Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paradoxes de l’empathie

 | 
Patricia Attigui
, 
Alexis Cukier

Partie I. Les mécanismes de l’empathie

Chapitre 4. L’expérience empathique des œuvres d’art visuelles : émotion, simulation et résonance motrice

Emmanuelle Glon

Texte intégral

  • 2 Gallese V. et Freedberg D., 2007a, « Motion, emotion and empathy in esthetic experience », et 2007b (...)

1David Freedberg et Vittorio Gallese2 ont affirmé que notre expérience esthétique des œuvres d’art visuelles reposait en grande partie sur un processus empathique incarné neuralement, à savoir ici, un mécanisme de « résonance motrice », nous permettant non seulement de réagir émotionnellement aux contenus des œuvres (qu’ils soient représentationnels ou même abstraits), mais aussi, dans certains cas, de saisir, par un processus de rétroaction, les intentions ayant présidé à l’exécution de l’œuvre. Cette approche est une approche « neuro-simulationniste » de l’art, en tant qu’elle affirme que la nature de l’art, du moins visuel, et l’expérience qu’il encourage, reposent d’une part sur un processus d’accès direct et non propositionnel au monde inscrit dans le code génétique humain nous permettant, d’autre part, de simuler différents types d’états et actions corporels.

2Nous allons dans un premier temps présenter la théorie neuro-simulationniste en essayant de dégager le rôle explicatif de la perspective neuronale dans le domaine de l’art visuel avant d’examiner ses difficultés : dans quelle mesure les processus de résonance rendent-ils compte de l’empathie émotionnelle et des actions intentionnelles dans le cadre spécifique de l’art visuel ?

Le pouvoir descriptif des images

3Une telle approche fait partie des théories cognitivistes de l’art et de l’expérience de l’art, qui ont comme arrière-fond méthodologique et théorique une réflexion sur les activités générales de l’esprit humain. Elles affirment que notre comportement esthétique et notre compréhension de l’art reposent sur des processus répondant à des fonctions cognitives de base spécialement adaptées à la constitution et au maintien des groupes sociaux. La perspective sensori-motrice sur laquelle repose la théorie neuro-simulationniste de Freedberg et Gallese sollicite largement les découvertes récentes concernant deux classes de neurones, d’une part les « neurones miroirs » et d’autre part, les neurones canoniques, qui non seulement permettraient aux agents de saisir la signification d’une action en activant soi-même une représentation motrice de cette action, mais constitueraient un véritable système de partage émotionnel direct entre soi et les autres. Les neurones miroirs ont la particularité de s’activer non seulement lorsqu’un individu effectue une action particulière comme saisir un objet, mais aussi lorsqu’il regarde un autre individu effectuer la même action. La signification d’une action serait donc encodée neuralement comme action intentionnelle et non pas seulement comme simple exécution motrice. Quant aux neurones canoniques, ils ne s’activent pas à la perception d’un geste dirigé vers un objet, c’est-à-dire à la vue d’une interaction effective avec cet objet, mais à la vision de cet objet en tant qu’il est associé à une action motrice spécifique. La perception d’un objet se trouve donc associée aux actions potentielles que cet objet permet. Or, certaines études ont montré que ce mécanisme de résonance était aussi impliqué dans l’empathie émotionnelle, notre capacité à saisir et de ressentir les émotions des autres.

4Ce dispositif serait assuré par un mécanisme de simulation incarnée (embodied simulation), considéré comme la base neuronale de l’empathie. Elle est dite « incarnée », « parce qu’elle est réalisée neuronalement, mais aussi parce qu’elle utilise un modèle corporel préexistant dans le cerveau réalisé par le système sensori-moteur, et par conséquent implique une forme non propositionnelle de représentation du moi. » (Gallese V., 2005, « Intentional attunement. The mirror system and its role in interpersonal relations », p. 26)

5Selon l’hypothèse neuro-simulationniste, les neurones miroirs et les neurones canoniques seraient les corrélats neurologiques de l’empathie, considérée comme un partage d’affects, lequel serait automatique et préréflexif. Appliquée à l’esthétique, cette hypothèse consiste à relier l’empathie à l’expérience de l’art de deux manières :

  1. Les sensations et émotions ordinaires/esthétiques sont considérées comme des phénomènes indirects, produits par la résonance motrice ayant trait au contrôle de l’action.

  2. Les sensations et émotions ordinaires/esthétiques s’enracineraient dans un mécanisme de résonance non plus motrice mais somato-sensorielle.

6Selon la première hypothèse, l’agent aurait la capacité de saisir les sensations provoquées par le comportement émotionnel d’autrui, un éclat de rire par exemple, par la seule vision de ce comportement, qui activerait en lui des réponses musculaires spécifiques à la production du sourire. De même, les indices corporels des sensations de stress, d’anxiété et d’excitation chez une personne en colère seraient enregistrés et reproduites par l’agent observant, générant des réactions somato-sensorielles correspondantes, à savoir ces mêmes sensations de stress, d’anxiété et d’excitation. Il s’agirait là d’une compréhension précognitive, pour ainsi dire « corporelle », des émotions, sous-tendue par des processus neuronaux reliant les expressions émotionnelles aux représentations somato-sensorielles.

  • 3 Damasio A. R., 1999, « The Feeling of What Happens : Body and Emotion in the Making of Consciousnes (...)

7La seconde hypothèse est plus forte puisqu’elle postule que l’agent parviendrait à saisir la signification des émotions d’autrui en ressentant lui-même ces émotions sans la médiation d’une simulation préalable des réactions somatiques corrélatives à l’expression perçue. L’information visuelle donnée par l’expression du visage d’autrui se traduirait directement pour l’observateur en réponse émotionnelle, lui permettant de ressentir la même émotion, comme s’il se trouvait dans la situation de la personne3. Cette hypothèse, dans le cadre d’une théorie sur l’expérience émotionnelle de l’art, est nécessaire puisque, dans le cas d’objets statiques, que sont par exemple les photographies et les sculptures, les postures corporelles destinées à être captées par le spectateur sont celles, non pas de personnes vivantes réalisant effectivement des actions, mais de représentations d’actions et d’expressions.

