provoquées par un événement émotionnel collectif a été mis à l’épreuve à l’occasion des attentats terroristes perpétrés en mars 2004 à Madrid. À l’époque, l’émoi populaire considérable avait suscité dans tous le pays de gigantesques manifestations organisées pour condamner les actes terroristes et stigmatiser les positions du gouvernement. Un vaste échantillon de personnes ayant participé à des degrés divers à ces manifestations a été contacté à trois reprises : une semaine, puis trois semaines et enfin deux mois après l’événement30. Ces personnes ont été soumises à différentes mesures abordant notamment leur sentiment d’appartenance au groupe, leur positionnement par rapport aux croyances collectives véhiculées par ce dernier, à leur bien-être personnel, et leur confiance dans l’existence. Les données confirmèrent les prédictions du modèle en ce qui concerne l’émergence, le plateau, et l’extinction des manifestations psychosociales. En outre, en conformité avec le principe selon lequel le partage de l’émotion suscite la réactivation de l’émotion, on constatait que la réactivation des émotions négatives générées par les événements dramatiques était d’autant plus importante chez les répondants qu’ils s’étaient beaucoup investis dans les manifestations. Mais les données ont également mis en évidence les effets proprement sociaux qui résultent du processus de partage collectif. D’une part, plus les gens s’étaient engagés dans ces manifestations, plus forts était ensuite leur sentiment d’appartenance au groupe et le niveau de leurs croyances culturelles. En outre, l’importance de leur participation au partage social collectif allait de pair avec des sentiments de bien-être et des sentiments positifs vis-à-vis de leur vie future. Ces observations s’accordent particulièrement avec le modèle théorique qui suit.

Le partage collectif des émotions dans les rituels sociaux

17Le partage social des émotions connaît une autre forme collective qui est particulièrement fréquente dans la vie sociale. Il s’agit des rituels collectifs au cours desquels les membres d’un groupe ou d’une société se rassemblent de manière délibérée soit pour vivre ensemble des émotions, soit pour réévoquer ensemble des événements émotionnels communs. Ces rituels peuvent prendre des formes multiples : rituels religieux, fêtes, célébrations, commémorations. Le spectre est large, puisqu’on retrouve sous cette bannière tant les meetings politiques, que les cérémonies de funérailles, les célébrations de mariage, les séances des tribunaux, les concerts de rock ou de musique classique, le rassemblement des supporters dans un stade à l’occasion d’une manifestation sportive ou encore, le rassemblement de citoyens à l’occasion d’une manifestation politique.

  • 31 Durkheim É., 1998, Les Formes élémentaires de la vie religieuse.

18Dans son ouvrage classique Les Formes élémentaires de la vie religieuse31, Émile Durkheim voyait dans les rituels collectifs la façon la plus efficace de raviver périodiquement l’appartenance des individus au groupe et, partant, de revigorer les croyances qui fondent la vie de tout groupe. Selon son analyse, les individus s’y rassemblent en présence de symboles qui représentent leur groupe d’appartenance et qui évoquent les croyances partagées par les membres. Au cours du rituel se développent de nombreuses manifestations expressives collectives sous forme de gestes, de mouvements, de danses, de paroles, de cris ou de chants. Ces manifestations engendrent une atmosphère emplie d’émotion et de ferveur. Les émotions des participants se font alors mutuellement écho et se renforcent réciproquement de telle sorte qu’un climat de fusion émotionnelle collective s’ensuit : les sentiments individuels laissent la place aux sentiments partagés. Pour Durkheim, cette situation d’empathie généralisée est le levier d’action des rituels collectifs. Le sentiment d’appartenance au groupe est ravivé et la cohésion sociale renforcée. Les croyances partagées, diluées au quotidien par la vie individuelle, reviennent à l’avant-plan de la conscience de chacun d’eux. Ils peuvent ensuite retourner à leurs occupations individuelles. Ils seront pour un temps habités par la force du groupe et des croyances communes. Une confiance dans l’existence affermie leur permettra d’affronter la vie quotidienne avec un sentiment de force et de sens.

  • 32 Páez D., Rimé B. et Basabe N., 2005, « Un modelo socio-cultural de los rituales ».

19On notera que dans cette perspective, le processus individuel de partage social des émotions et le processus d’expression collective des émotions dans les rituels sociaux se recouvrent quasi complètement, au point qu’on pourrait considérer que l’un est un cas particulier de l’autre32. En effet, la dynamique est la même, celle de la fusion émotionnelle. Dans les deux cas, cette dynamique induit un sentiment d’unité et entraîne des conséquences en termes de liens social, de confiance sociale, de bien-être individuel et de confiance dans l’avenir. La différence essentielle entre le partage social et les rituels sociaux réside dans la vitesse de propagation des émotions. Dans le second cas, la vague émotionnelle est instantanée puisqu’elle touche l’ensemble des membres d’un groupe au même moment. Le partage social de l’émotion dans les relations de personne à personne débouche pour sa part sur une propagation par étapes successives.