8Ces deux facteurs seraient les fonctions d’un dispositif plus global, celui de la simulation incarnée elle-même.

Le système miroir

  • 4 Rizzolatti G., Fogassi L. et Gallese V., 2001, « Neurophysiological mechanisms underlying the under (...)
  • 5 Gallese V. et al., 1996, « Action recognition in the premotor cortex », Rizzolatti G. et al., 1996, (...)

9L’approche neuro-simulationniste prend appui en partie sur des données issues d’une classe de neurones : les neurones miroirs. Cette classe de neurones a été identifiée chez le macaque dans l’aire F5 du cortex frontal inférieur — cortex prémoteur dont le rôle est de planifier le mouvement, et dans un secteur du cortex pariétal postérieur, connecté avec l’aire F54. Ils s’activent non seulement quand le singe exécute lui-même certaines actions — des actions tendant vers un but — mais aussi quand il observe un autre individu, l’expérimentateur, effectuer cette même action, comme par exemple saisir un objet5. Les études en imagerie cérébrale confirment l’existence d’un tel système miroir chez l’homme, assuré ainsi d’un mécanisme de transfert entre l’action transitive d’un sujet et le répertoire moteur de l’agent observant. Aussi, l’observation d’une action intentionnelle activerait chez l’agent observant le mécanisme neuronal normalement déclenché quand cet agent exécute effectivement cette action.

  • 6 Rizzolatti G. et Craighero L., 2005, « Mirror neurons : a neurological approach to empathy ».
  • 7 Buccino G. et al., 2001, « Action observation activates premotor and parietal areas in a somatotopi (...)

10Le même mécanisme miroir fut donc découvert chez l’homme, mais pour une gamme plus importante d’actions, comprenant les actions aussi bien intransitives (non dirigées vers un objet) que transitives, telles que la pantomime et des gestes de communication ostensible6. Lorsque nous observons différents types d’actions à la fois transitives et intransitives (manger une pomme, taper dans un ballon, saisir une tasse, ramper, se déplacer, grimacer), ce sont différentes régions du cortex prémoteur qui vont s’activer, et ces régions sont précisément celles qui sont actives quand nous réalisons effectivement ces différentes actions7.

11Le fait que les neurones miroirs réagissent à des actions intentionnelles — à des actions centrées vers un but — (mais aussi à des bruits spécifiques à certaines actions comme le bruit de froissement d’une feuille de papier) joue un rôle fondamental. Notre inclination à attribuer aux autres des états mentaux intentionnels imprègne notre quotidien au point que nous attribuons sans difficulté des croyances et émotions à des objets, tels que notre voiture, ou encore à des hamsters, des personnages fictionnels ou des robots. La question est donc de savoir si cette activité est aussi évidente qu’il semble. Puise-t-elle ses ressources dans un dispositif infra-cognitif comme la simulation motrice ou relève-t-elle plutôt de mécanismes computationnels plus élaborés ?

  • 8 Gallese V., Keysers C. et Rizzolatti G., 2004, « A unifying view of the basis of social cognition »

12Selon l’hypothèse neuro-simulationniste, la simulation motrice ne nous délivre rien moins que la signification d’une action intentionnelle. Les neurones miroirs ne codent pas simplement l’action selon les propriétés cinématiques des mouvements qui les constituent, mais selon leur but : la simulation motrice engendre une représentation du résultat de l’action. Ainsi, l’appréhension d’une action motrice n’est pas isolée mais liée à un dispositif sémantique plus large relatif à des schèmes de représentations motrices. Pour autant que l’action motrice effectuée par l’agent corresponde à une représentation instanciée par son répertoire moteur, le processus de résonance sera direct et immédiat8.

Pourquoi parler de simulation motrice ?

13Sans exécuter l’action, le cerveau de l’observateur effectue une simulation motrice (sans agir effectif) de la personne observée en train d’exécuter une action et comprend ainsi l’intention de cette action. L’activité des neurones miroirs chez l’observateur permet donc à celui-ci de coordonner les mouvements corporels de l’agent avec son propre répertoire moteur, lui permettant de reconnaître son action et d’identifier son but.

  • 9 Calvo-Merino B. et al., 2005, « Action observation and acquired mot or skills : An FMRI study with (...)

14Ce processus de simulation motrice diffère du mécanisme de la contagion motrice/émotionnelle, au niveau notamment du résultat final du processus de réplication qui, dans le cas de la contagion, revient à exécuter soi-même l’action observée. On distingue à ce titre la simulation en imagination de la simulation en réalité. L’implication de notre propre système moteur dans la compréhension de l’action d’autrui est particulièrement bien illustrée dans une expérience d’imagerie cérébrale réalisée avec des danseurs : il s’agit d’une étude comparative qui consiste à observer l’activité cérébrale de danseurs du Royal Ballet, de danseurs de capoeira, et de gens ne pratiquant pas la danse, en train d’observer une vidéo montrant des mouvements propre à la danse classique et à la capoeira. L’étude montre que lorsqu’un danseur de ballet regarde des mouvements du ballet, l’activité des neurones miroirs est plus prononcée que lorsqu’il regarde des mouvements de capoeira, et pareil pour les danseurs de capoeira. En revanche, pour les novices, qu’ils regardent de la capoeira ou du ballet, l’activité des neurones miroirs reste stable9.

  • 10 Calvo-Merino et al., 2006, « Seeing or doing ? Influence of visual and motor familiarity in action (...)
  • 11 De même les études d’imagerie cérébrale effectuées sur des actions de communication montrent que se (...)

15Il semblerait donc que l’activation des aires cérébrales liées à l’action est plus prononcée lorsque l’action perçue appartient au répertoire moteur de l’agent, et donc pouvant faire l’objet d’une réplication motrice. En outre, l’internalisation des représentations motrices qui rend possible le processus de simulation déclenché par l’observation de l’action d’autrui ne proviendrait pas d’une familiarité visuelle avec les actions effectuées mais d’une véritable expertise motrice10. Ainsi, les actions que nous sommes capables d’exécuter se trouveraient encodées en fonction de leur but, dans un système particulier, le système miroir (des réseaux corticaux pariétal et prémoteur), nous permettant de planifier ces actions chez autrui et constituerait un véritable savoir de l’action motrice. En revanche, les actions que nous sommes incapables d’exécuter — à savoir qui ne sont pas instanciées dans le registre comportemental de l’agent — sont représentées grâce à une analyse purement visuelle, qui serait sous-tendue par des activités de la région STS et du lobe inférotemporal. Il y aurait ainsi deux types de modélisation, selon que mon système moteur peut ou non résonner avec l’action motrice observée11.

  • 12 Gallese V., « Intentional Attunement. The Mirror Neuron system and its role in interpersonal relati (...)

16Ainsi, percevoir une action, c’est la simuler intérieurement. La simulation intégrée est « un mécanisme fonctionnel automatique, inconscient et préréflexif doté d’un certain contenu représentationnel et dont la fonction est de modéliser les objets, les agents et les événements12 ». Selon cette hypothèse, « comprendre » un comportement est le résultat d’une modélisation de l’action à partir d’un schème d’équivalence entre ce que l’autre fait et ce que l’observateur sait faire. La résonance motrice repose en cela sur un mécanisme de simulation dite « incarnée » des autres, fondé sur une similarité fonctionnelle et sur la pratique personnelle de l’agent. Il s’agit d’un savoir-comment [know-how] directement disponible par le fait même d’agir.

  • 13 Gallese V., Rizzolatti G. et Fogassi L., 2006, « Mirrors in the mind ».

17Notre capacité à adopter le point de vue d’autrui ne nécessiterait donc ni un savoir théorique extérieur, ni un savoir-faire explicite, mais découlerait d’un savoir « corporel », intuitif et interpersonnel. La possibilité d’une compréhension directe, immédiate et autonome du comportement d’autrui, c’est-à-dire sans la médiation d’opérations cognitives complexes, constituerait un avantage certain pour les animaux sociaux que sont les êtres humains et la condition de possibilité (neurologique) du lien social13. Ainsi, les distinctions traditionnelles entre sujet et objet et entre le moi et autrui se trouvent-elles bouleversées : puisque, sur le plan sensori-moteur, mon action et l’action des autres obéissent aux mêmes règles neuro-fonctionnelles, l’appréhension de la vie cérébrale d’autrui ne serait pas un moi inféré à partir de moi-même, mais un « autre moi » immédiatement disponible.

18C’est dans ce contexte qu’on peut interroger l’implication des neurones miroirs dans notre expérience de l’art visuel. Autrement dit, comment notre cerveau, dans cette perspective, percevrait-il l’art ?

Le cerveau esthétique

Pouvoir descriptif des images et simulation sensori-motrice

19Selon l’hypothèse neuro-simulationniste, la vision d’image enclencherait un processus de simulation motrice ayant des effets sensoriels au niveau des parties du corps (de l’observateur) normalement engagées dans l’exécution de ces actions intentionnelles. Ainsi, le bénéfice pour l’expérience esthétique serait lié aux conséquences sensorielles et émotionnelles de la simulation d’action concomitante à la vision des œuvres. L’expérience sensorielle telle qu’elle est comprise ici ferait partie des effets secondaires de la simulation motrice elle-même et non pas l’objet d’un phénomène de résonance somato-sensoriel à proprement parler. Autrement dit, les sensations et émotions obtenues à la vision d’une œuvre, et plus particulièrement d’un contenu représentationnel, se trouvent médiées par la simulation préalable d’actions motrices directement associées aux caractéristiques visuelles de l’œuvre observée.

20Freedberg et Gallese donnent les exemples des Esclaves de Michel Ange et des Désastres de la guerre de Goya : l’observation de la tension des muscles et les mutilations du corps inscrites, respectivement, dans la pierre et sur la toile, engendrerait une réponse physique circonscrite par les parties du corps ciblées par la représentation. L’image des lacérations assortie à la sensation de douleur qu’elles impliquent fonctionnerait donc comme des stimuli visuels susceptibles d’activer une simulation motrice relative aux régions corporelles normalement associées à cette douleur.

21Dans le domaine du cinéma, le cas du film d’horreur est particulièrement emblématique : multipliant les scènes de sadisme et tortures en gros plan, le film d’horreur joue à plein sur la fibre sensorielle du spectateur, comme si ce dernier participait à la scène.

22Le « pouvoir empathique » des images serait donc lié à l’activation du système miroir sollicité par les actions et sensations représentées dans les œuvres et par lequel un spectateur simulerait les événements corporels (mouvements, postures, altérations par mutilation par exemple) afin d’en recueillir les effets sensoriels, pour son plus grand plaisir ou déplaisir.

Les neurones canoniques : guidage et affordance

  • 14 Lopes D., 2004, « Directive Pictures », p. 189.

23Outre les neurones miroirs qui s’activent lors de la perception et de l’exécution des gestes, les régions miroirs comprennent donc d’autres types de neurones, les neurones canoniques ou « visuomoteurs ». Découverts dans le cortex prémoteur du macaque (et région pariétale), les neurones canoniques ont la propriété de s’activer non seulement quand le macaque voit un objet, mais aussi quand il effectue un mouvement dirigé vers cet objet. Autrement dit, l’observation d’objets statiques active à la fois les aires visuelles du cerveau mais aussi les aires motrices qui contrôlent les actions-relatives-aux-objets, comme l’action de saisir. L’exécution de l’action motrice et les caractéristiques visuelles de cette action seraient encodées par les mêmes séquences de neurones, ce qui veut dire que manipuler soi-même un objet et voir quelqu’un manipuler un objet dépendraient de la même structure neuronale14. Aussi, l’activité des neurones canoniques fournirait une description de l’objet en termes moteurs : voir un objet c’est voir les mouvements que cet objet permet, c’est percevoir ses affordances.