  • 33 Hayner P. B., 2001, Unspeakable truths : Confronting state terror and atrocity.

20Le modèle de Durkheim a pu être mis à l’épreuve dans le contexte des tribunaux « Gacaca » qui ont été instaurés après le génocide survenu au Rwanda en de 1994. Ces tribunaux s’inspiraient des « Commissions pour la Vérité et la Réconciliation » instituées notamment en Afrique de Sud après le régime de l’apartheid. L’objectif de telles instances est la mise en présence des victimes et des bourreaux dans l’espoir que les premières y trouveront l’opportunité d’exprimer les souffrances endurées et que les seconds, reconnaissant leurs torts à cet égard, exprimeront publiquement leurs regrets. Elles sont nécessairement le théâtre de situations où les expressions émotionnelles atteignent souvent une dimension paroxystique. Les participants y vivent des moments très durs dont ils sortent bouleversés, et parfois retraumatisés, mais, en même temps, ils ont le sentiment d’un très grand bénéfice personnel et social33.

  • 34 Kanyangara P., Rimé B., Philippot P. et Yzerbyt V., 2007, « Collective rituals, intergroup percepti (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.

21Dans deux études différentes34, des victimes du génocide rwandais et des individus détenus pour leur implication dans ce génocide ont répondu à des questionnaires avant et après leur participation au tribunal Gacaca de leur communauté d’appartenance. Dans l’une de ces études35, leurs réponses ont été comparées à celles de groupes-contrôle composés de victimes et de prisonniers. Ceux-ci ont répondu aux questionnaires au même moment que les premiers, mais ils appartenaient à des communautés où les tribunaux Gacaca n’avaient pas encore eu lieu. En contraste avec les attentes des conceptions « cathartiques » de la participation aux rituels collectifs et à l’instar du modèle avancé par Durkheim, les données récoltées ont montré que la participation aux tribunaux Gacaca avait intensifié la plupart des émotions des participants des deux groupes. Toutefois, à l’instar du modèle de Durkheim, les indicateurs d’intégration sociale inclus dans les questionnaires ont mis en évidence d’importants effets positifs. Ainsi, on a enregistré une élévation du niveau des stéréotypes positifs du groupe des victimes à l’égard de celui des génocidaires, et vice versa. Par ailleurs, on sait que dans les rapports conflictuels intergroupes, les adversaires sont classiquement perçus comme formant un groupe plus homogène qu’il ne l’est en réalité. Les résultats des deux études ont montré que cette perception monolithique se réduit très significativement dans les deux groupes de répondants après leur participation aux tribunaux Gacaca. Enfin, en plein accord avec la logique de Durkheim selon laquelle les émotions et la fusion émotionnelle constituent le levier d’action des rituels collectifs, l’analyse des données a permis de mettre en évidence le rôle de médiateur partiel joué par l’activation des émotions des participants à l’égard de ces effets d’intégration sociale des tribunaux36.

Conclusion

  • 37 Decety J., 2004, « L’empathie est-elle une simulation mentale de la subjectivité d’autrui ? »

22L’étude du partage social de l’émotion révèle que l’émotion n’est pratiquement jamais vécue de manière solitaire. L’émotion déclenche systématiquement des comportements sociaux au cours desquels l’individu expose d’autres individus à son expérience émotionnelle. Le processus entraîne en outre des réactions en chaîne dans lesquelles les individus s’informent les uns les autres de telles expériences. Quand les membres de groupes sociaux traversent un événement émotionnel commun, des échanges intensifs s’instaurent entre eux à son sujet. Enfin, les membres des groupes sociaux pour vivre ensemble des émotions et pour réévoquer ensemble des épisodes émotionnels. Dans toutes ces situations, l’exposition aux émotions d’autrui place les individus dans les conditions du déclenchement de l’empathie. On définit l’empathie comme un mécanisme de résonance aux affects de l’autre37. Les épisodes émotionnels ont ainsi la particularité de susciter des états de communion émotionnelle entre les membres d’un groupe, qu’il s’agisse seulement du groupe des proches de l’un d’eux, d’une communauté plus large, ou d’une partie de la planète. Les épisodes émotionnels ont donc pour effet de raviver chez les individus et dans les groupes le sentiment d’union. Ils entraînent de ce fait au plan du groupe comme au plan individuel d’importantes conséquences que Durkheim avait remarquablement pressenties et que les travaux contemporains confirment et développent.

Notes

2 Pour revue, voir : Rimé B., 2009, Le partage social des émotions et Rimé B., 2009, « Emotion elicits the social sharing of emotion : Theory and empirical review ».

3 Cf., notamment : Mesquita B., 1993, Cultural variations in emotion : A comparative study of Dutch, Surinamese and Turkish people in the Netherlands ; Rimé B., Yogo M. et Pennebaker J. W., 1996, « Social sharing of emotion across cultures » ; Singh-Manoux A., 1998, Partage social des émotions et comportements adaptatifs des adolescents : Une perspective interculturelle ; Singh-Manoux A. et Finkenauer C., 2001, « Cultural Variations in social sharing of emotions : An intercultural perspective on a universal phenomenon » et Yogo M. et Onoe K., 1998, The social sharing of emotion among Japanese students.