  • 15 Gibson J. J., 1966, The Senses Considered as Perceptual Systems.

24En ce sens, il faudrait distinguer la dimension descriptive de l’image (analysée plus haut) de sa dimension directive : percevoir un objet manipulable équivaut à saisir directement des affordances de cet objet. L’affordance est l’une des notions centrales de la théorie de la perception directe défendue par Gibson15 et fondée sur l’idée d’une symbiose entre l’animal et son environnement. Par exemple, le lézard fréquente les murs en partie parce que les propriétés du mur sont compatibles avec les siennes, ou plutôt celles de l’espèce vivante à laquelle il appartient. Aussi, la superficie des pattes du lézard a été suffisante pour qu’il puisse adhérer à la surface et compenser ainsi la pression exercée par les effets de la gravité sur sa masse — compensation vraie des lézards, mais fausse des hommes. De la même manière, un arbre, du fait de sa composition chimique, sa forme, sa taille, sa texture, les ondes électromagnétiques qu’il reflète ou encore sa position relative à d’autres éléments de l’environnement, fournit différentes sortes d’informations, autrement dit permet différentes sortes d’affordances relatives aux différents systèmes sensoriels que les animaux possèdent. L’affordance est donc une information relative à l’action permise à un animal par un objet/élément de son environnement ou « niche écologique ».

  • 16 Rizzolati G., Craighero L. et Fadiga L., 2002, « Hand Action Preparation Influences the Responses t (...)
  • 17 Fontana L., 1966, Concetto spaziale « Atteza ».

25Quel serait le rôle des neurones canoniques dans notre vision d’images ? La perception d’une image serait elle aussi le produit de la relation symbiotique entre le sujet et son environnement, et cet environnement, considéré comme un ensemble de facteurs de type causal, peut être tout aussi bien une représentation d’objet en deux dimensions que des objets réels. D’une part, une étude faite par Rizzolatti et ses collaborateurs montre que les neurones canoniques faciliteraient largement l’activité recognitionnelle d’images pictoriales16. Dans cette expérience, ils mesurent l’activité cérébrale des sujets alors qu’ils effectuent un geste de saisie puis mesurent le temps qui leur est nécessaire pour reconnaître des images montrant une main tantôt réalisant le même mouvement tantôt effectuant un mouvement différent. L’étude montre qu’il leur faut moins de temps pour identifier l’image s’ils effectuent eux-mêmes le geste qui est représenté que s’ils effectuaient un autre geste. D’autre part, si le rôle des neurones canoniques est justement de nous faire « percevoir » des mouvements et des actions en l’absence de mouvement et d’actions effectifs, dans le cas par exemple de l’art abstrait, voir une déchirure sur une toile reviendrait à percevoir la séquence de mouvements corporels constitutive de l’acte de lacérer. La vision de la toile de Lucio Fontana, Concetto spaziale « Atteza »17, par exemple, inviterait donc le spectateur non seulement à identifier le mouvement « derrière » l’objet, la toile, grâce à ses propriétés canoniques, mais aussi, comme nous l’analyserons, à ressentir les effets sensoriels du geste perçu ainsi par procuration, à travers son objet.

Le geste et la trace

26L’hypothèse neuro-simulationniste en esthétique est donc que l’observation des marques visibles d’une toile ou d’une sculpture, identifiées aux traces laissées par le geste de l’artiste au moment de l’action de création, activerait chez le spectateur les processus moteurs impliqués dans le geste ayant causé ces traces ainsi que ses corrélats physiologiques.

27La dimension directive d’une œuvre d’art visuelle ne dépendrait donc pas uniquement de l’action des neurones canoniques, mais aussi des neurones miroirs ; autrement dit, les réponses somato-sensorielles obtenues en regardant une œuvre ne seraient pas simplement le résultat d’un phénomène d’affordances des objets dépeints dans l’œuvre — pensons par exemple à la chaise dans La Chambre à Arles de Van Gogh —, mais d’une affordance de l’œuvre même comme objet. L’intérêt du Concetto spaziale « Atteza » de Lucio Fontana, est que les lacérations font référence à la fois au contenu représentationnel de l’œuvre et à ses propriétés formelles ; la marque laissée sur la toile vaut pour objet dépeint tout en faisant partie de la structure physique du tableau par lequel cet objet nous apparaît.

28Il faudrait évidemment discuter cette théorie en la confrontant à un large panel d’œuvres d’art, et pas seulement l’art abstrait et l’art conceptuel. Quoi qu’il en soit, une telle approche vise donc à faire de l’empathie incarnée le centre d’une véritable symbiose entre le spectateur et l’artiste et la base même du plaisir esthétique : il n’est nullement question ici des complexités conceptuelles de l’art abstrait, mais des sensations et émotions esthétiques produites par la vision des œuvres, réduites ici à des effets somatiques et viscéraux immédiats.

Simulation motrice et empathie émotionnelle

Codage des expressions

29L’étude des sentiments et émotions par le rendu des expressions que ces sentiments et émotions suscitent fait partie d’une longue tradition. Comment « transmettre » au spectateur, à travers la représentation des gestes et des expressions faciales, l’émotion appropriée à l’œuvre ?

30Au xvie siècle, les théoriciens de la peinture et les artistes accordent une place centrale à l’expression des passions, des sentiments, des mouvements de l’âme. Pour Léonard de Vinci :

31« Le bon peintre a essentiellement deux choses à représenter : le personnage et l’état de son esprit. La première est facile, la deuxième est difficile, car il faut y arriver au moyen des gestes et des mouvements des membres. » (De Vinci L., 1498, Traité de la peinture, p. 162)

  • 18 Alberti, 1436, Della Pictura.
  • 19 Le Brun C., 1668/1980, « Conférence sur l’expression des passions », p. 95.

32L’un des moyens employés pour transmettre au spectateur une expérience émotionnelle appropriée à l’œuvre fut de codifier les expressions : Alberti18 tenta ainsi, comme plus tard Charles Le Brun, de codifier les expressions physionomiques des passions. Théoricien et directeur de l’Académie royale de peinture et de sculpture, Le Brun donne en 1668 sa Conférence sur l’expression des passions, véritable précis de physionomie expressive. « L’expression, dit-il, est aussi une partie qui marque les mouvements des âmes, ce qui rend visibles les effets de la passion19 ». On tente de cerner l’esprit des hommes en lisant sur leur visage et leurs gestes, en identifiant leurs mimiques.

L’hypothèse de la résonance émotionnelle

33Le sentiment et l’émotion sont décrits comme des phénomènes doubles : il s’agit d’états subjectifs mais objectivables par le corps, sous la forme de traces visibles. Cela suppose que les mouvements du corps soient considérés comme les effets des mouvements de l’esprit. Ou alors, comme le supposait Darwin, les actions corporelles et les expériences émotionnelles seraient les éléments d’interférences complexes, liant les actions physiques aux affects sous la forme d’entités à part entière, pour ainsi dire, non sécables.

  • 20 Darwin C., 1872/2001, L’Expression des émotions chez l’homme et les animaux.
  • 21 Ekman P., 1971, « Universals and cultural differences in facial expressions of emotion » et Ekman P (...)

34Selon l’hypothèse de Darwin20, l’expression des émotions est un processus évolutif et adaptatif, et le lien entre émotions et actions corporelles est donc universel (pan-culturel) et constant21. En accord avec l’idée darwinienne que l’expression de certaines émotions aurait une base biologique, on remarque plusieurs phénomènes précoces ayant trait au système de contrôle de l’émotion, comme la contagion émotionnelle ou la mimique chez le nourrisson. Au sujet toujours des expressions faciales, plusieurs études ont montré que la tension des muscles du visage qui accompagnait la perception d’expressions faciales, même invisibles à l’œil nu, correspondait à celle de l’auteur de ces expressions.

  • 22 Fridlund A., 1994, Human Facial Expression : An Evolutionary View ; HESS U. et al., 2000, « The inf (...)

35Darwin souligne ainsi le rôle pratique des expressions de notre visage qui accompagnent nos affects, en termes d’interactions sociales. Notre capacité à communiquer nos sentiments et nos émotions par des signes visibles et signifiants participerait à la création et au maintien des sociétés humaines et plus largement, aux modes d’adaptation des primates à leur environnement. Sous cet aspect, le rôle fonctionnel des expressions faciales émotionnelles est double : protéger l’organisme et le préparer à l’action. Pour Darwin, cette fonction adaptative s’exprime notamment dans la communication des états mentaux, mais aussi des intentions, hypothèse reprise et renouvelée par des travaux sur la cognition sociale22.

36Mais peut-on parler pour autant de résonance émotionnelle ? Et si c’est le cas, peut-on considérer cela comme le soubassement neural des activités conscientes d’empathie, à savoir l’empathie cognitive ? L’empathie cognitive est une entreprise plus élaborée qui ne consiste pas seulement à pouvoir partager l’expérience affective d’autrui, mais aussi adopter son point de vue, ce qui implique pour l’agent de savoir distinguer ce point de vue du sien propre. Aussi, contrairement au partage d’affects à l’œuvre dans la résonance émotionnelle où les sensations obtenues par l’agent ne sont pas ressenties véritablement comme les sensations de l’autre, l’empathie cognitive implique que l’agent puisse se différencier des autres individus.

  • 23 Wincker B. et al., 2003, « Both of us disgusted in my insula : the common neural basis of seeing an (...)
  • 24 Dimberg U. et al., 2002, « Facial reactions to emotional stimuli : Automatically controlled emotion (...)
  • 25 Goldman A. et Sripada C. S., 2005, op. cit.
  • 26 Sonny-Borgstrom M. et al., 2002, « Automatic mimicry reactions as related to differences in emotion (...)

37Si le mécanisme de résonance motrice s’applique aux émotions, alors on devrait supposer que la perception de comportements émotionnels, comme voir une expression ou un geste de dégoût, active chez l’observateur les processus sous-jacents à l’expérience de cette émotion en première personne. Le processus de réplication neurale à l’œuvre dans la mimique émotionnelle a été mis en évidence par plusieurs études : il semble que la perception d’une expression émotionnelle déclenche automatiquement chez l’observateur une réplique de cette expression. Et des recherches sur des émotions particulières, comme le dégoût, ont conduit à la conclusion qu’observer la mimique faciale du dégoût et éprouver soi-même du dégoût partageaient la même structure neurale (à savoir l’insula antérieure)23. Freedberg et Gallese font notamment référence aux travaux d’Ulf Dimberg, qui montrent, à l’aide d’enregistrement électromyographiques (EMG), que lorsque nous percevons des expressions faciales d’émotions basiques (au sens de Darwin) comme la joie ou la colère, une réaction musculaire faciale s’ensuit spontanément et demeure distincte en fonction de l’émotion évaluée, même si l’observateur ne perçoit pas consciemment le visage24. Dimberg suppose alors l’existence dans le cerveau d’un « programme d’affects » ayant pour rôle de contrôler nos expressions faciales. Un modèle semblable a été proposé par Goldman et Sripada, selon lequel la récognition d’émotions se ferait par « résonance non médiée25 ». Ce dispositif commun à l’expérience en première personne et en troisième personne des émotions telles que le dégoût constituerait non pas un savoir théorique indirect (par analogie), mais un savoir immédiat des émotions d’autrui, une connaissance expérientielle directe et préréflexive. Ajoutons pour finir qu’il y aurait une corrélation entre le degré de réactivité des individus dans l’imitation des expressions faciales et le degré de résonnance émotionnelle aux mouvements faciaux observés26. Notre capacité à ressentir les émotions d’autrui serait directement liée à notre pouvoir d’imitation. Le rôle joué par ces phénomènes imitatifs (assimilée ici à une espèce de la simulation) dans le développement du comportement altruiste semble indiquer là encore que le système miroir serait l’une des bases de la cognition sociale.