4 Rimé B., « Emotion elicits the social sharing of emotion : Theory and empirical review », op. cit.

5 Moscovici S., 1984, « The phenomenon of social representations ».

6 De Waal F., 2008, « Putting altruism back to altruism : The evolution of empathy ».

7 Rimé B., Noël M. P. et Philippot P., 1991, « Épisode émotionnel, réminiscences mentales et réminiscences sociales ».

8 Langston C. A., 1994, « Capitalizing on and coping with daily-life events : expressive responses to positive events ».

9 Gable S. L., Reis H. T., Impett E. A. et Asher E. R., 2004, « What do you do when things go right ? The intrapersonal and interpersonal benefits of sharing positive events ».

10 Rimé B., Noël M. P. et Philippot P., « Épisode émotionnel, réminiscences mentales et réminiscences sociales », op. cit.

11 Christophe V. et Rimé B., 1997, « Exposure to the social sharing of emotion : Emotional impact, listener responses and the secondary social sharing ».

12 Rimé B., « Emotion elicits the social sharing of emotion : Theory and empirical review », op. cit.

13 Collins N. L. et Miller L. C., 1994, « Self-Disclosure and liking : A meta-analytic review ».

14 Laurenceau J.-P., Feldman-Barret L. et Pietromonaco P. R., 1998, « Intimacy as an interpersonal process : The importance of self-disclosure, partner disclosure, and perceived partner responsiveness in interpersonal exchanges ».

15 Espitalier M., Tcherkassof A. et Delmas F., 2002, « Partage social des émotions et cohésion de groupe ».

16 Peters P. et Kashima Y., 2007, « From social talk to social action : shaping the social triad with emotion sharing ».

17 Christophe V. et Rimé B., op. cit.

18 Rimé B., « Emotion elicits the social sharing of emotion : Theory and empirical review », op. cit.

19 Cf., par exemple, Miljkovitch R., 2001, L’attachement au cours de la vie.

20 Herbette G. et Rimé B., 2004, « Verbalization of emotion in chronic pain patients and their psychological adjustments ».

21 Christophe V. et Rime B., op. cit.

22 Curci A. et Bellelli G., 2004, « Cognitive and social consequences of exposure to emotional narratives : Two studies on secondary social sharing of emotions ».

23 Christophe V., 1997, op. cit.

24 Harber K. D. et Cohen D. J., 2005, « The emotional broadcaster theory of social sharing ».

25 Heath C., Bell C. et Sternberg E., 2001, « Emotional selection in memes : The case of urban legends ».

26 Rimé B., 2007, « The social sharing of emotion as an interface between individual and collective processes in the construction of emotional climates ».

27 Pennebaker J. W., 1993, « Social mechanisms of constrain ».

28 Pennebaker J. W. et Harber K. D., 1993, « A social stage model of collective coping : the Loma Prieta earthquake and the Persian Gulf War ».

29 Cf. Páez D., Basabe N., Ubillos S. et Gonzalez J. L., 2007, « Social Sharing, Participation in Demonstration, Emotional Climate, and Coping with Collective Violence alter the March 11th Madrid Bombings » ; Pennebaker J. W. et Banasik B. L., 1997, « On the creation and maintenance of collective memmemories : History as social psychology » ; Rimé B., Paez D., Basabe N. et Martinez F., 2010, « Social sharing of emotion, post-traumatic growth, and emotional climate : Follow-up of Spanish citizen’s response to the collective trauma of March 11th terrorist attacks in Madrid ».

30 Páez D., Basabe N., Ubillos S. et Gonzalez J.L., op. cit., et Rimé B., Paez D., Basabe N. et Martinez F., op. cit.

31 Durkheim É., 1998, Les Formes élémentaires de la vie religieuse.

32 Páez D., Rimé B. et Basabe N., 2005, « Un modelo socio-cultural de los rituales ».

33 Hayner P. B., 2001, Unspeakable truths : Confronting state terror and atrocity.

34 Kanyangara P., Rimé B., Philippot P. et Yzerbyt V., 2007, « Collective rituals, intergroup perception and emotional climate : Participation in “Gacaca” tribunals and assimilation of the Rwandan genocide » ; Rimé B., Kanyangara P., Yzerbyt V. et Paez D, à paraître, « The impact of Gacaca tribunals in Rwanda : Psychosocial effects of participation in a Truth and Reconciliation process after a genocide ».

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Decety J., 2004, « L’empathie est-elle une simulation mentale de la subjectivité d’autrui ? »

Auteurs

Professeur de psychologie à l’université de Louvain (Louvain-la-Neuve, Belgique).

Professeur de psychologie sociale à l’université du Pays Basque (San Sebastian, Espagne).

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540