  • 27 Gallese V., 2005, op. cit., p. 25.

38Malgré la volonté de certains auteurs de faire des systèmes neuronaux sensori-moteurs et affectifs (la « simulation incarnée ») l’architecture neurale fondamentale de la compréhension d’autrui, il semble toutefois difficile de considérer les corrélats neurologiques de l’émotion comme un réseau unique et unifié : à côté des structures ayant pour fonction générale le contrôle de l’ensemble des émotions (cortex préfrontal ou le cortex cingulaire antérieur), on trouve de petites structures consacrées à des émotions particulières (le striatum pour la colère, ou l’insula pour le dégoût). Le traitement de l’émotion est donc l’œuvre d’un encodage multiple, mais on pourrait toutefois considérer, avec Gallese, le dispositif de résonance émotionnelle comme un système de « simplification et d’automatisation des réponses comportementales27 » à des fins d’adaptation des organismes à leur environnement.

39Dans le domaine de l’art, si nous avons la capacité de répliquer automatiquement les expressions reconnues sur le visage et les postures d’autrui alors nous devrions pouvoir le faire aussi quand nous n’avons devant nous que des images (pour autant qu’elles soient suffisamment ressemblantes) de visages et de postures. Tout semble donc indiquer l’existence d’une simulation incarnée dans l’empathie esthétique, aussi bien que dans l’empathie intersubjective.

40La théorie neuro-simulationniste, appliquée ici à l’esthétique, à première vue, permet d’éclairer certains des aspects fondamentaux de notre expérience des œuvres, en plaçant notre expérience sensorielle immédiate ou quasi immédiate au centre du jeu. Or si la théorie neuro-simulationniste encourage effectivement l’idée d’une empathie unifiée, modélisant aussi bien des états informationnels préconscients sous-tendant la réception de signaux corporels qu’une véritable reconnaissance des émotions d’autrui, elle le fait au prix d’une certaine opacité conceptuelle.

Les dissonances de la résonance

De la résonance à l’empathie : le risque de circularité

  • 28 Selon la perspective sensori-motrice, la relation d’empathie entre l’agent observant et la personne (...)
  • 29 Gallese V., 2001, op. cit. ; Miall R. C., 2003, « Connecting mirror neurons and forward models ».
  • 30 Jeannerod M., 2001, « Neural simulation of action : a unifying mechanism for motor cognition » ; Wo (...)

41La théorie neuro-simulationniste établit donc un transfert direct28 de la résonance sensori-motrice vers l’empathie émotionnelle : en reproduisant les actions corporelles qu’il voit représentées dans l’œuvre, l’observateur en recueille les effets somatiques — sensoriels et émotionnels — normalement associés aux événements physiques observés. Mais comment s’établit le lien causal entre les événements physiques et leur expression sensorielle et émotionnelle ? Là encore, l’argument repose sur l’idée d’une similarité entre la manière dont mon corps m’apparaît et la manière dont celui d’autrui m’est donné. Pour reconnaître les mouvements du corps de l’autre comme l’expression de la douleur, il me faut identifier l’expression corporelle de la douleur comme étant celle de la douleur et pas, par exemple, de la colère. Si l’argument présuppose bel et bien cette connaissance préalable, alors il présuppose ce qu’il faut démontrer. La réponse à cette objection réside dans le modèle interne prédictif [forward model]29, initialement utilisé par les théoriciens computationnalistes pour rendre compte des conséquences sensorielles des actions imminentes et du contrôle de l’action durant l’exécution du mouvement30.

  • 31 Webb B., 2004, « Neural mechanisms for prediction : do insects have forward models ? »

42Quand je tends mon bras pour saisir une poignée de porte, mon corps, pour éviter un déséquilibre, se courbe. Cela signifie que le système moteur envoie une commande motrice aux muscles postérieurs de ma jambe afin de stabiliser ma posture. Les muscles de ma jambe se contractent ainsi avant que je tende mon bras vers la poignée. Tout se passe donc comme si les muscles de ma jambe avaient anticipé les conséquences perturbatrices de l’action de mon bras sur mon corps31. Ainsi, lorsque je tends mon bras, mon système moteur enverrait un signal aux muscles de mon bras, et une copie efférente de cette commande serait envoyée à la zone somato-sensorielle associée à cette action afin que mon cerveau puisse prévoir les sensations générées par cette action, qui serviront d’input à l’exécution du mouvement de ma jambe avant la complétion du mouvement de mon bras. D’après le modèle forward, le cerveau sélectionne donc les conséquences sensorielles les plus probables de cette action. Si un désaccord est détecté entre ce modèle et les réafférences sensorielles observées, le cerveau pourra conclure que l’action en question est d’origine externe et procéder à un ajustement moteur. Le modèle forward ne serait pas le propre de l’homme, mais il a été supposé qu’il pouvait servir de base à la construction du sens d’« agentivité » du bébé lui permettant de se sentir comme étant la cause de ses actions.

43La simulation incarnée (ou résonance motrice), associée au modèle interne forward, permettrait donc de prédire le résultat de l’action grâce à l’anticipation des effets sensoriels du geste observé, en l’occurrence celui de tendre mon bras.

  • 32 Jacob P., 2008, « What Do Mirror Neurons Contribute to Human Social Cognition ? », p. 202.

44Le problème est que si la simulation incarnée peut permettre à un agent de prédire le résultat de sa propre action (par l’action de la copie d’efférence), le cerveau de l’observateur de cette action, n’ayant pas accès à cette copie d’efférence, peut donc difficilement générer des prédictions sur les conséquences sensorielles de l’action motrice d’un autre agent32. Il n’est donc pas du tout certain que la résonance motrice miroir soit ce qui nous permette, par le biais d’une commande motrice, de saisir les intentions d’autrui.

De la résonance motrice à l’intention

45Selon l’hypothèse neuro-simulationniste de l’expérience esthétique, l’intentionnalité de l’action serait directement encodée dans le système sensori-moteur, l’action étant dès lors identifiée comme but et non pas seulement comme séquences de mouvements corporels. L’information visuelle fournie par l’observation d’une action chez autrui déclencherait une simulation motrice des mouvements impliqués dans cette action et partant des intentions de son auteur. Par extension, ce mécanisme de simulation incarnée servirait de base à la compréhension de l’esprit d’autrui, c’est-à-dire à la représentation en première personne des actions, intentions et émotions des autres.

46La perspective neuro-simulationniste développée par Gallese et Freedberg appartient à une version simulationniste forte, selon laquelle la simulation incarnée serait la condition nécessaire et suffisante du mind-reading. Pour Gallese, la résonance motrice est constitutive de la saisie directe des intentions d’autrui, c’est-à-dire qu’elle ne nécessite pas la médiation de ressources informationnelles supplémentaires. Elle serait le socle neuro-fonctionnel fondamental de notre accès épistémique au monde, en mettant à notre disposition une cartographie des possibles sensoriels et en modélisant nos interactions avec les autres organismes et notre environnement. La simulation incarnée serait donc à la base même de la configuration du réel à l’échelle humaine.

  • 33 Grèzes J. et De Gelder B., 2005, op. cit.

47Les données expérimentales, récoltées par Gallese et Freedberg tendent à montrer que la simulation interne d’actions perçues joue un rôle fondamental dans la prédiction d’une action motrice (fondée sur l’identification de son résultat, elle-même fondée sur un savoir moteur ad hoc sur les associations entre résultat de l’action et mouvements dirigés vers des objets-cibles). Toutefois, il semble qu’on ne puisse pas faire de distinction, pourtant fondamentale pour la cognition sociale, entre les actions volontaires et actions involontaires, à savoir un événement moteur, sur la seule base de la simulation33. La seule chose que nous fournissent les neurones miroirs c’est une représentation mentale du déroulement d’une action à partir du résultat de cette action. Or, une œuvre d’art comporte des traces d’actions volontaires (telles les lacérations de Concetto spaziale « Atteza » de Lucio Fontana) et des accidents, souvent bien postérieurs à la réalisation de l’œuvre (tels les craquèlements d’une toile dus au vieillissement d’un méchant vernis).

  • 34 Ibid., p. 297.

48En outre, les mouvements physiques observés ne peuvent être simulés que s’ils correspondent à la cinématique réelle, biologique, des êtres humains. Ce qui voudrait dire que la simulation d’actions motrices ne s’activerait que si les actions représentées dans une image ou un film ressemblent fortement à nos actions physiques, ce qui n’est pas le cas pour des images très schématiques ou très abstraites34.

De la résonance motrice à l’empathie émotionnelle

49L’usage de la simulation et partant de la notion d’empathie, recouvre, comme on le voit, des processus et des dispositifs très hétérogènes. D’une part, l’hypothèse neuro-simulationniste consiste à faire de l’empathie émotionnelle une sous-catégorie de l’empathie de bas niveau, puisque le phénomène empathique s’applique non seulement à des actions, mais aussi à des sensations (associées ou non à des composants viscéraux-moteurs) et des émotions, l’ensemble de ces activités ayant pour base commune des universaux neurologiques. Or l’empathie émotionnelle ne semble pas pouvoir se réduire aux résultats somato-sensoriels d’un mécanisme de résonance, car elle semble appartenir à un niveau de la cognition beaucoup plus élaboré que celui des manifestations physiologiques typiques à l’œuvre dans la simulation sensori-motrice. Or ce pouvoir de captation des états affectifs des autres, censé échapper à tout contrôle conscient, n’est pas une condition suffisante pour rendre compte de l’empathie émotionnelle, considérée comme une capacité à imaginer le monde subjectif des autres.

50La simulation impliquée dans l’empathie émotionnelle fait référence quant à elle à une attitude de faire-semblant, qui est un acte délibéré d’interprétation visant à saisir des états mentaux ayant un contenu représentationnel ou propositionnel, à saisir ses intentions en recréant l’univers perceptif qui les a vus naître. Il s’agit donc d’un acte de décentrage perspectif consistant à modéliser une attitude psychologique étrangère sur ma propre économie cognitive, sans perte d’identité. Quant à l’imagerie visuelle ou motrice, si elle n’implique pas nécessairement la mise entre parenthèses de mon propre point de vue subjectif, elle reste elle aussi un acte délibéré, volontaire et conscient. Par ailleurs, l’imagination recréative et l’imagerie visuelle sont des activités endogènes, c’est-à-dire motivées par un désir de compréhension de l’autre, tandis que le partage affectif impliqué dans la résonance interpersonnelle est provoqué de manière exogène : elle est causée par l’activité du cerveau des autres et s’apparente donc davantage au phénomène de la contagion. Surtout, elle repose sur un mécanisme de réplication ou de duplication cérébrale alors que les activités d’imagination et de faire-semblant, dont dépend l’empathie émotionnelle, reposent essentiellement sur des attitudes de similarité.

51La simulation incarnée aurait donc pour tâche d’unifier les mécanismes impliqués à la fois dans des actes de projection imaginative (le fait de se mettre à la place des autres) et l’empathie miroir, sans perdre de vue les spécificités fonctionnelles de chacun d’eux, et d’étendre ainsi vers les niveaux les plus élémentaires de la cognition la classe des processus impliqués dans la communication interpersonnelle. Or ce partage conceptuel entre le niveau explicatif de la simulation sensori-motrice (fondée sur la réplication de l’activité cérébrale) et celui de la mentalisation (fondée sur le principe de similarité) semble compromis : car si l’idée d’une similarité entre des activités cérébrales, A et B (A résonant B) semble a priori plausible, l’idée que pour me mettre à la place de l’autre, je dois le répliquer, est problématique. Un acte de simulation réussi suppose justement qu’il soit partiel, puisqu’en me projetant totalement dans la situation de l’autre, je serais incapable d’effectuer les ajustements nécessaires relatifs aux différences qu’il y a entre ma situation et celle de la personne visée.

Conclusion

52Le modèle explicatif sous-jacent à l’approche neuro-esthétique proposée par Freedberg et Gallese est une théorie simulationniste de l’explication du comportement d’autrui selon laquelle le sujet reproduirait de façon interne les actions motrices des autres, dans la mesure où ce comportement fait l’objet d’un répertoire commun de représentations motrices. Toutefois, l’usage des concepts de simulation, d’émotion et d’empathie y reste ambigu et l’explication de leur rapport, dans l’ensemble, insatisfaisant. Tout d’abord parce que l’empathie émotionnelle exige plus que l’accès direct à des états somato-sensoriels. Ensuite parce que la saisie des intentions des autres, quant à elle, ne peut se satisfaire de la seule saisie par l’agent observant de l’anticipation des actions motrices d’autrui. Enfin dans la mesure où l’extrême variété des arts visuels exigerait des études plus précises sur les implications de notre cerveau dans l’expérience de l’art, quand on sait par exemple que la perception du mouvement humain et celui des objets ne sollicitent pas les mêmes types de neurones.

Notes

2 Gallese V. et Freedberg D., 2007a, « Motion, emotion and empathy in esthetic experience », et 2007b, « Mirror and canonical neurons are crucial elements in esthetic response ».

3 Damasio A. R., 1999, « The Feeling of What Happens : Body and Emotion in the Making of Consciousnes » et Goldman A. et Sripada C. S., 2005, « Simulationist models of face-based emotion recognition ».

4 Rizzolatti G., Fogassi L. et Gallese V., 2001, « Neurophysiological mechanisms underlying the understanding and imitation of action ».

5 Gallese V. et al., 1996, « Action recognition in the premotor cortex », Rizzolatti G. et al., 1996, « Premotor cortex and the recognition of motor actions ».

6 Rizzolatti G. et Craighero L., 2005, « Mirror neurons : a neurological approach to empathy ».

7 Buccino G. et al., 2001, « Action observation activates premotor and parietal areas in a somatotopic manner : An fMRI study ».

8 Gallese V., Keysers C. et Rizzolatti G., 2004, « A unifying view of the basis of social cognition ».

9 Calvo-Merino B. et al., 2005, « Action observation and acquired mot or skills : An FMRI study with expert dancers ».

10 Calvo-Merino et al., 2006, « Seeing or doing ? Influence of visual and motor familiarity in action observation ».

11 De même les études d’imagerie cérébrale effectuées sur des actions de communication montrent que seuls les stimuli partagés entre l’agent actif et l’observateur demeurent effectifs dans l’activation du système de neurones miroirs pour l’action. Cf. Buccino G. et al., 2001, op. cit.

12 Gallese V., « Intentional Attunement. The Mirror Neuron system and its role in interpersonal relations », op. cit, p. 26.

13 Gallese V., Rizzolatti G. et Fogassi L., 2006, « Mirrors in the mind ».

14 Lopes D., 2004, « Directive Pictures », p. 189.

15 Gibson J. J., 1966, The Senses Considered as Perceptual Systems.

16 Rizzolati G., Craighero L. et Fadiga L., 2002, « Hand Action Preparation Influences the Responses to Hand Pictures ».

17 Fontana L., 1966, Concetto spaziale « Atteza ».

18 Alberti, 1436, Della Pictura.

19 Le Brun C., 1668/1980, « Conférence sur l’expression des passions », p. 95.

20 Darwin C., 1872/2001, L’Expression des émotions chez l’homme et les animaux.

21 Ekman P., 1971, « Universals and cultural differences in facial expressions of emotion » et Ekman P. et Friesen W., 1971, « Constants across cultures in the face and emotion ».

22 Fridlund A., 1994, Human Facial Expression : An Evolutionary View ; HESS U. et al., 2000, « The influence of the facial emotion displays, gender, and ethnicity on judgments of dominace and affiliation » ; Marsh A. et al., 2005, « The effects of fear and anger facial expressions on approach-and avoidance-related behaviors ».

23 Wincker B. et al., 2003, « Both of us disgusted in my insula : the common neural basis of seeing and feeling disgust ».

24 Dimberg U. et al., 2002, « Facial reactions to emotional stimuli : Automatically controlled emotional responses ».

25 Goldman A. et Sripada C. S., 2005, op. cit.

26 Sonny-Borgstrom M. et al., 2002, « Automatic mimicry reactions as related to differences in emotional empathy » et Grèzes J. et De Gelder B., 2005, « Contagion motrice et émotionnelle », p. 302.

27 Gallese V., 2005, op. cit., p. 25.

28 Selon la perspective sensori-motrice, la relation d’empathie entre l’agent observant et la personne-cible ne se présente pas comme une relation diadique entre mes états affectifs et ceux des autres mais mobilise tout un ensemble de processus, elle n’est donc pas directe en ce sens, au contraire de l’empathie somato-sensorielle telle que semble le postuler Gallese et Freedberg. Toutefois, elle n’est pas médiée par des inférences conscientes.

29 Gallese V., 2001, op. cit. ; Miall R. C., 2003, « Connecting mirror neurons and forward models ».

30 Jeannerod M., 2001, « Neural simulation of action : a unifying mechanism for motor cognition » ; Wolpert D. et al., 2001, « Perspectives and problems in motor learning » ; R.C. Miall, op. cit.

31 Webb B., 2004, « Neural mechanisms for prediction : do insects have forward models ? »

32 Jacob P., 2008, « What Do Mirror Neurons Contribute to Human Social Cognition ? », p. 202.

33 Grèzes J. et De Gelder B., 2005, op. cit.

34 Ibid., p. 297.

Auteur

Docteure en philosophie, assistante de recherche en biologie et sciences de la nature à l’université Paris-VII Diderot.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site